Autre

Les boissons énergisantes les plus dangereuses au monde


8 boissons énergisantes qui pourraient vous faire plus de mal que de bien

Chargées de sucre, de caféine et de produits chimiques, de nombreuses boissons énergisantes peuvent vous faire plus de mal que de bien.

Les boissons énergisantes sont devenues à la fois polarisantes et omniprésentes au cours de la dernière décennie. Certaines personnes ne jurent que par ces substituts de café originaux qui sont froids, gazeux et dans une variété de contenants colorés et de saveurs fruitées, mais d'autres les rejettent parce qu'ils sont sceptiques quant à leur sécurité. Alors, quelle école de pensée est correcte ?

Des études suggèrent depuis longtemps que trop de stimulants sont toxiques pour votre corps, car ils contribuent à un éventail de maux allant des maux de tête aux insomnie aux brûlures d'estomac et aux crises cardiaques. Et, avec autant d'ingrédients mystérieux mélangés dans l'élixir générateur d'énergie de chaque marque - y compris des noms à consonance noueuse comme L-phénylalanine, inositol et citicoline - et des recherches minimales pour prouver si ces produits chimiques sont, en effet, propres à la consommation humaine en grandes quantités, vous doivent se demander ce que les scientifiques apprendront sur les effets des boissons énergisantes sur toute la ligne.

En attendant, nous avons identifié une collection de concoctions qui pourraient constituer une menace pour les consommateurs qui ne font pas attention aux étiquettes nutritionnelles et à la taille des portions. Certaines de ces boissons sont livrées avec de nombreuses portions par canette/bouteille/coup, ce qui signifie qu'elles ne sont pas destinées à être avalées comme si vous envoyiez de l'alcool pendant les vacances de printemps, tandis que d'autres sont connues pour être chargées de choses sucrées.

Comme la plupart des choses, les boissons énergisantes sont meilleures avec modération, mais si vous êtes un utilisateur habituel, ce diaporama pourrait vous motiver à ralentir un peu les choses. Voilà pour votre santé.


Les boissons énergisantes Bang sont-elles mauvaises pour vous ? (Révélé)

Ce qui a commencé comme une simple boisson énergisante quotidienne et saine est devenu la prochaine grande nouveauté de l'industrie du fitness, connue des fanatiques du fitness comme le Révolution BANG.

Bang Energy drink semble susciter le battage médiatique parmi les passionnés de fitness du monde entier avec leurs nouvelles boissons énergisantes innovantes contenant de la créatine, des BCAA et de la CoQ10, étant les premières du genre sur le marché à prétendre améliorer les capacités mentales et physiques.

Couplé à ce qui semble être une stratégie marketing réussie mettant en vedette des influenceurs du fitness sur les plateformes de médias sociaux, BANG a maintenant réussi à mettre son nom dans la conversation avec les géants des boissons énergisantes Red Bull et Monster.

Mais, est-ce que Bang est vraiment bon pour vous ?


47 Données démographiques fantastiques sur les boissons énergisantes

La plupart des boissons énergisantes sont destinées aux enfants, aux jeunes adultes ou aux parents. Cependant, ce qui est surprenant dans la démographie des boissons énergisantes, c'est que tous les âges, groupes ethniques et même point de vue religieux s'engagent dans ces boissons hautement caféinées.

Une boisson énergisante de 16 onces liquides contient généralement entre 160 et 240 milligrammes de caféine, tandis que le café de même taille contient environ 300 à 330 milligrammes.

Données démographiques sur les boissons énergisantes

Le problème n'est pas nécessairement la quantité de caféine consommée, mais la combinaison d'autres ingrédients. Le café Coffeehouse ne contient pas les mêmes niveaux de vitamines B et d'autres produits énergétiques que l'on peut trouver dans une boisson énergisante. Lorsque les vitamines sont consommées en quantités trop élevées, elles peuvent être tout aussi dangereuses qu'une surdose de drogue.

  • 44%. C'est le pourcentage de militaires américains en service actif qui consomment au moins une boisson énergisante par jour.
  • 13,9% des militaires en service actif consomment 3 boissons énergisantes ou plus chaque jour.
  • Le pourcentage d'adultes qui boivent plus de 10 boissons énergisantes en un seul mois en dehors de l'armée : 2%.
  • Seulement 5 % des adultes consommeront 5 à 7 boissons énergisantes au cours des 30 prochains jours.
  • Aux États-Unis, plus de 200 millions de gallons de boissons énergisantes sont consommés chaque année.
  • Chaque jour dans le monde, 1 personne sur 2 va consommer au moins une boisson sucrée au cours de la journée.
  • 1 Américain sur 4 consomme au moins 200 calories de boissons comme les boissons énergisantes. 5% des Américains tirent 25% de l'apport calorique de la consommation de boissons énergisantes.
  • 34% des 18-24 ans s'identifient comme étant des consommateurs réguliers de boissons énergisantes.
  • 50% des collégiens consomment au moins 1 boisson énergisante par mois dans l'espoir d'augmenter leur niveau d'énergie.

Les boissons énergisantes sont généralement considérées comme une boisson pour les jeunes et c'est généralement vrai. Ce qui n'est pas nécessairement documenté, c'est le fait que servir dans l'armée augmente les chances qu'une personne du groupe démographique cible soit un gros consommateur de boissons énergisantes de plus de 6 fois celle de la population générale. Avec plus de 10 % du personnel militaire actif consommant 3 boissons énergisantes ou plus chaque jour, consommant potentiellement près de 1 g de caféine par jour en fonction de la boisson énergisante de leur choix [Wired 344 offre 344 mg de caféine par canette], les besoins en matière de santé de ceux qui servent devraient probablement être abordé. Est-ce un phénomène culturel qui les pousse à consommer des niveaux élevés de ces boissons ? Ou est-ce dû à des périodes de service prolongées et à d'autres exigences de service ?

Ce n'est pas seulement pour les jeunes

  • Le pourcentage d'augmentation de la consommation de boissons énergisantes chez les plus de 40 ans au cours de la dernière décennie : 279 %.
  • La commodité est le moteur des ventes de boissons énergisantes. 59 % de toutes les ventes ont lieu dans les magasins de proximité du monde entier.
  • Outre les parents, les personnes âgées d'origine hispanique ou insulaire du Pacifique consomment davantage de boissons énergisantes que les autres groupes démographiques.
  • Les injections d'énergie sont devenues de plus en plus populaires parmi un plus large éventail de groupes d'âge, y compris les personnes âgées.

Pourquoi la démographie de la population plus âgée consomme-t-elle plus de boissons énergisantes que jamais auparavant ? Cela est en partie lié au fait d'avoir des enfants. Les personnes âgées sont plus susceptibles d'avoir leurs propres enfants et elles ont l'impression qu'elles ont besoin de caféine pour faire face à leurs charges. Cela peut également se traduire par des carrières liées aux enfants, comme l'enseignement. La raison la plus courante de consommer une boisson énergisante est de compenser le manque de sommeil, c'est pourquoi les personnes âgées et celles de certains groupes ethniques les utilisent pour compenser les exigences de leur mode de vie. Bien que la démographie de la consommation de boissons énergisantes puisse sembler changer lentement, il n'en reste pas moins que les boissons énergisantes ne sont pas un nouvel acteur dans le monde de la caféine.

