Autre

La consommation de petit-déjeuner américain devrait augmenter plus rapidement que la population américaine


Le groupe NPD indique que le nombre total d'occasions de petit-déjeuner augmentera de cinq pour cent, tandis que la croissance démographique attendue est de quatre pour cent

L'augmentation de la consommation de petit-déjeuner pourrait offrir de nouvelles opportunités aux fabricants de produits alimentaires, aux opérateurs et aux détaillants.

Même si le petit-déjeuner n'est peut-être pas le repas le plus important de la journée, de plus en plus d'Américains semblent monter à bord, selon Le groupe NPD, une société d'information mondiale.

En fait, la consommation de petit-déjeuner et de collations matinales devrait augmenter à un rythme plus rapide qu'aux États-Unis.

Les restaurants à service rapide ont connu une augmentation des visites de repas le matin, alimentées par le besoin des consommateurs de rapidité, d'abordabilité et de portabilité. Des chaînes comme McDonald's en a profité de ce changement de comportement. Malgré l'augmentation des petits-déjeuners sur le pouce et des collations matinales, 70 % des petits-déjeuners sont toujours consommés à la maison.

« La forte croissance du petit-déjeuner montre clairement qu'il s'agit d'une opportunité pour les fabricants, les opérateurs et les détaillants de produits alimentaires », a déclaré David Portalatin, vice-président de NPD, analyste de l'industrie alimentaire. « La meilleure façon d'exploiter les opportunités de petit-déjeuner et de collation du matin est d'abord de comprendre quelles sont les motivations, les besoins et les désirs des consommateurs en fonction de la démographie, de l'étape de la vie et de la situation et de laisser ces connaissances guider votre prise de décision. »

Intéressé à rejoindre la tendance? Pour de l'inspiration pour le petit-déjeuner, consultez notre idées de petit déjeuner rapide et sain.


Le professeur agrégé de pratique théâtrale, John DeMita, présente en boucle les étudiants et les anciens élèves avec ses projets de réalisateur Netflix.

Angie Sarkisyan BA 󈧗, à gauche, et le professeur agrégé de pratique théâtrale John DeMita en studio, travaillant sur la série Netflix ‘We Are the Wave,’ que l'ancienne élève surnomme la voix du personnage principal Zazie. (Photo gracieuseté de John DeMita)

Entrez dans la cabine d'un studio d'enregistrement avec le professeur agrégé de pratique théâtrale John DeMita et vous vous rendrez vite compte que le travail vocal bien doublé est une forme d'art qui demande énormément de compétences.

« Le doubleur doit non seulement honorer les choix de l'acteur à l'écran, mais aussi créer une performance complètement naturelle et personnelle qui lui est propre. C'est vraiment l'équilibre de l'intuition et de la technique, comme toute forme de jeu sur scène ou à l'écran », explique-t-il.

Acteur de doublage chevronné, ainsi qu'acteur et réalisateur de cinéma et de théâtre, DeMita a prêté sa voix à des centaines de séries télévisées, de films et de jeux vidéo, tout en enseignant et en réalisant à l'USC. Son rôle le plus récent, cependant, est celui de directeur vocal pour Netflix International Originals.

Pour Netflix, DeMita travaille avec des talents originaux et des acteurs locaux pour créer des doublages en anglais pour des films et des émissions de télévision du monde entier. Les projets incluent des films Ma famille heureuse (Géorgie), Le banquier de la résistance (Pays-Bas) et émissions de télévision Ville frontière (Finlande) et Mon Holo Amour (Corée) entre autres.

Au cours d'une session d'enregistrement typique, DeMita montre à l'acteur vocal la scène dans la langue d'origine tandis que leurs lignes défilent en bas en anglais. Il discute ensuite des événements majeurs de la scène, avec une attention particulière aux transitions et aux changements de rythme, et à d'autres détails comme la distance entre les acteurs et les bruits de fond.

"Un doublage réussi implique un contrôle de la respiration et de l'articulation, une analyse textuelle et rhétorique, une concentration rigoureuse et une improvisation sans peur", explique DeMita, citant toutes ces compétences inestimables que les étudiants acquièrent à l'USC School of Dramatic Arts. C'est pourquoi le professeur se tourne vers les anciens élèves et les étudiants lorsqu'il lance un casting pour le travail vocal.

Nick Petroccone BA ’20 enregistrant dans la cabine de son pour une émission Netflix. (Photo gracieuseté de John DeMita)

« Alors que le travail consiste à faire correspondre la voix de quelqu'un d'autre, il y a tellement plus que la voix qui entre dans la création de toute performance. Il est donc utile de pouvoir ressentir l'expérience physique d'un autre acteur tout en exprimant les mots anglais », déclare Connor Kelly-Eiding BFA '11.

L'ancienne élève – qui a auditionné et décroché le rôle de doublage anglais pour le personnage principal Lea sur Netflix Nous sommes la vague — a trouvé sa formation théâtrale utile dans ce domaine. À l'USC, elle a non seulement affiné sa capacité à lire à froid, et à maintenir sa concentration et sa présence, mais a également découvert qu'« il y a une conscience corporelle inculquée par la formation théâtrale qui est certainement utile [avec le doublage] ».

Alors qu'il était étudiant à la SDA, Evan Macedo BA '20 a été choisi pour le mélodrame espagnol Élite comme le doublage anglais du personnage principal Ander, ainsi que le travail vocal pour Nous sommes la vague.

"Le cours de chant de John m'a appris toutes les compétences, le vocabulaire et l'état d'esprit pour pouvoir entrer en toute confiance dans n'importe quel stand et comprendre ce que l'on attend de moi", dit-il.

Pour Angie Sarkisyan BA '19, travailler avec la présence familière dans un cadre professionnel lui a permis d'exceller.

« En entrant, je savais que j'étais entre de bonnes mains même si j'étais vraiment nerveux. C'est le talent de John en tant que réalisateur et l'amour qu'il a pour l'art qui m'ont vraiment aidé à sortir de ma tête et à faire de mon mieux », a déclaré Sarkisyan à propos de son travail de voix en tant que Zazie sur Nous sommes la vague. Elle a également travaillé avec DeMita sur un deuxième projet Netflix, le drame brésilien récemment créé Bonjour Véronique.

DeMita a invité l'acteur et réalisateur David Hyde Pierce à s'adresser aux étudiants du Massman Theatre en 2014. (Photo USC avec l'aimable autorisation de Gus Ruelas)

Avec COVID-19 modifiant le processus, DeMita travaille désormais à domicile pour limiter le nombre de personnes en studio. Son bureau ressemble beaucoup au contrôle de mission de la NASA, dit-il, avec de nombreux micros et moniteurs. Dans l'une des chambres, il a même installé une cabine d'enregistrement.

