Autre

Nous devenons une nation de food hall


Manger sain doit toujours être délicieux.

Inscrivez-vous à notre newsletter quotidienne pour plus d'articles intéressants et de recettes saines et savoureuses.

Alors que le commerce culinaire est en plein essor, les halles alimentaires surgissent comme des champignons gastronomiques d'un océan à l'autre. Plus sélectivement organisés que les marchés de producteurs en plein air, ces marchés intérieurs abritent tout, des bouchers locaux aux restaurants décontractés. Contrairement à l'archétype Eataly centré sur l'Italie, la plupart des nouvelles salles ne sont pas liées par un thème. Le marché Melrose à Seattle et le marché St. Roch à la Nouvelle-Orléans offrent un large éventail de vendeurs – de jeunes chefs cuisiniers ainsi que des visages établis dans la communauté alimentaire. Le copropriétaire de St. Roch, Will Donaldson, a déclaré que son marché comptait "environ 13 personnes, toutes avec quelque chose à dire". Le hall leur permet un espace pour le dire tout en établissant un lien plus intime avec les clients. Ainsi, l'objectif principal de ces marchés est de partager des saveurs et des moments. "C'est un endroit où les gens peuvent entrer et passer des heures à rencontrer des amis, à rassembler des tables et à goûter à des plats", a déclaré Donaldson. "C'est une expérience partagée."

Continue de lire:


Elle est à la mairie depuis six mois. Maintenant, Nithya Raman fait l'objet d'un rappel

Les électeurs du sud de la Californie ont lancé une nouvelle offre pour révoquer un politicien avant le cycle électoral régulier – cette fois ciblant une conseillère municipale de Los Angeles qui n'est en poste que depuis six mois.

CD4 pour CD4, un comité de campagne formé le mois dernier, a remis mercredi à la conseillère municipale Nithya Raman un avis de rappel devant son domicile de Silver Lake. Sur son site Web et ailleurs, le comité a fait valoir que le bureau de Raman est inexpérimenté, insensible et trop politiquement radical pour que ses électeurs puissent endurer un mandat complet de quatre ans.

Raman, 39 ans, n'a pas répondu à chacune des réclamations du groupe. Mais dans un communiqué, la conseillère municipale a déclaré qu'elle se concentrait sur son « large programme progressiste » – aider les locataires, les petites entreprises et les personnes sans domicile, entre autres.

« J'aime les gens et les quartiers de ce quartier. C'est pourquoi j'ai couru pour le représenter », a-t-elle déclaré. "J'invite les organisateurs de ce rappel à travailler avec moi pour en faire un endroit encore meilleur pour vivre, travailler et élever nos enfants."

L'incident de Griffith Park est devenu une autre source de conflit sur la gestion par la ville de ses zones de loisirs pendant une énorme crise des sans-abri.

En supposant que ses papiers soient en règle, CD4 pour CD4 aurait besoin de recueillir plus de 27 000 signatures valides entre juillet et début novembre pour obtenir un rappel sur le bulletin de vote dans le 4e district du conseil de Raman, qui s'étend de Hancock Park au nord jusqu'à Sherman Oaks et à l'est jusqu'à Lac d'Argent.

Raman a battu le conseiller municipal David Ryu par une marge confortable en novembre, devenant le premier candidat au conseil municipal à l'hôtel de ville à évincer un titulaire en 17 ans. Elle est loin d'être la seule politicienne californienne à avoir fait l'objet d'une menace de rappel.

Le gouverneur Gavin Newsom devrait déjà affronter les électeurs lors d'une élection de rappel cette année, tandis que les ennemis du comté de L.A. Dist. Atty. George Gascón a commencé à recueillir des signatures pour sa propre offre de rappel à l'échelle du comté. Les critiques du conseiller municipal Mike Bonin préparent des plans pour un effort de rappel – un effort qui pourrait entrer en ligne de compte dans le calendrier électoral de l'année prochaine s'il n'est pas lancé bientôt.

Une pétition appelant au rappel de Los Angeles D.A. George Gascon est en route. Mais l'effort se heurte à d'importants obstacles financiers et politiques.

Raman a remporté son siège l'année dernière avec le soutien de certains groupes politiques de gauche influents, dont la section de Los Angeles des Democratic Socialists of America. Les partisans du rappel ont souligné la relation de travail de Raman avec cette organisation, qui favorise l'abolition des services de police et des prisons, affirmant que c'est un signe que la conseillère municipale a un "agenda radical d'extrême gauche".

Allison Cohen, la principale partisane du rappel du comité, a critiqué Raman pour l'approche de son bureau en matière de sans-abrisme et pour avoir soutenu un plan visant à réduire les effectifs du service de police de Los Angeles de 250 agents. Elle a également remis en question la décision de Raman de se rendre à Echo Park Lake en mars, lorsque des dizaines de militants ont protesté contre le projet de suppression d'un campement de sans-abri avec près de 200 tentes.

« Les e-mails ne sont pas retournés. Les appels ne sont pas retournés. Les gens ont essayé sans succès d'obtenir des réunions avec elle », a déclaré Cohen. « Pourtant, elle se présente à Echo Park dans le cadre de cette situation de protestation. Ce n'est même pas son quartier.

Cohen, rédacteur en chef et éditeur du Los Feliz Ledger, a déclaré que les résidents étaient également contrariés par le fait que Raman se soit prononcé contre une proposition du service de planification concernant les limites de hauteur sur les tronçons de Sunset Boulevard à Hollywood et de Hillhurst Avenue à Los Feliz.

Jesse Zwick, un porte-parole de Raman, a fait valoir ces derniers mois que la position de la conseillère municipale stimulerait la construction de logements plus abordables. Raman, pour sa part, a déclaré que son bureau avait aidé des dizaines de campements de sans-abri qui avaient été « longtemps négligés » et s'était efforcé de rétablir le financement du parc.

« Nous avons travaillé avec les électeurs de chaque quartier du 4e arrondissement pour répondre efficacement à leurs préoccupations », a-t-elle déclaré.

Les nouveaux membres du conseil municipal de Los Angeles, Nithya Raman et Mark Ridley-Thomas, ont prêté serment mardi et le président du conseil municipal Nury Martinez a été réélu.