Les boissons énergisantes existent depuis longtemps

  • Les boissons énergisantes sont apparues pour la première fois en Europe et en Asie dans les années 1970. Ils ne sont apparus aux États-Unis que dans les années 1990.
  • les adolescents et les jeunes adultes de 14 à 21 ans consomment en moyenne environ un tiers de la quantité de caféine que les personnes de plus de 21 ans.
  • Les groupes à risque, comme les femmes en âge de procréer et les enfants, devraient limiter leur consommation quotidienne de caféine à un maximum de 300 mg.
  • 1 g de guarana équivaut presque à 40 mg de caféine, un ingrédient courant dans les boissons énergisantes qui n'est pas toujours inclus dans la teneur totale en caféine.
  • Les effets indésirables associés à la consommation de caféine en quantités de 400 mg ou plus comprennent la nervosité, l'irritabilité, l'insomnie, une miction accrue, des rythmes cardiaques anormaux.
  • Une boisson énergisante de 16 onces contient les mêmes niveaux de sucre que deux boissons gazeuses ordinaires.
  • Les boissons énergisantes contiennent également de nombreux ingrédients inhabituels, tels que la glucuronlactone et l'inositol, qui peuvent ou non contribuer aux effets secondaires de la boisson.

Pour la plupart, une consommation limitée de caféine est sans danger. La plupart des boissons énergisantes contiennent en fait moins de caféine qu'une tasse de café moyenne de la même taille. Cependant, ce qui n'est pas toujours pris en compte, c'est le fait que le café ne contient pas toujours la même teneur en sucre, vitamines et autres ingrédients qu'une boisson énergisante. À l'exception du guarana, de l'inositol et de la yohimbine dans une mesure limitée, les données sont insuffisantes pour déterminer s'ils sont sans danger pour la consommation humaine. Étant donné que les adultes de 18 à 34 ans sont le principal groupe démographique qui consomme ces boissons, les résultats de leur consommation et leurs effets à long terme n'ont pas encore vraiment été étudiés. Cependant, cela n'empêche pas tous les groupes démographiques d'utiliser des boissons énergisantes comme méthode pour augmenter leurs performances globales d'une manière ou d'une autre.

Faut-il consommer des boissons énergisantes avant l'exercice ?

  • Le Comité international olympique interdit la consommation de caféine car elle est connue pour augmenter l'endurance d'une personne.
  • La recherche a montré que la consommation de caféine avant un exercice intense est sans danger.
  • Chez les adolescents, la consommation de caféine a été associée à une augmentation de la pression artérielle, surtout avant l'exercice.
  • 42,3%. C'est le pourcentage moyen de jeunes de 11 à 18 ans qui déclarent consommer régulièrement une boisson énergisante.

Les boissons énergisantes sont populaires avant l'exercice, non seulement en raison de leur teneur en caféine, mais aussi parce qu'elles contiennent souvent de la carnitine. Ce supplément est pris régulièrement car il augmente la quantité d'énergie musculaire qui peut être consommée pendant un entraînement. En combinant les deux ingrédients, les gens sont généralement capables de s'entraîner plus dur et plus longtemps. Le danger, cependant, est que la caféine peut également voler le plan d'eau. La plupart des suppléments riches en caféine recommandent aux gens de boire 32 onces d'eau lorsque 300 mg de caféine sont consommés. Sans cette eau supplémentaire, la consommation de boissons énergisantes peut entraîner une déshydratation, des crampes et d'autres problèmes physiques.

Quelle est la popularité des boissons énergisantes ?

  • Même si les boissons énergisantes ont connu une croissance considérable en popularité, elles ne représentent encore que 1% du marché des boissons non alcoolisées.
  • 92 % de la caféine totale pour les adultes et 87 % de la caféine pour les adolescents proviennent d'autres sources de caféine que les boissons énergisantes.
  • Les boissons énergisantes ont connu une croissance impressionnante de plus de 240 % aux États-Unis.
  • Les enfants de 12 à 18 ans buvaient en fait moins de produits contenant de la caféine en 2010 qu'en 2008.
  • Il existe plus de 300 variétés de boissons énergisantes représentant plus de 200 marques aux États-Unis.
  • Les ventes de boissons énergisantes en 2013 sont en hausse de 6,7 % par rapport aux chiffres de 2012 aux États-Unis.
  • Le pourcentage de personnes qui disent que Red Bull est leur boisson énergisante préférée : 43 %.
  • 3,43 milliards de dollars. C'est le montant des ventes des boissons énergisantes Red Bull aux États-Unis en 2013. Leurs ventes mondiales en 2013 étaient de 10,9 milliards de dollars.
  • Seules 2 autres marques de boissons énergisantes ont atteint la barre du milliard de dollars de ventes mondiales : Monster [3,8 milliards de dollars dans le monde] et Rockstar [1,1 milliard de dollars dans le monde]. 5 Hour Energy serait également inclus [1,1 milliard de dollars de ventes aux États-Unis en 2013] si les shots et les boissons énergisantes étaient combinés.
  • Les ventes mondiales de boissons énergisantes ont augmenté de plus de 50 % depuis 2005 et représentent le segment de l'industrie des boissons qui connaît la croissance la plus rapide.
  • Environ 90 % des adultes déclarent consommer régulièrement de la caféine, avec un apport quotidien moyen de 227 mg.

Bien que les chiffres semblent beaucoup, le marché des boissons non alcoolisées représente un marché de mille milliards de dollars d'un point de vue mondial. Lorsque ce genre de chiffres est utilisé, un chiffre d'affaires de 10 milliards de dollars pour Red Bull semble être une goutte d'eau dans le seau. Pourquoi Red Bull est-elle une boisson énergisante si populaire par rapport à toutes les autres marques ? La preuve est dans le marketing. Les boissons énergisantes Xyience ont dépensé plus que jamais en marketing en 2013 et cela les a aidées à se classer pour la première fois dans le Top 15 des ventes en 2013. La marque Red Bull est partout. Ils sponsorisent des événements sportifs. Ils possèdent des équipes sportives, comme les Red Bulls de New York de la Major League Soccer. En raison de l'image de marque, les gens reconnaissent le nom lorsqu'ils veulent une boisson énergisante et c'est donc ce que les clients achètent.

Les enfants sont-ils à risque lorsqu'ils consomment une boisson énergisante ?

  • Les chercheurs ont découvert que 40 % des 5 156 appels aux centres antipoison pour exposition à des boissons énergisantes concernaient des enfants de moins de 6 ans.
  • 73%. C'est le pourcentage d'enfants aux États-Unis qui ne consomment pas du tout de caféine.
  • Les enfants et les adolescents sont la population de consommateurs de caféine qui connaît la croissance la plus rapide, avec une augmentation de 70 % au cours des 30 dernières années.
  • Les consommateurs de caféine âgés de 12 à 17 ans ont un apport moyen de 69,5 mg par jour. C'est le double de la quantité de caféine consommée dans cette tranche d'âge par rapport aux données de 1982.
  • Lorsque l'apport en caféine est examiné par rapport au poids corporel, les enfants âgés de 2 à 11 ans consomment 0,4 mg/kg et ceux âgés de 12 à 17 ans 0,55 mg/kg par rapport à l'apport moyen en caféine adulte d'environ 1,3 mg/kg.

