Autre

La FDA veut que les sucres ajoutés soient identifiés sur les étiquettes des aliments


La FDA veut préciser la teneur en sucre et a proposé une règle qui modifierait les étiquettes de la valeur nutritive

Quelle quantité de sucre existe naturellement dans vos aliments emballés et quelle quantité a été ajoutée par l'entreprise ?

La FDA va de l'avant avec une nouvelle règle controversée sur la valeur nutritive qui augmenterait la quantité d'informations au dos de la boîte. Cette décision obligerait les entreprises à afficher la quantité de sucre ajouté sur les étiquettes nutritionnelles, c'est-à-dire le sucre qui n'était pas déjà présent naturellement dans les aliments, en plus de la quantité de sucre globale.

"La FDA a la responsabilité de donner aux consommateurs les informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions alimentaires éclairées pour eux-mêmes et leurs familles", Susan Mayne, directrice de l'agence Centre pour la sécurité alimentaire et la nutrition appliquée, a déclaré dans un communiqué. "Au cours de la dernière décennie, il a été conseillé aux consommateurs de réduire leur consommation de sucres ajoutés, et le pourcentage de valeur quotidienne proposé pour les sucres ajoutés sur l'étiquette de la valeur nutritive est destiné à aider les consommateurs à suivre ces conseils."

Comme prévu, le changement proposé a provoqué un tollé de la part d'organisations telles que le Association des boulangers américains, Association américaine des boissons, et Association nationale des confiseurs, qui a écrit à la FDA pour demander que davantage de recherches sur le sujet soient mises en place avant qu'une règle ne soit mise en place.

"Nous pensons qu'une telle recherche auprès des consommateurs est essentielle pour mesurer la compréhension des consommateurs potentiels des changements proposés, la réponse comportementale aux changements proposés et les avantages de la modification du panneau de la valeur nutritive", indique la lettre.

Ce n'est pas la seule réglementation sanitaire que la FDA a adoptée cette année. Au printemps, le gouvernement a interdit les gras trans artificiels (huiles partiellement hydrogénées) de l'approvisionnement alimentaire. En mars, la FDA a également proposé un nouveau design d'étiquette alimentaire qui mettrait l'accent sur la quantité de calories et de matières grasses dans un texte plus gros et plus gras.


L'étiquette « sucres ajoutés » sur les aliments peut sauver de nombreuses vies

LUNDI 15 avril 2019 (HealthDay News) -- Une nouvelle étiquette de la valeur nutritive qui met en évidence la quantité de sucres ajoutés dans les aliments pourrait prévenir près d'un million de cas de maladie cardiaque et de diabète de type 2, suggère une nouvelle étude.

La nouvelle étiquette, proposée pour la première fois par la Food and Drug Administration des États-Unis en mai 2016, ajoute une nouvelle ligne dans la catégorie des glucides totaux qui détaille la quantité de sucre qui a été ajoutée aux sucres déjà contenus dans un produit alimentaire.

Si les consommateurs avaient accès à cette nouvelle étiquette, leurs choix alimentaires pourraient prévenir plus de 350 000 cas de maladies cardiaques et près de 600 000 cas de diabète de type 2 au cours des deux prochaines décennies, ont prédit les chercheurs à l'aide d'un modèle informatique.

Cela permettrait aux États-Unis d'économiser 31 milliards de dollars en coûts de soins de santé et 62 milliards de dollars en productivité et autres coûts sociétaux, a déclaré la chercheuse principale Renata Micha. Elle est professeure agrégée de recherche à la Tufts University School of Nutrition Science and Policy, à Boston.

Ces effets pourraient être encore plus forts si la nouvelle étiquette de la valeur nutritive incite les fabricants de produits alimentaires à réduire la quantité de sucre qu'ils ajoutent aux produits, a déclaré Micha.

"Si cette étiquette de sucre ajouté incite l'industrie alimentaire à reformuler même une partie de ses produits pour avoir moins de sucres ajoutés, ces avantages pour la santé et financiers seraient doublés, ce qui est un impact stupéfiant", a déclaré Micha.

Les sucres ajoutés représentent plus de 15% des calories quotidiennes totales des Américains, dépassant le niveau recommandé de moins de 10%, ont déclaré les chercheurs dans des notes d'information.

Il peut être difficile de reconnaître les sucres ajoutés en consultant la liste des ingrédients sur une étiquette, selon les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis.

Cassonade, édulcorant de maïs, sirop de maïs, dextrose, fructose, glucose, sirop de maïs à haute teneur en fructose, miel, lactose, sirop de malt, maltose, mélasse, sucre brut et saccharose ne sont que quelques-uns des nombreux ingrédients qui contribuent aux sucres ajoutés aux aliments. , note le CDC.

Pour simplifier les choses pour les consommateurs, la FDA a proposé une nouvelle ligne sur l'étiquette de la valeur nutritive qui totalise toutes ces sources de sucre ajouté. La ligne indiquerait le nombre de grammes de sucre ajouté et le pourcentage qu'ils contribuent au nombre de calories quotidien d'une personne moyenne.

A continué

Malheureusement, la FDA a retardé la mise en œuvre du label jusqu'en 2020, a déclaré Micha.

"Ce que ces résultats nous disent, c'est qu'il est nécessaire de mettre en œuvre cette étiquette en temps opportun", a déclaré Micha.

Pour cette étude, Micha et ses collègues ont utilisé un modèle déjà validé qui prend en compte une variété d'informations - y compris les données démographiques, les facteurs de risque, les habitudes alimentaires et les maladies - pour projeter l'impact de l'étiquette révisée de la valeur nutritive sur les choix alimentaires des consommateurs. , leur santé à long terme et le coût économique des maladies cardiaques et du diabète de type 2.

