Autre

Shopping aux épices avec Angelo Sosa


Arthur Bovino

Angelo Sosa répond qu'en général vous voulez que les épices aient de l'huile volatile, qui est comme un parfum ; les épices plus brillantes ont plus d'huiles et une saveur plus fraîche. L'un de ses favoris en ce moment est la cannelle de Saigon. En tant que chef et extracteur de saveurs, Sosa Tears ouvre un sac de cannelle de Saigon et dit : « prends un morceau et ronge-le… ronge comme un castor ». (Ce que nous avons tous fait). "Ça a le goût d'une boule de feu atomique maintenant." Il dit que la meilleure chose à faire avec les épices est de les griller légèrement à feu doux, ce qui libère plus d'huiles. Si vous le faites griller à feu trop élevé, vous perdrez son parfum. Laissez-les refroidir puis broyez-les et mélangez-les avec d'autres épices (Si vous les mélangez à chaud, vous risquez également de perdre le parfum.)

« J'aime beaucoup les soupes, les ragoûts et les viandes, alors quel type d'épices devrais-je acheter ? » — Client Sue

Arthur Bovino

Angelo Sosa répond qu'en général vous voulez que les épices aient de l'huile volatile, qui est comme un parfum ; les épices plus brillantes ont plus d'huiles et une saveur plus fraîche. Laissez-les refroidir puis broyez-les et mélangez-les avec d'autres épices (Si vous les mélangez à chaud, vous risquez également de perdre le parfum.)

« Comment utiliseriez-vous cela en cuisine ? » — Client Sue

Arthur Bovino

Angelo aime l'utiliser sur du pain perdu mélangé à de la cardamome, ou dit de le mélanger et d'en faire une marinade.

« Si vous pouviez frotter la viande avec n'importe quelle épice, laquelle serait-elle ? » — Client Sue

Arthur Bovino

Sosa réfléchit un instant et revient avec: "Certaines épices stimulent la fumée ensemble, donc je combinerais probablement quelque chose comme le clou de girofle, le piment de la Jamaïque, le poivre noir, la cassonade et le sel." Il ajoute: "Mais certaines épices vont très loin comme le clou de girofle, vous n'en avez donc besoin que d'un peu pour un grand impact, tandis que le sucre brun est utilisé pour faire ressortir la saveur des épices." Il les faisait griller, les mixait, puis faisait mariner la viande à température ambiante.

« Et le poisson ? » — Client Sue

Arthur Bovino

Sosa est un soldat et sans montrer aucun signe d'agacement, explique patiemment qu'il aime beaucoup utiliser le curcuma et la sauce de poisson pour une marinade pour les poissons blancs comme le tilapia et la sole. Il recherche une sauce de poisson qui a une couleur ambrée et qui a l'air propre et pure - cela signifie que c'est une meilleure qualité. (Sa marque préférée est Three Crabfish.) Il combine généralement quatre cuillères à soupe de curcuma avec deux cuillères à soupe de sauce de poisson, sans sel, et fait mariner le poisson avant de le griller ou de le faire sauter.

« Et le bœuf ? » — Client Sue

Arthur Bovino

Sosa dit qu'il essaie d'utiliser des épices terrestres, celles qui ressemblent davantage à de la terre lors de la cuisson du bœuf, il recommande donc toutes les épices noires, comme le poivre noir, la cardamome noire, les graines d'oignon de Nigelle et d'autres comme ça. Mais le plus important, explique-t-il, c'est que tous les mélanges d'épices sont une question d'expérimentation : « Tout fonctionne ensemble, c'est juste une question de modération ». Il essaie de dire à Sue qu'il s'agit de rapporter les épices à vous-même, comment vous les aimez, et c'est un bon point de départ pour comprendre ce que vous aimez.


Ne soyez pas du poulet avec le support à épices

Les Américains sont peur des épices. Attendez, reformulons cela : les Américains ont peur de cuisiner avec des épices. Pas toutes les épices, remarquez - des tas d'armoires sont bien garnies de cannelle, de poudre de chili et de l'étrange "mélange d'assaisonnement" composé d'une myriade d'arômes séchés pour le poulet, le poisson ou le steak. Les graines de cumin, de fenouil et de coriandre peuvent faire leur apparition un peu plus loin sur l'étagère, mais les sels de fantaisie (pensez à la roche rose de l'Himalaya et aux flocons volcaniques noirs) occupent probablement plus de place dans l'armoire que les épices intrigantes. Pourquoi? Craie jusqu'à la peur de l'inconnu, pas un trait inhabituel chez les êtres humains, mais plutôt restrictif lorsqu'il s'agit de réfléchir à ce qu'il faut cuisiner pour le dîner.

Les Américains aiment manger des plats bien épicés. Sortir dîner ne signifie plus toujours un steak ou des pâtes, cela peut signifier mexicain, dominicain, espagnol, moyen-oriental ou asiatique - vietnamien, thaï, malais, indien. La cuisine chinoise a été suffisamment explorée pour que les convives américains sachent s'ils préfèrent le cantonais, le Sichuan ou le Hunan.

Même les plus petites villes ont leur part de cuisine mondiale à offrir, et les Américains mangent tout - ils ne le cuisinent tout simplement pas. Ils aiment peut-être les saveurs du poisson entier croustillant dans une sauce au curcuma et à la coriandre, mais ils n'osent pas essayer de le reproduire à la maison. Certes, la passion nationale pour la télévision culinaire (divulgation complète, j'ai été un concurrent de "Top Chef") a contribué à présenter un monde d'épices aux téléspectateurs des États-Unis, mais cela ne s'est pas traduit par une adoption complète des épices dans leurs propres cuisines. Il est temps que cela change.

Commencez avec les épices que vous aimez
Les cuisiniers à domicile ont juste besoin d'un peu de confiance et d'un petit coup de pouce dans la bonne direction. Alors voilà : le moyen le plus simple d'intégrer des épices plus exotiques dans votre propre cuisine est de partir d'un lieu familier. Avec quelles épices vous sentez-vous à l'aise maintenant? Vers quelles épices gravitez-vous lorsque vous mangez au restaurant ? Pensez à l'endroit où vous aimez voyager, aux types de saveurs que vous préférez et commencez par là. Aimez-vous la bouchée aigre de pâte de tamarin dans votre pad thaï à emporter? Ramassez-en et commencez à cuisiner avec. Si vous avez envie du piquant de la citronnelle, pourquoi ne pas acheter quelques tiges et les utiliser pour faire mariner le poulet de ce soir ? C'est ce que je fais, je joue pour apprendre à connaître les saveurs afin d'anticiper comment elles vont fonctionner ensemble.

Une grande partie de la créativité dans mes recettes est venue de la nourriture que j'ai goûtée ailleurs. Je commence à faire preuve de créativité en mélangeant quelque chose de nouveau ou de plus exotique avec un plat que j'aime déjà. En Asie, les saveurs sucrées sont souvent renforcées par un coup de chaleur. L'ajout de poudre de curry à la garniture de crème fouettée dans ma soupe aux tomates - avec le gojuchang (sauce épicée) dans la soupe elle-même - fait ressortir le sucre dans les tomates et ajoute une toute nouvelle dimension au plat. Cela me rappelle encore très fortement l'enfance, mais avec ces épices ajoutées, la soupe devient aussi sophistiquée que familière.

Les épices ont ce pouvoir. Ils peuvent vous transporter dans un endroit complètement différent et pousser votre cuisine à être plus excitante en conséquence. Considérez une simple préparation française, le pot de crème. J'ai commencé à jouer avec ça parce que même si c'est un dessert riche lorsqu'il est préparé traditionnellement, c'est aussi un peu une tabula rasa. Je voulais apporter une touche de chaleur qu'offrent les épices indiennes, j'ai donc ajouté de la cardamome, des graines de cumin et du curcuma ainsi que de la coriandre fraîche. Cela semble savoureux au début, mais c'est vraiment juste une version augmentée du pudding classique.

