Autre

Barbecue coréen interactif au Honey Pig


La cuisine de table occupe le devant de la scène dans ce restaurant expérimental

Si vous êtes un fan d'expériences culinaires qui changent de rythme par rapport à la norme, alors Honey Pig est un incontournable. Dans ce restaurant barbecue coréen, le format est si unique qu'il faut un certain temps pour s'y habituer : chaque table a son propre grill en forme de dôme, et les serveurs apportent des viandes crues et tous les correctifs à votre table. Vous faites cuire la viande, l'enveloppez dans des feuilles de laitue, ajoutez une flopée de condiments, savourez et répétez. Honey Pig est certainement un restaurant en ville qui n'a pas beaucoup d'égal.

La poitrine de porc et la côte courte désossée sont les deux viandes les plus populaires à griller, car leur gras se prête bien à la chaleur brûlante. Mais diverses autres variétés de porc (différentes marinades, viande de bajoue et juste la peau) et de bœuf (langue, poitrine, intestins) sont disponibles, ainsi que des crevettes, des pétoncles, du canard et du poulpe.

Des pots chauds, un autre aliment interactif coréen célèbre, sont également disponibles ; un grand bol de bouillon est livré à votre table et vous pouvez également cuire votre viande de cette façon.


Votre repas est cuit à table au barbecue coréen Honey Pig

Si l'odeur de la viande fumée et grillée est plus que vous ne pouvez résister, vous allez adorer le barbecue coréen Honey Pig. Votre dîner de bulgogi ou de poitrine de bœuf est cuit à table dans ce restaurant unique, ce qui ne fait que rendre l'expérience encore plus spéciale. Le menu se compose de nombreuses options de viande savoureuse, comme de la poitrine de porc épicée, de la langue de bœuf ou des côtes de bœuf Kalbi. Bientôt, votre table sera jonchée de bols de salade, de trempettes et de viandes soigneusement préparées, et le personnel de Honey Pig Korean BBQ vous aidera à tout griller juste devant vous.

Honey Pig est une expérience culinaire interactive que vous pouvez personnaliser à chaque bouchée. Le barbecue coréen Honey Pig peut être très occupé le vendredi et le samedi soir, alors assurez-vous que toute votre fête est présente et prête à commander. Les serveurs ne perdent pas de temps pour vous préparer et cuisiner, donc même un peu d'attente en vaut la peine pour le service rapide à table. Trouvez Honey Pig Korean BBQ dans le centre commercial Princess à Ellicott City.


Les 60 plats coréens de Jonathan Gold que chaque Angeleno devrait connaître

J'écrivais sur les restaurants depuis des lustres, mais quand j'ai assemblé le HebdomadaireLe premier guide de Koreatown en 2004, la taille et la vitalité de la scène étaient déjà étonnantes. La région semblait déjà avoir plus de restaurants de fin de soirée que le reste de la ville réunie, un réseau de boîtes de nuit qui rivalisait avec celles d'Hollywood et une culture de restauration alcoolique dont les participants les plus enthousiastes visitaient non seulement un restaurant par soir, mais souvent trois ou quatre : un anju bar pour un soju et un snack un restaurant pour dîner un norebang (bar karaoké) ou une salle de billard ou un club de danse où il y a aussi un snack ou deux et puis peut-être l'un des endroits ouverts 24h/24 pour un pot de soupe ou une crêpe aux fruits de mer grasse pour alléger l'alcool.

Connaître Koreatown signifiait explorer non seulement un de ces types d'endroits, mais tous non seulement par curiosité mais aussi par endurance.

Koreatown, qui occupe une zone en expansion entre Hancock Park et le centre-ville, pourrait bien être l'enclave d'expatriés la plus animée du monde, un quartier de practice et d'herboristes coréens, de salles de karaoké et de supermarchés, de complexes cinématographiques et de centres commerciaux modernes qui pourraient avoir été cueilli tout droit sorti de Séoul.

Préparation du riz frit sur le gril de table à Sun Ha Jang. Crédit : Anne Fishbein

Dans les années qui ont suivi, bien sûr, la Corée s'est imposée au centre de la culture asiatique. Lorsque les adolescents se pâment devant des musiciens, ils sont aussi susceptibles d'être des stars de la K-pop comme 2PM ou Girls Generation que Rihanna ou Justin Bieber, et des projets comme la restauration de la rivière de Séoul, qui a transformé une autoroute du centre-ville en rivière sur le lit de laquelle il a été construit à l'origine, font l'envie des urbanistes du monde entier.

J'avais l'habitude de plaisanter en disant que Koreatown était fondamentalement une ville coréenne de taille moyenne dont les spécialités culinaires étaient le dubu et des côtes courtes coupées latéralement. Maintenant, c'est clair, Koreatown est fonctionnellement un quartier éloigné de Séoul - tant au niveau de la capitale que de la culture, à la fois du commerce et de la cuisine.

Il y a certaines choses que vous devez savoir sur les restaurants coréens les moins chics, même si vous êtes un expert dans ce genre de choses. L'idée du service a tendance à être différente dans les restaurants coréens de ce qu'elle est même dans les autres restaurants asiatiques : les serveurs et serveuses sont là pour prendre votre commande, vous apporter à manger et récupérer le chèque, point final. Il n'y aura pas de discussion sur les légumes de saison, ni de plaisanterie pour savoir si le maquereau est meilleur que la morue. Les meilleurs petits restaurants se spécialisent dans une ou deux spécialités, et on s'attendra à ce que vous en commandiez une. L'eau glacée filtrée, ou peut-être le thé d'orge dilué, sont parfaitement acceptables comme boissons partout sauf dans les bars, et personne n'essaiera jamais de vous vendre de la bière ou du soju. (Vous pouvez généralement demander à avoir un pichet d'eau sur votre table.) Banchan, les petits plats de légumes marinés, de kimchi et d'autres choses qui accompagnent votre repas, seront remplis autant de fois que vous le souhaitez, bien qu'il soit considéré comme une mauvaise forme d'en faire trop avec des cadeaux somptueux comme le crabe mariné ou le poisson frit. Vous trouverez souvent un bouton d'appel électronique apposé sur la table. N'hésitez pas à l'utiliser lorsque vous avez besoin du chèque ou d'une autre tournée de vin de framboise - vous vous sentirez odieux, mais c'est le protocole.

Intérieur de Jae Bu Do. Crédit : Anne Fishbein

J'ai arbitrairement limité le nombre de plats dans ce guide à 60, mais il est clair que le nombre pourrait tout aussi bien être 160. Plus j'en apprends sur la cuisine coréenne à Los Angeles, moins j'ai l'impression d'en savoir. L'unité de consommation de base reste peut-être le repas barbecue à volonté, phénomène qui n'est pas traité en profondeur ici, mais l'énergie est clairement ailleurs. Et je pleure déjà l'omission de Ham Hung naengmyun avec patin, Young Dong's sullongtong avec la langue, le poulpe sauté du village de Nakzi, les ailes de poulet au Prince, le riz frit épicé fabriqué à partir des restes durcis au nucléaire de Ttu Rak galbi jjim — et, vraiment, n'importe quelle crêpe sérieuse. N'hésitez pas à nous faire part de votre coup de coeur bindaedduk.

Jing-gee Skhan

Dans un restaurant shabu-shabu japonais, vous passez un à un des morceaux de viande et de légumes dans une casserole de bouillon frémissant, en notant comment chacun est altéré par sa cuisson et comment chacun contribue à l'ensemble harmonieux. Jing-gee Skhan, du nom du célèbre carnivore Gengis Khan, est l'équivalent coréen. Et, du moins tel qu'il est exécuté au Seoul Garden, son temple local, il semble être plus communautaire dans son approche. Il y a un type de viande impliqué, soit du poulet, de la dinde ou des tranches de longe de bœuf rosées, absolument standard, disposées comme des pétales de pivoine sur un plateau, et les légumes se présentent sous la forme d'une énorme salade d'herbes, de légumes verts hachés et d'oignons verts émincés, complété par un seul champignon tranché et quelques cubes de tofu. Votre premier sacrifice au pot bouillonnant est exactement le même que le dernier, chaque baguette de viande bouillie et d'herbes que vous pêchez dans le pot est identique. Ce que vous expérimentez est la distillation d'ingrédients humbles en quelque chose d'assez puissant, de sorte qu'au moment où la serveuse arrive avec une assiette de nouilles udon fraîches à cuire dans ce qui reste du bouillon, puis termine en remuant le riz et l'œuf pour épaississez-le en bouillie, il vous reste quelque chose de musclé et de profond. Cela dit-il quelque chose sur le caractère du peuple coréen ? J'aimerais penser que oui. 1833 Ouest, boulevard olympique. (213) 386-8477.

Dosirak secoué

Imaginez une boîte à lunch pour enfant coréen : de la viande, du riz, des légumes, des œufs et des cornichons emballés dans un récipient plat en métal. Imaginez ensuite la même boîte secouée jusqu'à ce que son contenu se réorganise en un brut Bibimbap — délicieux. C'est peut-être le seul plat de restaurant standard au monde dont l'origine indique un enfant de 6 ans qui s'ennuie sur une aire de jeux. Vous pouvez trouver un très bon dosirak à Kang Ho Dong Baekjeong, un nouveau barbecue sur la Chapman Plaza appartenant au lutteur devenu comédien de cinéma Kang Ho Dong, pensez à lui comme à The Rock croisé avec Rob Schneider. C'est à la fois un apéritif et un entraînement du haut du corps. 3465 W. Sixth St. (213) 384-9678.

Savourez la tarte chez M. Pizza. Crédit : Anne Fishbein

Pizza Grand Prix

Avez-vous déjà vu la pizza Grand Prix chez Mr. Pizza Factory ? Parce que même dans le monde de la cuisine interculturelle, le Grand Prix est un objet remarquable, une construction lourde et pâteuse qui peut tellement fausser votre perception de ce que pourrait être une pizza qu'elle menace de perturber le continuum espace-temps. Imaginez une tarte dont la géographie est soigneusement coupée en deux, une moitié ressemblant à un cocktail de crevettes déconstruit, l'autre à une assiette de nachos. Au bord s'élève une crête fauve de pâte brune, sucrée et mouchetée de raisins secs. Après avoir mangé la pizza aux nachos et la pizza au cocktail de crevettes, vous êtes censé casser des morceaux de cette croûte de scone et les tremper dans de la confiture de fraises pour le dessert. M. Pizza Factory est mon héros. 3881, boulevard Wilshire (213) 738-0077.

Si vous êtes friands de contentieux, vous devriez probablement tourner la page. En raison de tous les dangers inhérents à la gastronomie coréenne - charbons égarés, pierres chauffées au rouge et palourdes qui explosent parmi eux - il n'y a peut-être pas de produit alimentaire aussi dangereux que l'aliment de base moelleux et grésillant appelé hotteok, que l'on trouve dans le panier Hotteok de crêpes de riz sucré de Koo. Vous allez vous brûler les doigts sur la crêpe, c'est une ampoule donnée à vos lèvres qui peut vous brûler la langue. Mais si vous n'avez jamais connu hotteok, rien ne peut vous préparer à l'inondation de sucre brun fondu de son cœur, une délicieuse crème parfumée à la cannelle qui partage un peu trop de caractéristiques avec le napalm. Est-ce que j'imagine des choses, ou est-ce que c'est du mal à l'état pur derrière cette plaque chauffante ? Koo's, sur le parking derrière California Market, 4317 Beverly Blvd.

Le canard de Sun Ha Jang est cuit sur une plaque chauffante avant de l'ajouter à une salade de laitue et de poireaux. Crédit : Anne Fishbein

Bulgogi de canard

Des tranches de magret de canard non assaisonné suintent et rétrécissent et grillent sur une plaque chauffante en fonte épaisse à Sun Ha Jang, vous les retirez du feu et les pliez en une salade de laitue et de poireaux tranchés. Lorsqu'une serveuse bouche le drain avec un écheveau de kimchi de chou, il est temps de cuire le « canard rôti » : les parties de l'oiseau qui ne proviennent pas du magret, que vous transformez lentement en crépitements de canard. Le canard est mangé. La graisse bout. Un bol de riz cuit est renversé sur la plaque chauffante avec des herbes et vos restes de kimchi deviendront bientôt le riz frit le plus riche de votre vie. 4032 Ouest, boul. Olympique (323) 634-9292.

School Food Blooming Roll est un café très éclairé situé à quelques pas du triplex CGV, le premier avant-poste local d'une chaîne basée à Séoul. C'est très mignon, très Hello Kitty, avec des écrans plats diffusant des vidéos K-pop et une foule largement pubère. La vanité ici est, comme le nom du restaurant l'indique, la nourriture scolaire - le genre de choses que vous auriez pu trouver dans la cafétéria de votre lycée si vous aviez été élevé en Corée, vers 2005 : gluant, brûlant ddukbokki avec des boulettes de soupe de poulet et de nouilles au fromage et même du boudin, qui joue probablement mieux en Corée qu'à Encino. Au premier rang des plats nostalgiques se trouve l'énorme assortiment de kimbap, qui sont un peu comme le japonais maki et en quelque sorte pas : des rouleaux de sushi bien emballés farcis de choses comme du bœuf teriyaki, des anchois croustillants, du bacon à l'ail et l'inévitable Spam et œuf. Les enfants coréens mangent-ils vraiment de l'encre de seiche noire au goudron kimbap pour le déjeuner? Je t'échangerai contre ton sandwich au beurre de cacahuètes … 621 S. Western Avenue (213) 380-3663.

Avant la K-pop, avant les bars pirates, avant les practice intérieurs, il y avait les salons privés et les cabines de roulage de Dong Il Jang, la pierre angulaire du quartier coréen moderne. Et à Dong Il Jang était rôti interface graphique, tranches épaisses de bœuf bien marbrées, grésillantes au beurre dans une grande poêle de table. L'astuce consiste à retirer le bœuf du métal chaud après qu'il a commencé à caraméliser, mais avant que tous les jus ne soient cuits, ce qui est assez facile à gérer même si une serveuse n'est pas en train de planer. le lubrifier avec un peu d'huile de sésame et de sel. Rôti interface graphique est techniquement un barbecue, je suppose, mais il se sent plus raffiné en quelque sorte, plus démodé qu'atavique, comme l'équivalent coréen du steak Diane. 3455 W. Huitième rue (213) 383-5757.

Bouillie de citrouille

Bien que vous ne le devinez peut-être pas à cause des marées de Crown Royal qui déferlent sur Wilshire les soirs de week-end, les Coréens ont tendance à être aussi obsédés par la culture de la santé que n'importe quel yogini de Westside, et Koreatown regorge de spas, d'herboristes et de centres de bien-être, parfois juste à côté de les endroits vendant du porc à volonté. Et il n'y a probablement rien dans le répertoire coréen de plus sain que le porridge de potiron avec des boulettes de riz gluant : cinq minutes de satori dans un bol. Bon Juk, le point de vente local d'une chaîne basée à Séoul, est le salon de bouillie le plus chic de Koreatown, absolument sans bords durs, et la bouillie de citrouille est la vedette du menu, douce, douce et totalement apaisante. Vous pouvez également obtenir votre porridge avec du kimchi et du poulpe, mais cela semble en quelque sorte hors de propos. 3551, boulevard Wilshire (213) 380-2248.

Hwe dup bap, une salade compliquée de poisson cru, chez A-Won. Crédit : Anne Fishbein

Hwe dup bap

La grande contribution coréenne à la cuisine de sushi du monde pourrait bien être hwe dup bap, une salade élaborée de poisson cru au levain d'algues séchées et de riz chaud et parfumée à la pâte de chili. Et à A-Won, une institution de Koreatown consacrée au culte de hwe dup bap, l'étalage est redoutable : bols gros comme des casques de Valkyrie, monticules de dés de flétan, sashimi de thon et de saumon, un litre de verdure hachée, assez d'œufs de poisson croustillants pour peupler l'océan Pacifique d'éperlans. Hwe dup bap est une créature interactive qui n'existe pas vraiment tant que vous ne la mélangez pas, en la mélangeant et en la remuant, en lavant la salade avec autant de pâte chili sucrée et chaude que vous voulez en extraire d'une bouteille d'eau, en la jetant dans un bol de riz à la dernière seconde et en remuant un peu plus. Hwe dup bap est un de ces plats où chaque bouchée est subtilement variée en épices, saveurs marines et croquant vert, avec les œufs d'éperlan crépitant sous les dents, le poisson cru se fondant dans le riz chaud. Le chef se bat-il chaque matin pour le poisson de la meilleure qualité avec Nobu Matsuhisa ? Non, mais ce n'est pas le sujet. Bon hwe dup bap — et A-Won's est très bon — est aussi vivant et vif et évanescent qu'une fleur sauvage. 913 ½ avenue S. Vermont (213) 389-6764.