Selon les règles de la ville, Raman a 21 jours pour répondre à l'avis de rappel, si elle le souhaite. La période de 120 jours pour recueillir les signatures commencerait le 7 juillet – tant que la ville aura approuvé le formulaire de pétition, a déclaré Jinny Pak, qui gère la division électorale du greffier de la ville.

Pour se qualifier pour le scrutin, les partisans du rappel devront recueillir les signatures valides de 15 % des électeurs inscrits dans le district de Raman.

S'ils réussissent dans cet effort, le chapitre de L.A. des Democratic Socialists of America s'avancera probablement pour aider la conseillère municipale. Erin O'Neal-Robinson, coprésidente du comité de politique électorale de ce groupe, a qualifié les partisans de l'effort de rappel d'« extrémistes de droite qui font une crise de colère » et a déclaré que les électeurs avaient clairement indiqué l'année dernière qu'ils voulaient Raman.

« C'est l'une de nos candidates. Nous allons la soutenir comme nous le pouvons », a-t-elle déclaré. "Mais le temps nous dira quelle forme cela prendra."

Recevez les dernières nouvelles, les enquêtes, les analyses et plus de journalisme de signature du Los Angeles Times dans votre boîte de réception.

Vous pouvez occasionnellement recevoir du contenu promotionnel du Los Angeles Times.


Les enfants du maïs

Carly Koemptgen

Le maïs est, à mon avis, l'un des "tueurs silencieux" de notre nation. Alors qu'un épi de maïs grillé de temps en temps pendant l'été est délicieux, beaucoup de gens ne savent pas que presque tout ce qui est transformé dans notre alimentation contient au moins des traces de sirop de maïs à haute teneur en fructose, n'importe qui? Et une grande partie est également transformée en aliments pour les poulets, les vaches et essentiellement les animaux d'élevage industriel que notre société mange.

Cette déclaration d'un article sur les subventions alimentaires du gouvernement m'a aidé à mettre les choses en perspective,

"Bien sûr, ils ne cultivent pas tout ce maïs parce que les Américains ne peuvent pas avoir assez de maïs en épis… matière qui peut être transformée en "food." Vous ne pourriez pas manger la plupart du maïs OGM qui est cultivé dans ce pays à moins qu'il ne soit transformé à l'usine en quelque chose qui a meilleur goût.»

Nous savons tous que la motivation derrière presque tout aux États-Unis, et dans le monde si nous sommes honnêtes, c'est l'argent. Les agriculteurs cultivent ce qui leur apportera le plus de revenus et ce seront ces aliments subventionnés.


Starbucks

Shutterstock

Cela ne devrait pas surprendre, surtout si vous conduisez dans une ville ou une banlieue les yeux ouverts. Les emplacements de Starbucks définissent presque le terme « omniprésent » car ils comptent plus de 15 000 unités au total aux États-Unis, selon QSR. La chaîne de café a continué de croître en 2019, avec l'ajout de plus de 200 nouveaux emplacements par rapport à l'année précédente. (Connexe : 30 secrets que les employés de Starbucks souhaitent que vous sachiez


Le Cowboys Dancehall de San Antonio devient un nouveau propriétaire après une vente aux enchères de forclusion

Le Cowboys Dancehall a été vendu mardi lors d'une vente aux enchères pour 6,5 millions de dollars. Une entité affiliée à Heiser Development, basée à Austin.

Les nouveaux opérateurs de Cowboys Dancehall s'attendent à réserver davantage de groupes mexicains.

Le propriétaire de Cowboys Dancehall a demandé la protection de la loi sur la faillite en août après que son principal prêteur a tenté de saisir. La propriété a été vendue lors d'une vente aux enchères de forclusion mardi.

San Antonio&rsquos Cowboys Dancehall a été discrètement vendu lors d'une vente aux enchères de forclusion cette semaine après l'échec des accords de vente du populaire honky-tonk devant le tribunal des faillites.

Une entité affiliée à Heiser Development Corp., basée à Austin, qui allait acheter la salle de danse devant le tribunal de la faillite, a quand même fini par en devenir propriétaire et mdash pour un prix nettement inférieur.

Heiser a acquis le site de Northeast Side pour 6,5 millions de dollars, selon Roddy&rsquos Foreclosure Listing Service, basé à Addison. Il suit les ventes de forclusion dans le comté de Bexar.

En février, l'entité Heiser avait initialement prévu d'acheter la propriété pour au moins 8,75 millions de dollars et peut-être jusqu'à 9,75 millions de dollars lors d'une vente supervisée par le tribunal des faillites. L'accord a été résilié deux semaines plus tard, mais les parties ont conclu un nouvel accord pour 7,6 millions de dollars.

Heiser, cependant, a mis fin à ce contrat lundi. C'était la date limite imposée par le tribunal pour que Cowboys Far West, le propriétaire en faillite de la salle de danse, trouve un acheteur. Le prêteur principal Crossroads 2004, qui devait plus de 5,5 millions de dollars, avait le pouvoir de saisir le tribunal mardi si la propriété était vendue d'ici là.

Heiser a parié qu'il pourrait acheter la propriété moins cher lors de la vente aux enchères de forclusion, a déclaré le responsable de Heiser, Bradfield Heiser.

&ldquoCela a payé,», a-t-il déclaré. &ldquoÇa a marché. C'est quelque chose que seul un family office peut faire. Ce ne serait pas une pièce institutionnelle. Ils ont besoin de certitude. C'est quelque chose que nous avons fait, et ce sont tous les particuliers qui nous ont soutenus.

"J'avais le plus de risques encourus parce que j'avais 150 000 $ en frais juridiques si nous ne l'achetions pas", a-t-il déclaré.

L'entité Heiser et PrinsBank, qui devaient plus de 2,3 millions de dollars, étaient les seuls enchérisseurs à l'enchère, a déclaré Heiser.

&ldquoSur les marches du palais de justice, c'était nous et eux,» Heiser. &ldquoS'ils devaient enchérir une fois de plus, cela aurait été leur accord.&rdquo

Heisers envisage la propriété au 3030 N.E. Loop 410 comme site pour un développement à usage mixte avec un hôtel, des appartements et un immeuble de bureaux &mdash mais pas pour les années à venir.