Le curry DIY est une passerelle
La pensée créative et l'expérimentation sont le remède pour se familiariser avec des saveurs plus exotiques. Alors, que devriez-vous essayer ensuite ? Et les graines de coriandre ? Anis étoilé? Poivre de Sichuan ? Mieux encore, si vous aimez les currys, investissez dans quelques épices individuelles sous leur forme entière et créez la vôtre de cette façon, vous commencerez également à comprendre comment les saveurs s'équilibrent. (À noter : ce truc que vous achetez à l'épicerie étiqueté "poudre de curry" n'est pas une seule épice, c'est un mélange de plusieurs. Et probablement pas très bon.)

Accordez aux épices le respect qu'elles méritent. Faites-les griller dans une poêle sèche jusqu'à ce qu'ils soient juste aromatiques. Puis broyez-les. Un moulin à café fonctionne parfaitement. Après avoir moulu vos épices, mélangez du riz sec pour nettoyer votre moulin et évitez à votre infusion du matin d'avoir des traces de Safran des Indes dedans.

Déjà, en laissant derrière vous le matériel pré-broyé emballé, vous vous êtes lancé dans le voyage. Commencez à jouer, ouvrez-vous aux saveurs de nouvelles épices. Vous ne les aimerez probablement pas tous, mais votre univers culinaire s'élargira une fois que vous leur en donnerez la chance.

Les épices donnent vie à un plat, ce sont les détails qui permettent de raconter une histoire plus large. Les gens se soucient plus que jamais de la ferme d'où vient leur poulet, de l'artisan qui a fait leur fromage, de l'apiculteur qui a fait leur miel. Les Américains veulent connaître l'histoire derrière tout ce qu'ils mangent. Les épices ajoutent de manière significative au récit. Riches en histoire, ils ont contribué à définir les cuisines des cultures du monde entier. Les épices ajoutent de la personnalité et de la distinction à chaque ingrédient qu'elles touchent. C'est à vous d'engager la conversation.

Le contributeur de la boîte à savon Zester Daily de cette semaine, Angelo Sosa, est un concurrent "Top Chef" et le chef-propriétaire de Xie Xie et Social Eatz à New York. Il s'est formé auprès de Jean-Georges Vongerichten et Alain Ducasse et emploie la technique traditionnelle dans un style contemporain marqué par un flair asiatique. La co-scénariste Suzanne Lenzer a collaboré avec Sosa sur son récent livre de cuisine, "Flavor Exposed". Rédactrice et styliste culinaire, elle a travaillé en étroite collaboration avec le chroniqueur et écrivain culinaire du New York Times Mark Bittman et a collaboré avec Anne Burrell sur son récent best-seller du New York Times "Cook Like a Rock Star". Elle est diplômée du Culinary Institute of Education de New York.


Ne soyez pas du poulet avec le support à épices

Les Américains sont peur des épices. Attendez, reformulons cela : les Américains ont peur de cuisiner avec des épices. Pas toutes les épices, remarquez - des tas d'armoires sont bien garnies de cannelle, de poudre de chili et de l'étrange "mélange d'assaisonnement" composé d'une myriade d'arômes séchés pour le poulet, le poisson ou le steak. Les graines de cumin, de fenouil et de coriandre peuvent faire leur apparition un peu plus loin sur l'étagère, mais les sels de fantaisie (pensez à la roche rose de l'Himalaya et aux flocons volcaniques noirs) occupent probablement plus de place dans l'armoire que les épices intrigantes. Pourquoi? Craie jusqu'à la peur de l'inconnu, pas un trait inhabituel chez les êtres humains, mais plutôt restrictif lorsqu'il s'agit de réfléchir à ce qu'il faut cuisiner pour le dîner.

Les Américains aiment manger des plats bien épicés. Sortir dîner ne signifie plus toujours un steak ou des pâtes, cela peut signifier mexicain, dominicain, espagnol, moyen-oriental ou asiatique - vietnamien, thaï, malais, indien. La cuisine chinoise a été suffisamment explorée pour que les convives américains sachent s'ils préfèrent le cantonais, le Sichuan ou le Hunan.

Même les plus petites villes ont leur part de cuisine mondiale à offrir, et les Américains mangent tout - ils ne le cuisinent tout simplement pas. Ils aiment peut-être les saveurs du poisson entier croustillant dans une sauce au curcuma et à la coriandre, mais ils n'osent pas essayer de le reproduire à la maison. Certes, la passion nationale pour la télévision culinaire (divulgation complète, j'ai été un concurrent de "Top Chef") a contribué à présenter un monde d'épices aux téléspectateurs des États-Unis, mais cela ne s'est pas traduit par une adoption complète des épices dans leurs propres cuisines. Il est temps que cela change.

Commencez avec les épices que vous aimez
Les cuisiniers à domicile ont juste besoin d'un peu de confiance et d'un petit coup de pouce dans la bonne direction. Alors voilà : le moyen le plus simple d'intégrer des épices plus exotiques dans votre propre cuisine est de partir d'un lieu familier. Avec quelles épices vous sentez-vous à l'aise maintenant? Vers quelles épices gravitez-vous lorsque vous mangez au restaurant ? Pensez à l'endroit où vous aimez voyager, aux types de saveurs que vous préférez et commencez par là. Aimez-vous la bouchée aigre de pâte de tamarin dans votre pad thaï à emporter? Ramassez-en et commencez à cuisiner avec. Si vous avez envie du piquant de la citronnelle, pourquoi ne pas acheter quelques tiges et les utiliser pour faire mariner le poulet de ce soir ? C'est ce que je fais, je joue pour apprendre à connaître les saveurs afin d'anticiper comment elles vont fonctionner ensemble.

Une grande partie de la créativité dans mes recettes est venue de la nourriture que j'ai goûtée ailleurs. Je commence à faire preuve de créativité en mélangeant quelque chose de nouveau ou de plus exotique avec un plat que j'aime déjà. En Asie, les saveurs sucrées sont souvent renforcées par un coup de chaleur. L'ajout de poudre de curry à la garniture de crème fouettée dans ma soupe aux tomates - avec le gojuchang (sauce épicée) dans la soupe elle-même - fait ressortir le sucre dans les tomates et ajoute une toute nouvelle dimension au plat. Cela me rappelle encore très fortement l'enfance, mais avec ces épices ajoutées, la soupe devient aussi sophistiquée que familière.

Les épices ont ce pouvoir. Ils peuvent vous transporter dans un endroit complètement différent et pousser votre cuisine à être plus excitante en conséquence. Considérez une simple préparation française, le pot de crème. J'ai commencé à jouer avec ça parce que même si c'est un dessert riche lorsqu'il est préparé traditionnellement, c'est aussi un peu une tabula rasa. Je voulais apporter une touche de chaleur qu'offrent les épices indiennes, j'ai donc ajouté de la cardamome, des graines de cumin et du curcuma ainsi que de la coriandre fraîche. Cela semble savoureux au début, mais c'est vraiment juste une version augmentée du pudding classique.

Le curry DIY est une passerelle
La pensée créative et l'expérimentation sont le remède pour se familiariser avec des saveurs plus exotiques. Alors, que devriez-vous essayer ensuite ? Et les graines de coriandre ? Anis étoilé? Poivre de Sichuan ? Mieux encore, si vous aimez les currys, investissez dans quelques épices individuelles sous leur forme entière et créez la vôtre de cette façon, vous commencerez également à comprendre comment les saveurs s'équilibrent. (À noter : ce truc que vous achetez à l'épicerie étiqueté "poudre de curry" n'est pas une seule épice, c'est un mélange de plusieurs. Et probablement pas très bon.)