Besoin de bouillie d'ormeaux à 5 heures du matin ? Allez à la Montagne. Crédit : Anne Fishbein

Bouillie d'ormeau

La cuisine coréenne n'est rien sinon riche dans sa variété de chasseurs de gueule de bois, les plats que vous voulez avoir entre vous et le gouffre bouillonnant de vos entrailles fondantes. Le premier d'entre eux peut être jeonbokjuk, bouillie d'ormeaux coréens, une bouillie simple et fortifiante de riz, d'eau et autant d'ormeaux que vous pouvez vous le permettre. Mountain est ouvert 24 heures sur 24, et quelle que soit l'heure à laquelle vous vous retrouvez, coincé entre des piles de contenants à emporter, presque tout le monde dans le restaurant mange cette bouillie d'ormeaux, un peu liquide, décorée d'un jaune d'œuf cru qui brille comme le soleil d'un nouveau jour. Si vous n'étiez pas charitable, vous pourriez dire que l'ormeau coûteux se présente presque de manière homéopathique, à des concentrations suffisamment faibles pour faire vibrer les circuits sympathiques de votre corps à une fréquence semblable à celle de l'ormeau. Pourtant, la bouillie semble fonctionner. Comme dans tous les restaurants de porridge, le banchan, petits plats qui accompagnent le repas, comprennent jangjorim, un bol de bœuf moelleux au beurre mijoté avec du soja et des piments tranchés. 3064 Huitième rue (213) 487-7615.

Soupe de poisson-globe

Lorsque je veux montrer l'étendue de la scène des restaurants de Koreatown aux visiteurs, je les emmène souvent à Dae Bok. Car si les grandes capitales européennes possèdent leurs propres merveilles culinaires, ce qu'elles n'ont pas, c'est un restaurant serein consacré aux gloires du ragoût de poisson-globe coréen. Donc, après avoir convaincu la serveuse que ce que vous voulez vraiment, c'est du poisson-globe au lieu de la lotte, prononcez les mots bok jiri une demi-douzaine de fois et pointez sur le dessin au trait du poisson-globe imprimé sur l'emballage des baguettes, si vous promettez de ne pas mourir, vous pourriez être récompensé par le délicieux poisson doux : des morceaux de queue mijotés avec des germes de soja et des légumes verts coréens amers sur un brûleur de table. Vous pouvez agrémenter la soupe à mi-cuisson avec des cuillerées d'ail émincé et de rouge brique gochujang, auquel moment il devient techniquement bok mauentang, mais peu importe. Lorsque vous avez presque terminé, la serveuse réapparaît pour mélanger la lie avec du riz, des légumes hachés et un peu d'huile. La bouillie frit dans une bouillie de joie à fond croustillant. 2010 boul. James M. Wood (213) 386-6660.

Burger de Jeju-do

Cette préparation est-elle issue, ou même directement inspirée, de la cuisine de Jeju-do, l'île natale des célèbres cochons noirs de Corée ? Probablement pas. Jeju-do n'a pas l'air d'être vraiment un endroit où l'on sert des hamburgers et des frites. Mais Kalbi Burger's densément emballé, galette de porc haché, teinté orange vif avec des piments, grillé, enduit de kimchi et beaucoup de sauce chili gochujang, est redoutable. Jus sucré, épicé et dégoulinant, le burger Jeju-do emballe toutes les sensations d'un bon barbecue de porc entre les petits pains fraîchement cuits. 4001 boul. Wilshire (213) 738-7898.

crêpe au kimchi

Vous vous dirigez vers un parking sombre près de Berendo, montez une rampe pour fauteuil roulant qui semble mener à un studio de danse, et traversez une cour déserte, descendez un couloir devant une station de lavage de vaisselle et montez un petit escalier jusqu'au DGM ( abréviation de Dwight Gol Mok), le fantasme d'un réalisateur de film d'une taverne étudiante coréenne enfumée. Chaque centimètre carré des murs est marqué de graffitis K-pop vintage et des écrans de télévision suspendus montrent les Lakers. Les groupes de femmes dans les cabines basses ont tendance à être incroyablement beaux, peut-être dessinés par les serveurs en T-shirts noirs serrés, qui sont encore plus mignons. Les menus sont ces blocs de bois non traduits que vous avez vus dans d'autres bars de K-town, avec une impression minuscule et rugueuse qui serait impossible à déchiffrer même si vous lisiez le hangul.Mais vous boirez du soju et vous mangerez le même genre de choses que vous trouverez dans tous les autres bars de K-town : la soupe épicée au bœuf et aux poireaux yukgaejang, gésiers de poulet frits, ou nakji boekkum, petit poulpe sauté avec une sauce chili douce. Au moment où vous aurez fini la première bouteille de soju, vous allez oublier tout cela. Alors, procurez-vous simplement les crêpes au kimchi. Ils sont croustillants et gras, et exactement ce que vous voulez. 3275, boulevard Wilshire (entrez par Berendo) (213) 382-8432.

Au fil des années depuis que nous avons rencontré ce dessert pour la première fois, nous avons appris à apprécier le salon de thé traditionnel pat-bingsu, une construction tendue, équilibrée et à peine sucrée de glace pilée, de crème glacée au thé vert, de haricots trempés et de gelées, un peu de zen coréen. Mais splashy, trash bingsu est vraiment plus amusant, un gâchis chaud de haricots sucrés, un cocktail de fruits en conserve, de la crème glacée, de la crème fouettée et de la glace pilée, plus gros qu'une tête de petit enfant. Quand j'ai écrit pour la première fois sur le bingsu servi à Ice Kiss, un bingsu spécialiste non loin du Chapman Market, j'ai remarqué qu'il était parsemé de morceaux brillants et croquants qui ressemblaient et goûtaient énormément aux Fruity Pebbles. Depuis, j'ai appris qu'il s'agissait en fait de Fruity Pebbles. Si vous mangez comme un enfant de 6 ans, autant aller jusqu'au bout. 3407 W. Sixth St. (213) 382-4776.

Tendres côtes de porc grillées carmalisées au Baek Hwa Jung. Crédit : Anne Fishbein

Côtes levées au barbecue

Si vous vous promenez sur Olympic en début de soirée, les douces vapeurs de porc brûlé qui s'échappent de Baek Hwa Jung suffisent à vous faire pleurer, ou du moins à vous mettre au petit trot vers la source de cette magnifique fumée. Presque tous les restaurants de Koreatown sont spécialisés dans un plat ou un autre. C'est par chance qu'un couple a décidé de se spécialiser dans daeji galbi, des côtes de porc grillées qui se penchent dans votre deuxième bouteille de soju comme un motocycliste se moulant dans une courbe. Même si vous préférez le porc de Hamji Park, l'autre grand spécialiste des côtes de Koreatown, il est difficile de résister à ces os tendres, caramélisés et tachetés de charbon. Complétez vos côtes levées avec une commande de wrap de poitrine de porc DIY bonhomme, qui est la deuxième meilleure version en ville après Kobawoo House. 3929 Ouest boul. (323) 935-5554.

Il y a des gens qui croient que bientôttofu — du tofu doux et fraîchement préparé est l'ingrédient principal d'un coréen jjigae — est originaire de Koreatown de Los Angeles et est revenu à Séoul en tant qu'importation. Il y a des gens qui soutiennent qu'il y a toujours eu quelque chose comme bientôttofu en Corée. Ce que personne ne nie, c'est que la popularité du plat a commencé ici, à Beverly Soontofu, et s'est propagée vers l'est, apportant santé et bonheur à la mère patrie. Un bol de bientôttofu ressemble moins à de la nourriture qu'à un effet spécial, une masse rouge vif dans un chaudron surchauffé, qui fait jaillir des geysers, crache comme un lac de lave volcanique et diffuse une fine brume rouge de piment et de bouillon qui teinte tout ce qui se trouve à moins de six pouces de le bol d'un rose pâle et brillant. Obtenez-le avec des palourdes. 2717 Ouest, boul. Olympique. (213) 380-1113.

Le ragoût de lotte de Masan contient des ascidies, qui explosent avec un liquide iodé lorsque vous les mordez. Crédit : Anne Fishbein

Ragoût de lotte

Comme de nombreux restaurants de fruits de mer de Koreatown, Masan est bien connu pour ses fruits de mer vivants, ses étalages bouillonnants d'ormeaux, de crevettes, d'oursins, de poulpes et d'anguilles, qui semblent parfois plus proches de Marineland que des timides aquariums des salles de banquet cantonais. Mais Masan doit son nom à une ville côtière du sud dont les rues sont bordées de restaurants spécialisés dans agujim, ragoût de lotte. Il est presque inconcevable de venir ici sans essayer un bol bouillonnant de cette substance, agrémenté de germes de soja frais et d'autant de chili que vous pouvez supporter, et aromatisé avec une poignée d'oignons verts hachés et quelques ascidies, des invertébrés particuliers qui explosent en riche , liquide teinté d'iode lorsque vous les croquez. Le poisson mijoté est moelleux, presque charnu, moins un homard de pauvre qu'une sorte de porc marin. 2851 Ouest, boul. Olympique. (213) 388-3314.

Il convient de noter que pratiquement chaque bar de Koreatown sert sa propre version d'ailes chaudes, ce qui, comme tout amateur d'ailes de bison peut en témoigner, accélère la consommation de bière comme rien d'autre sur Terre. Mais OB Bear, une vénérable taverne de Koreatown en face de la Southwestern Law School, sert beaucoup de bière, juste des quantités incroyables de bière, parfois sous la forme de minikegs qui éclipsent les tables plutôt petites. Et tandis que le poulet entier, qui, je suppose, a été frit deux fois à cause de la tension brillante de la peau, et les calmars sautés épicés n'ont rien à redire, ce qui fait couler la mousse, ce sont les ailes, aussi collantes, poivrées et grasses comme pouvait le souhaiter Duffman lui-même. 3002 W. Septième rue (213) 480-4910.

Soupe de cou de porc

J'ai été juge à des concours de barbecue coréens où j'avais envie de me disqualifier de la ronde de porc. Le claquement d'herbes distinctif et le beurre caramélisé du cochon Hamji Park étaient indubitables parmi les entrées, et j'étais à peu près sûr que le concours était terminé avant qu'il ne commence. Pourtant, les côtes levées au barbecue, aussi bonnes soient-elles, ne sont que la deuxième meilleure raison de visiter le parc Hamji. Vous en verrez une assiette pleine sur chaque table, mais juste à côté de la soupière fumante de gamjatang, une soupe épaisse et écarlate à base de pommes de terre, de piment et d'os de cou de porc charnus, mijotée jusqu'à ce que la chair se transforme presque en gelée : il y a un fort air de famille avec un Oaxaca taupe colorado. Le parc Hamji gamjatang a ses détracteurs, principalement des gens grincheux que cela coûte environ deux fois plus cher que d'autres versions décentes de la soupe, mais le dimanche matin, lorsque le toit de votre bouche est un sol mortel, il est difficile de mettre un prix sur le confort. 3407 W. Sixth St. (213) 365-8773.

Une seule pieuvre, mise en valeur de façon spectaculaire par un éclairage théâtral dans un aquarium, est un chef-d'œuvre de muscles ondulants et de grâce ballet, belle même dans la façon dont elle déchire une coquille Saint-Jacques. Il est donc logique que san nak ji, les tentacules hachés et toujours en mouvement d'une pieuvre expédiée sans cruauté, se classe au premier rang des exotiques de Koreatown que les aficionados sont censés rechercher et apprécier. Les tentacules ne sont peut-être pas techniquement vivants - c'est un poulet avec sa tête coupée - mais ils en sont plus proches que ce avec quoi vous pouvez être à l'aise : parfois à peine mobiles mais parfois assez vifs des choses grasses et frétillantes qui s'échappent sur la table ou montent sur vos baguettes presque jusqu'à votre articulation. Vous apprécierez peut-être la trempette à l'huile de sésame et au sel de Hwal A Kwang Jang non seulement parce qu'elle a bon goût, mais parce que les ventouses sur les tentacules sont toujours entièrement fonctionnelles et que le revêtement d'huile glissante les empêche de maintenir une prise sur votre langue ou le toit de ta bouche. Est-ce que ça vaut le coup? Il peut être charnu, légèrement noisette, définitivement vivant. Mais je ne le vois pas remplacer les cacahuètes de cocktail de si tôt. 730 S. Western Ave. (213) 386-6688.

Si votre seule expérience avec les intestins impliquait les chitlins lors d'un pique-nique en juin, l'obsession de Koreatown pour les choses peut être un peu difficile à comprendre. Vous trouvez des intestins partout ici, à la fois de vache et de porc : bouillis et mis sur des assiettes combinées, entassés à côté de la poitrine dans les barbecues à volonté, collés dans la soupe dans les bars, sautés avec de la pâte de chili, même rôtis et servis comme une collation gratuite avec des boissons. Les préparations coréennes mettent l'accent sur le gras luxueux de l'orgue, le croustillant, pas le funkness. Ce n'est pas Facteur de peur, c'est un bar qui mange. De nombreux menus proposent non seulement des intestins, mais une demi-douzaine de coupes différentes d'intestins. Mais, comme pour toutes choses, vous feriez probablement mieux de faire appel à un spécialiste. Et le restaurant barbecue Byul Gobchang est le centre de tout ce qui concerne l'intestin de bœuf, avec une clientèle dévouée et un menu qui se lit comme un manuel de dissection - les cylindres moelleux et délicieux d'intestin grêle grillé contiennent des quantités étonnantes d'ail. Tant que vous êtes ici, vous pouvez aussi bien vous procurer l'assiette combinée, qui comprend non seulement des morceaux de choix de gros intestin et d'intestin grêle, mais aussi la caillette, le quatrième estomac rarement vu de la vache. 3819 W. Sixth St. (213) 739-0321.

Roi mandou

Je n'arrête pas de penser aux boulettes que les parents mangent au début de Miyazaki's Enlevée comme par enchantement: Le roi mandou à Pao Jao sont si grands, les capitons sur le dessus si exagérés, que le coréen moelleux et torride bao ressemblent plus à quelque chose d'un dessin animé qu'ils font quelque chose que vous pourriez réellement manger pour le déjeuner. Le remplissage, j'en suis presque sûr, comprend du porc, de l'ail, des nouilles en verre, de l'ail, des légumes verts et de l'ail - juste ce qu'il faut pour faire du shopping au centre commercial. Pendant que vous êtes à Pao Jao, commandez également les brillantes boulettes de crevettes. Dans l'aire de restauration de Koreatown Plaza, 928 S. Western Ave. (213) 385-1881.

Une mode vieillissante ? Très bien, une mode vieillissante. Mais quand même : Chuncheon Dakgalbi, un endroit très sympa. Une casserole en acier apparaît, une flamme est allumée, ce qui ressemble à cinq livres de chou et la patate douce commence à cuire à la vapeur sur le brûleur de table. La poêle commence à bouillonner et pour la première fois, vous pouvez voir la couche écarlate de poulet sous les légumes. Un serveur vient renverser la messe. Vous vous demandez si le inclus dduk, nouilles de riz épaisses, sont prêtes à manger. La sauce chili est appliquée. Le chou fond à néant. La sauce caramélise. Vous pouvez manger. Dakgalbi c'est plus de viande que de salade, plus sucré que chaud, plus moelleux que croustillant. Lorsque vous avez terminé, ou presque, le serveur redémarre le feu, injecte de l'huile dans la poêle, y fait frire un œuf, puis mélange vos restes avec du riz et une poignée d'herbes coréennes hachées et laisse reposer jusqu'à ce que le fond se développe. une croûte croustillante. Ceci est largement considéré comme la meilleure partie. 703, avenue S. Vermont (213) 388-0285.