"Pour nous, c'est un terrain couvert à long terme", a déclaré Heiser. L'entité Heiser a conclu un bail de 15 ans avec les nouveaux exploitants de la salle de danse, mais finira par passer à une utilisation plus élevée de la propriété à un moment donné.

« Nous avons conclu un contrat de location assez lucratif qui nous permettra de générer un assez bon rendement sur notre investissement une fois que Cowboys sera opérationnel », a déclaré Heiser. &ldquoNous&rsquo investissons de l'argent dans l'espace parce que nous considérons cela comme l'utilisation la plus élevée et la meilleure pour le moment.&rdquo

Cowboys Far West, basé à Arlington, a déposé une demande de mise en faillite en août pour empêcher le prêteur de l'Oklahoma Crossroads 2004 de saisir. C'était la deuxième fois en un peu plus de deux ans que le partenariat demandait le chapitre 11 pour empêcher un prêteur de saisir.

L'entité Heiser a conclu un nouveau bail avec San Antonio Country Entertainment, dirigé par Michael Murphy. Il a été président de Cowboys Far West.

Murphy a déclaré que sa société supprimerait l'arène de rodéo du site, qui fonctionnait environ une fois par trimestre, et la remplacerait par un club similaire à son club Cowboys Red River à Dallas.

"Nous y sommes depuis 22 ans et c'est très réussi", a-t-il déclaré.

Le nouveau club de danse sur le site de San Antonio mettra en vedette des groupes live quatre ou cinq soirs par semaine, a déclaré Murphy. Le club peut accueillir jusqu'à 2 000 personnes. Un amphithéâtre, qui peut accueillir environ 4 000 personnes, continuera de fonctionner, principalement le week-end.

"Nous ne produisions pas suffisamment de revenus avec l'arène de rodéo", a déclaré Murphy. &ldquoNous&rsquor transformons cela en un producteur de revenus. Il est difficile pour un club de cette taille de fermer la moitié.

Murphy a déclaré qu'il s'attend à réserver plus de groupes mexicains dans l'amphithéâtre.

Murphy a attribué certains des problèmes financiers du dancehall à des problèmes avec d'anciens partenaires, mais a refusé de donner des détails.

Cowboys Dancehall est situé sur 16,6 acres, bien que le ministère des Transports du Texas condamne environ 2,7 acres pour les améliorations proposées à l'Interstate 35, a déclaré Heiser.

En cas de défaillance du nouveau dancing, Heiser a déclaré qu'il avait déterminé qu'il ne pouvait pas transporter la propriété au prix du contrat initial pendant quatre ans en attendant la fin des travaux sur la I-35. Cela a été pris en compte dans sa décision de confisquer la propriété.

"Nous avons payé un peu plus que ce que nous aurions payé juste pour la saleté", a déclaré Heiser. &ldquoDans l'intervalle, nous allons attendre que la croissance d'Austin Highway arrive à cette intersection.

&ldquoAvec l'aménagement du carrefour routier, je pense que cela va ajouter beaucoup de valeur &hellip au site&rdquo, a-t-il ajouté.


S.F. L'hôtel de ville rouvre au public avec les festivités de la fierté et les mariages

Madelyn Peterson (à gauche) et Indira Carmona Munoz partagent leur premier baiser après avoir été mariées par le maire de San Francisco, London Breed, lors des toutes premières cérémonies de mariage en salle à l'hôtel de ville depuis le début de la pandémie. Le service a suivi une célébration de lancement du mois de la fierté à l'hôtel de ville de San Francisco.

Jessica Christian / La Chronique Voir plus Voir moins

Mike Wong, chef d'orchestre du San Francisco Lesiban/Gay Freedom Band, danse au rythme de la musique lors d'une célébration du lancement du mois de la fierté à l'extérieur de l'hôtel de ville de San Francisco.

Jessica Christian/The Chronicle Voir plus Voir moins

Le maire de Londres Breed présente les Grands maréchaux de San Francisco Pride Melonie Green (à gauche) et Melorra Green avec des certificats d'honneur officiels lors d'une célébration de lancement du mois de la fierté à l'extérieur de l'hôtel de ville de San Francisco.

Jessica Christian/The Chronicle Voir plus Voir moins

Stephan Ferris (à gauche) et Sean Alexander de San Francisco s'embrassent en écoutant divers orateurs lors d'une célébration de lancement du mois de la fierté à l'extérieur de l'hôtel de ville de San Francisco.

Jessica Christian/The Chronicle Voir plus Voir moins

Le perron de l'hôtel de ville de San Francisco était plein lundi, avec des politiciens et une fanfare, tous là pour marquer le début du mois des fiertés, quelques jours en retard, avec une cérémonie de lever de drapeau. C'était un tarif standard : le Lesbian and Gay Freedom Band &mdash the city&rsquos, le groupe officiel de la ville, a chanté les classiques, comme &ldquoDancing Queen&rdquo d'Abba, tandis que quelqu'un dans la foule distribuait des mini drapeaux de la fierté et que des politiciens faisaient des discours.

Mais cela a également marqué un tournant et mdash San Francisco City Hall a finalement été ouvert au public pour la première fois depuis que des ordonnances d'abri sur place ont été émises en mars 2020. Après plus d'un an passé à la maison et sur Zoom, un groupe avait réunis dans la joie en regardant beaucoup vers l'avenir tout en reconnaissant le passé.

&ldquoNous&rsquo réouverture,&rdquo a déclaré Clair Farley, le directeur du City&rsquos Office of Transgender Initiatives, à la foule. &ldquoNous&rsquo nous réunissons toujours pour célébrer la fierté.&rdquo

Lorsque le maire de London Breed est monté sur le podium, derrière elle se trouvaient des dizaines de responsables de la ville queer, qui, selon elle, avaient tous aidé la ville à surmonter la pandémie. Elle a remercié Grant Colfax, un homosexuel et directeur de la santé de la ville, en particulier. Elle a mentionné le taux de vaccination élevé de la ville et le plus élevé du pays. Et puis elle a lié ce travail à une autre pandémie.

« Ce que nous avons fait ici avait tout à voir avec les défis auxquels nous avons été confrontés dans les années 80 », a-t-elle déclaré, une référence directe à la pandémie de VIH/sida qui a façonné plusieurs des responsables de la santé de la ville (et de la nation).