Les enfants et la caféine ne se mélangent généralement pas. Demandez à n'importe quel parent qui a accidentellement donné à son enfant une boisson contenant de la caféine alors qu'il n'en consomme pas normalement et vous obtiendrez un accord instantané de la plupart d'entre eux. De nombreux enfants, lorsqu'ils sont exposés à la caféine, vont sonner des murs avec des niveaux d'énergie fous. La durée de vie de la caféine dans le corps de l'enfant peut également durer jusqu'à 12 heures, ce qui signifie qu'un soda à midi peut très bien garder cet enfant jusqu'à minuit – le pire cauchemar d'un parent. La consommation occasionnelle de boissons contenant de la caféine pour les jeunes enfants ne leur fera généralement pas de mal et les données démographiques montrent que les parents éloignent les jeunes enfants des boissons énergisantes, mais les informations antipoison montrent également qu'il s'agit d'une tendance en train de changer.

Les boissons énergisantes sont-elles dangereuses ?

  • Selon les rapports d'événements indésirables recueillis par la FDA depuis 2004, un total de 34 décès ont maintenant été liés aux boissons énergisantes.
  • 22 des 34 décès ont été liés à 5 Hour Energy.
  • 11. C'est le nombre de décès liés aux boissons énergisantes Monster.
  • Le nombre de visites annuelles à l'hôpital impliquant les boissons a doublé de 2007 à 2011, résultant en 20 783 visites déclarées.
  • 42%. C'est le pourcentage de personnes qui se rendent aux urgences en raison de problèmes liés aux boissons énergisantes et qui ont mélangé les boissons avec d'autres substances, telles que l'alcool, l'Adderall ou le Ritalin.
  • Certains des ingrédients d'une boisson énergisante peuvent interagir avec les médicaments sur ordonnance, en particulier les médicaments contre la dépression.

Tout ce qui est consommé en quantités malsaines va être dangereux. Par exemple, de mauvaises habitudes alimentaires peuvent conduire à l'obésité, ou boire trop de boissons gazeuses sans caféine peut entraîner une résistance à l'insuline et un diabète de type II. Le point soulevé ici à travers les données démographiques est que la simple consommation d'une boisson énergisante ne fera généralement pas beaucoup de mal à moins que quelqu'un ne soit naturellement sensible à la caféine en premier lieu.


Drogues les plus dangereuses

Cocaïne

Le nom de rue de la cocaïne est un flocon, un coup, de la coke et de la neige. Il est très dangereux pour le corps car il peut assécher les intestins et les rendre dysfonctionnels. Les drogues peuvent évidemment devenir addictives, mais l'usage de la cocaïne peut être addictif à un tout autre niveau.

De l'alcool

L'alcool est une drogue très courante, mais elle peut être contrôlée si sa consommation est limitée. Cependant, la dépendance à l'alcool peut entraîner divers problèmes médicaux, ainsi qu'une conduite en état d'ébriété et des problèmes personnels.

Héroïne

Certains noms célèbres de l'héroïne sont skag, junk et smack. Son utilisation rapide et son surdosage peuvent en faire la drogue la plus terrifiante de tous les temps.

Barbituriques

Populairement connu sous le nom d'Amy’s, vestes jaunes, bleus, arcs-en-ciel et rouges. S'il est pris à forte dose, ce médicament peut entraîner des problèmes médicaux ainsi que des problèmes personnels.

Méthamphétamine

Communément appelée méthamphétamine – est une drogue très addictive et peut provoquer l'effondrement du cerveau en raison de sa surconsommation.

Méthadone de rue

La méthadone de rue est exactement comme l'héroïne, mais avec de nombreux effets secondaires dangereux.

Kétamine

La kétamine est une drogue très forte et agressive qui peut conduire à diverses hallucinations tentantes.

Le tabac

Le tabac est la première cause de cancer. Le tabac est en quelque sorte connu comme le roi de toutes les autres drogues, en raison de ses qualités destructrices supérieures.

Cannabis

Contient également de la marijuana. La plante de cannabis est utilisée à certaines fins, mais son utilisation illégale peut conduire à de nombreux scénarios désagréables.

Buprénorphine

Ce médicament est également connu sous le nom de cubes ou bupe. Cela peut nuire à la capacité de penser directement à un tout autre niveau.

Benzodiazépines

C'est une drogue très dangereuse car elle peut entraîner la mort d'une personne en un rien de temps.

Solvants

Également connues sous le nom de substances instables qui ne doivent être inhalées, comme les peintures, la colle, le gaz à briquet, le dissolvant pour vernis à ongles et la laque pour les cheveux. Ces solvants peuvent affecter la capacité d'une personne à respirer correctement.

Amphétamines

Ce médicament est très populaire parmi les athlètes de baseball. Il est principalement appelé greenies. Ce médicament peut cibler le système nerveux, ainsi que le cœur.

Le LSD est largement connu pour cibler les parties émotionnelles d'une personne.

Méthylphénidate

Se nourrit du système nerveux et est connu sous le nom de Ritalin.

Connu sous le nom d'hydroxybutyrate gamma. C'est un médicament très puissant qui cible le système nerveux et provoque une douleur soudaine dans certaines parties du corps.

Le khat est similaire à l'amphétamine et a des effets secondaires similaires à ceux de l'ecstasy.

Nitrates d'alkyle

Généralement connu sous le nom de poppers, ce médicament se prend en groupe et est tout aussi dangereux que les autres.

Stéroides anabolisants

Les stéroïdes anabolisants sont généralement utilisés pour perdre du poids, mais ils peuvent transformer une personne en zombie s'ils sont utilisés de manière excessive.

Extase

La forme complète, la 3, 4-Méthyl ènedioxy méthamphétamine. Il est connu pour être une drogue psychoactive qui peut augmenter les niveaux d'énergie d'une personne en brûlant le système nerveux et les poumons.

Whoonga

Whoonga fait partie des médicaments antirétroviraux, qui sont couramment utilisés pour traiter le VIH et d'autres problèmes liés aux poisons ou aux détergents. C'est une drogue très addictive, et elle peut entraîner de nombreux problèmes de santé tels que des ulcères d'estomac, la mort ultime et des hémorragies internes.

Sujets ultimes

Voici des listes de choses, de lieux et de personnes populaires, que vous pouvez présélectionner selon vos besoins exacts. Toutes les listes ont été classées correctement afin que vous puissiez trouver la bonne liste que vous recherchez.


Résultats

En raison du nombre important et non spécifique de résultats de recherche (838) obtenus via une recherche Pubmed utilisant le terme de recherche boissons énergisantes (rendant 817 articles) et boissons toniques (rendant 21 articles), les auteurs ont utilisé des termes de recherche plus spécifiques pour cibler le sujet de cette revue. Les termes de recherche qui avaient une plus grande spécificité inclus boissons énergisantes et et ce qui suit : effets psychologiques (9 articles), Fonction cognitive (13 articles), humeur (58 articles), dormir (12 articles), qualité de vie (11 articles), et bien-être (108 articles). Sur les 11 articles trouvés utilisant le terme boissons énergisantes et qualité de vie, aucune n'abordait spécifiquement l'effet des boissons énergisantes sur la qualité de vie, elles ont donc été exclues de cette revue. À la suite de cette recherche documentaire approfondie, 41 articles ont été inclus car il s'agissait d'essais cliniques ou de revues démontrant un effet clair d'un ingrédient ou de plusieurs ingrédients dans les boissons énergisantes sur la qualité de vie en ce qui concerne le fonctionnement psychologique.