La clientèle qui mange les brochettes de mouton de Feng Mao est coréenne, bien que la nourriture soit chinoise. Crédit : Anne Fishbein

Brochettes de mouton

Feng Mao n'est pas un restaurant coréen. C'est un restaurant où les cuisiniers du nord-est de la Chine préparent la version pékinoise du barbecue Xinxiang pour une clientèle de langue coréenne. C'est une cuisine de style musulman accompagnée de petits plats de kimchi et présentée dans une salle à manger à forte teneur en porc et en alcool. C'est la nourriture rustique et rustique des nomades, cuite sur des grilles de table au milieu d'une mégalopole, dans une pièce bleuie avec des nuages ​​parfumés de viande carbonisée, de chili et de cumin brûlés et de charbon de bois dur. Ce que vous voulez, ce sont des brochettes de mouton, autant que vous pouvez vous le permettre : des pastilles de viande riche entrecoupées de minuscules cubes de graisse d'agneau qui deviennent croustillants et lubrifient la viande pendant la cuisson. Même l'existence de Feng Mao semble improbable, l'un de ces plans de carambole interculturels qui ne semblent avoir de sens que dans le contexte de Los Angeles. 414 S. Western Avenue (213) 388-9299.

Y a-t-il jamais un mauvais moment pour jajangmyun, ou jjajangmyeon, chachiangmien, ou zha jiang mien? La boue de carter divine composée de pâte de haricots noirs, de viande et d'oignons fondus est aussi délicieuse en août qu'en décembre, et les nouilles tirées à la main qui complètent traditionnellement le reste du plat ne doivent pas être méprisées - bien que méprisées le coréen version est, principalement par des Chinois qui ne peuvent pas comprendre le turbocompresseur du classique du Shandong. Mais bien que les ennemis des joueurs aient émis des alertes de descente sur la place depuis des années, je suis fidèle à la boue caoutchouteuse, piquante et noire d'encre de la vénérable Mandarin House, qui est toujours aussi bonne après plus de 15 ans. bien que j'ai récemment changé d'allégeance pour la succursale de Koreatown Plaza. 928 S. Western Ave. (213) 386-4588.

Corvina grillé au Cheonggukjang olympique. Crédit : Anne Fishbein

Cheonggukjang

Cheonggukjang, une soupe épaisse à base de pâte de haricots coréens fermentés aussi appelée cheonggukjang, a un arôme qui a été comparé aux fromages français mûrs, aux jockstraps non lavés et à la ville de Vernon — un équivalent coréen du japonais natto avec un piquant que même les connaisseurs de durian et de tofu puant taïwanais trouvent légèrement exagéré. Une fois la cheonggukjang est dans vos poumons, vous pensez peut-être plus à votre survie qu'à votre déjeuner. Aucun non-coréen ne peut manger cette soupe, peut-on vous dire, même à Olympic Cheonggukjang, son temple de Los Angeles. C'est une culture profonde. Pourtant, il est là, dans un bol noir chauffé, des haricots entiers glissants flottant aux côtés d'herbes et de cubes de tofu. C'est votre fumerolle privée : cramoisie, fumante et vivante. L'astuce consiste à avaler le liquide épais aussi rapidement que s'il s'agissait de votre premier verre de whisky. Le cliché avec de tels aliments est que l'odeur est plus redoutable que le goût. Cheonggukjang — qui a une belle saveur, un peu comme l'orge grillé — n'est pas comme ça. Car après la troisième bouchée, et peut-être après la deuxième, il s'empare de votre corps comme un esprit malicieux et animiste, rendant impossible de se concentrer sur autre chose que sa présence qui jaillit de votre peau. 2528 Ouest, boulevard Olympique, #104 (213) 480-1107.

Fromage de maïs

Il faudrait des sages bien plus sages que moi pour découvrir pourquoi cette masse pulvérisée de maïs, de mayonnaise et de fromage fondu est associée aux bars de Koreatown plutôt qu'à Paula Deen. C'est un peu d'aléatoire culturel, bouillonnant dans son plat en fer rouge, partageant souvent l'espace de table avec des choses comme des gésiers de poulet frits et du soju aux pommes dans un tableau exotique de NASCAR Americana. Je ne suis pas sûr que quiconque ait jamais favorisé un bar de Koreatown en raison de l'excellence de son fromage de maïs. Comme l'électricité ou l'eau du robinet, c'est juste là. Mais quand vous vous retrouvez inexplicablement dans un endroit comme Toe Bang — parce que, Toe Bang — cela revient parfois à vous et au fromage de maïs contre le monde. Dans Chapman Plaza, 3465 W. Sixth St. (213) 387-4905.

Riz frit au chèvre

Vous irez bien sûr à Chin-Go-Gae pour manger la fameuse soupe de chèvre noire, un chaudron mousseux à l'orange de chevreau, de piment et autant de frais gaenip feuilles que vous pouvez entasser dans le bouillon frémissant. La chèvre est redoutable. Mais ce que tout le monde aime le plus, c'est ce moment juste après le repas, quand une serveuse enrichit la lie de la soupe avec un œuf cru et du riz, puis la laisse cuire en une bouillie épaisse et profondément caprine dont les bords saisis deviennent noirs, salés et croustillant. Incroyable. 3063 W. Huitième rue (213) 480-8071.

Chèvre rôtie à Blurocho. Crédit : Anne Fishbein

« Comment saviez-vous que nous servons de la chèvre ? », a demandé la serveuse. « La grande image sur le panneau à l'extérieur ? » dis-je. “Oh — c'est vrai. La chèvre est notre spécialité. Et c'est ainsi : Chez Bulrocho, un arrangement de viande de chèvre en tranches est servi dans une flaque de bouillon, comme un pot-au-feu de chèvre coréen. Vous choisissez un morceau de chèvre, en gardant ou en jetant sa peau caoutchouteuse mais délicieuse, et l'assaisonnez à votre goût - en l'enduisant de pâte de haricots jaunes, peut-être, en versant un peu de condiment maison à base d'herbes hachées et de piments, et l'envelopper dans une feuille piquante de gaenip avec une tranche de jalapeño tranché et une gousse d'ail cru, ce qui en fait un parfait si diabolique ssam. Bulrocho est ouvert 24h / 24 et 7j / 7 - certains rituels semblent encore plus rituels à 3 heures du matin. 955 avenue S. Vermont (213) 383-0080.

De tous les toniques apaisants d'une cuisine riche en eux, samgyetang, soupe au poulet et au ginseng, peut-être n° 1 : un pot rempli d'un bouillon doux et parfumé et d'une petite poule de gibier farcie de riz gluant, de jujubes, d'ail et d'une cargaison de ginseng vivifiant. Samgyetang a la place dans la cuisine coréenne que le poulet en pot fait dans une bonne épicerie juive, sauf que vous devez tout saler vous-même. Considérez les vapeurs chaudes et salubres comme la réponse de la nature au VapoRub de Vick. Vous trouverez samgyetang dans presque tous les restaurants traditionnels de Koreatown, mais le porte-drapeau actuel est probablement Buil Sam Gye Tang, où vous pouvez le faire bourrer d'une encyclopédie d'herbes médicinales. Je ne me suis jamais aventuré au-delà de la version traditionnelle, mais si vous obtenez celle avec des baies de goji et des bois de cerf rasés, faites-moi savoir comment c'est. 4204 W. Third St. (213) 739-0001.

La préfecture coréenne autonome de Yanbian - qui n'a pas rêvé de visiter la préfecture coréenne autonome de Yanbian ? C'est un étrange morceau de Chine coincé entre la Corée du Nord et Vladivostok, apparemment aussi coréen que chinois, et bien connu pour ses beaux lacs et pour ses restaurants servant bosintang, soupe à la viande de chien. Le restaurant Yanbian, situé dans le mini-centre commercial habituel de Koreatown, est spécialisé dans les plats de la région, notamment les délicates boulettes de Yanbian farcies de légumes verts et les légumes de montagne grillés de toutes sortes. Il y a un accent étrange sur les fruits de mer - Yanbian est enclavé - y compris d'excellents plateaux de poissons grillés et d'exotisme comme le lièvre de mer braisé, une limace de mer géante plus familière dans les vidéos de Discovery Channel que dans les menus. Et ici, sans fanfare, c'est votre chance de manger bosintang, fait avec de l'agneau au lieu du chien, bien sûr, mais probablement aussi proche que possible en dehors de l'Asie, un pot surchauffé parfumé au cumin, à l'ail et à beaucoup de piment, vibrant presque du parfum d'herbes amères. 4251 W. Third St. (213) 383-5959.

Poitrine de porc enveloppée marinée à l'ail et grillée avec du soju au Palsaik Samgyeopsal. Crédit : Anne Fishbein

Samgyeopsal

Il y a beaucoup de poitrine de porc à Koreatown ces jours-ci, mec, y a-t-il beaucoup de poitrine de porc. Même si vous n'avez jamais goûté de poitrine de porc coréen au barbecue, samgyeopsal, vous avez vu les cochons joyeux danser autour des enseignes des restaurants, les grillades spéciales en forme de dôme dans les barbecues et les amateurs de woozy, les lèvres brillantes de graisse, célébrant la symbiose de la poitrine de porc avec une boisson forte. Palsaik Samgyeopsal va mieux dans des endroits comme Toad House et Honey Pig en positionnant la poitrine de porc comme un aliment santé, ce qui est une pensée réconfortante lorsque vous regardez des lanières de viande grésiller et danser sur des plaques métalliques inclinées. L'ordre de base comprend huit tranches épaisses de ventre, chacune saturée d'une marinade différente, présentées dans un ordre strict de piquant. Mais même si vous doutez des bienfaits pour la santé des flavonoïdes dans la poitrine de porc miso ou du carotène dans le gochujang poitrine de porc, et alors ? Vous mangez de la poitrine de porc épicée avec de l'ail cru et des herbes fraîches. Parfois, peut-être la plupart du temps, le bonheur est une fin en soi. 863 S. Western Ave. (213) 365-1750.

Dongchimi gook soo

Si vous deviez compiler une liste des plus grands succès de Koreatown, il serait impensable de laisser de côté le dongchimi gook soo au Corner Place, un barbecue intensif, un plat de nouilles réfrigérées dans un bouillon sucré, froid et mystérieusement rafraîchissant, à base de radis légèrement mariné mais dont la rumeur veut qu'il inclue une limace saine de 7Up. Serez-vous capable de l'emporter chez vous et de procéder à une ingénierie inverse de la recette ? Tu ne vas pas. La réticence du restaurant à autoriser les nouilles à emporter est aussi célèbre que le refus de Nozawa de servir des rouleaux californiens. Tant que vous êtes ici, essayez la poitrine. Il se marie bien avec la soupe. 2819, boulevard James M. Wood (213) 487-0968.

Soupe de vers à soie

Nous avons été à anju bars avant, même certains avec une meilleure nourriture, mais Dan Sung Sa a été notre première véritable introduction au pub coréen, un aperçu d'un univers alternatif de makkeoli, fumant à la chaîne et cuisines ouvertes où les tantes président de vieilles marmites. Plus que n'importe quel restaurant à Los Angeles, c'était comme ailleurs. Nous avons donc eu des sentiments mitigés lorsque Dan Sung Sa a modernisé - pas l'intérieur sombre et marqué par des graffitis, qui était inchangé, ou les théières, qui semblaient toujours avoir été utilisées pour l'entraînement au bâton par Chan Ho Park. C'est peut-être le site Web, qui a placé le restaurant dans le contexte de pojangmacha, pubs de rue coréens, généralement entassés dans des tentes orange. C'était peut-être le menu nouvellement traduit - nous avions passé de nombreuses heures joyeuses à essayer de comprendre comment commander les côtes de porc grillées, le bébé poulpe, les crêpes aux fruits de mer et les brochettes de pâte, d'algues et de nouilles de riz que chaque ami coréen appelés haltères. Est-ce une tentative pathétique d'affirmer que nous étions là avant qu'il ne fasse frais ? Probablement. Mais nous pouvons toujours sauver ce qui reste de notre crédo de foodist en ruine en vous disant que vous devriez vraiment essayer les pupes de vers à soie épicées dans un bouillon. Ou en fait, ne le faites pas. Obtenez les calamars grillés. 3317 W. Sixth St. (213) 487-9100.

Sullongtang

Sullongtang à Han Bat est un bouillon de soupe juste bouilli pendant des heures, des jours, jusqu'à ce que le liquide devienne blanc nacré. Il n'y a pas de graisse. Il n'y a pas de funk. Il n'y a que la saveur pure et minérale des os, du bœuf réduit à l'essence. Vous ajoutez du sel — pas trop ! — et une petite quantité de fanes d'oignons verts. Vous pouvez ajouter de la poitrine ou divers organes de bétail à la soupe, si c'est votre truc. J'ajoute parfois un peu de pâte de chili à la soupe, ce qui la teinte de rose vif, mais l'acte ressemble toujours à un crime. 4163 W. Fifth St. (213) 383-9499.

Les convives de Jae Bu Do portent un gant blanc de style Michael Jackson lorsqu'ils attrapent les palourdes grillées sur le gril de la table. Crédit : Anne Fishbein

Palourdes grillées

Vous pouvez visiter Jae Bu Do en raison du seul gant blanc qui vous est donné, ce qui peut vous faire sentir comme Michael Jackson pendant toute la durée d'un repas. D'autres optent pour la myxine : des créatures primitives ressemblant à des anguilles qui se tordent les unes autour des autres sur le gril comme les serpents du bâton d'Asclépios. Myxine nappée de sauce chili et enveloppée dans gaenip les feuilles sont presque tolérables, mais la meilleure raison de les manger est que vous avez gagné le droit de vous vanter d'avoir mangé la créature la plus visqueuse de la mer. Mais Jae Bu Do, où vos options sont limitées aux combinaisons A, B ou C, est l'endroit où vous allez pour un festin de palourdes grillées, dispersées crues sur un grill à fil chaud. Votre travail consiste à saisir les palourdes chaudes juste au moment où les coquilles s'ouvrent, à tirer la viande et à la tremper dans un peu de gochujang. Le gant n'a pas seulement l'air cool, il vous évitera beaucoup de douleur. Vous obtiendrez également des coquilles Saint-Jacques, des escargots de mer et des crevettes au cours du dîner, des huîtres géantes et peut-être même des myxines. Mais les palourdes seront ce qui disparaîtra en premier. Et tu pleureras dans ton gant taché de palourdes. 474 N. Avenue de l'Ouest (323) 467-2900.

Naengmyon chic

Nous avons tous mangé des nouilles froides. Mais les nouilles de Yu Chun sont les plus froides de toutes : des filaments moelleux et noir de jais, fabriqués à partir de la racine de la vigne de kudzu, dans un bouillon fort si froid qu'il monte du bol dans des congères aérées de boeuf, aussi acidulées et sucrées et réfrigéré comme un cocktail bien fait. Yu Chun naengmyon est assez froid pour vous donner un mal de tête de crème glacée. Yu Chun naengmyon est si froid que les serveurs apportent habituellement des tasses de soupe chaude poivrée pendant que vous la mangez. je connais d'autres naengmyon les restaurants sortent également la soupe chaude - parfois ils laissent même un thermos sur la table - mais ici, j'aime penser à la coutume comme à l'équivalent de Koreatown de Saint-Bernard apportant des grogs chauds aux voyageurs bloqués dans les Alpes. 3185 Ouest, boul. Olympique. (323) 382-3815.