Pour la série allemande Sombre, tous les acteurs ont été enregistrés de chez eux, y compris la professeure agrégée de pratique théâtrale Laura Flanagan, qui a été choisie comme nouveau personnage de la série. Certains étaient équipés de cabines professionnelles, tandis que d'autres enregistraient depuis les placards de leur chambre.

"C'était un défi constant, négocier les vitesses Internet et les bruits ambiants, mais avec l'aide d'un excellent mixeur, le spectacle sonne bien", a déclaré DeMita.

Tout en dirigeant le spectacle, DeMita passait ses soirées à diriger une voix américaine d'origine asiatique dans le dub du film coréen Le temps de chasser. «Ce fut une période intense, travaillant 10 heures par jour, essayant de rattraper le temps perdu dû aux premières semaines de COVID», dit-il.

En tant que professeur et praticien du métier, DeMita a eu un emploi du temps chargé, c'est le moins qu'on puisse dire, mais les deux ont maintenu sa carrière épanouissante.

« Dans [leur] dernière année, mes étudiants se concentrent sur le développement d'une compréhension profonde des raisons pour lesquelles ils ont choisi d'être des artistes. Cette réponse pour moi a toujours été un besoin d'aider les autres à raconter leurs histoires. L'enseignement m'a permis de le faire tout au long de ma carrière et j'en suis très reconnaissant.


Le professeur agrégé de pratique théâtrale, John DeMita, présente en boucle les étudiants et les anciens élèves avec ses projets de réalisateur Netflix.

Angie Sarkisyan BA 󈧗, à gauche, et le professeur agrégé de pratique théâtrale John DeMita en studio, travaillant sur la série Netflix ‘We Are the Wave,’ que l'ancienne élève surnomme la voix du personnage principal Zazie. (Photo gracieuseté de John DeMita)

Entrez dans la cabine d'un studio d'enregistrement avec le professeur agrégé de pratique théâtrale John DeMita et vous vous rendrez vite compte que le travail vocal bien doublé est une forme d'art qui demande énormément de compétences.

« Le doubleur doit non seulement honorer les choix de l'acteur à l'écran, mais aussi créer une performance complètement naturelle et personnelle qui lui est propre. C'est vraiment l'équilibre de l'intuition et de la technique, comme toute forme de jeu sur scène ou à l'écran », explique-t-il.

Acteur de doublage chevronné, ainsi qu'acteur et réalisateur de cinéma et de théâtre, DeMita a prêté sa voix à des centaines de séries télévisées, de films et de jeux vidéo, tout en enseignant et en réalisant à l'USC. Son rôle le plus récent, cependant, est celui de directeur vocal pour Netflix International Originals.

Pour Netflix, DeMita travaille avec des talents originaux et des acteurs locaux pour créer des doublages en anglais pour des films et des émissions de télévision du monde entier. Les projets incluent des films Ma famille heureuse (Géorgie), Le banquier de la résistance (Pays-Bas) et émissions de télévision Ville frontière (Finlande) et Mon Holo Amour (Corée) entre autres.

Au cours d'une session d'enregistrement typique, DeMita montre à l'acteur vocal la scène dans la langue d'origine tandis que leurs lignes défilent en bas en anglais. Il discute ensuite des événements majeurs de la scène, avec une attention particulière aux transitions et aux changements de rythme, et à d'autres détails comme la distance entre les acteurs et les bruits de fond.

"Un doublage réussi implique un contrôle de la respiration et de l'articulation, une analyse textuelle et rhétorique, une concentration rigoureuse et une improvisation sans peur", explique DeMita, citant toutes ces compétences inestimables que les étudiants acquièrent à l'USC School of Dramatic Arts. C'est pourquoi le professeur se tourne vers les anciens élèves et les étudiants lorsqu'il lance un casting pour le travail vocal.

Nick Petroccone BA ’20 enregistrant dans la cabine de son pour une émission Netflix. (Photo gracieuseté de John DeMita)

« Alors que le travail consiste à faire correspondre la voix de quelqu'un d'autre, il y a tellement plus que la voix qui entre dans la création de toute performance. Il est donc utile de pouvoir ressentir l'expérience physique d'un autre acteur tout en exprimant les mots anglais », déclare Connor Kelly-Eiding BFA '11.

L'ancienne élève – qui a auditionné et décroché le rôle de doublage anglais du personnage principal Lea sur Netflix Nous sommes la vague — a trouvé sa formation théâtrale utile dans ce domaine. À l'USC, elle a non seulement affiné sa capacité à lire à froid, et à maintenir sa concentration et sa présence, mais a également découvert qu'« il y a une conscience corporelle inculquée par la formation théâtrale qui est certainement utile [avec le doublage] ».

Alors qu'il était étudiant à la SDA, Evan Macedo BA '20 a été casté dans le mélodrame espagnol Élite comme le doublage anglais du personnage principal Ander, ainsi que le travail vocal pour Nous sommes la vague.

« Le cours de chant de John m'a appris toutes les compétences, le vocabulaire et l'état d'esprit pour pouvoir entrer en toute confiance dans n'importe quel stand et comprendre ce que l'on attend de moi », dit-il.

Pour Angie Sarkisyan BA '19, travailler avec la présence familière dans un cadre professionnel lui a permis d'exceller.

« En entrant, je savais que j'étais entre de bonnes mains même si j'étais vraiment nerveux. C'est le talent de John en tant que réalisateur et l'amour qu'il a pour l'art qui m'ont vraiment aidé à sortir de ma tête et à faire de mon mieux », a déclaré Sarkisyan à propos de son travail de voix en tant que Zazie sur Nous sommes la vague. Elle a également travaillé avec DeMita sur un deuxième projet Netflix, le drame brésilien récemment créé Bonjour Véronique.

DeMita a invité l'acteur et réalisateur David Hyde Pierce à s'adresser aux étudiants du Massman Theatre en 2014. (Photo USC avec l'aimable autorisation de Gus Ruelas)

Avec COVID-19 modifiant le processus, DeMita travaille désormais à domicile pour limiter le nombre de personnes en studio. Son bureau ressemble beaucoup au contrôle de mission de la NASA, dit-il, avec de nombreux micros et moniteurs. Dans l'une des chambres, il a même installé une cabine d'enregistrement.

Pour la série allemande Sombre, tous les acteurs ont été enregistrés de chez eux, y compris la professeure agrégée de pratique théâtrale Laura Flanagan, qui a été choisie comme nouveau personnage de la série. Certains étaient équipés de cabines professionnelles, tandis que d'autres enregistraient depuis les placards de leur chambre.

"C'était un défi constant, négocier les vitesses Internet et les bruits ambiants, mais avec l'aide d'un excellent mixeur, le spectacle sonne bien", a déclaré DeMita.

Tout en dirigeant le spectacle, DeMita passait ses soirées à diriger une voix américaine d'origine asiatique dans le dub du film coréen Le temps de chasser. «Ce fut une période intense, travaillant 10 heures par jour, essayant de rattraper le temps perdu dû aux premières semaines de COVID», dit-il.