Accordez aux épices le respect qu'elles méritent. Faites-les griller dans une poêle sèche jusqu'à ce qu'ils soient juste aromatiques. Puis broyez-les. Un moulin à café fonctionne parfaitement. Après avoir moulu vos épices, mélangez du riz sec pour nettoyer votre moulin et évitez à votre infusion du matin d'avoir des traces de Safran des Indes dedans.

Déjà, en laissant derrière vous le matériel pré-broyé emballé, vous vous êtes lancé dans le voyage. Commencez à jouer, ouvrez-vous aux saveurs de nouvelles épices. Vous ne les aimerez probablement pas tous, mais votre univers culinaire s'élargira une fois que vous leur en donnerez la chance.

Les épices donnent vie à un plat, ce sont les détails qui permettent de raconter une histoire plus large. Les gens se soucient plus que jamais de la ferme d'où vient leur poulet, de l'artisan qui a fait leur fromage, de l'apiculteur qui a fait leur miel. Les Américains veulent connaître l'histoire derrière tout ce qu'ils mangent. Les épices ajoutent de manière significative au récit. Riches en histoire, ils ont contribué à définir les cuisines des cultures du monde entier. Les épices ajoutent de la personnalité et de la distinction à chaque ingrédient qu'elles touchent. C'est à vous d'engager la conversation.

Le contributeur de la boîte à savon Zester Daily de cette semaine, Angelo Sosa, est un concurrent "Top Chef" et le chef-propriétaire de Xie Xie et Social Eatz à New York. Il s'est formé auprès de Jean-Georges Vongerichten et Alain Ducasse et emploie la technique traditionnelle dans un style contemporain marqué par un flair asiatique. La co-scénariste Suzanne Lenzer a collaboré avec Sosa sur son récent livre de cuisine, "Flavor Exposed". Rédactrice et styliste culinaire, elle a travaillé en étroite collaboration avec le chroniqueur et écrivain culinaire du New York Times Mark Bittman et a collaboré avec Anne Burrell sur son récent best-seller du New York Times "Cook Like a Rock Star". Elle est diplômée du Culinary Institute of Education de New York.


Ne soyez pas du poulet avec le support à épices

Les Américains sont peur des épices. Attendez, reformulons cela : les Américains ont peur de cuisiner avec des épices. Pas toutes les épices, remarquez - des tas d'armoires sont bien garnies de cannelle, de poudre de chili et de l'étrange "mélange d'assaisonnement" composé d'une myriade d'arômes séchés pour le poulet, le poisson ou le steak. Les graines de cumin, de fenouil et de coriandre peuvent faire leur apparition un peu plus loin sur l'étagère, mais les sels de fantaisie (pensez à la roche rose de l'Himalaya et aux flocons volcaniques noirs) occupent probablement plus de place dans l'armoire que les épices intrigantes. Pourquoi? Craie jusqu'à la peur de l'inconnu, pas un trait inhabituel chez les êtres humains, mais plutôt restrictif lorsqu'il s'agit de réfléchir à ce qu'il faut cuisiner pour le dîner.

Les Américains aiment manger des plats bien épicés. Sortir dîner ne signifie plus toujours un steak ou des pâtes, cela peut signifier mexicain, dominicain, espagnol, moyen-oriental ou asiatique - vietnamien, thaï, malais, indien. La cuisine chinoise a été suffisamment explorée pour que les convives américains sachent s'ils préfèrent le cantonais, le Sichuan ou le Hunan.

Même les plus petites villes ont leur part de cuisine mondiale à offrir, et les Américains mangent tout - ils ne le cuisinent tout simplement pas. Ils aiment peut-être les saveurs du poisson entier croustillant dans une sauce au curcuma et à la coriandre, mais ils n'osent pas essayer de le reproduire à la maison. Certes, la passion nationale pour la télévision culinaire (divulgation complète, j'ai été un concurrent de "Top Chef") a contribué à présenter un monde d'épices aux téléspectateurs des États-Unis, mais cela ne s'est pas traduit par une adoption complète des épices dans leurs propres cuisines. Il est temps que cela change.

Commencez avec les épices que vous aimez
Les cuisiniers à domicile ont juste besoin d'un peu de confiance et d'un petit coup de pouce dans la bonne direction. Alors voilà : le moyen le plus simple d'intégrer des épices plus exotiques dans votre propre cuisine est de partir d'un lieu familier. Avec quelles épices vous sentez-vous à l'aise maintenant? Vers quelles épices gravitez-vous lorsque vous mangez au restaurant ? Pensez à l'endroit où vous aimez voyager, aux types de saveurs que vous préférez et commencez par là. Aimez-vous la bouchée aigre de pâte de tamarin dans votre pad thaï à emporter? Ramassez-en et commencez à cuisiner avec. Si vous avez envie du piquant de la citronnelle, pourquoi ne pas acheter quelques tiges et les utiliser pour faire mariner le poulet de ce soir ? C'est ce que je fais, je joue pour apprendre à connaître les saveurs afin d'anticiper comment elles vont fonctionner ensemble.

Une grande partie de la créativité dans mes recettes est venue de la nourriture que j'ai goûtée ailleurs. Je commence à faire preuve de créativité en mélangeant quelque chose de nouveau ou de plus exotique avec un plat que j'aime déjà. En Asie, les saveurs sucrées sont souvent renforcées par un coup de chaleur. L'ajout de poudre de curry à la garniture de crème fouettée dans ma soupe aux tomates - avec le gojuchang (sauce épicée) dans la soupe elle-même - fait ressortir le sucre dans les tomates et ajoute une toute nouvelle dimension au plat. Cela me rappelle encore très fortement l'enfance, mais avec ces épices ajoutées, la soupe devient aussi sophistiquée que familière.

Les épices ont ce pouvoir. Ils peuvent vous transporter dans un endroit complètement différent et pousser votre cuisine à être plus excitante en conséquence. Considérez une simple préparation française, le pot de crème. J'ai commencé à jouer avec ça parce que même si c'est un dessert riche lorsqu'il est préparé traditionnellement, c'est aussi un peu une tabula rasa. Je voulais apporter une touche de chaleur qu'offrent les épices indiennes, j'ai donc ajouté de la cardamome, des graines de cumin et du curcuma ainsi que de la coriandre fraîche. Cela semble savoureux au début, mais c'est vraiment juste une version augmentée du pudding classique.

Le curry DIY est une passerelle
La pensée créative et l'expérimentation sont le remède pour se familiariser avec des saveurs plus exotiques. Alors, que devriez-vous essayer ensuite ? Et les graines de coriandre ? Anis étoilé? Poivre de Sichuan ? Mieux encore, si vous aimez les currys, investissez dans quelques épices individuelles sous leur forme entière et créez la vôtre de cette façon, vous commencerez également à comprendre comment les saveurs s'équilibrent. (À noter : ce truc que vous achetez à l'épicerie étiqueté "poudre de curry" n'est pas une seule épice, c'est un mélange de plusieurs. Et probablement pas très bon.)

Accordez aux épices le respect qu'elles méritent. Faites-les griller dans une poêle sèche jusqu'à ce qu'ils soient juste aromatiques. Puis broyez-les. Un moulin à café fonctionne parfaitement. Après avoir moulu vos épices, mélangez du riz sec pour nettoyer votre moulin et évitez à votre infusion du matin d'avoir des traces de Safran des Indes dedans.

Déjà, en laissant derrière vous le matériel pré-broyé emballé, vous vous êtes lancé dans le voyage. Commencez à jouer, ouvrez-vous aux saveurs de nouvelles épices. Vous ne les aimerez probablement pas tous, mais votre univers culinaire s'élargira une fois que vous leur en donnerez la chance.

Les épices donnent vie à un plat, ce sont les détails qui permettent de raconter une histoire plus large. Les gens se soucient plus que jamais de la ferme d'où vient leur poulet, de l'artisan qui a fait leur fromage, de l'apiculteur qui a fait leur miel. Les Américains veulent connaître l'histoire derrière tout ce qu'ils mangent. Les épices ajoutent de manière significative au récit. Riches en histoire, ils ont contribué à définir les cuisines des cultures du monde entier. Les épices ajoutent de la personnalité et de la distinction à chaque ingrédient qu'elles touchent. C'est à vous d'engager la conversation.