La plupart des boissons énergisantes contiennent de la caféine, qui est un stimulant. Des études sur la taurine, l'un des autres ingrédients des boissons énergisantes, ont révélé qu'elle pouvait interagir négativement avec la caféine et l'alcool en raison de son effet sur le volume cellulaire et le transport à médiation rénale. 8 Schoffl et al 8 illustrent cette interaction négative dans une étude de cas où un patient a consommé un mélange boisson énergisante-alcool contenant 4 600 mg de taurine, 780 mg de caféine et de la vodka avec pour conséquence une insuffisance rénale aiguë. Ainsi, les effets des interactions entre les composants des boissons énergisantes semblent être aussi importants à étudier que l'effet de chaque ingrédient.

Plusieurs études ont évalué les ingrédients spécifiques de ces boissons pour les avantages potentiels. Une étude contrôlée en double aveugle, randomisée, menée par Childs et al 9 a cherché à découvrir le rôle bénéfique de la caféine. Les participants ont été invités à rester éveillés de 17 heures à 5 heures du matin, le groupe de traitement recevant un supplément contenant 200 mg de caféine et le groupe témoin recevant un placebo à 3 h 30. Des tâches informatiques et des questionnaires sur l'humeur ont été remplis par les participants au début de l'essai (17h00) et deux fois après une période de privation de sommeil, une fois avant l'administration du supplément/placebo et une fois après. Malgré un état d'éveil prolongé, les sujets qui ont reçu la pilule de caféine ont considérablement amélioré leurs temps de réaction lorsqu'ils ont rempli les tâches informatiques et les questionnaires. En plus des performances cognitives, l'état d'humeur subjectif des participants semblait également s'améliorer avec l'aide du supplément de caféine. 9 Encore une fois, cet essai de recherche est limité, car il n'a pas étudié les boissons énergisantes dans leur ensemble mais seulement l'un de ses principaux ingrédients. En tentant de reproduire cette étude, les auteurs de cet article de synthèse proposent que les sujets reçoivent une boisson énergisante contenant des quantités prédéterminées de caféine à consommer tout en effectuant les tâches conçues pour cet essai.

Dans une étude de Clauson et al 10, les auteurs ont tenté de lier les divers ingrédients des boissons énergisantes à des effets bénéfiques ou indésirables potentiels. En étudiant cet aspect spécifique des boissons et en identifiant ces liens potentiels, les auteurs ont émis l'hypothèse qu'ils seraient mieux en mesure d'évaluer si la quantité d'ingrédients spécifiques contribuait aux avantages ou aux effets indésirables élucidés. Après avoir identifié ce qu'ils ont trouvé être les risques les plus courants (insomnie, nervosité, maux de tête et tachycardie), les auteurs ont également rapporté la découverte de quatre rapports de cas documentés de décès associés à la caféine, ainsi que quatre cas distincts de convulsions associées à la consommation de boissons énergisantes. 10 Cependant, les auteurs ont rapidement souligné que les quantités de ginseng, de taurine et de guarana trouvées dans ces boissons sont inférieures aux quantités supposées engendrer une réaction nocive ou un bénéfice curatif. Bien que cela puisse être vrai pour les ingrédients ci-dessus, les auteurs ont conclu que la quantité de sucre et de caféine représentée dans ces boissons dépasse la valeur nutritionnelle, au point d'être potentiellement préjudiciable à la santé.

Boissons énergisantes et fonctions cognitives. Les boissons énergisantes sont connues pour améliorer les performances mentales. Par exemple, la concentration et la mémoire (rappel immédiat) se sont améliorées dans une étude portant sur 36 volontaires ayant consommé une boisson énergisante Red Bull. 11 Une limite de cette étude, cependant, est qu'elle n'aborde pas la question de savoir comment chaque composant des boissons énergisantes, la combinaison d'ingrédients ou les différentes concentrations de composants individuels ont des effets différents sur les consommateurs.

Trois études publiées dans deux articles de Kennedy et Scholey démontrent les effets positifs des boissons énergisantes sur les performances cognitives. 12, 13 Dans le premier article, ils ont montré que les combinaisons de caféine et de glucose peuvent améliorer les performances cognitives et la fatigue auto-déclarée pendant de longues périodes où une cognition élevée est requise. 12 Ces études croisées en double aveugle, contrôlées par placebo, ont demandé aux sujets d'effectuer des tâches de soustraction en série 3 et en série 7 et une version de cinq minutes de la tâche de traitement rapide de l'information visuelle (RVIP). Les chercheurs ont évalué les performances des sujets un total de sept fois par étude, une fois avant la consommation d'un verre et six fois après. Au total, deux études ont été menées avec 30 et 26 participants, respectivement. Dans la première étude, les participants ont reçu, trois jours distincts, trois boissons composées d'une combinaison de glucose et d'une dose plus faible de caféine (68 g de glucose/36 mg de caféine), de glucose et une dose plus élevée de caféine (68 g/46 mg) et un placebo. . Dans la deuxième étude, les participants ont reçu deux verres à deux occasions distinctes : une combinaison de 60 g de glucose et 30 mg de caféine et un placebo. La précision de la performance RVIP a été améliorée chez les sujets qui ont bu les boissons à base de glucose et de caféine. La fatigue mentale a également été moins bien notée dans le sous-ensemble de participants qui ont reçu la dose la plus élevée de caféine dans la première étude et ceux qui ont reçu la boisson glucose-caféine dans la deuxième étude.

Dans une étude distincte publiée par les mêmes auteurs, les chercheurs ont évalué les performances cognitives et l'état de l'humeur après l'administration d'une boisson énergisante ainsi que de boissons constituées des composants individuels de la boisson énergisante. 13 Cette conception croisée à cinq voies randomisée, en double aveugle, équilibrée comprenait 20 participants qui ont consommé des boissons de 250 ml contenant soit 37,5 g de glucose, 75 mg de caféine, de ginseng ou de ginkgo biloba, une boisson entière (contenant toutes les substances susmentionnées), ou un placebo. Les performances cognitives et l'humeur ont été évaluées pour chaque participant dans chaque condition de boisson immédiatement avant l'administration de la boisson et 30 minutes après. Il y avait une période de sevrage de sept jours entre chacun des cinq groupes. Les résultats de l'étude ont montré que les sujets randomisés pour recevoir la boisson entière, par rapport à ceux qui ont reçu un placebo, ont démontré des performances significativement améliorées sur la « mémoire secondaire » (une combinaison de reconnaissance d'images et de mots retardée), le rappel de mots immédiat et retardé, et Facteurs de vitesse d'attention (temps de réaction simple, temps de réaction de choix et vigilance des chiffres). En ce qui concerne les composants individuels des boissons, aucun n'a conduit à une amélioration significative des performances sur les tâches évaluées, mais la caféine seule a démontré une tendance à l'importance de la qualité de la mémoire, de la reconnaissance des mots retardée et de la précision de l'attention, ce qui peut être confirmé par un plus grand échantillon d'étude. Il n'y avait pas de différences significatives entre les groupes sur les mesures de l'humeur. Les chercheurs ont conclu que les preuves de cette étude suggèrent qu'il existe un lien entre les effets modulateurs de la cognition du glucose et de la caféine. 13 Bien que leurs conclusions fournissent des preuves supplémentaires des avantages de ces boissons, les auteurs suggèrent que davantage d'études sont réalisées pour valider davantage ces résultats.