Jeep Suie Bull légendaire, pilier du barbecue coréen. Crédit : Anne Fishbein

Barbecue à l'ancienne

C'est un miracle que la Soot Bull Jeep n'ait pas encore brûlé et que Koreatown soit devenu une métropole autour d'elle, mais j'attends toujours avec impatience ce moment où la serveuse pelle des charbons de bois incandescent dans la fosse de table, plonge un fil graissé écran et s'étend bulgogi, bouts de côtes marinés, bébé poulpe, porc épicé, peu importe, au-dessus de la flamme de la gouttière. Ça va grésiller. Il rencontrera des ciseaux. Vous enduisez un peu de viande de sauce aux haricots fermentés, vous l'envelopperez dans une feuille de laitue, et vous l'aimerez. Lorsque vous sortirez du restaurant, les mêmes vapeurs parfumées qui donnent tant de saveur à la viande auront fait de même sur votre pantalon. Habillez-vous en conséquence. 3136 W. Huitième rue (213) 387-3865.

S'émerveiller devant le bulgogi ssam à LaOn. Crédit : Anne Fishbein

Avant qu'il y ait une forte présence coréenne aux États-Unis, quand vous étiez plus susceptible de voir la cuisine coréenne le jour de l'ONU que vous ne l'étiez dans un vrai restaurant, le plat emblématique était probablement gujeolpan, un plateau découpé avec des crêpes au milieu et des garnitures finement émincées — œuf, viande, légumes — dans des récipients aménagés le long des côtés. C'est magnifique, un vrai classique de la cuisine royale Joseon. C'est aussi la chose la plus ennuyeuse que vous puissiez espérer manger. LaOn, un restaurant de petites assiettes de Jenni Park, qui possède également Park's Barbecue et le restaurant de porc Don Dae Gam, est probablement le seul restaurant moderne de Koreatown. Il est conçu comme une sorte de bar à tapas coréen, plus occidental qu'un traditionnel anju bar, mais les meilleurs plats ont tendance à être la réinvention par Park des classiques royaux de Joseon : eh bien, ormeaux grillés, japchae et le poisson et les légumes panés aux œufs appelés jeon. LaOn peut avoir le plus croustillant jeon en ville. Mais Park's gujeolpan, avec le nombre d'ingrédients réduit de deux par rapport aux neuf traditionnels et appelé « enveloppe à sept », peut être la refonte la plus intelligente de tous les lambeaux de concombre, de carotte, de bœuf mijoté, de champignons mijotés et de blanc d'œuf et jaune servi avec des tranches de daikon légèrement marinées à la place des crêpes, un gujeolpan c'est frais et croquant au lieu de flegmatique. 1145 S. Western Ave. (213) 373-0700.

Yook hwe peut être le plat le plus simple du répertoire coréen, une salade de base de bœuf cru légèrement congelé, de poire coréenne effilée et un peu d'huile de sésame. Lorsqu'il est fait correctement, le croquant doux de la poire et le bœuf semi-congelé ont tendance à rimer. Une grande partie de la cuisine coréenne peut être choyée avec un coup de doenjang ou de l'ail cru, mais le succès de eh bien dépend absolument de la qualité de ses matières premières, que l'on trouve plus sûrement dans un restaurant chic que dans un joint. MaDang 621 est le plus grand restaurant que Koreatown ait jamais connu, une forteresse de marbre et de verre ancrant un complexe construit dans l'empreinte de l'ancien Woo Lae Oak — vous pouvez l'imaginer comme l'équivalent coréen du Hollywood & Highland Center mais basé sur une épopée de costumes coréens au lieu de DW Griffith's Intolérance. À l'intérieur, MaDang 621 plane comme le Four Seasons de New York, sévèrement moderniste, à peine adouci de touches coréennes traditionnelles, et c'est l'une des rares salles à manger de Los Angeles où les clients masculins ont tendance à porter des cravates. Alors le eh bien: viande bien marbrée et coupée à la main, poire bien croustillante, huile judicieusement appliquée. 621 S. Western Avenue (213) 384-2244.

Japchae est le plat de nouilles sautées en cellophane qui est aussi incontournable dans les repas coréens que la salade de pommes de terre l'est lors d'un pique-nique en Alabama. Banchan à la Carte est plus ou moins une boutique gastronomique à emporter où vous pouvez acheter des versions supérieures et fermentées à la maison de sauces comme ssamjang et gochujang contenants en plastique de kimchi frais de banchan pour votre propre table (j'aime particulièrement la bardane marinée) et des plateaux de fête joliment agencés. Il y a aussi quelques tables où vous pouvez manger, principalement des plats fusion-y comme des pâtes aux œufs de morue et du jambalaya coréen mais aussi l'un des rares locaux japchas, mélangé avec des légumes grillés et servi pour une raison quelconque sur du riz, que vous pourriez penser à manger seul. Glissant, chaud et en quelque sorte à la fois copieux et léger, le japchae est un déjeuner idéal. 141 N. Avenue de l'Ouest (323) 465-2400.

Une bonne chose à propos des restaurants de Koreatown vers 2012 ? Bibimbap n'est plus horrible. Je veux dire, parfois le plat, avec du riz mélangé à table avec des légumes râpés, ardent-doux gochujang et peut-être un œuf au plat est déséquilibré, mais c'est parce que les herbes salées sont trop moelleuses ou que la viande est trop abondante, pas parce que le cuisinier nettoie le bar à salade d'hier sur votre déjeuner. C'est devenu un plat sûr presque partout, et dans les restaurants de style maison comme Mapo et Seongbukdong, il frise le superbe. Mais comme toujours, à Jeon Ju, du nom du foyer spirituel du plat en Corée du Sud, Bibimbap est presque transcendant, les saveurs de chaque légume de montagne distinctes mais se fondant dans l'ensemble, le claquement de la pâte de chili aussi nuancé qu'un bon bourbon et les différentes intensités de croquant devenant presque contrapuntiques sous les dents. La variante appelée dol sot Bibimbap est vraiment la voie à suivre, servie dans un pot en pierre chaude volcanique qui crée une croûte croustillante et légèrement brûlée et une fumée subtilement omniprésente. Jeon Ju's Bibimbap peut être l'un des rares cas enregistrés où la version végétalienne intensément à base de plantes est meilleure que la version unidimensionnelle avec de la viande grillée. 2716 Ouest, boul. Olympique. (213) 386-5678.

Soupe de nouilles au poulet

Pour comprendre les nouilles coréennes sans goûter bon sang c'est comme essayer de manger des nouilles italiennes sans avoir jamais mangé de spaghettis. Tout le reste n'est que commentaire. Et le bon sang vous devez goûter est chez Olympic Noodle, où les pâtes épaisses coupées au couteau sont fragiles mais ont une résistance à la traction, fade mais froment, et généralement servies dans un bouillon piquant à base d'anchois séchés mais peut-être à son meilleur dans le contexte d'un dense , bouillon de poulet au lait — soupe de nouilles tranchées au poulet, ou dak kal gook soo — dont la préparation bafoue toutes les règles d'élevage que vous avez apprises de Jacques Pepin. Les bon sang soo les deux vous rappelleront et ne vous rappelleront pas les nouilles coupées au couteau de la Chine du Nord que vous avez peut-être mangées dans des endroits de San Gabriel comme Omar's. Cela vous rappellera et ne vous rappellera pas Art's Deli. C'est une soupe de nouilles au poulet. Il est servi dans des bols aussi grands que des éviers utilitaires. Il contient des multitudes. Olympic Noodle se trouve également avoir le seul cuit à la vapeur mandou, boulettes, vous devez vraiment savoir, et son kimchi est fétichisé par les OG de Koreatown. 4008 Ouest, boul. Olympique (323) 931-0007.

Kong gook soo

Y a-t-il un nombre inhabituel de nouilles froides à Koreatown ? Très bien, il y a un nombre inhabituel de nouilles froides. Vous avez besoin d'un moyen de vous rafraîchir en été lorsque votre grand-mère pense que si vous vous endormez avec le ventilateur allumé, vous mourrez. De plus, les nouilles froides sont délicieuses. Nous avons parlé de bon sang. Maintenant, nous parlons de Ma Dang Gook Soo's kong bon sang soo, les mêmes nouilles coupées au couteau baignées de lait de soja frais, saupoudrées de lamelles de concombre et parfumées de quelques gouttes d'huile de sésame. Apportez le mois d'août. Nous sommes prêts. 869, avenue S. Western (213) 487-6008.

Tonkatsu ou donkasu ? Il s'agit de ce dernier, un plat de porc coréen chez Wako Donkasu. Le premier est similaire, mais japonais. Crédit : Anne Fishbein

Tonkatsu, porc frit, est distinctement un plat japonais, ou du moins portugais tel que filtré par le Japon. Ce que Wako Donkasu sert, c'est définitivement du japonais croquant tonkatsu mais avec un côté coréen presque inexplicable. Le restaurant a peut-être emprunté le nom du plus célèbre tonkatsu chaîne à Tokyo, et sa nourriture peut être rangée dans des boîtes en bois compartimentées, mais l'ambiance du lieu, la gaieté brusque et les grosses portions sont à peu près ce que vous trouverez dans un restaurant japonais à Séoul - la côtelette de porc est la taille et forme d'un guide Zagat frit. Le meilleur moment ici ? Broyage des graines de sésame grillées avec un mortier et un pilon dès que vous êtes assis, apparemment pour parfumer le sucré donkasu sauce mais aussi comme entrée qui n'est qu'un parfum, une promesse de mets à venir. 2904 Ouest, boul. Olympique. (213) 387-9256.

Ganjang gaejang

“Si vous n'avez pas eu de Soban's ganjang gaejang,” une princesse Yelp m'a dit il n'y a pas longtemps, “vous n'avez vraiment pas à parler de Koreatown.'' , qui choisissent de très bien faire quelques plats plutôt que de soutenir un menu géant. Si vous avez beaucoup mangé à Koreatown, vous avez sans aucun doute rencontré ganjang gaejang, crabe mariné cru, en cadeau dans un assortiment de banchan « Il y en a un à Don Dae Gam. Au Soban, un endroit chaleureux surtout connu pour ses bouts de côtes mijotés épicés et sa salade de calamars, ganjang gaejang, au prix princier de 29,95 $, est un engagement majeur. Deux crabes bleus soigneusement coupés en deux sur un plateau sont transformés par ce qui semble être une distillation propre et teintée de soja des propres jus de l'animal, moelleux mais plus grincheux que le crabe lui-même. Lorsque vous sucez une cuisse, la chair sort proprement de la coquille, ferme mais pas cuite, saumâtre et sucrée, et presque glacée avec de gros touffes d'œufs. Vous pouvez bien manger ici même si le crabe cru n'est pas votre truc. La présentation de banchan est remarquable — il y a généralement au moins 15 petits plats — et le piquant galbi jjim, l'omniprésente préparation de côtes levées braisées, est tout simplement époustouflante, aussi légère et caramélisée qu'un effort d'un chef étoilé Michelin. 4001 Ouest, boul. Olympique. (323) 936-9106.

Eundaegu jorim

Est eundagu jorim le dîner par défaut du mardi soir à Séoul ? Parce que la cocotte épicée de morue noire est un peu partout par ici, même dans les restaurants spécialisés en grillades ou Bibimbap, et même si le prix sur les marchés locaux, la dernière fois que j'ai vérifié, était de plus de 20 $ la livre. Jun Won est un autre des restaurants de style maison à l'ancienne - le propriétaire gère également ce qui est considéré comme le meilleur banchan charcuterie en ville et bien que les spécialités soient ostensiblement la cocotte de lieu jaune et le poisson de ceinture rouge vif à la vapeur, je n'ai jamais pu passer la morue noire mijotée (la morue noire à la vapeur au menu) : un peu épicée et d'une douceur fondante, chevauchant un morceau de radis de la taille d'une balle de baseball qui a été braisé pour une soumission absolue. 3100 W. 8th St. (213) 383-8855.

Maquereau braisé

Galbi jjim, Oui, galbi jjim. Tout le monde sait que vous allez à Seongbukdong pour galbi jjim. Il est presque sur toutes les tables, disposé dans de petits pots de côtes levées cuites à la vapeur, à peine effleurées de douceur, qui respirent l'essence de la bonne viande et du temps. À 25,99 $ environ, c'est de loin la chose la plus chère du menu, et vous devriez probablement en avoir deux, car elle disparaît plus rapidement que les pistaches. La dernière fois que j'y étais, le maquereau braisé était peut-être le meilleur fruit de mer que j'aie jamais goûté à Koreatown, cuit d'une manière qui accentuait son aspect poisson au lieu de le calmer, transformant le piquant huileux de la chair presque en condiment , un garum auto-généré. La transformation du maquereau était l'équivalent poisson du raisin transformé en vin. Stupéfiant. 3303 W. Huitième rue (213) 738-8977.

Budae jjigae

Jusqu'à ce que j'aie vraiment goûté le truc, je croyais à moitié que budae jjigae était une légende urbaine, un ragoût coréen traditionnel enrichi de spam et de hot-dogs et de ramen instantanés provenant des bases de l'armée américaine, parfois enrichi de saucisses en conserve et de morceaux de fromage américain. Budé jjigae, parfois appelé ragoût militaire, ou Johnson tang en l'honneur de LBJ, est un souvenir culinaire des années difficiles après la guerre de Corée. Mais le ragoût est un succès à Koreatown, ainsi qu'à Séoul, un aliment de base bon marché des bars à soju, où le goo orange chaud a des qualités d'absorption légendaires. À Chunju Han-il Kwan, vous pouvez plus ou moins croire qu'il est délicieux, enrichi de feuilles de chrysanthème vert plumeuses et enrichi de piments à un point où vous ne pouvez presque pas goûter le spam. 3450 W. Sixth St. (213) 480-1799.

Cou de porc grillé

Don Dae Gam, propriété des Park's BBQ people, est moins high-tech à Séoul que post-Ikea chic. De la bière, un pot de ragoût de kimchi et diverses améliorations sont inclus dans le prix - un soir, il y avait un plateau généreux de ce qui semblait être grillé tripas de lait, le haut de l'intestin grêle d'un veau non sevré, le lait à moitié digéré encore à l'intérieur. Mais ici, il s'agit surtout de cochon et de grillades : quatre sortes de poitrine de porc, deux sortes de côtes de porc et une tranche de poitrine de bœuf égarée, qui, dans les circonstances, est probablement considérée comme du porc honorifique. Lorsque vous brûlez de la poitrine de porc, est-il possible de brûler de la poitrine de porc ? — essayez plutôt les délicates tranches de cou de porc aux rubans gras. 1145 S. Western Ave. (323) 373-0700.

Savourer un bol au Park's BBQ, une branche du lieu de rencontre K-pop de Séoul. Crédit : Anne Fishbein

Park Dae Gam, mieux connu sous le nom de Park's BBQ, est le palais ultramoderne des viandes haut de gamme qui a changé la donne à Koreatown, le restaurant qui a réussi à mettre le parfum du charbon de bois dans la viande et non dans vos cheveux, établi superprime Le bœuf Wagyu comme catégorie standard et a introduit le porc connu sous le nom de Tokyo X, un porc maigre et dense issu d'une race hybride spéciale dont le ventre a la présence élastique de pâtes fraîches. Park's, une succursale d'un restaurant de Séoul connue pour sa clientèle de pop stars et de réalisateurs de films, est le lieu de barbecue le plus cher de Koreatown par un montant non négligeable, mais il est toujours presque impossible d'y entrer par un doux samedi soir.(Ironiquement, le succès de Park a peut-être été indirectement responsable de la montée en puissance des barbecues coréens super bon marché et plutôt médiocres au cours des deux dernières années. remplir.) Lorsque vous décidez que vous êtes allé au-delà de l'esthétique maximale de tout ce que vous pouvez manger, vous voudrez peut-être célébrer ici avec une commande de USDA Prime ggot sal, entrecôte, sur le grill. Si vous dépensez plus d'argent pour moins de viande, ggot sal est la voie à suivre. 955 avenue S. Vermont (213) 380-1717.