Des études antérieures ont montré qu'une meilleure information aide les consommateurs à faire des choix alimentaires plus intelligents, ont déclaré Micha et son équipe. Par exemple, l'étiquetage des graisses trans a conduit les gens à éviter les produits riches en ces graisses très malsaines, ce qui a incité l'industrie alimentaire à les retirer des produits.

Le Dr Reshmi Srinath, directeur du programme de gestion du poids et du métabolisme du mont Sinaï, à New York, s'attend à ce que la même chose se produise si les gens disposaient de meilleures informations sur les sucres ajoutés.

"D'après mon expérience, les gens sont maintenant plus conscients de leur consommation de sucre, examinent les étiquettes des aliments et veulent faire des choix alimentaires plus sains. Un étiquetage clair de la teneur en sucre est crucial pour aider les gens à faire ces bons choix", a déclaré Srinath, professeur adjoint. avec l'école de médecine Icahn au mont Sinaï.

Micha a déclaré que la découverte la plus frappante de l'étude est survenue lorsque les chercheurs ont prédit ce qui pourrait arriver si l'industrie alimentaire réagissait à la nouvelle étiquette en réduisant la quantité de sucres ajoutés dans les produits.

Même une réponse partielle de l'industrie pourrait entraîner environ 700 000 cas de maladies cardiaques en moins et 1,2 million de cas de diabète de type 2 en moins au cours des 20 prochaines années, selon le modèle.

"L'industrie devrait faire partie de la solution", a déclaré Micha. "Nous avons vu que lorsque nous avons pris en compte même une reformulation modeste de l'industrie, un gain maximal pour la santé et l'économie peut être atteint."


Éditorial : La pression problématique de la FDA pour une étiquette de sucre ajouté sur les aliments

Le sucre a été identifié comme le nouveau démon diététique, prenant le rôle des graisses autrefois vilipendées, et il mérite probablement une grande partie de cette réputation. Les recherches se sont accumulées sur le rôle du sucre dans l'ajout de calories sans nutrition, et sur l'augmentation et la baisse des niveaux de sucre dans le sang qui peuvent entraîner des envies de manger plus.

Même ainsi, il est difficile de comprendre pleinement le raisonnement derrière la nouvelle poussée de la Food and Drug Administration des États-Unis pour étiqueter les «sucres ajoutés», ceux qui n'existent pas naturellement dans les aliments. Cela pourrait utilement rendre les acheteurs plus conscients de la fréquence à laquelle du sucre est ajouté aux aliments qui ne sont pas associés à la douceur, comme les soupes en conserve ou la dinde de charcuterie. Mais le problème général n'est-il pas la quantité de sucre qu'il contient plutôt que la quantité ajoutée ?

C'est un thème qui revient sans cesse dans la discussion sur le soda, dans lequel tous les sucres sont « ajoutés ». Mais cela ne rend pas le jus de pomme, qui contient autant de calories de sucre que le soda, sans sensiblement plus de nutrition, beaucoup mieux pour vous. (Un autre aspect que la recherche trouve important est de savoir si le sucre se trouve dans un aliment entier. Les sucres d'une pomme semblent être digérés plus lentement que ceux du jus.)

Ce qui soulève également la question de savoir comment la FDA définira les sucres ajoutés. Certaines confitures annoncent fièrement qu'elles ne contiennent « pas de sucre ajouté » mais augmentent le niveau de douceur avec du concentré de jus de raisin. Ce concentré est riche en sucre, mais comptera-t-il comme sucre ajouté en vertu de la nouvelle exigence d'étiquetage? Qu'en est-il s'il est également ajouté à d'autres aliments transformés?

Autre problème : de nombreux nutritionnistes pensent que les céréales hautement transformées (pensez à la farine blanche) ont à peu près le même profil nutritionnel que le sucre. Même augmentation de la glycémie, calories ajoutées avec peu de nutrition. Il n'est peut-être pas logique d'étiqueter l'un et pas l'autre.

Il y a déjà pas mal d'étiquetage sur les sucres. Sous toutes leurs formes, ils doivent figurer parmi les ingrédients. Une façon dont les entreprises ont tendance à cacher leur utilisation du sucre est d'en utiliser plusieurs différents. Cela signifie que les autres ingrédients seront répertoriés en premier, car ils représentent un pourcentage plus élevé du poids, même si le sucre total peut être élevé.

Mais l'étiquette nutritionnelle indique déjà la quantité de sucre dans l'aliment - ajouté et non. Une alimentation très riche en sucre, que cela se produise naturellement dans les aliments ou non, pourrait finir par être problématique. Il est intéressant de voir à quel point notre nourriture est falsifiée avec des sucres pour la rendre plus agréable au goût. Les étiquettes et la réaction des consommateurs à leur égard pourraient pousser les entreprises alimentaires à produire des aliments plus sains ou simplement ajouter du sucre sous forme de concentrés de jus. Qui a dit que le concentré de jus de raisin n'est pas un ingrédient naturel de la soupe à la tomate ?

Suivez la section Opinion sur Twitter @latimesopinion et Facebook


Les prochaines directives d'étiquetage de la FDA aideront les consommateurs à identifier les sucres ajoutés

GILBERT, AZ (30 octobre 2018) - La prise de conscience des effets des sucres ajoutés commence à changer la façon dont les Américains choisissent ce qu'ils mangent et boivent, ce qui va devenir beaucoup plus facile avec les nouvelles directives d'étiquetage et de nutrition ordonnées par les États-Unis Administration des aliments et des médicaments. Bien que cela puisse prendre un certain temps et des conseils pour habituer les consommateurs au nouvel étiquetage, Wisdom Natural Brands ® , fabricant de l'édulcorant SweetLeaf ® Stevia, estime que les nouvelles étiquettes sont une aubaine pour ceux qui exigent des options meilleures pour la santé dans les aliments et les boissons avec sans édulcorants artificiels et sans sucres ajoutés.