Le contributeur de la boîte à savon Zester Daily de cette semaine, Angelo Sosa, est un concurrent "Top Chef" et le chef-propriétaire de Xie Xie et Social Eatz à New York. Il s'est formé auprès de Jean-Georges Vongerichten et Alain Ducasse et emploie la technique traditionnelle dans un style contemporain marqué par un flair asiatique. La co-scénariste Suzanne Lenzer a collaboré avec Sosa sur son récent livre de cuisine, "Flavor Exposed". Rédactrice et styliste culinaire, elle a travaillé en étroite collaboration avec le chroniqueur et écrivain culinaire du New York Times Mark Bittman et a collaboré avec Anne Burrell sur son récent best-seller du New York Times "Cook Like a Rock Star". Elle est diplômée du Culinary Institute of Education de New York.


Ne soyez pas du poulet avec le support à épices

Les Américains sont peur des épices. Attendez, reformulons cela : les Américains ont peur de cuisiner avec des épices. Pas toutes les épices, remarquez - des tas d'armoires sont bien garnies de cannelle, de poudre de chili et de l'étrange "mélange d'assaisonnement" composé d'une myriade d'arômes séchés pour le poulet, le poisson ou le steak. Les graines de cumin, de fenouil et de coriandre peuvent faire leur apparition un peu plus loin sur l'étagère, mais les sels de fantaisie (pensez à la roche rose de l'Himalaya et aux flocons volcaniques noirs) occupent probablement plus de place dans l'armoire que les épices intrigantes. Pourquoi? Craie jusqu'à la peur de l'inconnu, pas un trait inhabituel chez les êtres humains, mais plutôt restrictif lorsqu'il s'agit de réfléchir à ce qu'il faut cuisiner pour le dîner.

Les Américains aiment manger des plats bien épicés. Sortir dîner ne signifie plus toujours un steak ou des pâtes, cela peut signifier mexicain, dominicain, espagnol, moyen-oriental ou asiatique - vietnamien, thaï, malais, indien. La cuisine chinoise a été suffisamment explorée pour que les convives américains sachent s'ils préfèrent le cantonais, le Sichuan ou le Hunan.

Même les plus petites villes ont leur part de cuisine mondiale à offrir, et les Américains mangent tout - ils ne le cuisinent tout simplement pas. Ils aiment peut-être les saveurs du poisson entier croustillant dans une sauce au curcuma et à la coriandre, mais ils n'osent pas essayer de le reproduire à la maison. Certes, la passion nationale pour la télévision culinaire (divulgation complète, j'ai été un concurrent de "Top Chef") a contribué à présenter un monde d'épices aux téléspectateurs des États-Unis, mais cela ne s'est pas traduit par une adoption complète des épices dans leurs propres cuisines. Il est temps que cela change.

Commencez avec les épices que vous aimez
Les cuisiniers à domicile ont juste besoin d'un peu de confiance et d'un petit coup de pouce dans la bonne direction. Alors voilà : le moyen le plus simple d'intégrer des épices plus exotiques dans votre propre cuisine est de partir d'un lieu familier. Avec quelles épices vous sentez-vous à l'aise maintenant? Vers quelles épices gravitez-vous lorsque vous mangez au restaurant ? Pensez à l'endroit où vous aimez voyager, aux types de saveurs que vous préférez et commencez par là. Aimez-vous la bouchée aigre de pâte de tamarin dans votre pad thaï à emporter? Ramassez-en et commencez à cuisiner avec. Si vous avez envie du piquant de la citronnelle, pourquoi ne pas acheter quelques tiges et les utiliser pour faire mariner le poulet de ce soir ? C'est ce que je fais, je joue pour apprendre à connaître les saveurs afin d'anticiper comment elles vont fonctionner ensemble.

Une grande partie de la créativité dans mes recettes est venue de la nourriture que j'ai goûtée ailleurs. Je commence à faire preuve de créativité en mélangeant quelque chose de nouveau ou de plus exotique avec un plat que j'aime déjà. En Asie, les saveurs sucrées sont souvent renforcées par un coup de chaleur. L'ajout de poudre de curry à la garniture de crème fouettée dans ma soupe aux tomates - avec le gojuchang (sauce épicée) dans la soupe elle-même - fait ressortir le sucre dans les tomates et ajoute une toute nouvelle dimension au plat. Cela me rappelle encore très fortement l'enfance, mais avec ces épices ajoutées, la soupe devient aussi sophistiquée que familière.

Les épices ont ce pouvoir. Ils peuvent vous transporter dans un endroit complètement différent et pousser votre cuisine à être plus excitante en conséquence. Considérez une simple préparation française, le pot de crème. J'ai commencé à jouer avec ça parce que même si c'est un dessert riche lorsqu'il est préparé traditionnellement, c'est aussi un peu une tabula rasa. Je voulais apporter une touche de chaleur qu'offrent les épices indiennes, j'ai donc ajouté de la cardamome, des graines de cumin et du curcuma ainsi que de la coriandre fraîche. Cela semble savoureux au début, mais c'est vraiment juste une version augmentée du pudding classique.

Le curry DIY est une passerelle
La pensée créative et l'expérimentation sont le remède pour se familiariser avec des saveurs plus exotiques. Alors, que devriez-vous essayer ensuite ? Et les graines de coriandre ? Anis étoilé? Poivre de Sichuan ? Mieux encore, si vous aimez les currys, investissez dans quelques épices individuelles sous leur forme entière et créez la vôtre de cette façon, vous commencerez également à comprendre comment les saveurs s'équilibrent. (À noter : ce truc que vous achetez à l'épicerie étiqueté "poudre de curry" n'est pas une seule épice, c'est un mélange de plusieurs. Et probablement pas très bon.)

Accordez aux épices le respect qu'elles méritent. Faites-les griller dans une poêle sèche jusqu'à ce qu'ils soient juste aromatiques. Puis broyez-les. Un moulin à café fonctionne parfaitement. Après avoir moulu vos épices, mélangez du riz sec pour nettoyer votre moulin et évitez à votre infusion du matin d'avoir des traces de Safran des Indes dedans.

Déjà, en laissant derrière vous le matériel pré-broyé emballé, vous vous êtes lancé dans le voyage. Commencez à jouer, ouvrez-vous aux saveurs de nouvelles épices. Vous ne les aimerez probablement pas tous, mais votre univers culinaire s'élargira une fois que vous leur en donnerez la chance.

Les épices donnent vie à un plat, ce sont les détails qui permettent de raconter une histoire plus large. Les gens se soucient plus que jamais de la ferme d'où vient leur poulet, de l'artisan qui a fait leur fromage, de l'apiculteur qui a fait leur miel. Les Américains veulent connaître l'histoire derrière tout ce qu'ils mangent. Les épices ajoutent de manière significative au récit. Riches en histoire, ils ont contribué à définir les cuisines des cultures du monde entier. Les épices ajoutent de la personnalité et de la distinction à chaque ingrédient qu'elles touchent. C'est à vous d'engager la conversation.

Le contributeur de la boîte à savon Zester Daily de cette semaine, Angelo Sosa, est un concurrent "Top Chef" et le chef-propriétaire de Xie Xie et Social Eatz à New York. Il s'est formé auprès de Jean-Georges Vongerichten et Alain Ducasse et emploie la technique traditionnelle dans un style contemporain marqué par un flair asiatique. La co-scénariste Suzanne Lenzer a collaboré avec Sosa sur son récent livre de cuisine, "Flavor Exposed". Rédactrice et styliste culinaire, elle a travaillé en étroite collaboration avec le chroniqueur et écrivain culinaire du New York Times Mark Bittman et a collaboré avec Anne Burrell sur son récent best-seller du New York Times "Cook Like a Rock Star". Elle est diplômée du Culinary Institute of Education de New York.