À gauche : le maire de San Francisco, London Breed, chante avec le groupe avant de lever le drapeau arc-en-ciel de la fierté lors d'une célébration du lancement du mois de la fierté à l'extérieur de l'hôtel de ville de San Francisco.

Jessica Christian/La Chronique

La pandémie n'est pas terminée, mais la ville, a assuré Breed à la foule, serait complètement ouverte le 15 juin, à temps pour les célébrations de la fierté. Ils ont applaudi, puis elle a applaudi, puis a rappelé à tout le monde que, lors des grands événements, il pourrait être judicieux de &ldquosip et de masquer, de siroter et de masquer.&rdquo

Le conseil d'administration de la fierté prévoit une célébration à plus petite échelle cette année, mais Fred Lopez, le directeur exécutif, a déclaré que son " cœur était toujours rempli d'espoir " et l'année prochaine, il a promis, " nous serons de retour sur Market Street par dizaines de milliers " crier, étreindre, rire et aimer.»

Il y a eu beaucoup plus de discours, certains ont mentionné de nouvelles initiatives de la ville et des logements pour les personnes âgées LGBTQ vieillissantes, un programme pilote pour donner aux transgenres de San Franciscains des revenus mensuels garantis et un musée pour honorer l'histoire queer de la ville et mdash, mais la plupart du temps, ils avaient le même message : une communauté de survivants avait encore une fois survécu.

Breed a pris le micro à la fin pour officialiser le tout : &ldquoJe déclare tout le mois de juin SF Pride Month.&rdquo Des drapeaux arc-en-ciel flottaient au-dessus de la foule.


IHOP a racheté Applebee's pour 2,1 milliards de dollars

Applebee's a une longue histoire d'acquisition et de vente. Ils ne sont pas étrangers à l'achat d'autres chaînes - la société a, au fil du temps, possédé de plus petites chaînes (comme Rio Bravo Cantina), vendu ces petites chaînes (Rio Bravo a été vendue à Chevy's en 1999) et a été vendue elle-même.

Mais la plus grosse vente de l'histoire de la société a eu lieu en 2007, lorsqu'elle a été achetée par IHOP Corp. pour 2,1 milliards de dollars. Ensemble, les deux restaurants sont devenus la plus grande entreprise de restauration à service complet au monde. Après la vente, IHOP Corp. a changé son nom pour DineEquity, Inc., qui est aujourd'hui connu sous le nom de Dine Brands Global, Inc.

Aujourd'hui, Dine Brands Global, Inc. exploite plus de 3 700 restaurants dans 18 pays et supervise le franchisage des deux chaînes de restaurants.

L'acquisition d'Applebee's par IHOP est considérée comme l'une des plus grosses ventes de restaurants des 20 dernières années. Bien que les deux chaînes aient été confrontées à des difficultés récentes, il semble que celle d'Applebee soit au moins en train de remonter. En 2017, Dine Brands Global a annoncé qu'elle fermerait 100 magasins Applebee's et 20 sites IHOP ou plus, et a noté que les ventes avaient chuté dans les deux chaînes. Cependant, les ventes chez Applebee's ont augmenté de 5,5% en 2018, après que leur société mère a eu un nouveau PDG et qu'ils ont ajusté des éléments de leur menu et de leurs pratiques d'emploi.


Astuces culinaires, recettes et traditions Les Alaskiens ont besoin de cette semaine de Thanksgiving

/>La tarte à la citrouille classique est assez bonne, mais c'est aussi un dessert qui se prête à l'expérimentation. Essayez de remplacer le lait de coco par du lait évaporé ou d'ajouter de nouvelles saveurs comme le thé chai. (Photo de Shannon Kuhn)

La tarte à la citrouille classique est plutôt bonne, mais c'est aussi un dessert qui se prête à l'expérimentation. Essayez de remplacer le lait de coco par du lait évaporé ou d'ajouter de nouvelles saveurs comme le thé chai. (Photo de Shannon Kuhn)

Centré comme il est sur l'objectif de partager un repas copieux, Thanksgiving est une fête qui est essentiellement faite pour les gourmets. Quel meilleur moment pour fléchir les muscles culinaires et aller au-delà du tarif standard en semaine ? Alors que les aliments de base du repas de Thanksgiving semblent universels - dinde, pommes de terre, tarte - la façon dont ces éléments se retrouvent sur la table est sujette à des variations infinies.

Dans cet esprit, nous avons demandé à certains rédacteurs culinaires de l'Alaska leurs stratégies pour Thanksgiving : au-delà de sortir la dinde du congélateur assez tôt pour la décongeler, vers quels conseils, astuces et recettes se tournent-ils ?

Il y a un peu de tout, des traditions les plus exigeantes à l'innovation qui fait gagner du temps - et de la morue noire fumée aux tartes à la confiture de groseilles rouges. Peut-être qu'une ou deux idées feront leur chemin jusqu'à votre table de Thanksgiving.

Une histoire de deux dindes

Si la télévision nous a appris quelque chose, c'est que la cuisson de votre première dinde de Thanksgiving entraînera l'un des événements suivants : un combat hilarant contre la trichinose, obligeant vos invités à passer les vacances aux urgences une cuisine enfumée d'où émerge un , oiseau de la taille d'un pigeon qui pesait autrefois 21 livres la disparition d'un héritage familial à l'intérieur de la cavité de la dinde ou - et statistiquement c'est le plus probable - une dinde crue collée sur votre tête.

Il y a des années, lors de mon premier Thanksgiving, j'étais déterminé à ne pas devenir une statistique. Je me suis donc tourné vers la femme la moins hilarante de la télévision : Martha Stewart. Elle ne m'a pas laissé tomber.

Ma première dinde était brun doré, à la peau croustillante et luisante. C'était digne d'une couverture du Saturday Evening Post de Norman Rockwell et j'en étais, et j'en reste, extrêmement fier. (Pour trouver la recette, recherchez « Perfect Roast Turkey 101 » sur marthastewart.com.)