"Des études récentes ont montré que les Américains sont plus conscients des sucres ajoutés cachés dans de nombreuses boissons et aliments qu'ils consomment", a déclaré Carol May, PDG de Wisdom Natural Brands. « Plus de 68% des personnes interrogées ont déclaré vouloir réduire les sucres ajoutés. SweetLeaf ® est une excellente alternative aux sucres car il vous donne toute la douceur que vous voulez, sans calories, sucres ou édulcorants artificiels, et un goût délicieux et délicieux.

Une étude récente de l'entreprise alimentaire mondiale Kerry a montré que 7 Américains sur 10 lisaient les étiquettes pour la teneur en sucre. Les sucres alimentaires ajoutés en excès ont été liés au diabète, à l'obésité et aux maladies cardiovasculaires. L'American Heart Association recommande de limiter les sucres quotidiens à 150 calories (9 cuillères à café) pour les hommes et à 100 calories (6 cuillères à café) pour les femmes et les enfants de plus de deux ans. Les enfants de moins de deux ans ne devraient pas du tout consommer de sucres.

Ce que de nombreux consommateurs ne savent peut-être pas, c'est que les sucres sont répandus dans les aliments emballés au-delà des desserts, des biscuits et des gâteaux. Certains produits peuvent se vanter d'être « naturels » ou « sains » et contenir encore des sucres ajoutés ou cachés. Il y a plus de 60 noms différents pour le sucre sur les étiquettes des aliments actuels, y compris le saccharose, le sirop de maïs à haute teneur en fructose, le malt d'orge, le dextrose, le maltose et le sirop de riz et plus encore.

Les nouvelles étiquettes sont destinées à informer les consommateurs de la quantité exacte de sucre ajouté dans un produit alimentaire ou d'une boisson et sous quels noms. Bien que cela puisse changer, les fabricants dont les ventes annuelles de produits alimentaires s'élèvent à 10 millions de dollars ou plus doivent apporter les modifications d'ici le 1er janvier 2020. Les autres fabricants ont jusqu'au 1er janvier 2021 pour changer leurs étiquettes.

« Enfin, au lieu que les consommateurs essaient de déchiffrer les sucres ajoutés répertoriés dans les ingrédients, il y aura une ligne sous« sucres totaux » dans la valeur nutritive qui indique clairement le nombre de grammes et le pourcentage de« sucres ajoutés » à votre allocation quotidienne, », a déclaré May. « Il est grand temps que les consommateurs obtiennent cette information, afin qu'ils puissent se charger de suivre les sucres dans leur alimentation. »

L'édulcorant SweetLeaf ® Stevia ne contient aucun sucre, aucune calorie ou glucide, aucun édulcorant artificiel et est sans gluten avec une réponse non glycémique. Des sachets naturels et biologiques de SweetLeaf ® aux Water Drops ® aromatisés aux fruits pour une délicieuse mise à niveau vers de l'eau plate ou pétillante, aux délicieuses saveurs de Sweet Drops ® dans les boissons et les aliments de tous les jours, la famille de produits SweetLeaf ® ajoute des récompenses. goût gagnant sans les effets négatifs sur la santé des sucres alimentaires ajoutés.

Pour plus d'informations sur SweetLeaf ® , visitez SweetLeaf ® .com.

À propos de WISDOM NATURAL BRANDS ®
Wisdom Natural Brands ® , basé à Gilbert, en Arizona, est le principal expert en stévia et pionnier de l'industrie avec sa marque SweetLeaf ® Stevia Sweetener depuis plus de 35 ans. SweetLeaf ® est la seule marque de stévia à avoir remporté 31 prix pour le goût et l'innovation. L'édulcorant SweetLeaf ® Stevia ne contient aucune calorie, une réponse non glycémique, aucun sucre et aucun ingrédient artificiel. Wisdom a introduit des boissons à base de plantes à base de Yerba Maté par le biais de sa marque Wisdom of the Ancients ®, l'une des gammes de boissons à base de plantes les plus respectées de l'industrie naturelle. Les boissons à base de plantes Wisdom of the Ancients ® sont disponibles en sachets et en feuilles mobiles et sont offertes dans une variété de saveurs bénéfiques. Les produits SweetLeaf ® et Wisdom of the Ancients ® sont disponibles dans les magasins d'aliments naturels, les magasins de produits naturels, les supermarchés et les détaillants en ligne.


L'étiquetage des édulcorants alternatifs sur les aliments emballés est incomplet, manque de transparence et est trompeur. Une action corrective de la FDA est requise de toute urgence

Washington DC. - La Sugar Association, qui représente 142 000 producteurs, transformateurs et raffineurs de betteraves sucrières et de canne à sucre aux États-Unis, a déposé aujourd'hui une pétition citoyenne auprès de la Food & Drug Administration (FDA) des États-Unis demandant à l'Agence d'exiger un étiquetage complet et précis des édulcorants hypocaloriques et non caloriques. sur les emballages alimentaires, une action qui étendra la transparence de l'étiquetage, mettra fin aux pratiques trompeuses et aidera les consommateurs à prendre des décisions plus éclairées.

"Les consommateurs méritent de savoir ce qu'il y a dans leur nourriture afin qu'ils puissent prendre des décisions éclairées pour eux-mêmes et pour leurs familles", a déclaré Courtney Gaine, PhD, RD, président et chef de la direction de la Sugar Association. "Ces changements apportés par la FDA apporteront la transparence totale dans l'étiquetage des édulcorants que nous savons que les consommateurs veulent, méritent et devraient s'attendre."