Ne soyez pas du poulet avec le support à épices

Les Américains sont peur des épices. Attendez, reformulons cela : les Américains ont peur de cuisiner avec des épices. Pas toutes les épices, remarquez - des tas d'armoires sont bien garnies de cannelle, de poudre de chili et de l'étrange "mélange d'assaisonnement" composé d'une myriade d'arômes séchés pour le poulet, le poisson ou le steak. Les graines de cumin, de fenouil et de coriandre peuvent faire leur apparition un peu plus loin sur l'étagère, mais les sels de fantaisie (pensez à la roche rose de l'Himalaya et aux flocons volcaniques noirs) occupent probablement plus de place dans l'armoire que les épices intrigantes. Pourquoi? Craie jusqu'à la peur de l'inconnu, pas un trait inhabituel chez les êtres humains, mais plutôt restrictif lorsqu'il s'agit de réfléchir à ce qu'il faut cuisiner pour le dîner.

Les Américains aiment manger des plats bien épicés. Sortir pour le dîner ne signifie plus toujours un steak ou des pâtes, cela peut signifier mexicain, dominicain, espagnol, moyen-oriental ou asiatique - vietnamien, thaï, malais, indien. La cuisine chinoise a été suffisamment explorée pour que les convives américains sachent s'ils préfèrent le cantonais, le Sichuan ou le Hunan.

Même les plus petites villes ont leur part de cuisine mondiale à offrir, et les Américains mangent tout - ils ne le cuisinent tout simplement pas. Ils aiment peut-être les saveurs du poisson entier croustillant dans une sauce au curcuma et à la coriandre, mais ils n'osent pas essayer de le reproduire à la maison. Certes, la passion nationale pour la télévision culinaire (divulgation complète, j'ai été un concurrent de "Top Chef") a contribué à présenter un monde d'épices aux téléspectateurs des États-Unis, mais cela ne s'est pas traduit par une adoption complète des épices dans leurs propres cuisines. Il est temps que cela change.

Commencez avec les épices que vous aimez
Les cuisiniers à domicile ont juste besoin d'un peu de confiance et d'un petit coup de pouce dans la bonne direction. Alors voilà : le moyen le plus simple d'intégrer des épices plus exotiques dans votre propre cuisine est de partir d'un lieu familier. Avec quelles épices vous sentez-vous à l'aise maintenant? Vers quelles épices gravitez-vous lorsque vous mangez au restaurant ? Pensez à l'endroit où vous aimez voyager, aux types de saveurs que vous préférez et commencez par là. Aimez-vous la bouchée aigre de pâte de tamarin dans votre pad thaï à emporter? Ramassez-en et commencez à cuisiner avec. Si vous avez envie du piquant de la citronnelle, pourquoi ne pas acheter quelques tiges et les utiliser pour faire mariner le poulet de ce soir ? C'est ce que je fais, je joue pour apprendre à connaître les saveurs afin d'anticiper comment elles vont fonctionner ensemble.

Une grande partie de la créativité dans mes recettes est venue de la nourriture que j'ai goûtée ailleurs. Je commence à faire preuve de créativité en mélangeant quelque chose de nouveau ou de plus exotique avec un plat que j'aime déjà. En Asie, les saveurs sucrées sont souvent renforcées par un coup de chaleur. L'ajout de poudre de curry à la garniture de crème fouettée dans ma soupe aux tomates - avec le gojuchang (sauce épicée) dans la soupe elle-même - fait ressortir le sucre dans les tomates et ajoute une toute nouvelle dimension au plat. Cela me rappelle encore très fortement l'enfance, mais avec ces épices ajoutées, la soupe devient aussi sophistiquée que familière.

Les épices ont ce pouvoir. Ils peuvent vous transporter dans un endroit complètement différent et pousser votre cuisine à être plus excitante en conséquence. Considérez une simple préparation française, le pot de crème. J'ai commencé à jouer avec ça parce que même si c'est un dessert riche lorsqu'il est préparé traditionnellement, c'est aussi un peu une tabula rasa. Je voulais apporter une touche de chaleur qu'offrent les épices indiennes, j'ai donc ajouté de la cardamome, des graines de cumin et du curcuma ainsi que de la coriandre fraîche. Cela semble savoureux au début, mais c'est vraiment juste une version augmentée du pudding classique.

Le curry DIY est une passerelle
La pensée créative et l'expérimentation sont le remède pour se familiariser avec des saveurs plus exotiques. Alors, que devriez-vous essayer ensuite ? Et les graines de coriandre ? Anis étoilé? Poivre de Sichuan ? Mieux encore, si vous aimez les currys, investissez dans quelques épices individuelles sous leur forme entière et créez la vôtre de cette façon, vous commencerez également à comprendre comment les saveurs s'équilibrent. (À noter : ce truc que vous achetez à l'épicerie étiqueté "poudre de curry" n'est pas une seule épice, c'est un mélange de plusieurs. Et probablement pas très bon.)

Accordez aux épices le respect qu'elles méritent. Faites-les griller dans une poêle sèche jusqu'à ce qu'ils soient juste aromatiques. Puis broyez-les. A coffee grinder works perfectly. After you've ground your spices, blitz up some dry rice to clean your grinder and keep your morning brew from having hints of turmeric in it.

Already, by leaving the packaged, pre-ground stuff behind, you've embarked on the journey. Begin to play, open yourself up to the flavors of new spices. You probably won't love them all, but your culinary world will expand once you give them a chance.

Spices bring a dish to life they're the details that allow the larger story to be told. People care more than ever about the farm their chicken came from, the artisan who made their cheese, the beekeeper who made their honey. Americans want to know the story behind everything they're eating. Spices add significantly to the narrative. Rich in history, they have helped define the cuisines of cultures the world over. Spices add personality and distinction to every ingredient they touch. It's up to you to start the conversation.

This week's Zester Daily soapbox contributor Angelo Sosa is a "Top Chef" contestant and the chef-owner of Xie Xie and Social Eatz in New York. He trained with Jean-Georges Vongerichten and Alain Ducasse and employs traditional technique in a contemporary style marked by an Asian flair. Co-writer Suzanne Lenzer collaborated with Sosa on his recent cookbook, "Flavor Exposed." A food writer and stylist, she has worked closely with New York Times' columnist and food writer Mark Bittman and collaborated with Anne Burrell on her recent New York Times' bestseller "Cook Like a Rock Star." She is a graduate of the Culinary Institute of Education in New York City.


Don't Be Chicken With The Spice Rack

Americans are scared of spices. Wait, let's rephrase that: Americans are scared of cooking with spices. Not all spices, mind you -- loads of cupboards are well stocked with cinnamon, chili powder and the odd "seasoning mix" made of myriad dried flavorings for chicken, fish or steak. Cumin and fennel and coriander seeds may make an appearance a bit farther back on the shelf, but fancy salts (think pink Himalayan rock and black volcanic flake) likely take up more of the cabinet's space than intriguing spices. Pourquoi? Chalk it up to fear of the unfamiliar, not an unusual trait in human beings, but a rather restrictive one when it comes to contemplating what to cook for dinner.

Americans enjoy eating well-spiced food. Going out for dinner no longer always means a steak or pasta it can mean Mexican, Dominican, Spanish, Middle Eastern or Asian -- Vietnamese, Thai, Malaysian, Indian. Chinese food has been sufficiently explored that American diners know whether they prefer Cantonese, Szechuan or Hunan.

Even the smallest towns have their share of global cuisine on offer, and Americans eat it all -- they just don't cook it. They may love the flavors of crispy whole fish in turmeric and cilantro sauce, but they don't dare try to replicate it at home. Certainly the national passion for food television (full disclosure, I have been a "Top Chef" contestant) has helped introduce a world of spices to stateside viewers, but it hasn't translated to a full embrace of the spices in their own kitchens. It's time for that to change.