Vous êtes allé dans des bars à sushis, vous connaissez l'exercice. Tu murmures le mot omakase, vous vous réinstallez avec un bécher de daiginjo, et vous vous soumettez aux soins exquis du chef. Oubliez ce que vous savez sur le sashimi lorsque vous entrez dans un restaurant de fruits de mer vivants de Koreatown. Parce que bien que les matières premières soient plus ou moins les mêmes et qu'il y ait des hommes qui jugent avec des couteaux tranchants, les règles ne sont pas les mêmes. Dans les bars à sushis, vous vivez une séquence de poissons dont la commande et les préparations sont orchestrées par le chef. À Koreatown, à, disons, Wassada, vous rencontrez un poisson, généralement un flétan vivant : levé d'un réservoir, expédié et tranché en sashimi très fin - beaucoup de sashimi. Trempez-vous délicatement un coin d'un filet de flétan dans de la sauce soja ? Vous pourriez, même s'il est plus probable que vous enduisez le poisson de la pâte de haricots étonnamment bonne de Wassada, ssam jang, puis enveloppez-le dans un gaenip feuille avec une gousse d'ail cru. Et tandis que vous explorez peut-être les nuances d'un poisson plutôt que les contours de plusieurs, les accompagnements ne cessent d'arriver : ormeaux tranchés dans leur coquille, une boîte entière d'oursins, huîtres, bouillie d'ormeaux, soupe de poisson épicée, tête de poisson grillée , salade d'œufs de poisson, lamelles de foie de lotte — en gros tout un spécial Jacques Cousteau disposé sur

une grande table, des ascidies et tout. 377 N. Avenue de l'Ouest (323) 464-3006.

La théorie féministe fait souvent référence à ce qu'on a appelé le regard masculin. Et si le regard masculin se concentrait sur une denrée alimentaire au lieu de Megan Fox, ce serait peut-être buldak, poulet au feu, dont la consommation est au moins autant un rituel masculin qu'un film d'Adam Sandler ou des arts martiaux mixtes. Si un dîner de buldak ne vous met pas au sol, transpirant abondamment et à bout de souffle, alors il n'a pas fait son travail. La préparation est assez simple : c'est du poulet mariné, sauté dans une sauce piquante à l'ail. Le machisme réside dans le niveau de chaleur, qui peut être élevé à des niveaux paralysants. La dernière fois que j'étais au Korean Chicken Place, le propriétaire a d'abord refusé de me servir buldak après qu'il ait accepté, les employés passaient à la table toutes les deux minutes pour s'assurer que les hurlements occasionnels n'étaient pas des indications de détresse physique réelle, même si j'avais souvent l'air d'avoir reçu des gaz lacrymogènes par un officier de justice trop enthousiaste. Après le dîner, en sortant de la terrasse du restaurant, la serveuse m'a touché le bras et a admis que le cuisinier avait porté le niveau de chaleur à trois. La prochaine fois que j'y serais allé, a-t-elle promis, ils monteraient à quatre. 618, avenue S. Serrano (213) 388-6990.

Les employés Kyeong-Hwa et Jinwoo servent des délices croustillants à Kyochon. Crédit : Anne Fishbein

Le poulet frit coréen est vraiment un bond en avant évolutif - mariné dans une armoire pleine d'épices, saturé d'ail, frit deux fois en un claquement fracassant et à la peau fine. Ce n'est pas un hasard si les rues de Koreatown semblent parfois être pavées de peau de poulet dorée. À Kyochon, le premier des rôtis de poulet coréens, le poulet est cuit à la commande, donc même une simple boîte à emporter peut prendre une éternité à préparer, et le seul véritable apéritif est un plat de cubes de daikon marinés. Mais ensuite, le poulet sort, coupé en petits morceaux aléatoires, tout ail et jus, chaleur et croquant. Satori qui piaille comme un oiseau. 3833 W. Sixth St. (213) 739-9292.

Soondae, boudin coréen, a toujours eu sa place dans Koreatown. C'est une bonne chose - des boyaux de porc minces farcis d'un pudding de bœuf légèrement assaisonné et modérément assaisonné avec des nouilles transparentes. Soondae peut être frit dans une sorte de scrapple croustillant ou servi bouilli dans une soupe cuite à la vapeur ou coupé en morceaux et sauté avec de la pâte de chili et des légumes. Mais Koreatown traverse sa bientôt moment — il y a une douzaine de spécialistes maintenant, et une centaine d'autres cuisines avec des versions réputées. À Eighth Street Soondae, l'un des plus anciens et des plus respectés de Los Angeles bientôt salons, le boudin est traité moins comme un casse-croûte racé que comme une nécessité de la vie civilisée, dans une salle à manger résolument bourgeoise où le casse-croûte de la rue est consommé avec aplomb et beaucoup de serviettes. 2703 W. Huitième rue (213) 487-0038.

Canard en terre cuite

Dha Rae Ok est peut-être le lieu de barbecue le plus usé de Western: placages frottés contre le bois en dessous, caisses de bière empilées contre le mur d'une salle à manger. Lors d'une visite, les téléviseurs à écran plat sur les murs montraient une vidéo démontrant la chirurgie d'ablation des polypes intestinaux, ce qui est peut-être la chose la plus dérangeante que j'aie jamais vue dans un restaurant. Les galbi peut être génial, je ne l'ai jamais essayé. Mais si vous appelez quatre heures à l'avance et réservez, comme l'a découvert le propriétaire de Scoops Westside Matt Kang, il y a aussi du canard en terre cuite, préparé dans un four spécial. Le canard apparaît à table, enveloppé dans un pansement de tissu carbonisé. Lorsque le tissu est déroulé, le canard lui-même est pâle. Une farce moelleuse de riz violet cuit avec des haricots et des aromates déborde de son intérieur. Le puissant parfum des herbes coréennes habite chaque molécule de la chair. Il est assez mou pour être mangé avec une cuillère. Spectaculaire. 1106 S. Western Avenue (323) 733-2474.

Tout le monde connaît le meilleur sujebi, nouilles en flocons déchirés à la main, en ville. Ce sont ceux que la serveuse jette dans votre soupe au restaurant de crabe Ondal 2, juste après que vous ayez arraché la dernière touffe de nageoire dorsale de la marmite de bouillon bouillant. Et celles sujebi ont bon goût, ayant absorbé le bouillon et tout, bien que leur texture soit parfois inconfortablement proche du pain blanc ouaté. Ce qui nous amène au moelleux, extensible sujebi chez MaPo Kkak Doo Gee, servis dans un bouillon d'anchois nature mais délicieux : juste ce qu'il faut. Le restaurant, un café de quartier de grande qualité nommé pour son cornichon au radis, est également un endroit idéal pour déguster de la morue noire mijotée, une soupe de bœuf épicée aux poireaux et Bibimbap. 3611 W. Sixth St. (213) 736-6668.

Après plusieurs années et de nombreux gallons de soju consacrés au sujet, j'ai déterminé que mon plat coréen préféré est presque certainement bossam, une assiette composée de poitrine de porc cuite à la vapeur, d'huîtres crues, de kimchi spécial, d'ail cru et d'un condiment salé qui a l'air d'être fabriqué en fermentant des singes marins, le tout que vous enveloppez dans une sorte de taco à la feuille de chou. Si vous avez soif et avez besoin d'une poitrine de porc, vous pouvez aussi bien vous rendre à Koreatown bossam spécialiste Kobawoo, un restaurant de destination raffiné avec certains des meilleurs plats de Koreatown. La maison bossam est une préparation élégante qui, comme tant d'autres plats coréens, semble presque conçue sur mesure pour faciliter une bouteille de soju. Une mise en garde : il semblera tentant de commander le plateau King Bossam, parce que, vous savez, vous êtes l'homme. Mais ne le faites pas. Cela ne vous procurera plus de poitrine de porc, mais vous obtiendrez des tas de raies pastenagues cuites à la vapeur et de pieds de porc bouillis dont vous ne voulez probablement pas. 698 avenue S. Vermont, (213) 389-7300.

La gestation de ce guide a probablement commencé il y a 18 mois lorsque j'ai croisé Jangchung-Dong Wong, un jokbal restaurant coincé dans un coin d'un autre minimall. Si la scène des restaurants de Koreatown était suffisamment développée pour soutenir non seulement un restaurant spécialisé dans les pieds de cochon bouillis, mais un restaurant bondé spécialisé dans les pieds de cochon bouillis, il restait encore beaucoup à explorer. Et tandis que nous avons eu notre part de méchants pieds de cochon bouillis, le jokbal Le plateau de Jangchung-Dong Wong est tout simplement fantastique, des tranches de jarret doux et doucement mijotés disposées sur un monticule de pied démonté. Si vous avez échangé le banchan et la trempette aux crevettes salées, vous pouvez imaginer rencontrer ce jokbal sur la table du restaurant d'abats londonien St. John. 425 S. Western Ave., (213) 386-3535.

Su jung Gwa

Ce n'est pas seulement que Hwa Sun Ji est le coin le plus serein de Koreatown. Il semble souvent que Hwa Sun Ji soit le seul coin serein de Koreatown, un salon de thé avec des tables basses et traditionnelles coréennes si vous aimez ça, des nattes de paille rustiques sur les murs et un long menu de thés et de tisanes aux herbes, chacun accompagné d'une liste de leurs attributs bénéfiques pour la santé. Si vous obtenez une tasse de, disons, le thé vert vieilli boi cha, vous pouvez y passer un après-midi entier, l'eau chaude étant renouvelée toutes les quelques minutes sans que vous ayez à le demander. Su jung gwa est ce qui est souvent traduit par le punch coréen, une boisson froide et sucrée à base de kaki séché et de beaucoup de cannelle. On vous en a sans doute servi une petite tasse en dessert après un repas coréen. Mais la beauté complexe et aigre-douce de su jung gwa sort vraiment à Hwa Sun Ji, la qualité légèrement sirupeuse, le smack résineux subtil des pignons de pin flottant dans votre petite tasse. Le salon de thé est également célèbre pour sa version sobre de pat-bingsu, le dessert coréen à base de glace pilée qui a en quelque sorte évolué en Pinkberry. 3960, boulevard Wilshire, (213) 382-5302.


Les meilleurs restaurants du comté de Howard en 2018

Avec de nouveaux restaurants passionnants qui apparaissent régulièrement et des favoris de longue date qui continuent de briller, il n'y a jamais eu de meilleur moment pour être un amoureux de la nourriture dans le comté de Howard.

Plus de 2 000 personnes ont voté dans le sondage des lecteurs de Howard Magazine’s Best Restaurants, sélectionnant leurs favoris dans 45 catégories. Ci-dessous, nous présentons les restaurants qui ont remporté les meilleurs votes, et nous partageons un peu ce qui rend certains des meilleurs endroits du comté si spéciaux.

Note de l'éditeur : les gagnants et les mentions honorables ont été déterminés par le vote populaire. Les lecteurs ont été invités à voter en ligne en juin et juillet.

Ambiance: Iron Bridge Wine Co.

Boulangerie : Kupcakes & Co.

Nourriture de bar: The Ale House Columbia

Kelsey's Restaurant et pub irlandais

Brasserie Bare Bones Grill &

Barman: Sam Waller, Taverne du Chêne Blanc

Steven Wecker, Iron Bridge Wine Co.

Luke Shagogue, Aida Bistro

Barbecue : Mission BBQ

Brasserie Bare Bones Grill &

Déjeuner: observation des œufs

Brunch : Eggspectation

Burger: Pub gastronomique Victoria

Chef : Christopher Lewis, anciennement de Cured Table & Tap/18th & 21st

Thomas Zippelli, La maison tournante

Greg Mason, la taverne du chêne blanc

Chinois : Hunan Manor

Cocktail : Iron Bridge Wine Co.

Café: Bean Hollow (fermé)

Gâteau au crabe: Hudson Coastal

Deli: Marché de la viande à l'ancienne de Boarman

13402 Clarksville Pike, Highland. 301-854-2883. facebook.com/boarmansmeatmarket

Lorsque Boarman's Old Fashioned Meat Market a ouvert ses portes à Highland en 1955, le marché et la charcuterie étaient déjà en activité depuis plus de 15 ans. La famille Boarman, propriétaire du marché depuis quatre générations, est fière de sa longévité et de son dévouement à fabriquer des choses à partir de zéro.

De la saucisse de campagne préparée à partir d'une recette familiale à la salade de jambon et aux œufs à la diable, les Boarmans en font autant qu'ils peuvent en interne, et la communauté adore ça. Rien que pour le week-end de Pâques, Boarman's a vendu environ 2 000 œufs farcis faits maison.

Les salades et les saucisses faites maison « sont des choses que les gens ne prennent plus le temps de faire », explique Georgie Boarman, fils du propriétaire du marché George Boarman.

Les Boarman s'efforcent également de rendre le marché accessible à tous dans la communauté. «Nous ne voulons pas être le magasin haut de gamme et à prix élevé dans lequel seul un certain groupe de personnes peut faire ses achats. Nous voulons que tout le monde ait l'impression de pouvoir venir acheter un bon steak et des produits frais », explique Georgie Boarman.

Dessert : Iron Bridge Wine Co.

Gastronomie : Stanford Grill

Camion de nourriture : T&J Waffles

Options sans gluten: Grand Sauge

Happy Hour : Le Phoenix Emporium

8049, rue Main, Ellicott City. 410-465-5665. phoenixemporium.net

Ces quelques années ont été difficiles pour The Phoenix Emporium, le bar-restaurant populaire centré sur la bière qui fait partie de la communauté d'Ellicott City depuis quatre décennies. Situé au bas de la colline sur la rue principale historique, le Phoenix Emporium a été contraint de fermer à la suite des inondations de 2016 et 2018.

Mais comme son nom l'indique, The Phoenix Emporium est né de cendres métaphoriques, rouvrant après les deux inondations cette année, son jour de réouverture était fin août.

Malgré les fermetures, le bar a conservé une équipe constante d'habitués de l'happy hour, qui visitent pour le personnel dévoué et amical, le charme de l'espace confortable et pour le menu et les offres quotidiennes formidables.

Le bar n'a pas de système de tirage, mais il propose un vaste choix de bières : environ 210 bières disponibles chaque jour. Happy hour, qui se déroule à partir de 16h. à 20h tous les jours de la semaine, comprend 3 $ de bières locales, des boissons sur rail et des verres de vin, et 5 $ d'offres sur la plupart des hors-d'œuvre.

Brasserie Bare Bones Grill &

Menu santé : Grande Sauge

Bière brassée maison : Jailbreak Brewing Co.

Ellicott Mills Brewing Co.

Glace/yogourt glacé: Trucs doux

Indien : Taj Royal

italien: Le bistro italien de Tino

Japonais : Sushi Sono

Coréen : barbecue coréen au cochon au miel

10045 Baltimore National Pike, Ellicott City. 410-696-2426. honeypigbbq.com

Ces dernières années, la scène culinaire coréenne du comté de Howard a acquis une renommée nationale. Un voyage à l'emplacement d'Ellicott City de Honey Pig BBQ, l'avant-poste local représentant la petite chaîne de restaurants appartenant à Micky Kim, permet de comprendre facilement pourquoi.

« Un repas coréen est une expérience », déclare Hanna Kuark, directrice marketing de Honey Pig. Les repas commencent par banchan, ou de petits plats, comme le kimchi et le tofu, conçus pour se mettre en appétit. Les plats principaux sont grillés par les convives, à table. C'est une façon amusante et interactive de dîner qui s'inspire des traditions des repas de famille coréens.

Les plats les plus populaires de Honey Pig comprennent le bœuf bulgogi, le bœuf kalbi et la poitrine de porc épicée. "Nous nous concentrons sur la fabrication des meilleures sauces possibles, et c'est quelque chose sur lequel nous travaillons constamment", explique Kuark. "Nous travaillons dur pour créer l'environnement et le goût d'un repas coréen à Séoul."

Elle suggère que les débutants de Honey Pig fassent savoir au personnel qu'ils sont nouveaux dans le restaurant et qu'ils créeront un menu dégustation comme introduction aux saveurs de la Corée.


50 États du brunch

Bien sûr, le petit-déjeuner est peut-être le repas le plus important de la journée, mais le brunch est le repas le plus important et le plus attendu de la semaine.

Relatif à:

Photo par : Colette Cannataro 2016 ©Manny Vargas Photography

Photo par : Samantha Egelhoff

©2016 Catherine Carty. Tous les droits sont réservés.