La pétition demande à la FDA d'exiger les modifications suivantes de l'étiquetage des aliments en publiant des directives officielles de l'industrie soutenues par le pouvoir discrétionnaire de l'Agence en matière d'application :

  1. Ajoutez le terme « Édulcorant » entre parenthèses après le nom de tous les édulcorants non nutritifs dans la liste des ingrédients.
  2. Pour les aliments et les boissons pour enfants, indiquez le type et la quantité d'édulcorants non nutritifs, en milligrammes par portion, sur le devant des emballages alimentaires.
  3. Pour les produits faisant une allégation de teneur en sucre (c.
  4. Divulguer les effets secondaires gastro-intestinaux potentiels de la consommation d'alcools de sucre et de certains succédanés du sucre dans les aliments aux niveaux d'effet observés les plus faibles.
  5. Assurez-vous que toutes les allégations de teneur en sucre liées au sucre et aux succédanés du sucre sont véridiques et non trompeuses.

La pétition citoyenne est étayée par une multitude de données sur les consommateurs et le marché, avec la plus récente étude d'opinion des consommateurs menée par Quadrant Strategies (taille d'échantillon 1 002) pour la Sugar Association montrant :

  • Compte tenu d'une liste d'additifs alimentaires, les consommateurs n'identifiaient correctement les ingrédients édulcorants que 37 % du temps.
  • 73% des parents pensent qu'il est important de connaître la quantité de substituts de sucre dans l'alimentation de leurs enfants.
  • 66% des consommateurs déclarent qu'il est important que les succédanés du sucre soient clairement identifiés comme édulcorants sur les étiquettes des aliments.

Par conséquent, l'utilisation d'ingrédients édulcorants à faible teneur en calories et sans calories doit être fondée sur une transparence totale de l'étiquetage. Par exemple, lorsque les aliments emballés contiennent des édulcorants non divulgués sur l'étiquette de la valeur nutritive, y compris, mais sans s'y limiter, l'aspartame, la saccharine, l'acésulfame de potassium (Ace-K), le néotame, le sucralose, les glycosides de stéviol (Stevia) et Lou Han Guo (fruit de moine ), le nom de l'ingrédient serait suivi du mot (Édulcorant). Cela rendra la présence d'édulcorants inconnus claire pour les consommateurs.

De plus, la pétition, une fois promulguée, exigerait que les produits pour enfants fabriqués avec des édulcorants non nutritifs divulguent - sur le devant des emballages - le type et la quantité d'édulcorants utilisés. Cette demande est soutenue par la déclaration de politique de l'American Academy of Pediatrics de novembre 2019, L'utilisation d'édulcorants non nutritifs chez les enfants, et est nécessaire pour évaluer l'exposition pédiatrique aux édulcorants alternatifs - quelque chose qui est actuellement inconnu.

De même, la pétition demande que les produits portant des allégations de teneur en sucre nécessitent la mention « Sucré avec [nom du ou des édulcorants] » sous l'allégation. La nécessité de cette action est critique en raison de l'utilisation accrue de substituts du sucre et de la forte augmentation des allégations trompeuses « Sans sucre ajouté », « Zéro sucre » et « Sucre réduit » sur les emballages alimentaires, en partie en raison du nouvel étiquetage obligatoire de la FDA des sucres ajoutés sur le panneau de la valeur nutritive.

La pétition demande également à la FDA d'utiliser son pouvoir discrétionnaire en matière d'application pour exiger la divulgation « Pas moins de calories » pour l'utilisation des allégations « Pas de sucre ajouté ou réduit » sur les étiquettes des aliments lorsque le produit ne contient pas 25 % moins de calories que le produit produit alimentaire auquel il est comparé. Soixante-dix pour cent des consommateurs pensent que les produits étiquetés « Sucre réduit » contiennent moins de calories que le produit d'origine. Trop souvent, les calories totales sont plus élevées ou les mêmes dans ces produits, mais les allégations sur l'étiquette induisent les consommateurs à croire qu'il s'agit d'un choix plus sain.

Séparément, selon la FDA, certains alcools de sucre peuvent provoquer des troubles gastro-intestinaux chez les enfants et les adultes. Par conséquent, la pétition demande à la FDA d'exiger l'étiquetage de tout effet documenté sur la santé associé à la consommation d'alcools de sucre sur la base du seuil observable le plus bas afin que les consommateurs puissent prendre des décisions alimentaires éclairées.

Il existe un besoin évident de transparence et de clarification mandatées par la FDA en ce qui concerne l'étiquetage des succédanés du sucre. En conséquence, la pétition de la Sugar Association est conforme au désir des consommateurs d'obtenir des informations complètes et précises dans l'étiquetage des aliments de tous les édulcorants et est conforme à la stratégie d'innovation nutritionnelle 2018 de la FDA, qui appelle à un étiquetage clair et honnête des aliments pour aider les consommateurs et alimenter une meilleure alimentation individuelle. et les résultats collectifs de santé publique.

« Ces changements sont nécessaires pour combler une lacune dans l'étiquetage des aliments, mais surtout, ils sont nécessaires pour fournir aux consommateurs une transparence totale et des informations précises sur le contenu des produits qu'ils achètent et mangent », a conclu le Dr Gaine.


La FDA met un frein aux nouvelles étiquettes nutritionnelles

MARDI 13 juin 2017 (HealthDay News) -- La Food and Drug Administration des États-Unis a annoncé mardi que le lancement d'un panel mis à jour sur les « faits nutritionnels » sur les aliments, élaboré sous l'administration Obama, sera désormais retardé.