La technique est simple. Faire fondre une quantité substantielle de beurre avec une quantité substantielle de vin blanc sec. Trempez un carré d'étamine dans ce mélange de vice, laissez-le tremper, puis drapez la couverture beurrée et arrosée sur la dinde comme si vous la rentriez. Placez la dinde dans un four très chaud (450 degrés) jusqu'à ce que la peau brunisse et l'étamine ressemble à un morceau de pain grillé brûlé. (J'ai une théorie selon laquelle la recette est si réussie parce que l'étamine brunit à un rythme alarmant. Le garder humide semblera plus un acte de prévention des incendies que de technique culinaire. En d'autres termes, vous n'oublierez pas d'arroser.) Vous abaissez ensuite la température et faites rôtir lentement la dinde jusqu'à ce qu'elle soit bien cuite. Retirer soigneusement l'étamine carbonisée pour révéler la peau laquée couleur caramel est l'une des choses les plus satisfaisantes que vous ferez toute l'année.

Ces dernières années, ma famille a célébré Thanksgiving avec nos voisins Sue et Dave, qui sont tous deux des cuisiniers audacieux avec un goût prononcé pour les épices. Ils ont introduit une tradition de dinde qui, au départ, n'a que très peu de sens sur papier. C'est bouilli. A la façon des écrevisses.

Une dinde entière est jetée dans une casserole profonde avec de l'ail, des oignons, des pommes de terre nouvelles, des épis de maïs et beaucoup, beaucoup d'épices pour faire bouillir les fruits de mer. C'est une bouillie de crabe sans le crabe. C'est comme si une dinde se présentait à la mauvaise fête mais décidait d'essayer de s'intégrer quand même. Une fois que l'oiseau est cuit (et il cuit très rapidement), la viande est retirée des os et servie sur un plateau. Dans notre cas, il est servi à l'apéritif en attendant que l'oiseau le plus tatillon ait fini de se préparer.

C'est la dinde anti-Martha Stewart. L'Oscar à Felix de ma dinde. C'est désordonné. C'est juteux. C'est épicé. C'est simple dans l'assiette. Les gens le ramassent avec des fourchettes ou parfois avec leurs doigts. Et c'est absolument la chose que j'attends le plus avec impatience lorsque nous commençons à planifier notre célébration.

Mara Severin vit à Anchorage et écrit une chronique sur les repas toutes les deux semaines pour Alaska Dispatch News. Pour trouver une recette de dinde de Thanksgiving aux écrevisses, rendez-vous sur nola.com.

/>Pour une touche d'accompagnement vivace de Thanksgiving - les patates douces - essayez de les associer à un glaçage au cidre de pomme bourbon brillant. (Maya Wilson / Alaska de Scratch)

Patates douces, classiques et adultes

En discutant du potentiel d'un repas de Thanksgiving simple et intime à la maison cette année avec seulement quelques plats incontournables, mon partenaire et moi avons échangé des idées. Il y aurait un oiseau et de la farce, avons-nous décidé. Il y aurait certainement du chutney aux canneberges, dit-elle. Et de la purée de pommes de terre, conclut-elle avec insistance.

Puis elle s'est arrêtée là. Je me tenais là, bouche bée, attendant avec des yeux interrogateurs. "Quoi?" elle a demandé : « Ai-je oublié quelque chose ? » Patates douces. Pour moi, un menu de Thanksgiving n'est pas complet sans eux.

Bien que je les ai faites chaque année sans faute, je n'ai jamais été du genre à emprunter la route des casseroles garnies de guimauves en ce qui concerne les patates douces. J'aime mélanger un peu, faire quelque chose de différent et quelque peu inattendu avec ce classique de Thanksgiving. Pensez à préparer des patates douces cuites deux fois au four avec des miettes de bacon croustillant, des oignons verts et du cheddar fort. Faites-les cuire dans une tarte veloutée de patates douces à l'érable à la place de la citrouille traditionnelle. Ou, pour une version adulte et arrosée d'ignames confites, essayez de les caraméliser dans un glaçage brillant au cidre de pomme bourbon.

Maya Wilson est une écrivaine et blogueuse culinaire à Kenai. En savoir plus sur alaskafromscratch.com.

Sacrilège de la farce

La farce est un aliment de base bien-aimé de Thanksgiving, mais elle peut ralentir le temps de cuisson de la dinde et éventuellement conduire à la salmonelle. Le célèbre chef Alton Brown suggère de ne pas farcir l'oiseau du tout. Certains peuvent appeler cela un sacrilège. Si vous êtes un passionné de farce, n'ayez crainte !

Une excellente façon de garder ce plat d'accompagnement au menu sans le faire cuire à l'intérieur de la dinde est d'utiliser une mijoteuse. Une mijoteuse retient l'humidité, un peu comme l'intérieur d'une dinde, de sorte que votre farce (ou vinaigrette, si nous sommes techniques) aura toujours la même consistance moelleuse et humide. Et puisque vous éliminez les jus de dinde crus qui s'infiltrent dans la farce, cela élimine une partie du risque de contracter une maladie d'origine alimentaire. L'utilisation d'une mijoteuse libère également de l'espace précieux après la dinde.

Dans cette méthode, vous préparez votre farce comme d'habitude et la faites cuire à feu doux dans une mijoteuse pendant environ quatre heures. Gardez-le à basse température jusqu'à ce que vous soyez prêt à servir. Si la farce commence à se dessécher, ajoutez un quart de tasse de bouillon de poulet.

Natasha Price écrit sur la nourriture et l'artisanat de sa maison à Anchorage. Lisez son guide étape par étape pour Thanksgiving sur alaskaknitnat.com.

/>Sauce aux canneberges infusée au thé Earl Grey. (Photo de Kim Sunée)

Apportez vos souvenirs (et Tupperware)

Thanksgiving est ma fête gastronomique préférée et, pendant des semaines à l'avance, j'utilise mon application Evernote pour répertorier les nouvelles recettes que je veux essayer et pour garder également un menu courant des vieux mais des goodies. Cela comprend la vinaigrette épicée aux huîtres de mon grand-père, la dinde rôtie et la sauce de ma belle-mère épaissie avec des œufs durs hachés, une casserole de haricots verts frais et toutes sortes de bonbons faits maison.