Photo de : Atomic Provisions, LLC

Photo de : Koko Head Cafe/Lee Anne Wong

Photo par : Stéphanie Manning

Photo par : Bridget M. Rehner

Photo de : Pullman Bar & Diner

Photo de : Matt's Big Breakfast

Photo de : Tilikum Place Café

Photo par : J. Pollack Photographie

Photo de : Tally's Silver Spoon

Photo de : City Grocery Restaurant Group

Photo par : Galley and Garden

Bruncher sans frontières

Que vous ayez envie de bénédictines aux fruits de mer de la Nouvelle-Angleterre, de biscuits du sud farcis de crevettes et de gruau ou d'œufs nappés de sauce chili du sud-ouest, voici 50 États des meilleurs paris sur le brunch.

New Haven, Connecticut : réseau social d'Elm City

À Elm City Social, les clients sont encouragés à être réellement sociaux en partageant des plats, même à l'heure du brunch. Les Early Nachos sont une excellente façon de commencer un repas du matin en famille. Les croustilles faites à partir de zéro sont frites à la commande, nappées d'une sauce triple fromage maison et assaisonnées de sel et de poivre. Les chips gluantes sont ensuite recouvertes de bacon maison et de saucisses italiennes lentement sautées avec des oignons et des poivrons rouges et jaunes. Adoucissez la table avec des gaufres Red Velvet, qui sont cuites au four, puis garnies de baies fraîches, de crème fouettée et de crème anglaise. Le restaurant sert des pichets de punch ainsi que des Bloody Mary préparés avec un mélange maison de tomates San Marzano et garnis d'une bande de bacon maison et d'un œuf farci.

Baltimore: Artefact Coffee and Woodberry Kitchen

Réputé à Baltimore pour son engagement de la ferme à la table, Woodberry Kitchen est un régal au brunch, lorsque l'espace de l'usine reconvertie est ensoleillé et regorge de convives avides de pain plat du matin au feu de bois (saucisse, jambon, pommes de terre, oignons dorés, cheddar et œufs de ferme), le Mobtown Fry (crabe du Maryland, jambon, œufs brouillés et pain de seigle), les huîtres de Chesapeake et des boissons comme le café Counter Culture et des cocktails du jour à base d'ingrédients locaux et d'alcools de distillateurs de la région. De l'autre côté du chemin, l'établissement jumeau Artifact Coffee propose un petit-déjeuner toute la journée, tous les jours, comprenant de la farine d'avoine et des céréales à base de grains cultivés et moulus localement et un simple mais incontournable sandwich aux œufs et aux saucisses servi sur un muffin anglais grillé.

Charleston, Caroline du Sud : le porche de Poogan

Cet endroit ensoleillé abrité dans un grand bâtiment victorien de 1888 attire les habitants, les célébrités et les politiciens depuis plus de 40 ans. Le tarif ici est une cuisine Low Country avec une approche innovante des classiques comme le poulet et les gaufres, les crevettes et le gruau, un BLT au piment et une omelette Low Country avec du jambon du Sud. Et le nom Poogan ? Il appartenait à un chien du quartier qui faisait autrefois partie du porche. Lorsque le restaurant a emménagé, il était l'hôte de facto.

Madison, Wisconsin : Graze

Le fromage est ce qu'il y a pour le brunch au Madison's Graze. Ce n'est pas seulement parce que le restaurant est situé au cœur du pays de Cheesehead, mais aussi parce que le fromage ici provient des agriculteurs locaux. Commencez par le fromage en grains du gastropub à base de fromage en grains de Hook's Cheese Company qui a été enrobé d'une pâte à base de vodka et frit rapidement. La vodka aide l'extérieur à rester croustillant tandis que le caillé devient gluant. Ensuite, il y a le sandwich au petit-déjeuner avec du fromage "brique" de Widmer's. La brique est un fromage courant dans le Wisconsin, mais le Widmer est vieilli pour plus de punch et de saveur - et il est tartinable. Le fromage est généreusement étalé sur du pain fait maison, recouvert de jambon et de bacon provenant de Willow Creek et garni d'épinards et d'œufs au plat.

Houston : État de grâce

Chauds et recouverts de glaçage au fromage à la crème, les rouleaux de cannelle sucrés-gluants de State of Grace attirent les fans de tout Houston. Suivez-les avec les biscuits feuilletés au jambon du chef Ford Fry&rsquos avec de la confiture de prosciutto-pêche ou des plats inspirés du Sud à base de fruits de mer locaux. Les choix incluent des crevettes et du gruau et le Bénédicte aux écrevisses avec bacon et écrevisses & eacutetouff & eacutee, pain de maïs, œufs pochés et sauce hollandaise créole.Il y a aussi beaucoup d'huîtres locales du Golfe pour compléter un festin de Hill Country.

Ann Arbor, Michigan : Spencer

Ce qui a commencé comme un pop-up s'est rapidement transformé en un ajout permanent de brique et de mortier à la scène culinaire d'Ann Arbor. Spencer est en partie un magasin de vin et de fromage et en partie un lieu d'assiettes à partager, passant en mode brunch le week-end. Les offres changent fréquemment et tendent généralement vers un thème imaginé par le duo de copropriétaires de rêve, le chef Abby Olitzky et le fromager Steve Hall. La journée nordique, par exemple, a donné des crêpes de seigle garnies de gravlax, de crème fraîche, de betteraves rôties et de beaucoup d'aneth. Des créations inventives surgissent ici et là, comme les crêpes babka au chocolat. Le menu régulier comprend des quiches rotatives de saison, des biscuits maison feuilletés et feuilletés, des scones et des petits sandwichs pour les petits appétits.

La Nouvelle-Orléans : Palais du Commandant

Il n'y a aucune autre ville en Amérique qui offre la nourriture, l'architecture et la musique live de la Nouvelle-Orléans & mdash et peu d'autres endroits en profitent pendant le brunch comme le fait Commander & rsquos Palace. Un monument de la ville établi en 1883, avec sa façade rayée turquoise et blanche incomparable, l'élégant restaurant s'est concentré sur la haute cuisine créole dans une cuisine présidée par Emeril Lagasse, Paul Prudhomme, Jamie Shannon et maintenant Tory McPhail. Le week-end, Joe Simon & rsquos Jazz Trio défile autour du restaurant en jouant de la musique festive tandis que certains convives plongent dans un brunch à trois plats et d'autres se joignent au groupe et marchent dans la & ndquoseconde ligne. & rdquo Si vous êtes trop timide pour sauter, concentrez-vous sur la nourriture et des cocktails comme un Bloody Mary à table avec de la vodka enfermée dans un bloc de glace.

Denver : Denver Biscuit Co.

Originaire de Floride, Drew Shader gère plusieurs concepts de restaurants sous un même toit, les faisant tourner à différents moments de la journée. La journée commence par Denver Biscuit Co., centrée sur le brunch, servant une recette de biscuits qui a mis six mois à se perfectionner, peut-être en raison de l'altitude de Denver à 5 280 pieds. Ces délicats oreillers de pâte (produits avec beaucoup, beaucoup de beurre, comme l'explique Shader) sont cuits tout au long de la journée, donc pas un seul ne sort du four plus de 30 minutes. Les combinaisons de biscuits préférées incluent les crevettes et gruau &mdash, un biscuit évidé rempli du combo classique de la Nouvelle-Orléans &mdash et du Dahlia, des biscuits de pain doré trempés dans une pâte aux œufs, grillés et frits avec du beurre, puis garnis d'une galette de saucisse maison, d'une frite oeuf et une bonne dose de sirop d'érable. Mais l'ordre le plus populaire est le Franklin : poulet frit, bacon, fromage et sauce à la saucisse, que Shader dit qu'il utilise au gallon.

Anchorage, Alaska : Snow City Café

Lorsque vous vous trouvez en Alaska, alias The Last Frontier, dirigez-vous vers le Snow City Cafe d'Anchorage, un lieu de petit-déjeuner qui prolonge ses heures le week-end pour accueillir les dormeurs tardifs. Toute l'année, cet endroit ouvert toute la journée pour le petit-déjeuner fait pocher plus de 100 œufs par jour, en plus des centaines d'œufs utilisés dans leurs omelettes, leurs assiettes de petit-déjeuner et leurs sandwichs. Ne manquez pas les petits pains collants ultra-gluants. Pour un vrai petit-déjeuner d'Alaska, essayez le Kodiak Benedict, un gâteau au crabe royal local légèrement pané avec de la chapelure panko sur un muffin anglais grillé, garni de sauce hollandaise maison et d'oignons verts.

Wilmington, Delaware : 8e et Union

Faites une visite culinaire du Vietnam et de la Thaïlande dans ce pub gastronomique moderne. Les rouleaux d'été thaïlandais inspirent une omelette de crevettes, d'avocat et d'herbes. La spécialité du chef Brian Ashby est le pho, une soupe vietnamienne dont il est tombé amoureux et qu'il a mangée tous les jours à Sydney, en Australie. Intolérant au gluten, le chef propose de nombreuses options sans gluten, y compris le pho et le poulet et les gaufres : le poulet est dragué dans du babeurre, puis trempé dans une pâte à base de riz et frit à la commande. Les boissons, notamment les litchis, les fruits de la passion et les mimosas à la mangue, ont également une touche asiatique unique.

Minneapolis : Hola Arepa

Après avoir testé les eaux de l'arepa de Minneapolis avec un camion de nourriture, les gens derrière Hola Arepa ont ouvert un emplacement de brique et de mortier dans une ancienne station-service et un dépanneur dans le quartier de Kingfield. Alors que la crêpe de maïs vénézuélienne est au centre du menu, il existe de nombreux plats d'autres cuisines latino-américaines pour compléter un repas. Le poulet cachapas brésilien, un jeu de poulet américain et de gaufres, marie une crêpe de maïs sucrée avec un œuf au plat, du bacon mesquite et du maïs grillé et du jalapeño, qui le rendent brillant et croquant. Pour les boissons, l'horchata maison se transforme de saison en saison, prenant une forme congelée en été, puis devenant une version du lait de poule, mélangée à du rhum, du piment de la Jamaïque et de l'amaro amer, en hiver.

Raleigh, Caroline du Nord : poulet Beasley + miel

Au Beasley's Chicken + Honey du célèbre chef sudiste Ashley Christensen, le menu regorge de plats préférés de l'enfance. Le plat signature de Christensen rend hommage à la recette de sa mère, avec un filet de miel qui rappelle son père, qui était un apiculteur amateur. L'oiseau est saumuré, trempé dans du babeurre, puis dragué dans de la farine et cuit dans une friteuse à pression. Au brunch, il est accompagné de gaufres et également présenté dans le sandwich The Reunion, empilé dans un biscuit au babeurre garni d'un œuf au plat, de fromage et de sauce Tabasco. Accompagnez le sandwich du Benton's Old Fashioned : du bourbon lavé au bacon (fait maison) avec du sirop d'érable et des amers.

Indianapolis : Dent de lait

Milktooth connaît un peu le brunch : le brunch est son seul objectif &mdash six jours par semaine &mdash et c'est devenu un phénomène national. Le menu du chef-propriétaire Jonathan Brooks&rsquo couvre les continents. Il recommande de commencer par l'aliment de base du matin du Japon, une soupe épicée au miso avec du kombu mariné, des champignons de hêtre et du tofu doux. C'est le tout premier plat que Brooks voulait servir, avant même l'ouverture officielle du restaurant. Il aime que la soupe représente une nourriture réconfortante internationale au-delà des plats américains typiques. Brooks rehausse le bagel et le fromage à la crème classiques de New York en faisant griller un bialy fait maison, en le badigeonnant de fromage à la crème fouetté et de confit de thon rouge qui a été séché pendant la nuit, poché dans de l'huile d'olive puis légèrement mélangé avec de l'aïoli, du céleri et des oignons doux, et la garniture le tout avec des câpres frites. Ceux qui recherchent des "cheveux de chien" devraient opter pour le Cure for Jerks, un cocktail à base de sherry et de whisky qui devrait les redresser.

Manhattan Beach, Californie : amour et sel

Le brunch au Love & Salt de Manhattan Beach vaut la peine de lutter contre le trafic de LA. Pourquoi? Le chef new-yorkais devenu résident de SoCal, Michael Fiorelli, sert ce qui est sans doute les muffins anglais au babeurre les plus mémorables du pays. Ces entrées moelleuses sont accompagnées d'une tranche de beurre de culture maison saupoudré d'un saupoudrage de sel de mer et de brins de romarin frits. Ce n'est pas le seul plat qui vaut le détour : le tout bagel au saumon fumé avec du fromage à la crème fouetté, des œufs au four à bois, des saucisses au poulet et un sandwich aux œufs, des crêpes à la ricotta et des beignets italiens chauds (une création de la chef pâtissière Rebecca Merhej) sont presque obligatoires suivis. Ceux qui ont envie de déjeuner devraient opter pour le Downlow Burger, une ode à l'emblématique In-N-Out Double-Double. Les cocktails de jour bien conçus du bar et les offres de brunch à volonté, y compris un léger Spritz à la fraise, ne font qu'améliorer le plaisir. Après le repas, descendez la colline et longez l'océan Pacifique.

Washington, DC : Alta Strada

Deux classiques de la cuisine s'unissent au restaurant italien du chef-propriétaire Michael Schlow, Alta Strada. La pizza Everything Bagel, un hybride de deux plats emblématiques, satisfait les besoins du petit-déjeuner et du déjeuner en un seul coup chargé de glucides. La pâte lavée aux œufs est saupoudrée d'épices faites maison - une combinaison classique de graines de sésame, de pavot et de carvi noires et blanches mélangées à de l'oignon séché et des flocons d'ail. La pizza est cuite avec des fromages ricotta et fontina, puis, une fois sortie du four, elle est garnie de saumon fumé, de mascarpone, de câpres, d'oignon rouge émincé, de tomates cerises et d'aneth.

Portland, Maine : Union à l'hôtel de la presse

Situé à l'intérieur du Press Hotel primé - nommé pour son ancienne utilisation d'une usine de journaux - Union Restaurant attire les touristes et les habitants avec des ingrédients régionaux dans des préparations réconfortantes. Au lieu d'un bagel et d'un lox, essayez la tartine de saumon fumé sur du pain pumpernickel, garnie d'œufs durs émincés, d'oignons marinés, de câpres et d'épices pour bagel, ainsi que de saumon local du Maine. Il y a aussi un rouleau de homard agrémenté de mayonnaise citronnée. Commandez un accompagnement de choux de Bruxelles, qui sont croustillants et servis avec un aïoli aux noix et de l'huile d'olive au citron grillé.

Honolulu : Koko Head Café

Les surfeurs ont un gros appétit en attrapant la houle matinale, et à Oahu, beaucoup d'entre eux se dirigent directement vers le Koko Head Cafe. À l'endroit strictement réservé au petit-déjeuner et au brunch, la célèbre chef Lee Anne Wong conçoit ses plats autour de produits et de protéines qu'elle se procure directement des îles, pour des variantes créatives des plats locaux. Il existe des options sucrées et salées. Le pain doré aux cornflakes est composé de deux morceaux de pain sucré local Punalu'u dragués dans une crème à la noix de coco, puis roulés dans des cornflakes, frits jusqu'à ce qu'ils soient croustillants et garnis d'un sirop crémeux au poivre noir et à l'érable. Le Koko Moco, une version locale de la cuisine réconfortante loco moco, est servi sur un lit de riz à l'ail à fond croustillant avec une galette de bœuf local nourri à l'herbe, une sauce aux champignons maison, un œuf au plat de la ferme locale Kalei, tempura -kimchi frit, togarashi, graines de sésame et échalotes.

Leawood, Kansas : taverne à Mission Farms

Installé dans un vaste bâtiment en briques, Tavern at Mission Farms est l'endroit où aller dans le grand Kansas City pour un brunch de fête. Il propose une gamme d'articles pour le déjeuner et le brunch comme le quinoa à la cannelle et au sucre, qui est une céréale chaude avec des amandes grillées, des abricots secs, du yogourt à la vanille, des baies fraîches et du miel de romarin, et un hachis de côtes courtes savoureux et copieux avec pommes de terre sautées, oignons, poivrons et bout de côte de bœuf effiloché tendre, garnis d'œufs pochés et d'une sauce chimichurri piquante.