L'effet des boissons énergisantes sur la fonction cognitive a été indirectement mesuré dans une étude 14 réalisée en Angleterre dans laquelle des chercheurs ont demandé aux sujets de consommer des boissons énergisantes contenant du glucose ou de la caféine. Ceux-ci se sont avérés augmenter la taille du potentiel évoqué moteur (PEM), qui a été utilisé comme mesure de l'augmentation de la fonction cognitive. Ces boissons sans caféine ni glucose n'ont pas augmenté la MEP. Cette étude, cependant, n'a pas réussi à déterminer si l'augmentation de la MEP était due au glucose ou à la caféine. Cela aurait été important puisque la plupart des boissons énergisantes contiennent à la fois de la caféine et du glucose.

Boissons énergisantes et humeur. Une étude en double aveugle contrôlée par placebo portant sur 10 étudiants diplômés enquêtant sur une boisson énergisante contenant les trois ingrédients principaux a révélé que dans la plupart des boissons énergisantes, la caféine, la taurine et le glucuronate avaient des effets positifs sur les performances cognitives et l'humeur. 15 L'humeur a été évaluée au moyen d'un questionnaire mesurant les sentiments de bien-être, de vitalité et d'interaction sociale, qui ont tous été réduits dans le groupe placebo par rapport au groupe boisson énergisante.

Les résultats ci-dessus ont été confirmés dans une étude 16 réalisée sur des volontaires sains. Les chercheurs ont étudié les effets des glucides, de la carbonatation et de la caféine dans les boissons énergisantes dans l'espoir de découvrir les avantages de leur consommation. Ils ont découvert que ces boissons améliorent et/ou maintiennent l'humeur et les performances lors de tâches fatigantes et exigeantes sur le plan cognitif par rapport au placebo. 13 Les boissons énergisantes ont également maintenu les niveaux d'excitation par rapport au placebo. Une étude à double insu et à mesures mixtes de 81 sujets par Sunram-Lea et al 17 a trouvé des résultats similaires. Les auteurs ont émis l'hypothèse que les boissons énergisantes peuvent élever les états d'humeur dans des situations de stress aigu, telles que la formation à la lutte contre les incendies. Ils ont testé cette hypothèse en administrant une boisson de 50 g de glucose plus 40 mg de caféine, une boisson de 10,25 g de glucose plus 80 mg de caféine ou un placebo aux sujets et en évaluant l'humeur et les performances physiques et cognitives avant et après la consommation. Ceux qui ont consommé 50 g de glucose plus 40 mg de caféine ont approuvé une anxiété réduite et une humeur élevée à la suite du facteur de stress de l'entraînement à la lutte contre les incendies. 17

Dans une étude sur la discrimination à faible dose (la plus faible dose de caféine qui a produit des effets d'humeur identifiés par rapport au placebo par des volontaires normaux) et des effets d'humeur autodéclarés chez des volontaires normaux, cinq des 15 sujets ont acquis la discrimination entre la caféine et le placebo (&# x0226575 % correct) avec le moins de sessions. 18 Quatre sujets ont montré une discrimination et des effets sur l'humeur auto-déclarés à 100 mg de caféine. L'effet de la caféine sur l'humeur de 35 volontaires en bonne santé qui ont reçu 200 mg de capsules de suppléments contenant de la caféine a été examiné dans une autre étude. 9 Ils ont constaté une amélioration de l'humeur même chez les personnes fatiguées. Lorsque cela est comparé aux 80 mg de caféine contenus dans une canette de Red Bull, on peut comprendre pourquoi la plupart des utilisateurs de boissons énergisantes consomment plusieurs boissons. Pour Red Bull, trois canettes contiennent 240 mg, soit seulement 40 mg de plus que les 200 mg trouvés pour améliorer l'humeur dans l'étude Childs. 9

Boissons énergisantes et sommeil. Reyner et Horne 19 ont étudié les effets des boissons énergisantes sur la somnolence. Leur étude visait à montrer que la consommation de ces boissons réduisait les erreurs de conduite, telles que les déviations de voie et la somnolence autodéclarée lors de la conduite pendant de longues périodes. L'étude en double aveugle a conclu que ceux qui ont consommé une boisson contenant les ingrédients également présents dans les boissons énergisantes (caféine, taurine, saccharose et glucose), par rapport à ceux qui ont reçu une boisson placebo non active, ont signalé moins de somnolence et une vigilance accrue tout en conduite. 19

Dans une étude menée auprès d'étudiants universitaires, 67% des personnes interrogées ont consommé des boissons énergisantes pour éviter de s'endormir, 65% pour augmenter leur énergie et 54% ont consommé la boisson pour la mélanger avec de l'alcool. 20 L'étude impliquait la réalisation d'une enquête par questionnaire auprès de 496 étudiants universitaires sélectionnés au hasard aux États-Unis. La découverte la plus intéressante de cette étude est peut-être que les personnes qui mélangeaient leurs boissons énergisantes avec de l'alcool dans un cadre social buvaient plus de boissons (𢙓) par séance que celles qui ne consommaient des boissons énergisantes que pour éviter de s'endormir ou pour augmenter leur énergie. Avec une telle différence d'utilisation au sein d'un même groupe d'âge, davantage d'études sont nécessaires pour déterminer les situations ou les contextes dans lesquels une plus grande consommation de boissons énergisantes se produit.

Les boissons énergisantes peuvent également avoir un effet négatif sur le sommeil, qui peut être modulé par la caféine. Une étude portant sur 197 élèves du secondaire a révélé que 95 pour cent des participants ont déclaré avoir récemment consommé de la caféine. Les utilisateurs mixtes de caféine et de soda ont signalé un réveil tôt le matin et une somnolence diurne par rapport au groupe à faible teneur en caféine. 21

Une étude distincte réalisée par Calamaro et al 22 a révélé qu'il y avait une consommation de boissons énergisantes 76% plus élevée parmi les étudiants qui ont signalé une somnolence diurne. L'utilisation de ces boissons par les étudiants était liée à leur utilisation de gadgets technologiques modernes tard dans la nuit, entraînant ainsi une consommation élevée de boissons énergisantes. La consommation de ces boissons a entraîné une diminution de la vigilance et une augmentation de la somnolence diurne le lendemain. L'étude a suggéré que la somnolence diurne était due à une consommation élevée de boissons énergisantes la nuit précédente, mais n'a pas pris en compte l'impact d'un sommeil insuffisant la veille. There is need for more detailed studies quantifying the actual number of hours slept, the amount and intensity of physical activities performed at night, and their association with energy drink consumption and daytime sleepiness. In a study conducted by Anderson et al, 23 the authors showed that energy drinks with low caffeine content (30mg) did not counteract sleepiness and led to lower reaction time. They also found that although high levels of glucose may have a short-term alertness-enhancing effect, in the long term they increased sleepiness in those subjects who were sleep deprived. Jay et al 24 investigated the effects of energy drinks on sleep hygiene following a period of wakefulness. The authors found that use of energy drinks to maintain alertness prior to an eight-hour period of recovery sleep negatively impacted total sleep time and sleep efficiency, but did not have a measurable effect on subsequent performance. Those who consumed energy drinks prior to sleep had 29.1 minutes less sleep and sleep efficiency was decreased from 91.8ଐ.9 percent to 84.7଒.7 percent. 24

The results on the influence of energy drinks on sleep are conflicting and further study remains to be done.