Il y a aussi la question de l'omniprésente sauce aux canneberges. Il semble que beaucoup préfèrent la gelée dès la sortie de la boîte avec les crêtes visibles intactes. Certes, j'en ai un goût nostalgique et je trouve toujours de la place pour le tube marron sur la table de Thanksgiving. Mais les canneberges fraîches, qui commencent à apparaître en septembre et continuent de nous honorer de leur saveur acidulée et lumineuse jusqu'en décembre, sont l'un des héros méconnus du repas de Thanksgiving. Qu'elles soient sucrées ou salées, elles équilibrent la richesse des farces et des sauces et des desserts sucrés.

Habituellement, je commence par faire un gros lot de canneberges à la fleur d'oranger et enrobées de sucre. Elles durent quelques semaines au réfrigérateur et sont parfaites pour garnir les gâteaux et les tartes et pour les cocktails. Mais pour accompagner la gelée en conserve traditionnelle, j'adore préparer une sauce aux canneberges infusée au thé qui combine de l'orange fraîche et des épices entières. Je fais un supplément à envoyer à la maison avec des invités lorsque j'emballe des restes.

En parlant de restes, les clients me demandent toujours ce qu'ils peuvent apporter/faire. Voici quelques conseils qui pourraient vous être utiles :

– Les contenants pour emporter les restes à la maison sont toujours les bienvenus. Il me semble avoir plus de nourriture à donner que des contenants pour tout contenir.

– Si l'hôte le permet, apportez un plat qui compte pour vous. Même si je prends beaucoup de plaisir à orchestrer le repas, Thanksgiving est l'une des fêtes les plus chargées de mémoire en matière de nourriture. Je demande toujours aux invités s'il y a un plat particulier qui rend Thanksgiving spécial, et presque toujours la réponse est un fervent oui ! Cela comprend tout, des peluches de guimauve Jell-O aux canneberges en conserve susmentionnées, en passant par la purée de pommes de terre, la crème de maïs et la tarte aux pacanes. Remarque : Si vous apportez un plat qui nécessite du temps de cuisson, informez-en les hôtes à l'avance afin qu'ils puissent se préparer en conséquence.

– BYOB : j'ai une variété de boissons non alcoolisées et alcoolisées disponibles lorsque j'héberge, mais une bouteille supplémentaire est toujours utile - du champagne froid, un pinot noir solide ou quelques bouteilles supplémentaires d'eau pétillante ou de cidre. Si votre hôte ne l'ouvre pas pendant le repas, il vous en sera reconnaissant plus tard.

– Si vous souhaitez apporter un cadeau, essayez une huile d'olive ou une épice préférée, une bouteille de porto ou autre digestif quelque chose de fait maison comme de la confiture ou du sirop ou une barre de bon chocolat. Ou considérez un pot d'herbes parfumées ou peut-être une liste de lecture de musique organisée : quelque chose de petit mais réfléchi qui dit merci de m'avoir inclus à la table.

Kim Sunée est l'auteur à succès de "Trail of Crumbs: Hunger, Love, and the Search for Home" et "A Mouthful of Stars". Pour plus de nourriture et de voyages, visitez kimsunee.com et instagram/kimsunee.

/>Tarte à la confiture de groseilles. (Photo par Mandy Dixon)

Curieux de savoir quel goût ont les cigales ? Les recettes de cigales pourraient vous aider à le découvrir

NEW YORK - Les cigales sont sur le point d'infester des pans entiers de jardins américains cet été. Il est peut-être temps qu'ils envahissent votre cuisine.

Des essaims de punaises aux yeux rouges, qui réapparaissent après 17 ans sous terre, offrent une chance aux cuisiniers à domicile de retourner les tables et d'en faire des collations.

Pleines de protéines, sans gluten, faibles en gras et en glucides, les cigales étaient utilisées comme source de nourriture par les Amérindiens et sont toujours consommées par les humains dans de nombreux pays.

"Nous devons vraiment surmonter notre aversion pour les insectes, qui est très forte et profondément ancrée chez la plupart des gens de notre culture", a déclaré David George Gordon, auteur de "Eat-a-Bug Cookbook" et connu sous le nom de Bug Chef.

"Vous pouvez faire des sautés. Vous pouvez les mélanger à de la pâte pour faire du pain - faire du pain aux bananes, disons. Vous pouvez les battre et les faire frire, ce qui, je pense, serait ma façon préférée", a-t-il déclaré.

Le groupe de cette année s'appelle Brood X, et ils peuvent être vus dans 15 États de l'Est, de l'Indiana à la Géorgie en passant par New York. Leur chant d'accouplement cacophonique peut couvrir le bruit des jets qui passent.

Des milliards de cigales sont sur le point d'émerger de 15 États de l'Est des États-Unis. Les scientifiques disent que Brood X (comme dans dix, pas la lettre) est l'un des plus gros pour ces insectes qui n'apparaissent qu'une fois tous les 17 ans.

Lorsque le sol se réchauffe suffisamment, les cigales sortent du sol, où elles aspirent l'humidité des racines des arbres depuis 13 ou 17 ans, selon les espèces. Ils perdent leurs exosquelettes, s'attachent aux branches, s'accouplent et pondent des œufs avant de mourir en six semaines environ.

Lorsque vous mangez des cigales adultes, il est conseillé de retirer les ailes et les pattes pour réduire le croquant. Mais Gordon conseille aux cuisiniers à domicile de cueillir les cigales lorsqu'elles sont nymphes, avant que leur armure ne durcisse et pendant qu'elles sont encore molles et moelleuses, comme le crabe à carapace molle.

Il les met au congélateur, une façon humaine de les tuer. Une fois décongelées, les cigales peuvent devenir une garniture de pizza comme les tomates séchées, ou remplacer les crevettes dans n'importe quelle recette. D'autres ont suivi son exemple, notamment un livre de cuisine de l'Université du Maryland consacré à la cigale.

"Les gens ne peuvent pas vraiment accepter l'idée de regarder un insecte et de le manger. C'est pourquoi j'aime la pâte tempura ou quelque chose qui dissimule simplement les caractéristiques de la nymphe", a déclaré Gordon. "De plus, je mangerai tout ce qui est frit. J'ai une recette dans mon livre pour une araignée tarentule frite et elles sont vraiment bonnes."