Le délai pour lequel l'industrie alimentaire doit se conformer au nouvel étiquetage sera repoussé pour une durée non divulguée, le Presse associée signalé.

Le nouveau panneau nutritionnel a été conçu pour permettre aux consommateurs de voir plus facilement combien de calories et de sucres ajoutés un produit contenait.

Plus précisément, l'étiquette remaniée rendrait les informations sur le nombre de calories plus importantes, faciliterait la compréhension de la taille des portions et indiquerait la quantité de sucres ajoutés qu'un aliment ou une boisson contient. Les étiquettes actuelles ne mentionnent que les quantités de sucre total dans un produit, qui peuvent inclure des sucres naturels, le PA mentionné.

La date limite initiale de la FDA pour la conformité était le 26 juillet 2018.

Dans une lettre envoyée plus tôt cette année au secrétaire à la Santé et aux Services sociaux Tom Price, la Grocery Manufacturers Association (GMA) et d'autres groupes de l'industrie alimentaire avaient demandé une prolongation jusqu'en 2021, le PA c'est noté.

A continué

Les experts en nutrition ont été déçus par l'annonce de mardi.

« Le panneau de la valeur nutritive doit être plus facile à comprendre afin que les consommateurs puissent prendre des décisions alimentaires plus éclairées », a déclaré Arlene Stein.

"Si certaines étiquettes alimentaires changent et d'autres pas, il sera plus difficile pour les consommateurs de comparer les aliments et de faire un choix plus sain", a déclaré Stein, qui est diététiste en soutien nutritionnel à l'hôpital NYU Winthrop à Mineola, NY "Avec la prévalence de l'obésité augmentant, ces changements seraient mieux faits le plus tôt possible."

Stephanie Schiff, diététiste à l'hôpital Huntington de Huntington, N.Y., a accepté. Elle a qualifié le retard de "surprenant et décourageant".

"La nouvelle étiquette nutritionnelle permettrait aux consommateurs d'avoir une idée meilleure et plus claire des quantités de certains nutriments dans leurs aliments, ainsi que des ingrédients qu'ils pourraient choisir de réduire ou d'éviter, comme les sucres ajoutés", a déclaré Schiff.

"La nouvelle étiquette indiquerait la quantité de potassium dans les aliments", a-t-elle noté. "Ces informations seraient très bénéfiques pour les personnes qui souhaitent augmenter leur apport en potassium pour la santé cardiaque, ou qui souhaitent réduire leur apport en potassium en raison de problèmes rénaux ou d'interactions médicamenteuses - des informations qui ne figuraient pas sur l'ancienne étiquette."

A continué

Mais l'association des épiciers a applaudi le report. Dans un communiqué, le groupe a déclaré que les entreprises agroalimentaires voulaient aider les consommateurs à faire des choix éclairés, mais que le "délai de conformité approchant rapidement" était difficile à respecter sans autre orientation de la FDA.

Ce n'est pas la première fois que la FDA de l'administration Trump ralentit l'introduction des règles de l'industrie alimentaire de l'ère Obama. Selon le PA, l'agence a récemment reporté la législation obligeant les restaurants, les épiceries et les dépanneurs à afficher le nombre de calories pour les aliments qu'ils ont vendus jusqu'en 2018.


F.D.A. veut que les étiquettes des aliments quantifient les sucres ajoutés

La Food and Drug Administration a proposé vendredi que les étiquettes nutritionnelles sur les aliments emballés mentionnent la quantité de sucres ajoutés qu'ils contiennent en pourcentage de l'apport calorique quotidien recommandé.

La proposition a suscité des critiques immédiates de la part des fabricants d'aliments et de boissons, qui affirmaient que les étiquettes créeraient de la confusion chez les clients et que les limites alimentaires en sucres ajoutés n'étaient pas scientifiquement justifiées.

Les sucres ajoutés sont ceux qui ne se trouvent pas dans les aliments avant qu'ils ne soient produits et emballés. Les responsables fédéraux recommandent aux Américains de limiter les sucres ajoutés à seulement 10 pour cent de leurs calories quotidiennes.

L'année dernière, pour la première fois, la F.D.A. a proposé que les entreprises répertorient les sucres ajoutés sur les étiquettes nutritionnelles, mais les consommateurs auraient dû faire le calcul eux-mêmes pour déterminer le pourcentage de calories. Dans le cadre de la nouvelle proposition, les étiquettes nutritionnelles indiqueraient ce chiffre.

Les responsables de l'agence ont déterminé que 50 grammes de sucres ajoutés devraient être la limite alimentaire supérieure, ou valeur quotidienne, pour les adultes et les enfants âgés de 4 ans et plus.

Cela signifie "un soda de 16 onces, et c'est tout pour les sucres ajoutés pour la journée", a déclaré Marion Nestlé, professeur de nutrition, d'études alimentaires et de santé publique à l'Université de New York.

Le professeur Nestlé a prédit que le changement d'étiquette non seulement "affecterait les choix du sous-ensemble de personnes qui lisent les étiquettes", mais aussi, plus important encore, "encouragerait les fabricants de produits alimentaires à rechercher davantage des moyens de réduire le sucre ajouté dans leurs produits".

Les responsables de la Grocery Manufacturers Association, un groupe commercial, ont critiqué les normes utilisées par l'agence pour établir une valeur alimentaire pour les sucres ajoutés.

"Avant F.D.A. exige qu'un pourcentage de valeur alimentaire soit déclaré pour tout nutriment, il doit garantir que la valeur alimentaire est basée sur des niveaux d'apport évalués par le biais d'un processus scientifique indépendant et rigoureux », a déclaré l'organisation dans un communiqué.

L'année dernière, la Fondation International Food Information Council, un organisme de recherche financé par l'industrie agroalimentaire, a mené une enquête dans laquelle les consommateurs ont été invités à interpréter les étiquettes des aliments avec des informations sur les sucres ajoutés.