Energy drinks and impact on decision making. Individuals drink these beverages at various times of the day, whether it is in the morning, middle of the day, or at night. Energy drinks may be consumed alone, during a meal, or mixed with alcohol. The frequency of consumption of energy drinks and the reason for consuming alcohol may be related. The frequency of consumption of energy drinks was studied in a descriptive and cross-sectional study. 25 Of 137 physical education college students queried, 39.4 percent had consumed energy drinks six or more times in the last month and 87.6 percent of these users mixed it with alcohol. 25 The most common reason students gave for consuming energy drinks in this study was to improve the taste of alcoholic drinks.

In a cross-sectional study of 602 adolescents and young adults from universities in New York, 26 psychological effects, in terms of risk- taking behavior, were assessed via self-report. Frequency of energy drink consumption was positively associated with problem behaviors, particularly among Caucasian students. Across both races studied (African American and Caucasian), the increased problem behaviors exhibited were in the domains of sexually risky behaviors, marijuana use, fighting, and failure to use seat belts. Among Caucasian students, there was an additional association between frequency of energy drink consumption and prescription drug abuse, alcohol abuse, and cigarette smoking. The authors suggested that the frequency of use of energy drinks in combination with alcohol may increase one’s chance of engaging in risk-taking behaviors. 26 Although self-report as a method of data collection is not always reliable, several studies have corroborated these results that consuming a combination of alcohol and energy drinks is associated with increased risk-taking behavior. 27 – 30 In addition to the risk-taking behaviors mentioned in the previous study, combination alcohol and energy drink consumption has been associated with increased heavy episodic drinking and increased risk of either being taking advantage of sexually or taking advantage of others. 29 Of particular concern, is the association found between frequency of energy drink consumption and alcohol dependence. In a study of 1,097 college students, high-frequency energy drink consumption, defined as use 52 days or more in the past year, was associated with greater risk for developing alcohol dependence, as defined by DSM-IV, as compared to low frequency users and nonusers. 28 In a study of 802 randomly selected and self-selected patrons using anonymous interview and breath-alcohol concentration readings, it was found that the consumption of alcohol and energy drinks together increased the chances of nighttime risky behavior such as drinking and driving. 31 Those who only drank alcohol were less likely to drink and drive than those who drank alcohol and consumed energy drinks concurrently. This may be due to the finding that energy drinks reduced the depressant effects of alcohol intoxication. 1 It is not clear if the reduction in depressant effects is subjective or objective. This theory was examined in a double-blind, placebo-controlled study of 27 noncaffeine-deprived women. 32 Psychological effects were assessed using the Repeatable Battery for the Assessment of Neuropsychological Status (RBANS), which measures impairments in immediate memory, language, attention, visuospatial/constructional, and delayed memory. Those who consumed the energy drink and alcohol had significantly lower post-test performance on a global score of neuropsychological status than those who drank a caffeinated beverage alone. Psychological deficits were specifically found in both visuospatial/constructional and language performance scores. These results contrast the commonly held belief of most young people that energy drinks nullify the negative effects of alcohol intoxication. In a related study, the combining effect of alcohol and energy drinks was found to subjectively reduce the perception of impairment in motor coordination and visual reaction time without any objective difference noted. 33 The combined consumption of alcohol and energy drinks is associated with decreased awareness of physical and cognitive impairment caused by alcohol intake, which may then lead to further alcohol consumption. Although there is a decreased awareness of impairment when these beverages are consumed together, there is no actual reduction in alcohol-induced impairment. Additionally, due to the stimulant properties of the added caffeine and the dilution of the alcohol, individuals may remain alert longer, allowing for extended time in which to consume alcohol, which in turn may lead to binge drinking. There is some evidence that at lower levels, caffeine may alleviate some of the intoxicating effects of alcohol, but at higher caffeine levels there does not appear to be any modulation of impairment. 34 Marczinski et al 35 also found that consuming a combination of alcohol and energy drinks reduced impairment of response activation/execution that is normally induced by alcohol, but the combination did not affect the alcohol-induced response inhibition portion of behavioral control. 35 Additionally, they found that the combination of alcohol and energy drinks was associated with increased subjective reports of stimulation. These two findings taken together—poorer behavioral/impulse control coupled with increased stimulation—may suggest that individuals drinking alcohol-energy drink mixes may have a greater likelihood of engaging in risky behaviors. Also of concern is the perception of being less intoxicated than is actually the case while behavioral control remains impaired. As there are many studies with conflicting results on the alcohol-energy drink effect on alcohol-induced impairment, further investigation of the mechanism of action of this interaction is warranted.

Energy drink impact on well-being and QOL. Nutritional and tonic drinks, under which energy drinks can be classified, made up 43.1 percent of the modalities of use of complementary and alternative medicine in a Japanese study. 36 Though there is a common cultural/regional belief that energy drinks improve the quality of daily life, there are few studies to support this claim. This belief is not restricted to Japan. According to Smith and Atroch, 37 energy drinks that contain guarana have been used for hundreds of years as a tonic in countries like Brazil.

A study of the effect of the dietary supplement L-carnitine, which is among the contents found in energy drinks, showed its effects on QoL to be equivocal as measured by using the Anti-Aging QOL common questionnaire (AAQOL) in a double-blind study that involved 35 healthy volunteers. 38 Vitamins are also important components of energy drinks, and in a study performed to document the effects of vitamin B supplementation and walking on quality of life, improvement in QOL was found to be associated with walking but not with vitamin B supplementation. 39 QOL in this study was assessed using the population-specific Dementia Quality-of-Life (D-QOL) questionnaire to assess overall QOL and the generic Short-Form 12 Mental and Physical Component scales (SF12-MCS and SF-PCS) to assess health related QOL. Further research is needed to investigate the specific impact of energy drinks on QOL and wellbeing.

Energy drinks and psychiatric patients. The mechanism of action by which energy drinks induce or exacerbate mental illness is thought to be by way of caffeine and its effects on neurotransmitters. 40 Through adenosine A1 and A2A receptor antagonism, caffeine inhibits the inhibitory effects of adenosine on dopamine, thus increasing the psychoactivity of dopaminergic systems (D1 et D2 receptors acted on by A1 and A2A, respectively) 41 affecting mood, executive functioning, salience attribution, cognition, and regulation of behaviors. This appears to be true as caffeine has been shown to induce manic symptoms in those without bipolar disorder, and psychosis in those without a previously diagnosed psychotic disorder. 42 – 44 These symptoms tend to resolve with discontinuation or significant reduction of caffeine consumption. 42 , 43

It has also been hypothesized that the mechanism by which caffeine-containing energy drinks induce psychiatric relapse is via competitive binding at CYP450 sites. With increased caffeine intake, these binding sites are overwhelmed by caffeine molecules, thus inhibiting binding by psychotropic medications. By this process, many antipsychotics and antidepressants will not be metabolized, thereby inducing relapse by decreasing efficacy of psychotropic medications. 45

In a case report by Cerimele, Stern, and Jutras-Aswad, 46 an individual diagnosed with schizophrenia was noted to experience psychotic symptoms resulting in readmission to the hospital after increased consumption of energy drinks. After his first beverage, the subject reported an increased interest in activities and improved mood. Eventually, the subject increased his consumption of energy drinks to 8 to 10 cans (16oz per can) daily. After two months, the subject was hospitalized with symptoms of paranoia, internal preoccupations, constricted affect, and delusional religious beliefs. Ten days after hospitalization and discontinuation of the excess dietary caffeine, the degree of paranoia, preoccupations, and other psychotic symptoms displayed while consuming the energy drinks decreased to pre-study levels without an increase in maintenance antipsychotic medication. 46 The authors were convinced that the temporal evidence gathered by this case report demonstrates enough evidence to prove their hypothesis correct, although more studies are necessary to confirm these findings.