Cleveland : la taverne de la serre

Quiconque dit que les frites ne sont pas un plat du matin devrait passer à The Greenhouse Tavern pour No Name Frites. Composée de frites de style belge frites deux fois garnies de caillé de mozzarella fondu, de lardons de bacon, de sauce au poivre noir, d'œufs au plat et de graines de moutarde, la copieuse poutine est la perfection du brunch. Associez-le à un côté d'ailes de poulet, qui sont confites pendant huit heures, séchées à l'air pendant 24 heures, frites jusqu'à ce qu'elles soient dorées, puis mélangées avec du citron frais, des jalapenos rôtis et des oignons verts.

Philadelphie : Wm. Les fils de Mulherin

Un restaurant italien rustique, Wm. Mulherin&rsquos Sons sert des plats du week-end qui comprennent des œufs sur un volcan (une version de la shakshouka israélienne), un steak et des œufs de style familial et un sandwich au beignet sucré et salé. Le beignet a été ajouté au menu en hommage aux petits déjeuners d'un jeune, dans l'espoir qu'il aurait l'avantage supplémentaire d'aider à guérir la gueule de bois des clients. Un hybride de deux classiques du matin, le plat empile du jambon fumé, des œufs au plat et du fromage Fontina entre les moitiés d'un beignet glacé spongieux et fraîchement sorti du four, le tout servi à côté de pommes de terre frites et d'oignons caramélisés.

Asbury Park, New Jersey : Porta

Asbury Park rappelle le Stone Pony, où Bruce Springsteen et le E Street Band ont fait leurs débuts. Mais ceux qui font un pèlerinage inspiré du patron devraient également s'arrêter à Porta. Le restaurant se concentre sur l'authentique pizza napolitaine, qui est proposée avec des plats comme des œufs au purgatoire, des œufs pochés dans une sauce tomate San Marzano bouillonnante avec des cils de ricotta salata. La chose la plus proche d'un bacon, d'un œuf et d'un fromage sous forme de pizza est la Carbonara : guanciale, Parmigiano Reggiano, œuf, persil, poivre noir et huile d'olive. Pendant que vous ne trouverez pas Bruce en train de jouer, il y a du jazz en direct et des files d'attente à la porte et les gens attendent les carafes de mimosa à 5 $ disponibles au bar.

New York : Russ & Daughters Cafe

Le dimanche à New York a toujours été consacré aux bagels et au lox. Depuis un siècle, les bagels sont idéalement habillés de poisson fumé soyeux de Russ & Daughters sur Houston Street. En 2014, la quatrième génération de la famille Russ a ouvert un restaurant assis, Russ & Daughters Cafe, où les fidèles peuvent dîner sur des plateaux de poisson fumé et d'autres plats juifs traditionnels. Une façon d'obtenir un peu de tout est de commander le Hattie Platter, composé d'un assortiment de poissons fumés traditionnels - corégone, saumon kipper (cuit), saumon fumé de Gaspé Nova, zibeline - et présenté avec des accessoires comprenant du fromage à la crème nature et échalotes , tomates, oignons, câpres, cornichons (directement du baril) et légumes marinés. Il est servi avec le grenier de la maison, qui regorge de bagels, de bialys, de pain de seigle, de pain pumpernickel et de challah cuits à Russ & Daughters Bagels & Bakery. Avec un deuxième café au Jewish Museum sur la Cinquième Avenue à New York, Russ & Daughters offre deux chances de s'asseoir un dimanche.

Iowa City, Iowa : Pullman Bar & Diner

Le propriétaire du Pullman Bar & Diner, Cory Kent, ne sert que des œufs biologiques locaux dans ce restaurant préféré du centre-ville d'Iowa City. Un incontournable du menu qui met en valeur l'œuf dans toute sa splendeur est le Croque Madame. Avec du pain provenant du Bread Garden à Iowa City, le sandwich est farci de jambon tranché finement trempé dans une sauce au fromage Mornay et couronné d'un œuf au plat. La croûte extérieure croustillante du pain doré brioché en croûte de granola est ramollie avec une cuillerée de beurre d'érable et le pain grillé est fourré de confitures maison. Pour un esprit local, essayez le Tipsy Pig, un cocktail à l'érable et aux noix à l'ancienne qui est fait avec du whisky local et qui comprend du bacon maison et une garniture à l'orange.

Phoenix : le grand petit-déjeuner de Matt

Lors de la correspondance via l'aéroport de Phoenix, dirigez-vous vers Matt's Big Breakfast dans le terminal 4. Mais si vous avez la chance de passer un week-end dans la vallée du soleil, dirigez-vous vers l'original Matt's, où l'équipe a lancé les favoris du matin pour plus d'une décennie. Comme son nom l'indique, le petit-déjeuner est le thème et il est servi toute la journée, tous les jours. Le propriétaire Matt Pool recherche des ingrédients auprès de fournisseurs de qualité à travers le pays, pour des plats comme le salami et les œufs avec soppressata en provenance du célèbre Molinari de San Francisco. Si vous avez envie de plus de porc avec vos œufs, optez pour The Chop & Chick : deux œufs, une côtelette de porc Iowa marinée au pesto et poêlée, du pain grillé et votre choix de pommes de terre. Servie sur l'os, cette côtelette charnue et juteuse est digne d'un homme des cavernes.

Manchester, New Hampshire : l'orignal local

Avec des grains provenant d'un torréfacteur à proximité d'Amherst, The Local Moose fait un excellent café. Associez-en quelques-uns au sandwich aux œufs Free Ranger. Servi depuis fin 2015, le sandwich bien-aimé a déjà gagné un large public. Ce sandwich aux œufs est garni de cheddar du Vermont et servi sur un petit pain brioché fait maison avec du miel de source locale. Les clients peuvent ajouter du bacon ou du jambon fumé localement et sans nitrate, des légumes verts locaux, de l'avocat ou de la tomate (en saison). Des variantes du Free Ranger sont ajoutées au menu chaque mois, comme le Apple Free Ranger (pommes locales sautées avec de la cassonade, du beurre local, des épices pour tarte aux pommes, un œuf et du cheddar), le Butternut Squash Free Ranger (un tartinade d'œufs et de courges rôties) et le Kale Free Ranger (chou frisé sauté avec des pacanes à l'érable du Chili, un œuf et plus de ce cheddar acidulé du Vermont). Nouveau dans la liste : des beignets inspirés de la bière, une collaboration avec une brasserie locale qui a produit des bonbons tels que le stout au lait au chocolat au beurre de cacahuète garni de cacahuètes grillées.

Portland, Oregon : Tasty n Alder

Selon toute vraisemblance, la file de clients désireux d'entrer dans Tasty n Alder s'étirera sur le trottoir avant même que les portes ne s'ouvrent. Les initiés savent se préparer à faire la queue en commandant un beignet de pommes de terre au chocolat avec de la crème anglaise au barman pour réduire la faim. Une fois assis, optez pour des œufs savoureux au steak et au cheddar ou du poulet frit coréen. Le steak de suspension Creekstone Farms grillé est servi dans une poêle en fonte chaude à côté d'une savoureuse crêpe à la semoule de maïs, d'œufs brouillés au fromage et d'un beurre aux jalapenos fondant sur le tout. Le poulet frit coréen donne du poulet désossé pané dans un glaçage à l'orange sucré et épicé à base de pâte de chili fermentée et de gingembre. Il est servi sur du riz à grains courts avec du kimchi maison, des concombres marinés et à la fois un œuf au plat et un œuf mariné de six minutes.

Oklahoma City : Packard's

Nommé pour son emplacement à l'intérieur d'un concessionnaire automobile historique Packard, Packard's est loin d'être un restaurant à l'ancienne. Commencez par les muffins aux pépites de chocolat aux framboises ou les beignets salés au crabe. Dans la mesure du possible, le restaurant utilise des ingrédients d'origine locale, notamment le miel du beurre étalé sur les flapjacks et le café des fournisseurs locaux. Le biscuit au poulet frit, recouvert de fromage au piment, utilise du poulet fermier et des œufs de Fisher Eggs à Bristow.

Seattle : Café Tilikum Place

Tilikum Place Café est connu pour ses nombreuses itérations du bébé hollandais. La crêpe géante au four commence par une pâte similaire à celle d'un popover et mélange un mélange de farine, de lait, d'œufs et de sel, mais sans agent levant. Un classique du Nord-Ouest, on pense qu'il provient d'immigrants européens et scandinaves s'adaptant aux styles de cuisine américains. Le chef-propriétaire Ba Culbert les a appris d'un vieil ami de la famille et est devenu une sorte de chuchoteur de bébé hollandais, expérimentant avec des ingrédients et des saveurs, et persévérant malgré les échecs occasionnels. Les plats alternent sur et hors du menu, mais comprennent généralement des saveurs comme un bacon-brocoli-cheddar, le citron classique avec du sucre en poudre est toujours disponible. Pour les plus gros appétits de brunch, avant de commander un Dutch Baby, savourez le Tilikum Fry Up ou les œufs au four avec des asperges, de la pancetta, de la crème au parmesan et au poivre, saupoudrés de chapelure pour la texture.

Saint-Louis : moitié-moitié

Si du pain doré s&rsquomores, des beignets au sucre et à la cannelle avec une sauce au chocolat, des flocons d'avoine chauds cuits au four ou des crêpes farcies aux framboises, au granola et au mascarpone vous plaisent pour le brunch, alors Half & Half ne devrait pas vous décevoir. Les chefs-propriétaires mari et femme Liz et Mike Randolph ont servi ces plats et bien d'autres plats décadents dans leur quartier de Clayton pendant plusieurs années. Le menu, supervisé par le chef exécutif Dale Beauchamp, comprend également des plats d'inspiration mexicaine et asiatique comme du riz frit pour le petit-déjeuner, des œufs brouillés, des saucisses pour le petit-déjeuner, du jalapeño et des oignons, ainsi qu'un œuf chorizo-guacamole Benedict. Half & Half est également un endroit idéal pour le café du matin : les Randolph ont travaillé en étroite collaboration avec le torréfacteur local Blueprint Coffee pour développer leurs propres mélanges personnalisés. Ils proposent également un torréfacteur invité en rotation chaque mois.

Omaha, Nebraska : Petrow's

Le plus ancien restaurant de l'État de Cornhusker, Petrow's est un célèbre restaurant familial qui a commencé comme un magasin de bonbons et de crèmes glacées.Aujourd'hui dirigé par la troisième génération de la famille Petrow, le restaurant sert un menu complet, y compris d'excellentes options du matin. Parmi les classiques, le classement le plus élevé est l'Omaha Potato Casserole, une combinaison savoureuse de saucisses, d'œufs, de pommes de terre rissolées, d'oignons et de poivrons. Les habitués adorent également le steak et les œufs frits au poulet, ainsi que les gaufres garnies de crème glacée maison et de mdash de chocolat, de fraise et de noix noire et mdash et arrosées de sirop d'érable et de noix anglaises concassées.

Mandan, Dakota du Nord : restaurant familial Frieds

À ne pas confondre avec le roulé à la cannelle, le petit pain collant ou toute autre pâtisserie du matin tourbillonnante, le roulé au caramel est un incontournable des matins de week-end dans le Dakota du Nord. Au Frieds Family Restaurant, à l'extérieur de Bismarck, le personnel sert cette friandise collante depuis plus de 60 ans. Pâteux, doré et laqué avec un glaçage au sucre brun sirupeux, la délicatesse est mieux dévorée après avoir mangé le Rancher's Special - pommes de terre rissolées, oignons en dés, poivrons, jambon et fromage américain fondu, le tout assis à côté de deux œufs et de votre choix de pain grillé ou des crêpes.

Rapid City, Dakota du Sud : la cuillère d'argent de Tally

Depuis 60 ans, ce restaurant de Rapid City est une destination pour le petit-déjeuner, le déjeuner et le brunch. Selon l'actuel chef-propriétaire Benjamin Klinkel, c'était un lieu de rencontre incontournable pour les travailleurs du centre-ville. À l'époque, Tally&rsquos appartenait à Tally Winter. Plutôt que de changer le nom, Klinkel a ajouté &ldquoSilver Spoon&rdquo et a mis à jour le menu du brunch, en ajoutant des éléments comme Duck Duck Goose (patate douce avec oignons, confit de canard et confiture de groseilles garnie de foie gras et œuf au plat) et une gaufre à l'avoine avec sauce vanille-yogourt. Malgré les changements, il n'a pas osé changer la recette de crêpes, une recette si gardée et aimée que Klinkel l'a achetée avec les vitrines de la boutique. Les saveurs sucrées-salées des petits pains sont dues au beurre fouetté avec du babeurre, du miel et du sel, et à une forte dose de sirop d'érable. Pour 4,50 $, le Tally&rsquos Original vous offre une crêpe, du bacon, des saucisses, du jambon et un œuf. Ajoutez seulement 2,75 $ de plus pour obtenir un exemplaire du Rapid City Journal et du café également.

Park City, Utah : restaurant Glitretind au Stein Eriksen Lodge

Le restaurant Glitretind de l'hôtel 5 étoiles Stein Eriksen Lodge dans la pittoresque vallée de Deer est connu pour sa fête du dimanche. Pour les alpinistes qui cherchent à faire le plein, le buffet comprend des salades, de la charcuterie locale, du poisson fumé et des stations de plats chauds, y compris une station de découpe avec des viandes comme la côte de bœuf Double R Ranch et les jambons avec os Snake River Farms. Il y a des dizaines d'options sur la table des desserts, ainsi que du café Millcreek, du jus de fruits frais et du chocolat chaud réchauffant. Bien que cela ralentisse les skieurs de dévaler à nouveau les pistes, c'est une excellente fortification pour toute activité de l'après-midi.

Photographie avec l'aimable autorisation de Stein Eriksen Lodge

Oxford, Mississippi : Petit-déjeuner du grand méchant

Le chef John Currence est suffisamment expert en petit-déjeuner pour posséder un restaurant appelé Big Bad Breakfast et a écrit le livre de recettes Big Bad Breakfast, partageant des recettes basées sur sa cantine bien-aimée du Mississippi. Dirigez-vous vers l'endroit d'Oxford pour vous régaler d'une pléthore d'œufs avec des steaks, du chili, du bacon, de la saucisse andouille, de la saucisse de poulet, du jambon de pays, des crevettes, des écrevisses et plus encore. Il y a aussi des légumes préparés dans ce que Currence appelle le style « Yardwork », frits dans une poêle en fer chaud avec des tonnes de produits de saison. Les produits de base comme un granola maison et des flocons d'avoine sont simples et savoureux, car le grain provient d'Anson Mills et les céréales sont servies avec des baies fraîches.

Birmingham, Alabama : cuisine et jardin

Ce restaurant aux nappes blanches situé dans une maison historique du début du siècle sur la pittoresque Highland Avenue de Birmingham anime le dimanche avec de la musique live. À la barre, le chef chevronné James Boyce conçoit un menu élégant de classiques raffinés, notamment des crevettes du sud et du gruau garnis d'œufs pochés, et un riche pain perdu brioché farci de fromage de chèvre fouetté de Belle Chevre à Huntsville, à proximité. Ajoutée au menu à titre d'expérience culinaire, cette garniture est sucrée avec de la vanille, du zeste d'orange et des épices, avec des baies mélangées fouettées à la fin. Une fois farcie, la tour à vapeur est garnie de sirop de café fabriqué à partir du mélange maison et réduit de cassonade et de cannelle pour lui donner la consistance et la douceur appropriées.

Bozeman, Montana : Café Cateye

Depuis plus d'une décennie, les Montanais se régalent de la cuisine Big Sky à la maison au café familial Cateye. Le menu du brunch propose tous les plus grands succès, ainsi que des brouillons, des hachis, des crêpes à la citrouille et aux pacanes et le steak Arthun Ranch, originaire de Wilsall, à seulement 60 km. La viande locale est grillée et servie avec deux œufs à votre goût, du pain grillé et le gâteau aux pommes de terre spécial de la maison Cateye.