L'enquête, publiée le mois dernier dans le Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics, a révélé que le nouveau langage confondait la majorité des 1 088 personnes interrogées, qui pensaient à tort que les produits avec des étiquettes indiquant les sucres ajoutés contenaient plus de sucre qu'ils n'en contenaient en réalité. Les gens semblaient penser que les « sucres ajoutés » s'ajoutaient au sucre total répertorié.

L'enquête a également révélé que les consommateurs seraient moins susceptibles d'acheter un produit si son panel nutritionnel répertoriait les sucres ajoutés.


La Sugar Association demande à la FDA l'étiquetage des édulcorants hypocaloriques

La Sugar Association, la voix scientifique de l'industrie sucrière américaine, a déposé aujourd'hui une pétition citoyenne auprès de la Food and Drug Administration demandant à l'agence d'exiger « un étiquetage complet et précis des édulcorants hypocaloriques et non caloriques sur les emballages alimentaires ».

Après que la FDA ait inclus une ligne de « sucres ajoutés » lors de la refonte de l'étiquette de la valeur nutritive, il y a eu « une explosion » d'entreprises alimentaires passant des édulcorants riches en calories aux édulcorants faibles et sans calories, a déclaré Courtney Gaine, présidente et chef de la direction de la Sugar Association. . Ces édulcorants sont répertoriés comme ingrédients, mais il est difficile pour les consommateurs de comprendre quel rôle ils jouent dans les aliments, a-t-elle ajouté.

Selon la proposition, « lorsque les aliments emballés contiennent des édulcorants non divulgués sur l'étiquette de la valeur nutritive, y compris, mais sans s'y limiter, l'aspartame, la saccharine, l'acésulfame de potassium (Ace-K), le néotame, le sucralose, les glycosides de stéviol (Stevia) et Lou Han Guo ( Monk Fruit), le nom de l'ingrédient serait suivi du mot (Sweetener).

La FDA aurait dû exiger l'étiquetage des édulcorants hypocaloriques et non caloriques lorsqu'elle a révisé l'étiquette de la valeur nutritive, a ajouté Gaine.

"C'est une extension naturelle de la refonte de l'étiquette de la valeur nutritive", a déclaré Gaine. « Nous considérons cela comme un oubli de la FDA. »

La pétition demande à la FDA d'exiger les modifications suivantes de l'étiquetage des aliments en publiant des directives officielles de l'industrie soutenues par le pouvoir discrétionnaire de l'agence en matière d'application :

• Ajouter le terme « Édulcorant » entre parenthèses après le nom de tous les édulcorants non nutritifs dans la liste des ingrédients.

• Pour les aliments et les boissons pour enfants, indiquez le type et la quantité d'édulcorants non nutritifs, en milligrammes par portion, sur le devant des emballages alimentaires.

• Pour les produits faisant l'objet d'une allégation de teneur en sucre (c'est-à-dire sans/faible/réduite de sucre), exiger la mention « Édulcoré avec (nom du ou des édulcorants) » sous l'allégation.

• Divulguer les effets secondaires gastro-intestinaux potentiels de la consommation d'alcools de sucre et de certains succédanés du sucre dans les aliments aux niveaux d'effet observés les plus faibles.

• Assurez-vous que toutes les allégations de teneur en sucre liées au sucre et aux succédanés du sucre sont véridiques et non trompeuses.

En outre, la pétition demande à la FDA d'exiger que les produits pour enfants fabriqués avec des édulcorants non nutritifs divulguent - sur le devant des emballages - le type et la quantité d'édulcorants utilisés. "Cette demande est soutenue par la déclaration de politique de l'American Academy of Pediatrics de novembre 2019, L'utilisation d'édulcorants non nutritifs chez les enfants, et est nécessaire pour évaluer l'exposition des enfants aux édulcorants alternatifs - quelque chose qui est actuellement inconnu", a déclaré l'association.

De même, la pétition demande que les produits portant des allégations de teneur en sucre nécessitent la mention « Sucré avec (nom du ou des édulcorants) » sous l'allégation. « La nécessité de cette action est cruciale en raison de l'utilisation accrue de substituts du sucre et de la forte augmentation des allégations trompeuses "Sans sucre ajouté", "Zéro sucre" et "Sucre réduit" sur les emballages alimentaires, en partie à cause du nouvel étiquetage obligatoire de la FDA. de sucres ajoutés sur le panneau de la valeur nutritive », a déclaré Gaine.

La pétition demande également à la FDA d'utiliser son pouvoir discrétionnaire en matière d'application pour exiger la divulgation « Pas moins de calories » pour l'utilisation des allégations « Pas de sucre ajouté ou réduit » sur les étiquettes des aliments lorsque le produit ne contient pas 25 % moins de calories que le produit produit alimentaire auquel il est comparé. "Soixante-dix pour cent des consommateurs pensent que les produits étiquetés" Sucre réduit "contiennent moins de calories que le produit d'origine", a déclaré Gaine, notant que certains produits sont en fait plus caloriques après le changement d'ingrédients.

Gaine a déclaré que la recherche auprès des consommateurs montre que les consommateurs identifient les ingrédients édulcorants des additifs alimentaires seulement 37% du temps, 73% des parents pensent qu'il est important de connaître la quantité de substituts de sucre dans la nourriture de leurs enfants et que 66% des consommateurs disent qu'il est important que les substituts de sucre être clairement identifiés comme édulcorants sur les étiquettes des aliments.

Gaine, qui représente les producteurs de betteraves sucrières et de canne à sucre, les transformateurs et les raffineurs, a déclaré qu'elle n'avait présenté la pétition à aucun fabricant de produits alimentaires ou groupe commercial.