Start with spices you know you like
Home cooks just need some confidence and a gentle nudge in the right direction. So here goes: The easiest way to integrating more exotic spices into your own cooking is by starting from a place of familiarity. What spices do you feel comfortable with now? What spices do you gravitate toward when eating out? Think about where you love to travel, what kinds of flavors you prefer and start there. Do you love the sour bite of tamarind paste in your take-out pad Thai? Pick some up and start to cook with it. If you crave the tanginess of lemongrass, why not buy a few stalks and use it to marinate tonight's chicken? That's what I do I play around to get to know flavors so I can anticipate how they'll work together.

Much of the creativity in my recipes has come from food I've tasted elsewhere. I start getting creative by mixing something new or more exotic with a dish I already love. In Asia, sweet flavors are often enhanced by a hit of heat. Adding curry powder to the whipped cream garnish in my tomato soup -- along with the gojuchang (spicy sauce) in the soup itself -- brings out the sugar in the tomatoes and adds an entirely new dimension to the dish. It still reminds me of childhood in a very strong way, but with these added spices, the soup becomes sophisticated as well as familiar.

Spices have this power. They can transport you to a different place entirely and push your cooking to be more exciting as a result. Consider a simple French preparation, the pot de crème. I started playing with this because while it's a rich dessert when prepared traditionally, it's also a bit of a tabula rasa. I wanted to bring a touch of the warmth that Indian spices offer, so I added cardamom, cumin seeds and turmeric along with fresh cilantro. It sounds savory at first, but it's really just a jacked up version of the classic pudding.

DIY curry is a gateway
Creative thinking and experimentation are the remedy for getting comfortable with more exotic flavors. So what should you try next? How about coriander seeds? Star anise? Szechuan peppercorns? Better still, if you like curries, invest in a few individual spices in their whole form and make your own this way you'll also begin to understand how flavors balance each other out. (Worth noting: That stuff you buy in the grocery store labeled "curry powder" is not a single spice, it's a blend of several. And probably not terribly good.)

Give spices the respect they deserve. Toast them in a dry skillet until they're just aromatic -- you can put them all in a single pan, but stagger the additions starting with the larger spices and adding the others in order of decreasing size so they toast evenly. Then grind them. A coffee grinder works perfectly. After you've ground your spices, blitz up some dry rice to clean your grinder and keep your morning brew from having hints of turmeric in it.

Already, by leaving the packaged, pre-ground stuff behind, you've embarked on the journey. Begin to play, open yourself up to the flavors of new spices. You probably won't love them all, but your culinary world will expand once you give them a chance.

Spices bring a dish to life they're the details that allow the larger story to be told. People care more than ever about the farm their chicken came from, the artisan who made their cheese, the beekeeper who made their honey. Americans want to know the story behind everything they're eating. Spices add significantly to the narrative. Rich in history, they have helped define the cuisines of cultures the world over. Spices add personality and distinction to every ingredient they touch. It's up to you to start the conversation.

This week's Zester Daily soapbox contributor Angelo Sosa is a "Top Chef" contestant and the chef-owner of Xie Xie and Social Eatz in New York. He trained with Jean-Georges Vongerichten and Alain Ducasse and employs traditional technique in a contemporary style marked by an Asian flair. Co-writer Suzanne Lenzer collaborated with Sosa on his recent cookbook, "Flavor Exposed." A food writer and stylist, she has worked closely with New York Times' columnist and food writer Mark Bittman and collaborated with Anne Burrell on her recent New York Times' bestseller "Cook Like a Rock Star." She is a graduate of the Culinary Institute of Education in New York City.


Don't Be Chicken With The Spice Rack

Americans are scared of spices. Wait, let's rephrase that: Americans are scared of cooking with spices. Not all spices, mind you -- loads of cupboards are well stocked with cinnamon, chili powder and the odd "seasoning mix" made of myriad dried flavorings for chicken, fish or steak. Cumin and fennel and coriander seeds may make an appearance a bit farther back on the shelf, but fancy salts (think pink Himalayan rock and black volcanic flake) likely take up more of the cabinet's space than intriguing spices. Pourquoi? Chalk it up to fear of the unfamiliar, not an unusual trait in human beings, but a rather restrictive one when it comes to contemplating what to cook for dinner.

Americans enjoy eating well-spiced food. Going out for dinner no longer always means a steak or pasta it can mean Mexican, Dominican, Spanish, Middle Eastern or Asian -- Vietnamese, Thai, Malaysian, Indian. Chinese food has been sufficiently explored that American diners know whether they prefer Cantonese, Szechuan or Hunan.

Even the smallest towns have their share of global cuisine on offer, and Americans eat it all -- they just don't cook it. They may love the flavors of crispy whole fish in turmeric and cilantro sauce, but they don't dare try to replicate it at home. Certainly the national passion for food television (full disclosure, I have been a "Top Chef" contestant) has helped introduce a world of spices to stateside viewers, but it hasn't translated to a full embrace of the spices in their own kitchens. It's time for that to change.

Start with spices you know you like
Home cooks just need some confidence and a gentle nudge in the right direction. So here goes: The easiest way to integrating more exotic spices into your own cooking is by starting from a place of familiarity. What spices do you feel comfortable with now? What spices do you gravitate toward when eating out? Think about where you love to travel, what kinds of flavors you prefer and start there. Do you love the sour bite of tamarind paste in your take-out pad Thai? Pick some up and start to cook with it. If you crave the tanginess of lemongrass, why not buy a few stalks and use it to marinate tonight's chicken? That's what I do I play around to get to know flavors so I can anticipate how they'll work together.

Much of the creativity in my recipes has come from food I've tasted elsewhere. I start getting creative by mixing something new or more exotic with a dish I already love. In Asia, sweet flavors are often enhanced by a hit of heat. Adding curry powder to the whipped cream garnish in my tomato soup -- along with the gojuchang (spicy sauce) in the soup itself -- brings out the sugar in the tomatoes and adds an entirely new dimension to the dish. It still reminds me of childhood in a very strong way, but with these added spices, the soup becomes sophisticated as well as familiar.

Spices have this power. They can transport you to a different place entirely and push your cooking to be more exciting as a result. Consider a simple French preparation, the pot de crème. I started playing with this because while it's a rich dessert when prepared traditionally, it's also a bit of a tabula rasa. I wanted to bring a touch of the warmth that Indian spices offer, so I added cardamom, cumin seeds and turmeric along with fresh cilantro. It sounds savory at first, but it's really just a jacked up version of the classic pudding.

DIY curry is a gateway
Creative thinking and experimentation are the remedy for getting comfortable with more exotic flavors. So what should you try next? How about coriander seeds? Star anise? Szechuan peppercorns? Better still, if you like curries, invest in a few individual spices in their whole form and make your own this way you'll also begin to understand how flavors balance each other out. (Worth noting: That stuff you buy in the grocery store labeled "curry powder" is not a single spice, it's a blend of several. And probably not terribly good.)

Give spices the respect they deserve. Toast them in a dry skillet until they're just aromatic -- you can put them all in a single pan, but stagger the additions starting with the larger spices and adding the others in order of decreasing size so they toast evenly. Then grind them. A coffee grinder works perfectly. After you've ground your spices, blitz up some dry rice to clean your grinder and keep your morning brew from having hints of turmeric in it.

Already, by leaving the packaged, pre-ground stuff behind, you've embarked on the journey. Begin to play, open yourself up to the flavors of new spices. You probably won't love them all, but your culinary world will expand once you give them a chance.

Spices bring a dish to life they're the details that allow the larger story to be told. People care more than ever about the farm their chicken came from, the artisan who made their cheese, the beekeeper who made their honey. Americans want to know the story behind everything they're eating. Spices add significantly to the narrative. Rich in history, they have helped define the cuisines of cultures the world over. Spices add personality and distinction to every ingredient they touch. It's up to you to start the conversation.