Chelben et al 47 reported on three patients who also demonstrated increased psychiatric symptomatology leading to inpatient hospitalization with use of energy drinks. The first case described a 41-year-old woman with cluster B personality traits consistent with borderline personality disorder (BPD) who drank five or more energy drinks per day for one week. Upon dissolution of monetary assets, she abruptly stopped her energy drink intake and was hospitalized the following day with signs and symptoms of hypervigilance, aggression, psychomotor agitation, and impulsivity. The second case described in this report was of a 38-year-old woman with a psychiatric history significant for comorbid bipolar disorder, BPD, and polysubstance dependence. She began drinking 5 to 10 energy drinks per day with a resultant “high, like on drugs,” and improved affective control with better control over her anger. Like the previous case, on hospital admission she exhibited impulsivity and psychomotor aggitation with additional onset of self-injurious behaviors and beginning insomnia. The final case described a 25-year-old man with schizophrenia who, for one month prior to hospitalization, had been consuming 8 to 9 energy drinks in one sitting. He too exhibited signs of hypervigilance, aggression, and psychomotor agitation, as well as thoughts of self-harm. These authors also acknowledge that while the temporal relationship between intensification of energy drink consumption and mental deterioration appears to be associated, this does not confirm a causal relationship. 47 However, there are several reports of caffeine-induced mania in patients with bipolar disorder 40 , 48 and suicidality in those with depression 49 with doses of caffeine greater than 300mg per day. At doses greater than 450mg per day, caffeine has been shown to induce or exacerbate anxiety, 50 especially in patients with panic disorder, 51 and in family studies, the same effect was detected in first-degree relatives. 52 Caffeine was also shown to exacerbate anxiety in depression, 51 generalized anxiety disorder, 53 and social anxiety disorder-performance subtype. 54 Paradoxically, in a double-blind, placebo-controlled study, Koran et al 55 showed that a single large dose (300mg) of caffeine daily may provide added symptom reduction when used to augment a selective serotonin reuptake inhibitor in those with treatment-resistant obsessive compulsive disorder (OCD). 55 Caffeine may be beneficial in OCD as compared to other anxiety disorders due to the differential symptomatology. 44 Whereas most anxiety disorders consist of irrational or disabling worries and fears, in OCD, individuals suffer from ruminative thoughts leading to compulsive behaviors. Koran et al 55 hypothesized that the caffeine-induced increase in dopamine may lead to increased D1 receptor binding in the prefrontal cortex resulting in enhanced attention and working memory. Thus, individuals with OCD should be able to divert their attention away from intrusive thoughts, which then decreases reactive compulsive behaviors. By the same mechanism—increased D1 activity in the prefrontal cortex�ine may be beneficial in attention deficit hyperactivity disorder by increasing the ability to sustain attention, resulting in decreased reaction times, enhanced executive functioning, and increased processing speed. 44

At moderate doses, defined as less than 150 to 200mg of caffeine per day, caffeine has been shown to have neuroprotective effects as well as positive effects on mental illness. Moderate intake has been associated with fewer signs and symptoms of depression, 44 including decreased risk of suicide, 56 and cognitive improvement/delay of cognitive decline. 57 However the mood-enhancing effect of caffeine appears only to occur in regular consumers of caffeine, whereas caffeine-naive consumers tend to derive performance-enhancing benefits. 58


Top 10 Energy Drinks with Potentially Dangerous Side Effects

It’s important to understand that most energy drinks have supplements and therefore most brands must contain some type of warning label about consuming more than the recommend serving per day. In moderation, most people will have no huge, short term side effects from drinking energy drinks, however, the long term side effects from consuming energy drinks are not fully discovered of yet.

We will take a look at the most common side effects of energy drinks that could result from ingesting too much of them through your favorite energy drink. So think twice before drinking the following top 10 energy drinks with potentially dangerous side effects. Parents should use caution before giving them to their kids.

Kids and adults love drinking Gatorade at least twice a day. They drink it for lunch and sometimes with snacks. Gatorade is refreshed with different vitamins and minerals, including fat-soluble vitamins. Fat-soluble vitamins cannot be emitted from the body when they are drunk in large quantities. The side effect is called vitamin toxicity (hypervitaminosis A).

Probably the most known consequence of drinking too much Gatorade is an unexpected weight gain. According to research, each 32-oz. bottle of Gatorade has 200 calories. If an athlete burns fewer calories than that, the excess calories will store as fat, which eventually leads to weight gain.Gatorade is full with different vitamins and minerals, especially fat-soluble vitamins such as vitamin A. Fat-soluble vitamins cannot be removed from the body when they are consumed in large quantities, so side effects are known to occur. Drinking too much Gatorade, and consuming much more than your recommended amount of vitamin A, can lead to vitamin toxicity.

The drink has 280 mg of caffeine, more than any other energy drink. Insomnia, headaches, vomiting and dehydration are some dangerous side effects. The worst part is that the company appeals to kids to drink it.

Monster is a popular citrus energy drink. Despite its popularity, there are various side effects which could cause gastrointestinal problems because of the high levels of carbohydrates. People have reported stomach aches, vomiting, headaches and blurred vision after drinking Monster.

Since the absorption of nutrients is much slower, there is a grander chance that the fluid absorption rate of the body will also be slower. Difficulty in natural re-hydration of the body during workouts could potentially be dangerous to their health. Athletes, who lose great quantities of fluids during games and practices, should be aware of this circumstance for they are one the target markets of Monster energy drink.

Red Bull has an increasing amount of sugar in its drink. One can has 27 grams of sugar in it. Those who drinks the energy drink daily may experience a weight gain. Weight gain of course could lead to high cholesterol levels and other gastrointestinal problems. Additionally, there can be a risk to your cardiovascular system. You may experience high blood pressures as a result.

5. 5 Hour Energy:

The drink has above average amounts of B6 and B12. It also has extraordinary amounts of Tyrosine and Phenylalanine Tyrosine and Phenylalanine. Some effects include chest pain, nausea, dizziness and vomiting.

In November of 2012, New York Times reported a link between the 5 hour energy drink and the deaths of 13 people over the past four years. In addition to these deaths, 5-Hour Energy is responsible for 30 other life-threatening incidents, including heart attacks, convulsions, and at least one spontaneous abortion.

6. Full Throttle:

This energy drink is a proud supporter of racing and sport athletes. Euphoria, insomnia, anxiety and irritability are the main side effects of this drink. People are known to crash and to also have seizures after drink Full Throttle.

Many people drink alcohol with energy drinks. This is a big no no for those mixing Rockstar with alcohol. You may have to be transported to the hospital for alcohol toxicity.

8. XS Energy:

This drink is destructive. You may experience bloating, diarrhea, heart burn, vomiting, nausea, sleep disturbances and gastrointestinal problems. You may also find yourself sitting in the washroom for a long period of time.

NOS is an energy drink that should be drunk with care. Those who have sensitivity to caffeine should not drink the energy drink. Furthermore, people should not drink this in the morning, before eating and before exercising. It has 260 mg of caffeine. One USA teen was sent to hospital after drinking NOS. Mood swings are quite normal when drinking it.

10. Powerade:

Parents should think twice before giving this drink to their children. The drink carries Niacin which is used to prevent and treat pellagra deficiency. The acid can cause dementia, confusion and severe liver problems, if drank in large doses.