Gaine a déclaré que la Sugar Association lancerait également une campagne pour la transparence des édulcorants sur les réseaux sociaux au cours des six prochains mois.

La FDA doit répondre à une pétition citoyenne en six mois, mais Gaine a noté que l'action sur une pétition prend parfois des années.

Entamez un dialogue, restez sur le sujet et soyez courtois.
Si vous ne respectez pas les règles, votre commentaire peut être supprimé.


Les Etats Unis

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) est responsable de l'étiquetage. Les règles de l'agence concernant ce qui doit être inclus sur l'étiquette d'un produit emballé, ce qui peut, dans certaines circonstances, être inclus et ce qui ne peut pas être inclus sont longues.

Il existe un éventail d'exceptions, de nuances et de stipulations qui régissent des centaines de situations incroyablement spécifiques. À l'heure actuelle, la FDA exige que les aliments emballés indiquent le nom de l'aliment, la quantité de produit, le nom et l'adresse du fabricant, de l'emballeur ou du distributeur, les ingrédients (énumérés par ordre décroissant) et la présence de l'un des les huit allergènes courants suivants : lait, œuf, poisson, crustacés, noix, blé, arachides et soja.

Ensuite, il y a l'étiquette de la valeur nutritive, qui doit inclure la taille de la portion, les calories par portion, les calories provenant des graisses ainsi que le pourcentage des valeurs quotidiennes recommandées pour les graisses sur la base d'un régime de 2 000 calories (avec des valeurs répertoriées pour les graisses saturées et les graisses trans), cholestérol, sodium, glucides totaux (avec des lignes pour les fibres alimentaires et les sucres), protéines, ainsi que la teneur en vitamines et minéraux, exprimés en termes de pourcentage des valeurs quotidiennes recommandées.

À moins d'une mise à jour en 2006, dans laquelle la FDA exigeait des entreprises qu'elles indiquent la teneur en gras trans sur les étiquettes nutritionnelles, ces règles n'ont pas changé depuis leur mise en place au début des années 1990. L'année dernière, cependant, l'agence a publié une liste des principales modifications proposées aux étiquettes nutritionnelles sur les emballages alimentaires, notamment une police de caractères plus grande pour le nombre de calories, l'inclusion d'une ligne distincte pour les sucres ajoutés et des portions mises à jour destinées à refléter la façon dont les Américains mangent réellement. .

“The [proposed] label reflects the latest scientific thinking about nutrition and the links between what people eat and chronic diseases like obesity and cardiovascular disease,” says FDA spokesperson Lauren Kotwicki.

For the most part, Marion Nestle, a professor of nutrition at New York University, likes the proposed new rules, particularly the inclusion of added sugars and updated serving sizes. (Under current regulation, a 567g-bottle of soda (20 ounces) can be labeled as 2.5 servings, and an ice cream serving is defined as a half-cup under the proposed rules, that same soda bottle would be listed as a single serving, and while a serving of ice cream would be increased to one cup, providing consumers with a more accurate understanding of the amount of calories they’re consuming.)

It is unclear when labels will actually be updated. The FDA is collecting public comments until 25 September, but hasn’t said when the proposed rules will be enacted. “A timeline is not set unless a proposed rule becomes final,” Kotwicki explains. The FDA has indicated that once the rules are finalized, it will give companies a two-year window to comply.

Although Nestle believes the proposed rules improve the current labeling system, troubling gaps remain. In her view, the most glaring is the absence of a requirement listing a daily-recommended value for sugar. On the current label as well as the proposed one, sugars are listed in grams, which many consumers can’t easily translate into daily percentages.

In a healthy diet, sugar should make up less than 10% of daily calorie intake, says Nestle, which works out to 50g [1.7 ounces] or fewer. “If the FDA established a recommended daily value for sugar, that would be a big step forward.”

Another common suggestion is front-of-package labels, which studies have shown to be an effective method of informing consumers’ nutritional decisions based on nutritional content. “After the FDA finalizes the rules to update the nutrition facts label and serving sizes, the agency will be in a better position to make decisions regarding front-of-package labeling,” says Kodwicki.

Nestle is not confident she’ll see this development in her lifetime. “It’s quite a good system – I’m highly in favor of it. But if it can’t get out by the time Obama leaves office, it’s not going to happen.”


FDA Is Cracking Down on the Labeling of Alternative Sweeteners

The FDA is currently accepting public comments about how it can improve the nutrition labeling of sweeteners that aren't metabolized by the body in the same way as sugar found in foods and beverages.

The agency established this new docket largely in response to a petition filed in June by the Sugar Association, which requested several changes to labels of products containing alternative sweeteners. More specifically, the industry's science group wanted the FDA to provide consumers with more transparency about which alternative sweeteners are included in products, as well as the amounts. (Related: 21 Best Healthy Cooking Hacks of All Time)

With food manufacturers increasingly shifting toward using less traditional sugar in products, the docket's introduction is timely. To parallel the sweet flavor, some manufacturers turn to alternative or non-nutritive sweeteners, which are reported to be between 200 and 400 times sweeter than table sugar. The Sugar Association argues that under current labeling conventions, products with these types of sugar-free sweeteners are (in some cases) wrongly labeled as "all natural" and "no sugar added," which may confuse consumers into thinking the product doesn't include any sweeteners at all.