This week's Zester Daily soapbox contributor Angelo Sosa is a "Top Chef" contestant and the chef-owner of Xie Xie and Social Eatz in New York. He trained with Jean-Georges Vongerichten and Alain Ducasse and employs traditional technique in a contemporary style marked by an Asian flair. Co-writer Suzanne Lenzer collaborated with Sosa on his recent cookbook, "Flavor Exposed." A food writer and stylist, she has worked closely with New York Times' columnist and food writer Mark Bittman and collaborated with Anne Burrell on her recent New York Times' bestseller "Cook Like a Rock Star." She is a graduate of the Culinary Institute of Education in New York City.


Don't Be Chicken With The Spice Rack

Americans are scared of spices. Wait, let's rephrase that: Americans are scared of cooking with spices. Not all spices, mind you -- loads of cupboards are well stocked with cinnamon, chili powder and the odd "seasoning mix" made of myriad dried flavorings for chicken, fish or steak. Cumin and fennel and coriander seeds may make an appearance a bit farther back on the shelf, but fancy salts (think pink Himalayan rock and black volcanic flake) likely take up more of the cabinet's space than intriguing spices. Pourquoi? Chalk it up to fear of the unfamiliar, not an unusual trait in human beings, but a rather restrictive one when it comes to contemplating what to cook for dinner.

Americans enjoy eating well-spiced food. Going out for dinner no longer always means a steak or pasta it can mean Mexican, Dominican, Spanish, Middle Eastern or Asian -- Vietnamese, Thai, Malaysian, Indian. Chinese food has been sufficiently explored that American diners know whether they prefer Cantonese, Szechuan or Hunan.

Even the smallest towns have their share of global cuisine on offer, and Americans eat it all -- they just don't cook it. They may love the flavors of crispy whole fish in turmeric and cilantro sauce, but they don't dare try to replicate it at home. Certainly the national passion for food television (full disclosure, I have been a "Top Chef" contestant) has helped introduce a world of spices to stateside viewers, but it hasn't translated to a full embrace of the spices in their own kitchens. It's time for that to change.

Start with spices you know you like
Home cooks just need some confidence and a gentle nudge in the right direction. So here goes: The easiest way to integrating more exotic spices into your own cooking is by starting from a place of familiarity. What spices do you feel comfortable with now? What spices do you gravitate toward when eating out? Think about where you love to travel, what kinds of flavors you prefer and start there. Do you love the sour bite of tamarind paste in your take-out pad Thai? Pick some up and start to cook with it. If you crave the tanginess of lemongrass, why not buy a few stalks and use it to marinate tonight's chicken? That's what I do I play around to get to know flavors so I can anticipate how they'll work together.

Much of the creativity in my recipes has come from food I've tasted elsewhere. I start getting creative by mixing something new or more exotic with a dish I already love. In Asia, sweet flavors are often enhanced by a hit of heat. Adding curry powder to the whipped cream garnish in my tomato soup -- along with the gojuchang (spicy sauce) in the soup itself -- brings out the sugar in the tomatoes and adds an entirely new dimension to the dish. It still reminds me of childhood in a very strong way, but with these added spices, the soup becomes sophisticated as well as familiar.

Spices have this power. They can transport you to a different place entirely and push your cooking to be more exciting as a result. Consider a simple French preparation, the pot de crème. I started playing with this because while it's a rich dessert when prepared traditionally, it's also a bit of a tabula rasa. I wanted to bring a touch of the warmth that Indian spices offer, so I added cardamom, cumin seeds and turmeric along with fresh cilantro. It sounds savory at first, but it's really just a jacked up version of the classic pudding.

DIY curry is a gateway
Creative thinking and experimentation are the remedy for getting comfortable with more exotic flavors. So what should you try next? How about coriander seeds? Star anise? Szechuan peppercorns? Better still, if you like curries, invest in a few individual spices in their whole form and make your own this way you'll also begin to understand how flavors balance each other out. (Worth noting: That stuff you buy in the grocery store labeled "curry powder" is not a single spice, it's a blend of several. And probably not terribly good.)

Give spices the respect they deserve. Toast them in a dry skillet until they're just aromatic -- you can put them all in a single pan, but stagger the additions starting with the larger spices and adding the others in order of decreasing size so they toast evenly. Then grind them. A coffee grinder works perfectly. After you've ground your spices, blitz up some dry rice to clean your grinder and keep your morning brew from having hints of turmeric in it.

Already, by leaving the packaged, pre-ground stuff behind, you've embarked on the journey. Begin to play, open yourself up to the flavors of new spices. You probably won't love them all, but your culinary world will expand once you give them a chance.

Spices bring a dish to life they're the details that allow the larger story to be told. People care more than ever about the farm their chicken came from, the artisan who made their cheese, the beekeeper who made their honey. Americans want to know the story behind everything they're eating. Spices add significantly to the narrative. Rich in history, they have helped define the cuisines of cultures the world over. Spices add personality and distinction to every ingredient they touch. It's up to you to start the conversation.

This week's Zester Daily soapbox contributor Angelo Sosa is a "Top Chef" contestant and the chef-owner of Xie Xie and Social Eatz in New York. He trained with Jean-Georges Vongerichten and Alain Ducasse and employs traditional technique in a contemporary style marked by an Asian flair. Co-writer Suzanne Lenzer collaborated with Sosa on his recent cookbook, "Flavor Exposed." A food writer and stylist, she has worked closely with New York Times' columnist and food writer Mark Bittman and collaborated with Anne Burrell on her recent New York Times' bestseller "Cook Like a Rock Star." She is a graduate of the Culinary Institute of Education in New York City.


Don't Be Chicken With The Spice Rack

Americans are scared of spices. Wait, let's rephrase that: Americans are scared of cooking with spices. Not all spices, mind you -- loads of cupboards are well stocked with cinnamon, chili powder and the odd "seasoning mix" made of myriad dried flavorings for chicken, fish or steak. Cumin and fennel and coriander seeds may make an appearance a bit farther back on the shelf, but fancy salts (think pink Himalayan rock and black volcanic flake) likely take up more of the cabinet's space than intriguing spices. Pourquoi? Chalk it up to fear of the unfamiliar, not an unusual trait in human beings, but a rather restrictive one when it comes to contemplating what to cook for dinner.

Americans enjoy eating well-spiced food. Going out for dinner no longer always means a steak or pasta it can mean Mexican, Dominican, Spanish, Middle Eastern or Asian -- Vietnamese, Thai, Malaysian, Indian. Chinese food has been sufficiently explored that American diners know whether they prefer Cantonese, Szechuan or Hunan.

Even the smallest towns have their share of global cuisine on offer, and Americans eat it all -- they just don't cook it. They may love the flavors of crispy whole fish in turmeric and cilantro sauce, but they don't dare try to replicate it at home. Certainly the national passion for food television (full disclosure, I have been a "Top Chef" contestant) has helped introduce a world of spices to stateside viewers, but it hasn't translated to a full embrace of the spices in their own kitchens. It's time for that to change.

Start with spices you know you like
Home cooks just need some confidence and a gentle nudge in the right direction. So here goes: The easiest way to integrating more exotic spices into your own cooking is by starting from a place of familiarity. What spices do you feel comfortable with now? What spices do you gravitate toward when eating out? Think about where you love to travel, what kinds of flavors you prefer and start there. Do you love the sour bite of tamarind paste in your take-out pad Thai? Pick some up and start to cook with it. If you crave the tanginess of lemongrass, why not buy a few stalks and use it to marinate tonight's chicken? That's what I do I play around to get to know flavors so I can anticipate how they'll work together.