En tant que professeur et pratiquant du métier, DeMita a gardé un emploi du temps chargé, c'est le moins qu'on puisse dire, mais les deux ont gardé sa carrière épanouissante.

« Au cours de [leur] dernière année, mes étudiants se concentrent sur le développement d'une compréhension approfondie des raisons pour lesquelles ils ont choisi d'être des artistes. Cette réponse pour moi a toujours été un besoin d'aider les autres à raconter leurs histoires. L'enseignement m'a permis de le faire pendant toute ma carrière et j'en suis très reconnaissant.


Le professeur agrégé de pratique théâtrale, John DeMita, présente en boucle les étudiants et les anciens élèves avec ses projets de réalisateur Netflix.

Angie Sarkisyan BA 󈧗, à gauche, et le professeur agrégé de pratique théâtrale John DeMita en studio, travaillant sur la série Netflix ‘We Are the Wave,’ que l'ancienne élève surnomme la voix du personnage principal Zazie. (Photo gracieuseté de John DeMita)

Entrez dans la cabine d'un studio d'enregistrement avec le professeur agrégé de pratique théâtrale John DeMita et vous vous rendrez vite compte que le travail vocal bien doublé est une forme d'art qui demande énormément de compétences.

« Le doubleur doit non seulement honorer les choix de l'acteur à l'écran, mais aussi créer une performance complètement naturelle et personnelle qui lui est propre. C'est vraiment l'équilibre de l'intuition et de la technique, comme toute forme de jeu sur scène ou à l'écran », explique-t-il.

Acteur de doublage chevronné, ainsi qu'acteur et réalisateur de cinéma et de théâtre, DeMita a prêté sa voix à des centaines de séries télévisées, de films et de jeux vidéo, tout en enseignant et en réalisant à l'USC. Son rôle le plus récent, cependant, est celui de directeur vocal pour Netflix International Originals.

Pour Netflix, DeMita travaille avec des talents originaux et des acteurs locaux pour créer des doublages en anglais pour des films et des émissions de télévision du monde entier. Les projets incluent des films Ma famille heureuse (Géorgie), Le banquier de la résistance (Pays-Bas) et émissions de télévision Ville frontière (Finlande) et Mon Holo Amour (Corée) entre autres.

Au cours d'une session d'enregistrement typique, DeMita montre à l'acteur vocal la scène dans la langue originale tandis que leurs lignes défilent en bas en anglais. Il discute ensuite des événements majeurs de la scène, avec une attention particulière aux transitions et aux changements de rythme, et à d'autres détails comme la distance entre les acteurs et les bruits de fond.

"Un doublage réussi implique un contrôle de la respiration et de l'articulation, une analyse textuelle et rhétorique, une concentration rigoureuse et une improvisation sans peur", explique DeMita, citant toutes ces compétences inestimables que les étudiants acquièrent à l'USC School of Dramatic Arts. C'est pourquoi le professeur se tourne vers les anciens élèves et les étudiants lorsqu'il lance un casting pour le travail vocal.

Nick Petroccone BA ’20 enregistrant dans la cabine de son pour un show Netflix. (Photo gracieuseté de John DeMita)

« Alors que le travail consiste à faire correspondre la voix de quelqu'un d'autre, il y a tellement plus que la voix qui entre dans la création de toute performance. Il est donc utile de pouvoir ressentir l'expérience physique d'un autre acteur tout en exprimant les mots anglais », déclare Connor Kelly-Eiding BFA '11.

L'ancienne élève – qui a auditionné et décroché le rôle de doublage anglais du personnage principal Lea sur Netflix Nous sommes la vague — a trouvé sa formation théâtrale utile dans ce domaine. À l'USC, elle a non seulement affiné sa capacité à lire à froid, et à maintenir sa concentration et sa présence, mais a également découvert qu'« il y a une conscience corporelle inculquée par la formation théâtrale qui est certainement utile [avec le doublage] ».

Alors qu'il était étudiant à la SDA, Evan Macedo BA '20 a été choisi pour le mélodrame espagnol Élite comme le doublage anglais du personnage principal Ander, ainsi que le travail vocal pour Nous sommes la vague.

« Le cours de chant de John m'a appris toutes les compétences, le vocabulaire et l'état d'esprit pour pouvoir entrer en toute confiance dans n'importe quel stand et comprendre ce que l'on attend de moi », dit-il.

Pour Angie Sarkisyan BA '19, travailler avec la présence familière dans un cadre professionnel lui a permis d'exceller.

« En entrant, je savais que j'étais entre de bonnes mains même si j'étais vraiment nerveux. C'est le talent de John en tant que réalisateur et l'amour qu'il a pour l'art qui m'ont vraiment aidé à sortir de ma tête et à faire de mon mieux », a déclaré Sarkisyan à propos de son travail de voix en tant que Zazie sur Nous sommes la vague. Elle a également travaillé avec DeMita sur un deuxième projet Netflix, le drame brésilien récemment créé Bonjour Véronique.

DeMita a invité l'acteur et réalisateur David Hyde Pierce à s'adresser aux étudiants du Massman Theatre en 2014. (Photo USC avec l'aimable autorisation de Gus Ruelas)

Avec COVID-19 modifiant le processus, DeMita travaille désormais à domicile pour limiter le nombre de personnes en studio. Son bureau ressemble beaucoup au contrôle de mission de la NASA, dit-il, avec de nombreux micros et moniteurs. Dans l'une des chambres, il a même installé une cabine d'enregistrement.

Pour la série allemande Sombre, tous les acteurs ont été enregistrés de chez eux, y compris la professeure agrégée de pratique théâtrale Laura Flanagan, qui a été choisie comme nouveau personnage de la série. Certains étaient équipés de cabines professionnelles, tandis que d'autres enregistraient depuis les placards de leur chambre.

"C'était un défi constant, négocier les vitesses Internet et les bruits ambiants, mais avec l'aide d'un excellent mixeur, le spectacle sonne bien", a déclaré DeMita.

Tout en dirigeant le spectacle, DeMita passait ses soirées à diriger une voix américaine d'origine asiatique dans le dub du film coréen Le temps de chasser. «Ce fut une période intense, travaillant 10 heures par jour, essayant de rattraper le temps perdu dû aux premières semaines de COVID», dit-il.

En tant que professeur et pratiquant du métier, DeMita a gardé un emploi du temps chargé, c'est le moins qu'on puisse dire, mais les deux ont gardé sa carrière épanouissante.

« Au cours de [leur] dernière année, mes étudiants se concentrent sur le développement d'une compréhension approfondie des raisons pour lesquelles ils ont choisi d'être des artistes. Cette réponse pour moi a toujours été un besoin d'aider les autres à raconter leurs histoires. L'enseignement m'a permis de le faire tout au long de ma carrière et j'en suis très reconnaissant.


Le professeur agrégé de pratique théâtrale, John DeMita, présente en boucle les étudiants et les anciens élèves avec ses projets de réalisateur Netflix.