While the docket doesn't entirely address the association's concern, it does address calls for more clarification surrounding the effects of non-nutritive sweeteners on the body, specifically those which are metabolized differently than sugar. The three sweeteners up for question are allulose, D-tagatose, and isomaltulose. However, the docket omits sugar alcohols such as erythritol, sorbitol, and xylitol, which are often found in keto-friendly packaged food items. On some product labels, though, sugar alcohols can be found listed separately on the nutrition facts label. (Related: 7 Hidden Messages on Packaged Food Labels You're Not Noticing)

Consumers are interested in learning about the ingredients manufacturers put into their food, according to research conducted by the Sugar Association. In an online poll that garnered responses from more than 1,000 adults, two-thirds of participants said it was important for them to know how their food was sweetened. Additionally, two in five consumers responded that it was very important to know if sugar substitutes or artificial sweeteners were present in their food. Finally, a majority of those polled said they would prefer to have ingredients clearly spelled out on labels with simple equivalents provided next to each chemical name.

Before federal rulemaking can occur, the FDA will continue to accept comments on this docket for 60 days (beginning on Oct. 19). However, the election may allow for even bigger changes in sweetener labeling, as it could welcome a new administration with a different perspective.

To stay in the know of all nutrition label changes and discussions, be sure to sign up for our newsletter.


Food Labels: How to Spot Hidden Sugars

Try finding out how much sugar has really been added to your yogurt, cereal, bread or energy bar, and watch the hours fly by!

Although the FDA (and the USDA) has certainly acknowledged and tried to define the term "added sugars," or those sugars that aren't naturally occurring in foods (for example, fruits), the government is leaving it up to us to be food detectives and learn all the various names for sugar and, more importantly, how much of it we're actually putting in our mouths.

Sugar masquerades under a variety of guises, such as dextrose, fructose, fruit juice concentrates, glucose, invert sugar and maltose, but trying to figure out what percentage of calories these sugars represent in a packaged food product is akin to scoring a concert ticket to Lady Gaga -- it's pretty much impossible.

That's because the FDA has refused to add an "Added Sugars" line (in grams) within the "Sugars" section on the nutrition facts label. Instead, added sugars are only mentioned in the ingredient list -- and only in decreasing weight order, not by percentage of calories.

Realizing this loophole, some food companies seem to be taking some extreme liberties. Not only are they using some of those tricky sugar synonyms in the ingredient list, but they're also using several of them, in a single product. Added sugars are added sugars. No matter what you call them, they do pretty much the same thing to food (make it taste sweeter). So by dividing the total amount of added sugars into three or four different sugar names instead of using just one type of sugar, companies are able drop their added sugars further down the list (the less the weight, the lower the rank on the ingredient list).

So for example, if a manufacturer wants to sweeten up a certain brand of crackers, it can either do this using 15 grams of "sugar" or, 5 grams of "malt syrup," 5 grams of "invert sugar" and 5 grams of "glucose". Some manufacturers seem to be choosing this divide and masquerade method, placing these ingredients lower down on their products' lists, making us believe that the amount of sugar in the product is smaller than it is. Bingo!

Here are four examples of foods that have divided their total added sugar content between several confusing synonyms (note where these names are positioned on the ingredient list).

Chocolate Chip Bars
Granola (whole grain oats, brown sugar, crisp rice (rice flour, sugar, salt, malted barley extract), whole grain rolled wheat, soybean oil, dried coconut, whole wheat flour, sodium bicarbonate, soy lecithin, caramel color, nonfat dry milk), corn syrup, semisweet chocolate chips, brown rice crisp, sunflower oil, oligofructose, polydextrose, corn syrup solids, glycerin. Contains 2 percent or less of water, invert sugar, salt, molasses, sucralose, natural and artificial flavor, BHT, citric acid

Nutrition Bars
Soy protein nuggets, Yogurt coating (sugar, palm kernel oil, nonfat fry milk solids, Yogurt powder, soy lecithin, salt), corn syrup, milk protein isolate, fructose, almonds, palm oil, water

Wheat Thins
Whole grain wheat flour, unbleached enriched flour, soybean oil, sugar, cornstarch, malt syrup, salt, invert sugar, monoglycerides, leavening, vegetable color

Club Crackers
Enriched flour, soybean oil with TBHQ for freshness, sugar, contains two percent of less of: salt, leavening, high fructose corn syrup, corn syrup, cornstarch, soy lecithin

Why should we be concerned about added and refined sugars anyway? Because we're getting way too much of it, and all those extra, nutritionally empty calories can contribute, in many diets, to obesity, type 2 diabetes, and risk factors for heart disease, according to the American Heart Association. As noted by the Center for Science in the Public Interest (CSPI), people who consume diets high in added sugars consume lower levels of fiber, vitamins and minerals, and other nutrients, and by displacing these protective nutrients, added sugars may increase the risk of osteoporosis, certain cancers, high blood pressure and other health problems.

What can you do? 1. Educate yourself. I've included a list of sweeteners below for you to reference when you're checking labels. 2. You can write the FDA or call your congressperson and demand more transparency in food labeling for added sugars and join organizations such as CSPI that have been petitioning for these rules for the last several years.

  • The average American consumes at least 64 pounds of sugar per year, and the average teenage boy at least 109 pounds.
  • Per capita consumption of added sugars has risen by 28 percent since 1983.
  • Americans consume 22 teaspoons of added sugars a day, teens 34 teaspoons.

Common sweeteners:
corn sweetener, corn syrup, dextrose, fructose, fruit juice concentrates, glucose, high-fructose corn syrup, invert sugar, lactose, maltose, malt syrup, raw sugar, sucrose, sugar syrup, cane crystals, cane sugar, crystalline fructose, evaporated cane juice, corn syrup solids, malt syrup.

Pooja Mottl is a healthy living advisor and candidate of the Chefs Program at the Natural Gourmet Institute. She holds a certificate in Plant Based Nutrition from Cornell University in conjunction with the T. Colin Campbell Foundation as well as an NSCA-CPT certification in fitness.