Gordon décrit le goût des cigales comme celui des asperges. University of Maryland entomologist Mike Raupp goes further: "They have a buttery texture, a delicious, nutty flavor, probably from the tannins, from the roots of the trees on which they fed," Raupp said. "And they're going to be really good with a Merlot."

Gordon's "Eat-a-Bug Cookbook" came out in 1998 and was greeted by hostility and jokes from late-night TV hosts. "But of course, over the last 20 years, this is moving in the direction of being normalized," he said.

Gordon pointed to the rise of foodie culture and thrill-seeking eaters like chef Andrew Zimmern, but especially to a 2013 report from the United Nation's Food and Agriculture Organization as a turning point in interest in edible insects. The report estimated that insect-eating is practiced regularly by at least 2 billion people around the world, and that dozens of species have been documented as edible, including cicadas.

It also declared that edible insects are rich in protein and good fats, high in calcium, iron and zinc, emit fewer greenhouse gases than most livestock, and take very little farming space or water.

"Now people were taking what I had been saying all along more seriously," Gordon said. In America, "We're kind of the weirdos: 80% of the world's cultures eat insects, but we're in that 20% that thinks it's an abomination."

The number of mass-produced foods containing insects - from protein bars to chips and pasta sauce - has been rising. In parts of Asia, some insects are sold in bags like salted peanuts or in tubes like stacked potato chips. A German company makes burgers out of mealworms.

"They're a much healthier option for the planet," said Dr. Jenna Jadin, an evolutionary biologist and ecologist who has worked as a climate change adviser for UN agencies like the Food and Agriculture Organization. "Especially in light of the fact that we will shortly have to feed 9 billion people."

Jadin notes with a laugh that once the mighty, high-cost lobster was deemed so repulsive in the West that it was fed to prisoners. "Perceptions change," she said.

She notes that the Food and Agriculture Organization estimates about 18% of the world's greenhouse gas emissions are due to animal agriculture.

Adventurous eaters might start with insects at the Newport Jerky Company, which has stores in Massachusetts and Rhode Island and a vibrant online presence. Its insect section includes a bag of grasshoppers for $9.99 or chocolate-covered crickets for $6.99.

Co-owner Derek Medico said he sells one item - a $9.99 mixed bag of dehydrated grasshoppers, mole crickets, silkworms, crickets and sago worms - thousands of times a year. "I think a lot of it just the novelty," he said.

And he doesn't expect to see consistent demand for insects anytime soon.

"In other countries and other cultures, that's much more accepted and much more normal," he said. "But here, I just think it's just going to take a while."


Samar gives up its secrets

SAMAR is regularly brought down to its knees thanks to its geographical location, which puts it right in the path of storms, including the long nightmare that was Typhoon Yolanda. And yet, when BusinessWorld spent the last days of February there, it was hard to feel that it was a province that knew hardship. Dans un carinderia (roadside eatery), a couple feasted on what are considered luxuries in the country’s capital: crabs and upland rice. A member of the tour group, who will not be named, scoffed, “And they call us poor.”

It isn’t an exaggeration when this reporter uses the word “poor.” An article from the Philippine News Agency in 2019 identifies Samar province (also known as Western Samar) as among the country’s poorest provinces in the country. Samar province shares this status with its neighbors on Samar Island, Northern and Eastern Samar.

BusinessWorld was on a trip to Samar province because of the provincial government’s launch of its project, Secret Kitchens of Samar. The project aims to make Samar a culinary destination, tied to the local government’s Spark Samar development program, which once aimed to boost tourism in the province. In the process of developing tourist spots and highlights in the province, they also managed to change the face of the province bit by bit. The project was started by former Governor and now Representative Sharee Ann Tan, and is being continued by her brother, the present governor, Reynolds Michael Tan (whom people fondly call Mike). Just in his 30s, he ascended to the position after his mother, Governor Milagrosa Tan, passed away late last year. He was then sitting as vice-governor.

At a dinner with the provincial officers, Tourism Operations Officer John Michael Cristobal (also called Mike) happily announced that the poverty incidence within the province has dropped to 22% from a figure of 43.9% in 2015, and 32.2% in October 2019 (the last two figures are from the Philippine Statistics Authority).

BusinessWorld then got a taste of the riches this poor province may have to offer, honoring its efforts to get up from its knees.

AGRICULTURAL PRODUCTS
Our very first stop was the Sta. Rita Food Processors’ Association, located behind a church. It began as a project of the Department of Trade and Industry (DTI) to help Samarnon (what the citizens of Samar are called) women rise up from the ravages of Yolanda. Others were taught crafts, but this group from Sta. Rita was taught how to make chips from karlang, a humbler cousin of taro. Karlang used to be converted into animal feed, but after being taught to wash it several times, and fry with garlic or other flavorings, the women have managed to turn them into chips that remind one of Pringles. Help from the DTI is key: several more of the small businesses we would see during the tour would thank various government agencies such as the Department of Agriculture (DA), the Department of Science and Technology (DoST), and the Department of Tourism (DoT).

It is said that a word is invented because society has a need for it: it’s the same reason we have different words for rice, like in its seed form, or what it’s called after it’s cooked (jouer vs. kanin). It’s no surprise then, that we encountered several words that reflect several variations of food, though they belonged to the same family. An example would be the various kakanine (snack food) we saw in the municipality of Pinabacdao. There’s the plain nilupak made of cassava, but then there was sagmani, made of taro and nuts. Cassava, meanwhile, is processed into thin sheets and fried, resulting in a crispy sheet called piking, topped with coconut sugar. Other towns we visited also had various desserts made out of crispy, toasted rice, while another town boasted its own cheesemaker and table (chocolate) maker. Mayette and Norbing Bernales showed us how they processed the table, shoving cocoa beans into a roaster — the noise made us lose part of the process as she explained it, but she showed us a metal bowl that contained the sticky and shiny penultimate step, just waiting to be molded and cooled. Mrs. Bernales also showed us how she made the province’s version of cheese, keseo, made of carabao’s milk curds in vinegar, then molded into discs. While the recipe is from her mother, another government agency helped her formalize the process. They were happy to tell us that the provincial government was kind enough to sponsor their trips to the capital during trade fair season, but Mr. Bernales said that since they’ve had a measure of prosperity, they’ve begun to pay their own way.