C'est la recette la plus simple et la meilleure que vous trouverez en ligne. Il n'y a pas besoin de piquer la peau de porc, il n'y a pas de vinaigre dans la recette.

Il n'est pas non plus nécessaire de faire bouillir la poitrine de porc avant de la rôtir.

La recette demande des étapes simples et peu nombreuses. Veuillez vous référer à la vidéo intégrée sur cette page pour apprendre à fabriquer un siu yuk digne de Chinatown à la maison.

Le résultat final est un crépitement de porc très croustillant. La poitrine de porc est également juteuse, tendre, avec la graisse de porc fondante dans la bouche.

Le goût est un peu salé et aromatique. L'arôme provient de l'ail et de la poudre de cinq épices.


Jarrets de porc rôtis au four

Les jarrets de porc peuvent sembler un peu croustillants, osseux et peu attrayants, mais ils ont un super pouvoir secret : ils peuvent rendre n'importe quel type de soupe délicieux. Et rien contre les jarrets frais, mais les rôtir approfondit encore plus la saveur et ajoute un peu de piquant supplémentaire au mélange.

Si vous vous demandez ce qu'est un 'jarret', c'est la partie du cochon où le pied était attaché à la jambe. Techniquement, ce n'est pas une partie du jambon, mais ce n'est pas non plus tout à fait le pied, mais c'est la toute fin de l'os de la jambe. Tous les tendons, les os et les tendons sont les meilleurs pour ajouter de la saveur et des protéines cicatrisantes à un bouillon, car c'est là que se trouvent les bonnes choses.

Pour cette recette, vous aurez envie d'obtenir des jarrets crus (pas pré-fumés, car il ne sert à rien de les rôtir s'ils ont déjà été fumés). Si vous avez des jarrets très charnus, vous pouvez simplement les faire rôtir, manger la viande (ou l'utiliser dans une omelette ou un autre plat), puis jeter juste les os dans une soupe. S'il n'y a pas beaucoup de viande sur ces os, jetez le jarret entier rôti dans la marmite.

Ceux-ci (ou même juste la viande d'eux) seraient vraiment parfaits dans une soupe de chou-fleur rôti, une soupe de légumes d'hiver ou une soupe au jambon et à la citrouille (si vous faites les deux premiers, vous voudrez peut-être juste faire le bouillon pour la recette avec les jarrets de jambon, pour en tirer le maximum de saveur). Ou choisissez votre propre recette de soupe préférée et allez en ville !


Les restaurants de Koreatown à Los Angeles s'effondrent au milieu de la rumeur du coronavirus

Sur cette photo du jeudi 27 février 2020, un client mange un bol de soupe dans une aire de restauration déserte du quartier Koreatown de Los Angeles. Les craintes du coronavirus combinées à la vitesse et à la portée des médias sociaux peuvent rapidement paralyser les entreprises les plus saines. C'est ce qui est arrivé à plusieurs restaurants coréens à Los Angeles. Leur entreprise a été durement touchée par de fausses rumeurs diffusées sur les réseaux sociaux selon lesquelles une hôtesse de l'air de Korean Air atteinte d'un coronavirus y a dîné la semaine dernière. (Photo AP/Richard Vogel)

LOS ANGELES (AP) – Dans un restaurant de Koreatown connu pour sa soupe au bouillon d'os de bœuf, la foule de l'heure du déjeuner vendredi était la moitié de sa taille normale. La raison en était une rumeur virulente au sujet d'un client atteint du coronavirus.

Han Bat Shul Lung Tang était l'un des cinq restaurants qui ont perdu des clients après avoir été nommés dans des messages sur une application de messagerie coréenne qui a averti qu'un agent de bord de Korean Air atteint du virus y avait dîné lors d'une escale à Los Angeles il y a plus d'une semaine.

"Ce sont de fausses nouvelles", a déclaré le propriétaire John Kim, et il en avait la preuve. Son restaurant était alors fermé à cause d'une fuite d'eau, un fait confirmé par le ministère de la Santé publique.

La rumeur concernant l'hôtesse de l'air a été démentie vendredi matin par le consulat de la République de Corée à Los Angeles. Dans une déclaration publiée en coréen sur Facebook, le consulat général a déclaré que le préposé qui s'était rendu à Los Angeles les 19 et 20 février s'était rendu dans deux entreprises, mais aucune n'était à Koreatown. Plus tard dans la journée, les responsables de la santé publique ont déclaré que l'hôtesse de l'air n'était pas contagieuse lorsqu'elle se trouvait dans la ville.

La rumeur et l'impact sur les restaurants étaient un excellent exemple de la façon dont les craintes du virus combinées à la vitesse et à la portée des médias sociaux peuvent rapidement paralyser les entreprises les plus saines et focaliser la suspicion sur les communautés ethniques.

Le virus, qui a commencé en Chine, s'est propagé dans le monde entier et a fait des ravages ces derniers temps en Corée du Sud. Les législateurs et les défenseurs des communautés d'immigrants ont mis en garde contre la xénophobie et la discrimination visant les Américains d'origine asiatique.

Le membre de l'Assemblée d'État Kansen Chu, D-San Jose, a déclaré que les entreprises chinoises, en particulier, subissaient d'importantes pertes économiques en raison du racisme et de la peur.

Un groupe représentant les restaurants de Koreatown a déclaré que les affaires en général étaient en baisse d'environ 50% depuis que la rumeur s'est propagée sur l'application Kakao Talk lundi.

Un message circulant sur l'application fournissait des détails sur les vols sur lesquels travaillait l'agent de bord et répertoriait les restaurants qui auraient déclaré avoir visité avec le message: "Veuillez partager avec tout le monde pour éviter ces endroits ktown", en utilisant une abréviation pour Koreatown.

"Dans la communauté coréenne-américaine ici, cela s'est passé comme une traînée de poudre", a déclaré Alex Won vendredi alors qu'il mangeait un bol de soupe de poitrine de bœuf au Han Bat Shul Lung Tang. "C'est triste."

Won a déclaré avoir reçu le message d'amis et de membres de sa famille, mais ne l'a jamais vraiment cru car il n'a pas été rapporté dans les nouvelles. Il s'est arrêté au restaurant en début de semaine et l'a trouvé fermé à cause d'une fuite d'eau. Il était heureux de revenir pour un déjeuner tardif vendredi et a été surpris de découvrir qu'il était le seul à dîner.

"Je ne l'ai jamais vu aussi vide", a-t-il déclaré. "Il y a toujours des gens ici."

Les propriétaires d'autres restaurants nommés dans le message ont déclaré que l'entreprise était décédée presque instantanément.

À Honey Pig, un restaurant-barbecue coréen de 25 tables, seules six personnes étaient assises au cours d'une mauvaise journée de travail cette semaine, a déclaré le propriétaire Chin Kim.

Les clients avaient appelé pour savoir si les rumeurs étaient vraies, et certains ont posé des questions plus farfelues, a déclaré Kim. Une femme qui avait dîné au restaurant a récemment appelé pour demander s'il était prudent d'assister au prochain mariage de sa fille, a déclaré Kim.

Les propriétaires étaient frustrés de ne pas pouvoir obtenir plus d'informations des responsables de la santé publique. Les médias coréens ont rapporté jeudi que les Centers for Disease Control and Prevention de la Corée du Sud avaient confirmé qu'une hôtesse de l'air testée positive pour le virus s'était rendue à Los Angeles.

Le département de la santé publique du comté de Los Angeles a déclaré qu'il était au courant des informations concernant l'agent de bord, mais qu'il n'avait reçu aucune confirmation des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis jusqu'à vendredi soir. C'est à ce moment-là qu'il a été dit qu'elle n'avait développé de symptômes de la maladie connue sous le nom de COVID-19 qu'après avoir quitté LA, elle ne présentait donc aucun risque lorsqu'elle était en ville.

Avec une rumeur qu'ils ne pouvaient pas confirmer ou nier, certains restaurants n'ont pris aucun risque. Une vidéo a circulé sur les réseaux sociaux d'un travailleur vêtu d'une combinaison de type hazmat pulvérisant le sol de Hangari Kalguksu, une soupe aux nouilles.

L'enseigne à l'extérieur de Hanshin Pocha, un bar proposant des collations traditionnelles coréennes, se vante de "n'avoir jamais été fermée depuis 1998". Néanmoins, l'établissement a fermé ses portes mardi pour désinfecter le restaurant. Des bouteilles de désinfectant pour les mains étaient alignées sur un comptoir à côté d'eau en bouteille.

"C'est une mauvaise rumeur, mais les gens aiment les mauvaises rumeurs", a déclaré Jay Choi, manager de Hanshin Pocha.

Choi et d'autres ont parlé de la nécessité de trouver et de punir la personne qui a lancé la rumeur. Il a dit qu'il envisageait d'engager un avocat pour intenter une action en justice.

Dans les rues de Koreatown, certains piétons portaient des masques chirurgicaux. Mais ils n'étaient pas la norme.

Zhang Bin, un étudiant chinois, et son colocataire ont porté les masques pour se protéger depuis que le virus a éclaté.

"Je pense que même si l'hôtesse de l'air n'est pas venue dans les restaurants, nous devons toujours nous protéger du virus", a-t-il déclaré. « La vitesse et la propagation de la maladie sont si rapides. »

David Yim à Los Angeles et Jae Hong à Tokyo ont contribué à ce rapport.

Copyright 2021 The Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.


Yelp Washington, DC

J'organise une fête d'anniversaire sur le thème de la récession pour 25 à 30 personnes. Tout le monde a des idées sur les bons endroits accessibles en métro à Washington DC qui peuvent nous intégrer dans leur restaurant sans frais supplémentaires. Je veux que ce soit un rassemblement amusant et abordable pour mon ami. Certaines idées que j'ai lancées étaient un barbecue coréen ou un hibachi. c'est en quelque sorte interactif et intéressant, mais je doute qu'ils puissent réunir 25 personnes autour d'une table.

Pour être clair, pas sarcastique : vous voulez une soirée sur le thème de la récession dans un restaurant ? Cela semble juste contre-intuitif. Comme, pour moi, un dîner sur le thème de la récession serait de la soupe Campbells et des pommes de terre et tout ça.

Haha..eh bien, je voulais des fèves au lard dans une casserole en étain. mais ce n'est pas une fête de la Grande Dépression... je veux juste que ça reste abordable pour mes invités.

25 personnes sans supplément peut être difficile. Et je pense qu'une table sera particulièrement difficile à obtenir sans payer de frais ou de caution. Un endroit qui n'est pas toujours bondé serait probablement plus accommodant. Je ne connais pas TELLEMENT la scène culinaire de DC, mais pour moi, un endroit qui conviendrait à 25, sans frais et sans être très occupé nécessiterait quelque chose dans la banlieue de DC (qui pourrait toujours être accessible en métro).

Contrairement à ce train de pensée, cependant- Avez-vous pensé à Zaytinya? C'est la seule chose à laquelle je puisse penser qui peut être assez grande à Washington, assez sympa pour un anniversaire, assez bon marché pour la "récession" et peut-être accommodante si vous réservez longtemps à l'avance. Je veux dire, ils vous feront probablement payer une caution, mais je pense que la plupart des endroits assez agréables le feraient. L'environnement de Zaytinya est plutôt agréable, donc je ne suis pas sûr qu'il vibre avec un thème de récession. Je pensais définitivement aux lignes de soupe en conserve, de ramen et de pommes de terre de Bassey!

Pouvez-vous penser à un endroit qui a des sièges à l'extérieur? Parce qu'en Californie, ce sont généralement les endroits les plus faciles pour organiser de grandes fêtes sans trop de tracas. Ou des restaurants chinois. ils ne donnent généralement pas de F tant que vous payez à la fin du repas. Et ils ont certainement de GRANDES tables rondes.


Interactions avec les lecteurs

Commentaires

Salut! Faire ça pour Pâques. Une épaule de porc désossée de 2,81 lb conviendra-t-elle à cette recette? Et pouvez-vous s'il vous plaît aider avec le temps de cuisson et le liquide pour un pot insta de 8 pintes et pour la taille du porc ? Merci!

Oui, cela fonctionnera très bien. Vous pouvez ajouter 5 minutes de plus au temps de cuisson et 1 tasse d'eau. Réduisez le liquide en utilisant le mode Saute.

Je ne vais pas noter cette recette parce que je ne l'ai pas fait. Mon mari et moi sommes nés et avons grandi à Hawaï et vous n'avez vraiment pas besoin de tout ça pour faire du très bon porc Kalua. Tout ce dont vous avez besoin est de la fumée liquide et beaucoup de sel hawaïen. C'est tout ! Le sucre, la sauce soja et l'eau ne sont pas nécessaires. Nous aimons plutôt préparer le nôtre dans une mijoteuse, ce qui le rend absolument incroyable et vaut la peine d'attendre. Je suis sûr que celui-ci est également délicieux, mais la façon dont mon mari et moi préparons le nôtre nous rappelle la maison sans tous ces trucs supplémentaires. :)

Bonjour Stacey, merci pour votre commentaire. Bon à savoir sur ce plat d'un hawaïen local. :)

Je suppose que nous cuisinons le porc sur le petit plateau en métal pour qu'il ne repose pas dans l'eau, n'est-ce pas ?

Aurais-je besoin d'ajouter plus d'eau à la recette pour un pot de 8 pintes ? Merci!

Oui, vous pouvez ajouter 1/2 tasse d'eau en plus et la réduire avec le mode sauté après la cuisson sous pression.

J'ai adoré cette recette, utilisé une épaule de porc coupée en petits morceaux, cuite pendant 60 minutes, le nombre de NPR était de 1 h 15 (parce que j'étais dans un appt et que je le gardais au chaud) et c'était merveilleux! C'est définitivement un gardien ! Merci d'avoir partagé!

J'ai oublié d'ajouter que j'ai un peu hésité à doubler le liquide Smoke ?

Lol, j'adore ce truc, ça rend le porc hawaïen Kalua tellement meilleur. :)

C'était Amazeballs ! Comme c'était Cinco De Mayo, j'ai demandé à mon mari de ramasser des tortillas de maïs frais, des frites et de la salsa de notre marché mexicain de quartier. Il a ramassé un 4.3lb. Porc coupé en pique-nique. J'ai passé au micro-ondes 6 tranches de bacon coupé en boucherie. J'ai ajouté le jus de cuisson dans la casserole avec l'huile demandée et j'ai fait dorer le rôti de tous les côtés. J'ai augmenté les ingrédients en raison de la taille de la viande. J'ai ajouté 1 3/4 tasse d'eau (puisque plus la viande est grosse, cela signifie plus de jus), 4 cuillères à soupe de sauce soja hawaïenne et 4 cuillères à soupe de cassonade dans la casserole. La viande a été ajoutée à la casserole, saupoudrée de 3/4 c. à thé de sel par livre (1 c. à soupe) et de bacon drapé sur le dessus. J'ai décidé de cuisiner pendant 1h30. Depuis que j'ai récemment préparé des sandwichs French Dip à partir de Julieseatsandtreats.com avec des résultats qui changent la vie. Le temps de cuisson supplémentaire garantit que le tissu conjonctif de la viande fond. Cette recette offre de tendres lambeaux de viande sans aucune pâte. C'était merveilleux sur des tortillas fraîches avec un peu d'oignon et du fromage Cotija râpé. Servi avec riz mexicain, chips et salsa. Prévoyez d'utiliser cette recette à nouveau cette semaine pour servir aux éliminatoires de crosse du lycée de mon fils. Merci de partager une autre belle recette!

Merci Tiff d'avoir essayé cette recette ! :)

Les carnitas mexicaines et le porc Kalua sont tous deux fabriqués à partir des rôtis d'épaule de la même manière et finissent par être tirés, mais ont des assaisonnements différents. Mieux vaut servir Carnitas avec les accompagnements ci-dessus. :)

Je cuisine ça aujourd'hui, c'est très bon.
1) je mets du vrai bacon
2) utilisez du sel de mer d'Hawaï, très savoureux,
Merci


Voir la vidéo: Bonding with Teacher Friends of TJMS @ Honey Pig Korean Barbecue (Octobre 2021).