Angie Sarkisyan BA 󈧗, à gauche, et le professeur agrégé de pratique théâtrale John DeMita en studio, travaillant sur la série Netflix ‘We Are the Wave,’ que l'ancienne élève surnomme la voix du personnage principal Zazie. (Photo gracieuseté de John DeMita)

Entrez dans la cabine d'un studio d'enregistrement avec le professeur agrégé de pratique théâtrale John DeMita et vous vous rendrez vite compte que le travail vocal bien doublé est une forme d'art qui demande énormément de compétences.

« Le doubleur doit non seulement honorer les choix de l'acteur à l'écran, mais aussi créer une performance complètement naturelle et personnelle qui lui est propre. C'est vraiment l'équilibre de l'intuition et de la technique, comme toute forme de jeu sur scène ou à l'écran », explique-t-il.

Acteur de doublage chevronné, ainsi qu'acteur et réalisateur de cinéma et de théâtre, DeMita a prêté sa voix à des centaines de séries télévisées, de films et de jeux vidéo, tout en enseignant et en réalisant à l'USC. Son rôle le plus récent, cependant, est celui de directeur vocal pour Netflix International Originals.

Pour Netflix, DeMita travaille avec des talents originaux et des acteurs locaux pour créer des doublages en anglais pour des films et des émissions de télévision du monde entier. Les projets incluent des films Ma famille heureuse (Géorgie), Le banquier de la résistance (Pays-Bas) et émissions de télévision Ville frontière (Finlande) et Mon Holo Amour (Corée) entre autres.

Au cours d'une session d'enregistrement typique, DeMita montre à l'acteur vocal la scène dans la langue d'origine tandis que leurs lignes défilent en bas en anglais. Il discute ensuite des événements majeurs de la scène, avec une attention particulière aux transitions et aux changements de rythme, et à d'autres détails comme la distance entre les acteurs et les bruits de fond.

"Un doublage réussi implique un contrôle de la respiration et de l'articulation, une analyse textuelle et rhétorique, une concentration rigoureuse et une improvisation sans peur", explique DeMita, citant toutes ces compétences inestimables que les étudiants acquièrent à l'USC School of Dramatic Arts. C'est pourquoi le professeur se tourne vers les anciens élèves et les étudiants lorsqu'il lance un casting pour le travail vocal.

Nick Petroccone BA ’20 enregistrant dans la cabine de son pour une émission Netflix. (Photo gracieuseté de John DeMita)

« Alors que le travail consiste à faire correspondre la voix de quelqu'un d'autre, il y a tellement plus que la voix qui entre dans la création de toute performance. Il est donc utile de pouvoir ressentir l'expérience physique d'un autre acteur tout en exprimant les mots anglais », déclare Connor Kelly-Eiding BFA '11.

L'ancienne élève – qui a auditionné et décroché le rôle de doublage anglais du personnage principal Lea sur Netflix Nous sommes la vague — a trouvé sa formation théâtrale utile dans ce domaine. À l'USC, elle a non seulement affiné sa capacité à lire à froid, et à maintenir sa concentration et sa présence, mais a également découvert qu'« il y a une conscience corporelle inculquée par la formation théâtrale qui est certainement utile [avec le doublage] ».

Alors qu'il était étudiant à la SDA, Evan Macedo BA '20 a été choisi pour le mélodrame espagnol Élite comme le doublage anglais du personnage principal Ander, ainsi que le travail vocal pour Nous sommes la vague.

« Le cours de chant de John m'a appris toutes les compétences, le vocabulaire et l'état d'esprit pour pouvoir entrer en toute confiance dans n'importe quel stand et comprendre ce que l'on attend de moi », dit-il.

Pour Angie Sarkisyan BA '19, travailler avec la présence familière dans un cadre professionnel lui a permis d'exceller.

« En entrant, je savais que j'étais entre de bonnes mains même si j'étais vraiment nerveux. C'est le talent de John en tant que réalisateur et l'amour qu'il a pour l'art qui m'ont vraiment aidé à sortir de ma tête et à faire de mon mieux », a déclaré Sarkisyan à propos de son travail de voix en tant que Zazie sur Nous sommes la vague. Elle a également travaillé avec DeMita sur un deuxième projet Netflix, le drame brésilien récemment créé Bonjour Véronique.

DeMita a invité l'acteur et réalisateur David Hyde Pierce à s'adresser aux étudiants du Massman Theatre en 2014. (Photo USC avec l'aimable autorisation de Gus Ruelas)

Avec COVID-19 modifiant le processus, DeMita travaille désormais à domicile pour limiter le nombre de personnes en studio. Son bureau ressemble beaucoup au contrôle de mission de la NASA, dit-il, avec de nombreux micros et moniteurs. Dans l'une des chambres, il a même installé une cabine d'enregistrement.

Pour la série allemande Sombre, tous les acteurs ont été enregistrés de chez eux, y compris la professeure agrégée de pratique théâtrale Laura Flanagan, qui a été choisie comme nouveau personnage de la série. Certains étaient équipés de cabines professionnelles, tandis que d'autres enregistraient depuis les placards de leur chambre.

"C'était un défi constant, négocier les vitesses Internet et les bruits ambiants, mais avec l'aide d'un excellent mixeur, le spectacle sonne bien", a déclaré DeMita.

Tout en dirigeant le spectacle, DeMita passait ses soirées à diriger une voix américaine d'origine asiatique dans le dub du film coréen Le temps de chasser. «Ce fut une période intense, travaillant 10 heures par jour, essayant de rattraper le temps perdu dû aux premières semaines de COVID», dit-il.

En tant que professeur et pratiquant du métier, DeMita a gardé un emploi du temps chargé, c'est le moins qu'on puisse dire, mais les deux ont gardé sa carrière épanouissante.

« Dans [leur] dernière année, mes étudiants se concentrent sur le développement d'une compréhension profonde des raisons pour lesquelles ils ont choisi d'être des artistes. Cette réponse pour moi a toujours été un besoin d'aider les autres à raconter leurs histoires. L'enseignement m'a permis de le faire pendant toute ma carrière et j'en suis très reconnaissant.


Le professeur agrégé de pratique théâtrale, John DeMita, présente en boucle les étudiants et les anciens élèves avec ses projets de réalisateur Netflix.

Angie Sarkisyan BA 󈧗, à gauche, et le professeur agrégé de pratique théâtrale John DeMita en studio, travaillant sur la série Netflix ‘We Are the Wave,’ que l'ancienne élève surnomme la voix du personnage principal Zazie. (Photo gracieuseté de John DeMita)

Entrez dans la cabine d'un studio d'enregistrement avec le professeur agrégé de pratique théâtrale John DeMita et vous vous rendrez vite compte que le travail vocal bien doublé est une forme d'art qui demande énormément de compétences.