LIVESTOCK
As we moved closer to the provincial capital of Catbalogan, we began to see how the wealthy of Samar entertained. Juliana Samson, descended from an old Samar clan, welcomed us into her home. She told us how to make tamalos, a pork and peanut dish served at fiestas. While her large sapphire earrings gleamed, she cooked the pork in a process akin to making an adobo (a stew made with vinegar). She took the pork out after about an hour of cooking, and used the dark brown broth from that to make a peanut sauce, mixing it with homemade peanut butter. This is mixed with rice, wrapped in banana leaves, and then steamed — kind of like tamales, except tamales is made with corn. The result is kind of like kare-kare (a stew with peanut sauce), but with more flavor, and an interesting, congealed texture. A version without steaming is called pinipian, which was served to us in chafing dishes at dinner at the hotel we stayed in, Alfreda’s Bed and Breakfast. Once a house occupied by a provincial governor, the rooms are decorated in mid-century style, and display his family’s academic achievements: from the Ateneo de Manila to the University of Pennsylvania.

Meanwhile, two descendants of the local Piczon family, the Paleyan siblings Mary May and Gilbert, showed us how to make bola catalana, yet another festive pork dish, made with ground pork wrapped around sausage and eggs, mixed with pickle relish and cheese. The difference of this dish from more familiar meat loaves is that this is wrapped in lace fat, a membrane that surrounds the internal organs of some animals. This creates a crispy crust around it, like bacon.

Meanwhile, further from Catbalogan and closer to the sea, we met Leonora Nono, a retired principal who showed us how to make humba. Tandis que humba in other provinces is sort of like adobo but with black beans, this one from Samar is made with peanuts. She cooked it in an old clay pot, which is, just like the recipe, passed down from one generation to another (she has since lost the lid though).

And thus we began to ask why the project was called the Secret Kitchens of Samar. The governor told us that it is to be developed into a brand with a yellow and purple “S” seal, with about 10 products which were slated to launch on March 12 — the coronavirus scare has dampened those plans, as the event in Shangri-La Plaza in Metro Manila was postponed, according to a statement from an agency. Mr. Cristobal told us, “It comes from the idea that normally, our elders here, when they cook, they’re alone. They close the doors, the windows. They don’t really share their recipes.”

Karina Tiopes, Director, Department of Tourism Regional Office VIII, added, “The recipe is handed down from generation to generation, to select members of the family.” In jest, she then pointed to one of her colleagues and said that he wasn’t able to inherit his grandmother’s recipe for yet another pork dish. (No prizes for guessing that pork and peanuts are popular here).

I will tell you now though that one of my personal highlights of the trip was sipping and nibbling on an exceptionally fine tinola (light chicken stew) from Calbiga. It was cooked in a pot, boiled with just ginger, turmeric, and lemongrass. It was special, not only because the broth was fine, clear, and tasty, but because the tour party had this served amidst the roaring Lulugayan Waterfalls, a local tourist spot, refurbished with a viewing deck and improved roads.

SEAFOOD
The improved roads didn’t reach the municipality of Pagsanghan, one of our stops. The journey for these wretched crabs took an hour and 45 minutes on a rough road traversing a mountain, that may make you want to grit your teeth and purse your lips.

But I take it back. Those crabs were not wretched. Perhaps it was the long journey on an empty stomach, but the mud crabs served in the municipal hall was one of the best meals I’ve ever had. The town credits its seafood bounty to the fact that it is situated on brackish water, and the mix of saltwater and fresh results in their seafood grows better than the rest.

In the town of Jiabong, meanwhile, nearer the sea, mussel farmers showed us their wares. The green shellfish grow on bamboo stilts, which seem miniscule on land. “Oh, that’s just one of them,” said one farmer. We were shown how the mussels are grown: in tent-shaped bamboo structures several feet high and wide. They’re planted in the sea so the mussels could spawn on them. Boats travel around from structure to structure during the day to scrape off the mussels, and then the shells are brought to shore to be sold. It was in this town that we encountered barbecue made of mussels (served on a stick) and mussels adobo (a lovely and spicy preserve in oil).

We also went to a tinapa maker, who showed us how he made the smoked fish by first cooking it in brine, then smoking it over bamboo shavings. The fish were beautiful in the sunlight, the skin radiating an iridescence that disappears in the smoking process. The people there said that they started in the 1970s, their parents migrating from Cavite. The fishing boat that brought them a measure of wealth in the 1970s disappeared, which was why the family learned how to make smoked fish. In a story that echoes in the fishing villages ravaged by typhoons, a family member said, “Sa dagat siya nadapa. Doon rin siya bumangon (She fell in the sea, and in the sea, she rose again).”

INFRASTRUCTURE
If all the roads in Samar were like those we were on, on the way to Crab City, then the Secret Kitchens of Samar, will remain well, secret. Governor Tan told us that unfortunately, that road is the only one they haven’t finished, and when the funds from the national government arrive, construction will continue. “The roads here, to the municipalities, are concrete, except for Pagsanghan. What we’re doing is to connect all the barangays.”

One can take roads for granted, but roads function just like veins to the heart. Without them, communities can die at a slow pace — or as quickly as possible. Mountainous Samar province has a problem with the militant New People’s Army. The provincial government says that in a series of peace talks, it found out what they were so angry about: roads.

“The reason why they go to the mountains is because there are no access roads they don’t have opportunities,” said Governor Tan in a mixture of English and Tagalog.

“Through tourism, they get their roads, they’re given opportunities,” he said, citing success stories such as former combatants turning into tour guides, or opening their own local businesses. He also announced that an airport will be built in the provincial capital of Calbiga, which he hopes would be open and operational by the end of the year.

Roads make it easier for everyone. The path to Lulugayan Falls once took four hours: both for locals in the capital and even those who live near it. After roads were built to make the falls more accessible, not only were tourists able to reach it more easily, but the farmers who lived near the falls were able to bring their crops to town, bringing down both cost and prices. We go back to the original project, which was only supposed to boost tourism: “It’s not about tourism alone. It’s [already] a development agenda,” said Governor Tan.


Voir la vidéo: Were Turning Into A Nation Of Junk Food Addicts! (Octobre 2021).