Much of the creativity in my recipes has come from food I've tasted elsewhere. I start getting creative by mixing something new or more exotic with a dish I already love. In Asia, sweet flavors are often enhanced by a hit of heat. Adding curry powder to the whipped cream garnish in my tomato soup -- along with the gojuchang (spicy sauce) in the soup itself -- brings out the sugar in the tomatoes and adds an entirely new dimension to the dish. It still reminds me of childhood in a very strong way, but with these added spices, the soup becomes sophisticated as well as familiar.

Spices have this power. They can transport you to a different place entirely and push your cooking to be more exciting as a result. Consider a simple French preparation, the pot de crème. I started playing with this because while it's a rich dessert when prepared traditionally, it's also a bit of a tabula rasa. I wanted to bring a touch of the warmth that Indian spices offer, so I added cardamom, cumin seeds and turmeric along with fresh cilantro. It sounds savory at first, but it's really just a jacked up version of the classic pudding.

DIY curry is a gateway
Creative thinking and experimentation are the remedy for getting comfortable with more exotic flavors. So what should you try next? How about coriander seeds? Star anise? Szechuan peppercorns? Better still, if you like curries, invest in a few individual spices in their whole form and make your own this way you'll also begin to understand how flavors balance each other out. (Worth noting: That stuff you buy in the grocery store labeled "curry powder" is not a single spice, it's a blend of several. And probably not terribly good.)

Give spices the respect they deserve. Toast them in a dry skillet until they're just aromatic -- you can put them all in a single pan, but stagger the additions starting with the larger spices and adding the others in order of decreasing size so they toast evenly. Then grind them. A coffee grinder works perfectly. After you've ground your spices, blitz up some dry rice to clean your grinder and keep your morning brew from having hints of turmeric in it.

Already, by leaving the packaged, pre-ground stuff behind, you've embarked on the journey. Begin to play, open yourself up to the flavors of new spices. You probably won't love them all, but your culinary world will expand once you give them a chance.

Spices bring a dish to life they're the details that allow the larger story to be told. People care more than ever about the farm their chicken came from, the artisan who made their cheese, the beekeeper who made their honey. Americans want to know the story behind everything they're eating. Spices add significantly to the narrative. Rich in history, they have helped define the cuisines of cultures the world over. Spices add personality and distinction to every ingredient they touch. It's up to you to start the conversation.

This week's Zester Daily soapbox contributor Angelo Sosa is a "Top Chef" contestant and the chef-owner of Xie Xie and Social Eatz in New York. He trained with Jean-Georges Vongerichten and Alain Ducasse and employs traditional technique in a contemporary style marked by an Asian flair. Co-writer Suzanne Lenzer collaborated with Sosa on his recent cookbook, "Flavor Exposed." A food writer and stylist, she has worked closely with New York Times' columnist and food writer Mark Bittman and collaborated with Anne Burrell on her recent New York Times' bestseller "Cook Like a Rock Star." She is a graduate of the Culinary Institute of Education in New York City.


Don't Be Chicken With The Spice Rack

Americans are scared of spices. Wait, let's rephrase that: Americans are scared of cooking with spices. Not all spices, mind you -- loads of cupboards are well stocked with cinnamon, chili powder and the odd "seasoning mix" made of myriad dried flavorings for chicken, fish or steak. Cumin and fennel and coriander seeds may make an appearance a bit farther back on the shelf, but fancy salts (think pink Himalayan rock and black volcanic flake) likely take up more of the cabinet's space than intriguing spices. Pourquoi? Chalk it up to fear of the unfamiliar, not an unusual trait in human beings, but a rather restrictive one when it comes to contemplating what to cook for dinner.

Americans enjoy eating well-spiced food. Going out for dinner no longer always means a steak or pasta it can mean Mexican, Dominican, Spanish, Middle Eastern or Asian -- Vietnamese, Thai, Malaysian, Indian. Chinese food has been sufficiently explored that American diners know whether they prefer Cantonese, Szechuan or Hunan.

Even the smallest towns have their share of global cuisine on offer, and Americans eat it all -- they just don't cook it. They may love the flavors of crispy whole fish in turmeric and cilantro sauce, but they don't dare try to replicate it at home. Certainly the national passion for food television (full disclosure, I have been a "Top Chef" contestant) has helped introduce a world of spices to stateside viewers, but it hasn't translated to a full embrace of the spices in their own kitchens. It's time for that to change.

Start with spices you know you like
Home cooks just need some confidence and a gentle nudge in the right direction. So here goes: The easiest way to integrating more exotic spices into your own cooking is by starting from a place of familiarity. What spices do you feel comfortable with now? What spices do you gravitate toward when eating out? Think about where you love to travel, what kinds of flavors you prefer and start there. Do you love the sour bite of tamarind paste in your take-out pad Thai? Pick some up and start to cook with it. If you crave the tanginess of lemongrass, why not buy a few stalks and use it to marinate tonight's chicken? That's what I do I play around to get to know flavors so I can anticipate how they'll work together.

Much of the creativity in my recipes has come from food I've tasted elsewhere. I start getting creative by mixing something new or more exotic with a dish I already love. In Asia, sweet flavors are often enhanced by a hit of heat. Adding curry powder to the whipped cream garnish in my tomato soup -- along with the gojuchang (spicy sauce) in the soup itself -- brings out the sugar in the tomatoes and adds an entirely new dimension to the dish. It still reminds me of childhood in a very strong way, but with these added spices, the soup becomes sophisticated as well as familiar.

Spices have this power. They can transport you to a different place entirely and push your cooking to be more exciting as a result. Consider a simple French preparation, the pot de crème. I started playing with this because while it's a rich dessert when prepared traditionally, it's also a bit of a tabula rasa. I wanted to bring a touch of the warmth that Indian spices offer, so I added cardamom, cumin seeds and turmeric along with fresh cilantro. It sounds savory at first, but it's really just a jacked up version of the classic pudding.

DIY curry is a gateway
Creative thinking and experimentation are the remedy for getting comfortable with more exotic flavors. So what should you try next? How about coriander seeds? Star anise? Szechuan peppercorns? Better still, if you like curries, invest in a few individual spices in their whole form and make your own this way you'll also begin to understand how flavors balance each other out. (Worth noting: That stuff you buy in the grocery store labeled "curry powder" is not a single spice, it's a blend of several. And probably not terribly good.)

Give spices the respect they deserve. Toast them in a dry skillet until they're just aromatic -- you can put them all in a single pan, but stagger the additions starting with the larger spices and adding the others in order of decreasing size so they toast evenly. Then grind them. A coffee grinder works perfectly. After you've ground your spices, blitz up some dry rice to clean your grinder and keep your morning brew from having hints of turmeric in it.

Already, by leaving the packaged, pre-ground stuff behind, you've embarked on the journey. Begin to play, open yourself up to the flavors of new spices. You probably won't love them all, but your culinary world will expand once you give them a chance.

Spices bring a dish to life they're the details that allow the larger story to be told. People care more than ever about the farm their chicken came from, the artisan who made their cheese, the beekeeper who made their honey. Americans want to know the story behind everything they're eating. Spices add significantly to the narrative. Rich in history, they have helped define the cuisines of cultures the world over. Spices add personality and distinction to every ingredient they touch. It's up to you to start the conversation.

This week's Zester Daily soapbox contributor Angelo Sosa is a "Top Chef" contestant and the chef-owner of Xie Xie and Social Eatz in New York. He trained with Jean-Georges Vongerichten and Alain Ducasse and employs traditional technique in a contemporary style marked by an Asian flair. Co-writer Suzanne Lenzer collaborated with Sosa on his recent cookbook, "Flavor Exposed." A food writer and stylist, she has worked closely with New York Times' columnist and food writer Mark Bittman and collaborated with Anne Burrell on her recent New York Times' bestseller "Cook Like a Rock Star." She is a graduate of the Culinary Institute of Education in New York City.


Voir la vidéo: Best of Buddha Luxury Bar 2018 (Novembre 2021).