« Le doubleur doit non seulement honorer les choix de l'acteur à l'écran, mais aussi créer une performance complètement naturelle et personnelle qui lui est propre. C'est vraiment l'équilibre de l'intuition et de la technique, comme toute forme de jeu sur scène ou à l'écran », explique-t-il.

Acteur de doublage chevronné, ainsi qu'acteur et réalisateur de cinéma et de théâtre, DeMita a prêté sa voix à des centaines de séries télévisées, de films et de jeux vidéo, tout en enseignant et en réalisant à l'USC. Son rôle le plus récent, cependant, est celui de directeur vocal pour Netflix International Originals.

Pour Netflix, DeMita travaille avec des talents originaux et des acteurs locaux pour créer des doublages en anglais pour des films et des émissions de télévision du monde entier. Les projets incluent des films Ma famille heureuse (Géorgie), Le banquier de la résistance (Pays-Bas) et émissions de télévision Ville frontière (Finlande) et Mon Holo Amour (Corée) entre autres.

Au cours d'une session d'enregistrement typique, DeMita montre à l'acteur vocal la scène dans la langue d'origine tandis que leurs lignes défilent en bas en anglais. Il discute ensuite des événements majeurs de la scène, avec une attention particulière aux transitions et aux changements de rythme, et à d'autres détails comme la distance entre les acteurs et les bruits de fond.

"Un doublage réussi implique un contrôle de la respiration et de l'articulation, une analyse textuelle et rhétorique, une concentration rigoureuse et une improvisation sans peur", explique DeMita, citant toutes ces compétences inestimables que les étudiants acquièrent à l'USC School of Dramatic Arts. C'est pourquoi le professeur se tourne vers les anciens élèves et les étudiants lorsqu'il lance un casting pour le travail vocal.

Nick Petroccone BA ’20 enregistrant dans la cabine de son pour une émission Netflix. (Photo gracieuseté de John DeMita)

« Alors que le travail consiste à faire correspondre la voix de quelqu'un d'autre, il y a tellement plus que la voix qui entre dans la création de toute performance. Il est donc utile de pouvoir ressentir l'expérience physique d'un autre acteur tout en exprimant les mots anglais », déclare Connor Kelly-Eiding BFA '11.

L'ancienne élève – qui a auditionné et décroché le rôle de doublage anglais du personnage principal Lea sur Netflix Nous sommes la vague — a trouvé sa formation théâtrale utile dans ce domaine. À l'USC, elle a non seulement affiné sa capacité à lire à froid, et à maintenir sa concentration et sa présence, mais a également découvert qu'« il y a une conscience corporelle inculquée par la formation théâtrale qui est certainement utile [avec le doublage] ».

Alors qu'il était étudiant à la SDA, Evan Macedo BA '20 a été choisi pour le mélodrame espagnol Élite comme le doublage anglais du personnage principal Ander, ainsi que le travail vocal pour Nous sommes la vague.

« Le cours de chant de John m'a appris toutes les compétences, le vocabulaire et l'état d'esprit pour pouvoir entrer en toute confiance dans n'importe quel stand et comprendre ce que l'on attend de moi », dit-il.

Pour Angie Sarkisyan BA '19, travailler avec la présence familière dans un cadre professionnel lui a permis d'exceller.

« En entrant, je savais que j'étais entre de bonnes mains même si j'étais vraiment nerveux. C'est le talent de John en tant que réalisateur et l'amour qu'il a pour l'art qui m'ont vraiment aidé à sortir de ma tête et à faire de mon mieux », a déclaré Sarkisyan à propos de son travail de voix en tant que Zazie sur Nous sommes la vague. Elle a également travaillé avec DeMita sur un deuxième projet Netflix, le drame brésilien récemment créé Bonjour Véronique.

DeMita a invité l'acteur et réalisateur David Hyde Pierce à s'adresser aux étudiants du Massman Theatre en 2014. (Photo USC avec l'aimable autorisation de Gus Ruelas)

Avec COVID-19 modifiant le processus, DeMita travaille désormais à domicile pour limiter le nombre de personnes en studio. Son bureau ressemble beaucoup au contrôle de mission de la NASA, dit-il, avec de nombreux micros et moniteurs. Dans l'une des chambres, il a même installé une cabine d'enregistrement.

Pour la série allemande Sombre, tous les acteurs ont été enregistrés de chez eux, y compris la professeure agrégée de pratique théâtrale Laura Flanagan, qui a été choisie comme nouveau personnage de la série. Certains étaient équipés de cabines professionnelles, tandis que d'autres enregistraient depuis les placards de leur chambre.

"C'était un défi constant, négocier les vitesses Internet et les bruits ambiants, mais avec l'aide d'un excellent mixeur, le spectacle sonne bien", a déclaré DeMita.

Tout en dirigeant le spectacle, DeMita passait ses soirées à diriger une voix américaine d'origine asiatique dans le dub du film coréen Le temps de chasser. «Ce fut une période intense, travaillant 10 heures par jour, essayant de rattraper le temps perdu dû aux premières semaines de COVID», dit-il.

En tant que professeur et pratiquant du métier, DeMita a gardé un emploi du temps chargé, c'est le moins qu'on puisse dire, mais les deux ont gardé sa carrière épanouissante.

« Au cours de [leur] dernière année, mes étudiants se concentrent sur le développement d'une compréhension approfondie des raisons pour lesquelles ils ont choisi d'être des artistes. Cette réponse pour moi a toujours été un besoin d'aider les autres à raconter leurs histoires. L'enseignement m'a permis de le faire tout au long de ma carrière et j'en suis très reconnaissant.


Le professeur agrégé de pratique théâtrale, John DeMita, présente en boucle les étudiants et les anciens élèves avec ses projets de réalisateur Netflix.

Angie Sarkisyan BA 󈧗, à gauche, et le professeur agrégé de pratique théâtrale John DeMita en studio, travaillant sur la série Netflix ‘We Are the Wave,’ que l'ancienne élève surnomme la voix du personnage principal Zazie. (Photo gracieuseté de John DeMita)

Entrez dans la cabine d'un studio d'enregistrement avec le professeur agrégé de pratique théâtrale John DeMita et vous vous rendrez vite compte que le travail vocal bien doublé est une forme d'art qui demande énormément de compétences.

« Le doubleur doit non seulement honorer les choix de l'acteur à l'écran, mais aussi créer une performance complètement naturelle et personnelle qui lui est propre. C'est vraiment l'équilibre de l'intuition et de la technique, comme toute forme de jeu sur scène ou à l'écran », explique-t-il.

Acteur de doublage chevronné, ainsi qu'acteur et réalisateur de cinéma et de théâtre, DeMita a prêté sa voix à des centaines de séries télévisées, de films et de jeux vidéo, tout en enseignant et en réalisant à l'USC. Son rôle le plus récent, cependant, est celui de directeur vocal pour Netflix International Originals.

Pour Netflix, DeMita travaille avec des talents originaux et des acteurs locaux pour créer des doublages en anglais pour des films et des émissions de télévision du monde entier. Les projets incluent des films Ma famille heureuse (Géorgie), Le banquier de la résistance (Pays-Bas) et émissions de télévision Ville frontière (Finlande) et Mon Holo Amour (Corée) entre autres.

Au cours d'une session d'enregistrement typique, DeMita montre à l'acteur vocal la scène dans la langue originale tandis que leurs lignes défilent en bas en anglais. Il discute ensuite des événements majeurs de la scène, avec une attention particulière aux transitions et aux changements de rythme, et à d'autres détails comme la distance entre les acteurs et les bruits de fond.

"Un doublage réussi implique un contrôle de la respiration et de l'articulation, une analyse textuelle et rhétorique, une concentration rigoureuse et une improvisation sans peur", explique DeMita, citant toutes ces compétences inestimables que les étudiants acquièrent à l'USC School of Dramatic Arts. C'est pourquoi le professeur se tourne vers les anciens élèves et les étudiants lorsqu'il lance un casting pour le travail vocal.

Nick Petroccone BA ’20 enregistrant dans la cabine de son pour une émission Netflix. (Photo avec l'aimable autorisation de John DeMita)

“While the job is matching someone else’s voice, there’s so much more than just the voice that goes into creating any performance. So being able to feel out another actor’s physical experience while voicing the English words is helpful,” Connor Kelly-Eiding BFA ’11 says.

The alumna — who auditioned and landed the English dub role for lead character Lea on Netflix’s We Are the Wave — has found her theatre training helpful in this line of work. At USC, she not only refined her ability to cold read, and maintain focus and presence, but also found that “there is a bodily awareness instilled by theatrical training that definitely comes in handy [with dubbing].”

While a student at SDA, Evan Macedo BA ’20 was cast in the Spanish melodrama Élite as the English dub for principal character Ander, as well as voice work for We Are the Wave.

“John’s voice class taught me all the skills, vocabulary and mindset to be able to confidently walk into any booth and understand what is expected of me,” he says.

For Angie Sarkisyan BA ’19, working with the familiar presence in a professional setting allowed her to excel.

“Going in, I knew I was in good hands even though I was really nervous. It was John’s talent as a director and the love he has for the art that really helped me to get out of my head and do my best,” says Sarkisyan about her voice work as Zazie on We Are the Wave. She also worked with DeMita on a second Netflix project, the recently premiered Brazilian drama Good Morning, Verônica.

DeMita invited actor and director David Hyde Pierce to speak to students in the Massman Theatre in 2014. (USC Photo courtesy Gus Ruelas)

With COVID-19 altering the process, DeMita now works from home to limit the number of people in studio. His office looks a lot like NASA mission control, he says, with numerous mics and monitors. In one of the bedrooms, he even has a recording booth set up.

For the German series Dark, all of the actors recorded from home — including Associate Professor of Theatre Practice Laura Flanagan, who was cast as a new character in the series. Some were equipped with professional booths, while others recorded from their bedroom closets.

“It was a constant challenge, negotiating internet speeds and ambient noises, but with the help of an excellent mixer, the show sounds great,” DeMita says.

While directing the show, DeMita spent his evenings directing an Asian American voice cast in the dub of the Korean film Time to Hunt. “It was an intense period, working 10-hour days, trying to make up for the lost time due to the first weeks of COVID,” he says.

Being a professor and a practitioner of the craft, DeMita has kept a busy schedule, to say the least, but both have kept his career fulfilling.

“In [their] senior year, my students focus on developing a deep understanding of why they have chosen to be artists. That answer for me has always been a need to help others tell their stories. Teaching has allowed me to do that for my entire career and I am very grateful.”


Associate Professor of Theatre Practice John DeMita loops students and alumni in with his Netflix directorial projects.

Angie Sarkisyan BA 󈧗, left, and Associate Professor of Theatre Practice John DeMita in studio, working on the Netflix series ‘We Are the Wave,’ which the alumna dubs the voice of lead character Zazie. (Photo Courtesy of John DeMita)

Step into the booth of a recording studio with Associate Professor of Theatre Practice John DeMita and you’ll soon realize that well-dubbed voice work is an artform that takes a tremendous amount of skill.

“The dubber must not only honor the choices of the actor on screen, but also create a completely natural and personal performance of their own. It is very much the balance of intuition and technique, just like any form of acting on stage or screen,” he explains.

A seasoned voice actor, as well as a screen and stage actor and director, DeMita has lent his voice to hundreds of television series, films and video games, while teaching and directing at USC. His most recent role, however, is serving as a voice director for Netflix International Originals.

For Netflix, DeMita works with original talent and local voice actors to create English language dubs for films and television shows worldwide. Projects include films My Happy Family (Georgia), The Resistance Banker (Netherlands) and television shows Bordertown (Finland) and My Holo Love (Korea) among others.

During a typical recording session, DeMita shows the voice actor the scene in the original language while their lines scroll at the bottom in English. He then discusses major events of the scene, with a particular attention to transitions and beat changes, and other details like the distance between actors and background noises.

“Successful voice acting involves breath and articulation control, textual and rhetorical analysis, rigorous focus, and fearless improvisation,” says DeMita, citing that all of these as invaluable skills students learn at the USC School of Dramatic Arts. That’s why the professor looks to alumni and students when he is casting for voice work.

Nick Petroccione BA ’20 recording in the sound booth for a Netflix show. (Photo courtesy of John DeMita)

“While the job is matching someone else’s voice, there’s so much more than just the voice that goes into creating any performance. So being able to feel out another actor’s physical experience while voicing the English words is helpful,” Connor Kelly-Eiding BFA ’11 says.

The alumna — who auditioned and landed the English dub role for lead character Lea on Netflix’s We Are the Wave — has found her theatre training helpful in this line of work. At USC, she not only refined her ability to cold read, and maintain focus and presence, but also found that “there is a bodily awareness instilled by theatrical training that definitely comes in handy [with dubbing].”

While a student at SDA, Evan Macedo BA ’20 was cast in the Spanish melodrama Élite as the English dub for principal character Ander, as well as voice work for We Are the Wave.

“John’s voice class taught me all the skills, vocabulary and mindset to be able to confidently walk into any booth and understand what is expected of me,” he says.

For Angie Sarkisyan BA ’19, working with the familiar presence in a professional setting allowed her to excel.

“Going in, I knew I was in good hands even though I was really nervous. It was John’s talent as a director and the love he has for the art that really helped me to get out of my head and do my best,” says Sarkisyan about her voice work as Zazie on We Are the Wave. She also worked with DeMita on a second Netflix project, the recently premiered Brazilian drama Good Morning, Verônica.

DeMita invited actor and director David Hyde Pierce to speak to students in the Massman Theatre in 2014. (USC Photo courtesy Gus Ruelas)

With COVID-19 altering the process, DeMita now works from home to limit the number of people in studio. His office looks a lot like NASA mission control, he says, with numerous mics and monitors. In one of the bedrooms, he even has a recording booth set up.

For the German series Dark, all of the actors recorded from home — including Associate Professor of Theatre Practice Laura Flanagan, who was cast as a new character in the series. Some were equipped with professional booths, while others recorded from their bedroom closets.

“It was a constant challenge, negotiating internet speeds and ambient noises, but with the help of an excellent mixer, the show sounds great,” DeMita says.

While directing the show, DeMita spent his evenings directing an Asian American voice cast in the dub of the Korean film Time to Hunt. “It was an intense period, working 10-hour days, trying to make up for the lost time due to the first weeks of COVID,” he says.

Being a professor and a practitioner of the craft, DeMita has kept a busy schedule, to say the least, but both have kept his career fulfilling.

“In [their] senior year, my students focus on developing a deep understanding of why they have chosen to be artists. That answer for me has always been a need to help others tell their stories. Teaching has allowed me to do that for my entire career and I am very grateful.”


Associate Professor of Theatre Practice John DeMita loops students and alumni in with his Netflix directorial projects.

Angie Sarkisyan BA 󈧗, left, and Associate Professor of Theatre Practice John DeMita in studio, working on the Netflix series ‘We Are the Wave,’ which the alumna dubs the voice of lead character Zazie. (Photo Courtesy of John DeMita)

Step into the booth of a recording studio with Associate Professor of Theatre Practice John DeMita and you’ll soon realize that well-dubbed voice work is an artform that takes a tremendous amount of skill.

“The dubber must not only honor the choices of the actor on screen, but also create a completely natural and personal performance of their own. It is very much the balance of intuition and technique, just like any form of acting on stage or screen,” he explains.

A seasoned voice actor, as well as a screen and stage actor and director, DeMita has lent his voice to hundreds of television series, films and video games, while teaching and directing at USC. His most recent role, however, is serving as a voice director for Netflix International Originals.

For Netflix, DeMita works with original talent and local voice actors to create English language dubs for films and television shows worldwide. Projects include films My Happy Family (Georgia), The Resistance Banker (Netherlands) and television shows Bordertown (Finland) and My Holo Love (Korea) among others.

During a typical recording session, DeMita shows the voice actor the scene in the original language while their lines scroll at the bottom in English. He then discusses major events of the scene, with a particular attention to transitions and beat changes, and other details like the distance between actors and background noises.

“Successful voice acting involves breath and articulation control, textual and rhetorical analysis, rigorous focus, and fearless improvisation,” says DeMita, citing that all of these as invaluable skills students learn at the USC School of Dramatic Arts. That’s why the professor looks to alumni and students when he is casting for voice work.

Nick Petroccione BA ’20 recording in the sound booth for a Netflix show. (Photo courtesy of John DeMita)

“While the job is matching someone else’s voice, there’s so much more than just the voice that goes into creating any performance. So being able to feel out another actor’s physical experience while voicing the English words is helpful,” Connor Kelly-Eiding BFA ’11 says.

The alumna — who auditioned and landed the English dub role for lead character Lea on Netflix’s We Are the Wave — has found her theatre training helpful in this line of work. At USC, she not only refined her ability to cold read, and maintain focus and presence, but also found that “there is a bodily awareness instilled by theatrical training that definitely comes in handy [with dubbing].”

While a student at SDA, Evan Macedo BA ’20 was cast in the Spanish melodrama Élite as the English dub for principal character Ander, as well as voice work for We Are the Wave.

“John’s voice class taught me all the skills, vocabulary and mindset to be able to confidently walk into any booth and understand what is expected of me,” he says.

For Angie Sarkisyan BA ’19, working with the familiar presence in a professional setting allowed her to excel.

“Going in, I knew I was in good hands even though I was really nervous. It was John’s talent as a director and the love he has for the art that really helped me to get out of my head and do my best,” says Sarkisyan about her voice work as Zazie on We Are the Wave. She also worked with DeMita on a second Netflix project, the recently premiered Brazilian drama Good Morning, Verônica.

DeMita invited actor and director David Hyde Pierce to speak to students in the Massman Theatre in 2014. (USC Photo courtesy Gus Ruelas)

With COVID-19 altering the process, DeMita now works from home to limit the number of people in studio. His office looks a lot like NASA mission control, he says, with numerous mics and monitors. In one of the bedrooms, he even has a recording booth set up.

For the German series Dark, all of the actors recorded from home — including Associate Professor of Theatre Practice Laura Flanagan, who was cast as a new character in the series. Some were equipped with professional booths, while others recorded from their bedroom closets.

“It was a constant challenge, negotiating internet speeds and ambient noises, but with the help of an excellent mixer, the show sounds great,” DeMita says.

While directing the show, DeMita spent his evenings directing an Asian American voice cast in the dub of the Korean film Time to Hunt. “It was an intense period, working 10-hour days, trying to make up for the lost time due to the first weeks of COVID,” he says.

Being a professor and a practitioner of the craft, DeMita has kept a busy schedule, to say the least, but both have kept his career fulfilling.

“In [their] senior year, my students focus on developing a deep understanding of why they have chosen to be artists. That answer for me has always been a need to help others tell their stories. Teaching has allowed me to do that for my entire career and I am very grateful.”


Associate Professor of Theatre Practice John DeMita loops students and alumni in with his Netflix directorial projects.

Angie Sarkisyan BA 󈧗, left, and Associate Professor of Theatre Practice John DeMita in studio, working on the Netflix series ‘We Are the Wave,’ which the alumna dubs the voice of lead character Zazie. (Photo Courtesy of John DeMita)

Step into the booth of a recording studio with Associate Professor of Theatre Practice John DeMita and you’ll soon realize that well-dubbed voice work is an artform that takes a tremendous amount of skill.

“The dubber must not only honor the choices of the actor on screen, but also create a completely natural and personal performance of their own. It is very much the balance of intuition and technique, just like any form of acting on stage or screen,” he explains.

A seasoned voice actor, as well as a screen and stage actor and director, DeMita has lent his voice to hundreds of television series, films and video games, while teaching and directing at USC. His most recent role, however, is serving as a voice director for Netflix International Originals.

For Netflix, DeMita works with original talent and local voice actors to create English language dubs for films and television shows worldwide. Projects include films My Happy Family (Georgia), The Resistance Banker (Netherlands) and television shows Bordertown (Finland) and My Holo Love (Korea) among others.

During a typical recording session, DeMita shows the voice actor the scene in the original language while their lines scroll at the bottom in English. He then discusses major events of the scene, with a particular attention to transitions and beat changes, and other details like the distance between actors and background noises.

“Successful voice acting involves breath and articulation control, textual and rhetorical analysis, rigorous focus, and fearless improvisation,” says DeMita, citing that all of these as invaluable skills students learn at the USC School of Dramatic Arts. That’s why the professor looks to alumni and students when he is casting for voice work.

Nick Petroccione BA ’20 recording in the sound booth for a Netflix show. (Photo courtesy of John DeMita)

“While the job is matching someone else’s voice, there’s so much more than just the voice that goes into creating any performance. So being able to feel out another actor’s physical experience while voicing the English words is helpful,” Connor Kelly-Eiding BFA ’11 says.

The alumna — who auditioned and landed the English dub role for lead character Lea on Netflix’s We Are the Wave — has found her theatre training helpful in this line of work. At USC, she not only refined her ability to cold read, and maintain focus and presence, but also found that “there is a bodily awareness instilled by theatrical training that definitely comes in handy [with dubbing].”

While a student at SDA, Evan Macedo BA ’20 was cast in the Spanish melodrama Élite as the English dub for principal character Ander, as well as voice work for We Are the Wave.

“John’s voice class taught me all the skills, vocabulary and mindset to be able to confidently walk into any booth and understand what is expected of me,” he says.

For Angie Sarkisyan BA ’19, working with the familiar presence in a professional setting allowed her to excel.

“Going in, I knew I was in good hands even though I was really nervous. It was John’s talent as a director and the love he has for the art that really helped me to get out of my head and do my best,” says Sarkisyan about her voice work as Zazie on We Are the Wave. She also worked with DeMita on a second Netflix project, the recently premiered Brazilian drama Good Morning, Verônica.

DeMita invited actor and director David Hyde Pierce to speak to students in the Massman Theatre in 2014. (USC Photo courtesy Gus Ruelas)

With COVID-19 altering the process, DeMita now works from home to limit the number of people in studio. His office looks a lot like NASA mission control, he says, with numerous mics and monitors. In one of the bedrooms, he even has a recording booth set up.

For the German series Dark, all of the actors recorded from home — including Associate Professor of Theatre Practice Laura Flanagan, who was cast as a new character in the series. Some were equipped with professional booths, while others recorded from their bedroom closets.

“It was a constant challenge, negotiating internet speeds and ambient noises, but with the help of an excellent mixer, the show sounds great,” DeMita says.

While directing the show, DeMita spent his evenings directing an Asian American voice cast in the dub of the Korean film Time to Hunt. “It was an intense period, working 10-hour days, trying to make up for the lost time due to the first weeks of COVID,” he says.

Being a professor and a practitioner of the craft, DeMita has kept a busy schedule, to say the least, but both have kept his career fulfilling.

“In [their] senior year, my students focus on developing a deep understanding of why they have chosen to be artists. That answer for me has always been a need to help others tell their stories. Teaching has allowed me to do that for my entire career and I am very grateful.”


Associate Professor of Theatre Practice John DeMita loops students and alumni in with his Netflix directorial projects.

Angie Sarkisyan BA 󈧗, left, and Associate Professor of Theatre Practice John DeMita in studio, working on the Netflix series ‘We Are the Wave,’ which the alumna dubs the voice of lead character Zazie. (Photo Courtesy of John DeMita)

Step into the booth of a recording studio with Associate Professor of Theatre Practice John DeMita and you’ll soon realize that well-dubbed voice work is an artform that takes a tremendous amount of skill.

“The dubber must not only honor the choices of the actor on screen, but also create a completely natural and personal performance of their own. It is very much the balance of intuition and technique, just like any form of acting on stage or screen,” he explains.

A seasoned voice actor, as well as a screen and stage actor and director, DeMita has lent his voice to hundreds of television series, films and video games, while teaching and directing at USC. His most recent role, however, is serving as a voice director for Netflix International Originals.

For Netflix, DeMita works with original talent and local voice actors to create English language dubs for films and television shows worldwide. Projects include films My Happy Family (Georgia), The Resistance Banker (Netherlands) and television shows Bordertown (Finland) and My Holo Love (Korea) among others.

During a typical recording session, DeMita shows the voice actor the scene in the original language while their lines scroll at the bottom in English. He then discusses major events of the scene, with a particular attention to transitions and beat changes, and other details like the distance between actors and background noises.

“Successful voice acting involves breath and articulation control, textual and rhetorical analysis, rigorous focus, and fearless improvisation,” says DeMita, citing that all of these as invaluable skills students learn at the USC School of Dramatic Arts. That’s why the professor looks to alumni and students when he is casting for voice work.

Nick Petroccione BA ’20 recording in the sound booth for a Netflix show. (Photo courtesy of John DeMita)

“While the job is matching someone else’s voice, there’s so much more than just the voice that goes into creating any performance. So being able to feel out another actor’s physical experience while voicing the English words is helpful,” Connor Kelly-Eiding BFA ’11 says.

The alumna — who auditioned and landed the English dub role for lead character Lea on Netflix’s We Are the Wave — has found her theatre training helpful in this line of work. At USC, she not only refined her ability to cold read, and maintain focus and presence, but also found that “there is a bodily awareness instilled by theatrical training that definitely comes in handy [with dubbing].”

While a student at SDA, Evan Macedo BA ’20 was cast in the Spanish melodrama Élite as the English dub for principal character Ander, as well as voice work for We Are the Wave.

“John’s voice class taught me all the skills, vocabulary and mindset to be able to confidently walk into any booth and understand what is expected of me,” he says.

For Angie Sarkisyan BA ’19, working with the familiar presence in a professional setting allowed her to excel.

“Going in, I knew I was in good hands even though I was really nervous. It was John’s talent as a director and the love he has for the art that really helped me to get out of my head and do my best,” says Sarkisyan about her voice work as Zazie on We Are the Wave. She also worked with DeMita on a second Netflix project, the recently premiered Brazilian drama Good Morning, Verônica.

DeMita invited actor and director David Hyde Pierce to speak to students in the Massman Theatre in 2014. (USC Photo courtesy Gus Ruelas)

With COVID-19 altering the process, DeMita now works from home to limit the number of people in studio. His office looks a lot like NASA mission control, he says, with numerous mics and monitors. In one of the bedrooms, he even has a recording booth set up.

For the German series Dark, all of the actors recorded from home — including Associate Professor of Theatre Practice Laura Flanagan, who was cast as a new character in the series. Some were equipped with professional booths, while others recorded from their bedroom closets.

“It was a constant challenge, negotiating internet speeds and ambient noises, but with the help of an excellent mixer, the show sounds great,” DeMita says.

While directing the show, DeMita spent his evenings directing an Asian American voice cast in the dub of the Korean film Time to Hunt. “It was an intense period, working 10-hour days, trying to make up for the lost time due to the first weeks of COVID,” he says.

Being a professor and a practitioner of the craft, DeMita has kept a busy schedule, to say the least, but both have kept his career fulfilling.

“In [their] senior year, my students focus on developing a deep understanding of why they have chosen to be artists. That answer for me has always been a need to help others tell their stories. Teaching has allowed me to do that for my entire career and I am very grateful.”


Voir la vidéo: Quizz: Le petit déjeuner américain (Octobre 2021).