If you are an endurance athlete, Powerade can be helpful. It can assist you with preventing hyponatremia. When you consume too much water, your sodium levels decrease — causing headaches, swelling of the hands and feet, and sometimes vomiting and death as well. Because Powerade contain sodium as one of the electrolytes, consuming it during an endurance activity can help balance your sodium levels.

The Alternative? Instead of getting a can of energy drink which costs around $5,, how about making your own, much healthier version energy drink using natural sweetener and honey? There are plenty of them on the internet, but the most important ingredients are honey, lemon juice, sea salt and water. You can alter things around based on your tastes and preferences.


Energy drinks: What are the health risks?

Several health agencies and publications are sounding the alarm when it comes to energy drinks. The popular beverages have been linked to a wealth of heart problems and in some cases, death.

Energy drinks can cause major health issues, including increased blood pressure and a wealth of heart problems, according to a 2019 study published in the Journal of the American Heart Association (JAHA).

One couple apparently learned that the hard way when a man was left with a hole in his skull and suffered a brain hemorrhage after what doctors said was “excessive energy drink consumption,” his wife claimed.

According to the JAHA study, the number of energy drink-related emergency room visits doubled between 2007 and 2011. The uptick in emergency room visits coincided with the Food and Drug Administration's findings of 34 energy drink-related deaths over the course of several years.

Read on for a look at the dangers of energy drinks.

What are some risks associated with energy drinks?

Two cans of Monster energy drink. (Reuters)

Energy drinks have been "associated with cardiac arrest, myocardial infarction, spontaneous coronary dissection, and coronary vasospasm," per the JAHA study.

Lead researcher Dr. Sachin A. Shah stated, "We found an association between consuming energy drinks and changes in QT intervals and blood pressure that cannot be attributed to caffeine," according to The Sun.

QT intervals are a measurement used in the JAHA study that measures the time it takes for heart ventricles to prepare to generate a beat. Any discrepancy in QT intervals can lead to arrhythmia (abnormal heartbeat) and can be life-threatening.

"We urgently need to investigate the particular ingredient or combination of ingredients in different types of energy drinks that might explain the findings seen in our clinical trial," Shah continued.

The drink 5-Hour Energy is viewed for sale at a grocery store in New York City. (Getty)

Energy drinks can also disrupt sleep patterns, cause heart palpitations and anxiety, contribute to digestive programs, increase blood pressure and lead to dehydration, according to the National Institute of Health (NIH).

Energy drinks “can be dangerous because large amounts of caffeine may cause serious heart rhythm, blood flow and blood pressure problems,” the NIH has warned.

Researchers with the American Heart Association have warned that energy drinks can be “life-threatening," especially for those already with high blood pressure or cardiac issues.

The drinks have led to death. In 2017, a South Carolina teenager died after consuming an excessive amount of caffeine in a short amount of time.

Children with still-developing cardiovascular and nervous systems are also at risk as caffeine could harm them. The American Academy of Pediatrics said children should “never” consume energy drinks.

Is mixing alcohol and energy drinks especially dangerous?

Experts warn against mixing energy drinks and alcohol as it may inhibit young adults’ ability to tell their level of intoxication. The NIH estimated that about 25 percent of college students mix alcohol and energy drinks and binge-drink “significantly more” than others.

What ingredients are commonly found in energy drinks?

Caffeine and sugar are ingredients typically found in energy drinks, according to the University of Maryland’s Legal Resource Center for Public Health Policy. The center said that the drinks contain “large amounts of sugar comparable to sodas and fruit drinks,” as well as artificial sweeteners.

Taurine, an amino acid, is also often found in energy drinks, the center said. It’s added as a “caffeine adjuvant” which aids the effects of caffeine. Other common ingredients – guarana, kola nuts and yerba matè – also can contain caffeine or other caffeine stimulants, the center found.

One particular danger about energy drinks is that manufacturers are not required to disclose what ingredients go into formulating the popular beverages.

“These energy drinks – one of the biggest problems – is that we haven’t the faintest idea what’s in them,” Dr. Steven Nissen, M.D. of Cleveland Clinic pointed out. “The manufacturers of these drinks are not required, by law, to disclose the contents. Those who have performed independent analysis on them have learned, at least a few of the drinks, are just loaded with huge amounts of caffeine.”

What are some alternatives to energy drinks?

Nitrous Monster, the first energy drink with nitrous oxide, launched in new re-sealable 12 oz. cans. (PRNewsFoto/Rexam)

Villanova University recommends eating a balanced breakfast and foods with soy to stay energized without the use of an energy drink. The school also recommends drinking water and green tea.

Nissen also noted that consumers should "work on their sleep habits so that they are getting a good night’s sleep."

“Seven to eight hours of sleep is normal for adults, and even more for children. Don’t use an energy drink as a substitute for good sleep habits,” he continued.

Nissen pointed out if all else fails, alert your doctor.

“If you’re really tired all the time, rather than going and buying an energy drink – particularly if you’re getting enough sleep – you may have an underactive thyroid or another medical condition that’s causing you to be tired,” he said. “Don’t try to fix the problem by buying something for which you have no idea what the contents are. You have no idea what’s in those energy drinks, and that’s not safe.”


Caffeine overdoses can be fatal

Caffeine, the world's most popular psychoactive substance, is safe to use in moderation, helping billions of people get through their day in the form of coffee and tea. It offers health benefits such as improved focus, mood, and energy.

But too much caffeine is risky, with side effects like anxiety, heart palpitations, and low blood pressure. In severe cases, caffeine overdose can lead to unconsciousness and even death. Caffeine overdose has also been linked to metabolic acidosis, a potentially serious build-up of acids in the body that can lead to kidney failure.

More concentrated sources of caffeine are more likely to cause overdose, meaning that energy drinks are riskier than coffee and tea.

Most dangerous, according to case studies, is caffeine powder in supplements for energy, exercise and weight loss . A scoop of this highly-concentrated powder can contain the caffeine equivalent of 50 cups of coffee or more.


Best & worst energy drinks

Energy drink sales are skyrocketing: from 2011 to 2012 they grew by 14 percent, a bigger jump than any other beverage category! That&aposs not too surprising-who doesn&apost want to catch a second (or third) wind?

But are some drinks better than others? Here we take a look at the calories, sugar and caffeine in some of the most popular energy drinks on the market.

The Best: McDonald&aposs Coffee
(large, 16 oz., black): 0 calories, 0 g carbohydrate, 0 g sugar, 133 mg caffeine
In general, straight-up black coffee is going to be a top choice for energy. Black tea is a close second, though it delivers less caffeine per fluid ounce. Research shows that, in small quantities, caffeine may boost energy, alertness and athletic performance. But it&aposs recommended that you limit your caffeine to 200 milligrams at a time, no more than twice a day-which is why the McDonald&aposs black coffee at 130 mg per 16 ounces beat out the Starbucks with 330 mg for 16 ounces.

There are other perks to choosing coffee, too: moderate coffee drinking may help reduce risk of dementia, Alzheimer&aposs and Parkinson&aposs diseases, as well as lower risk of developing type 2 diabetes. You can read more about the health benefits-and cons-of coffee here.

  • Other top choices:
  • Starbucks Coffee, Pike Place Roast
  • (grande, 16 oz., black): 5 calories, 0 g carbohydrate, 0 g sugar, 330 mg caffeine
  • Celestial Seasonings Morning Thunder Black Tea
  • (1 bag): 0 calories, 0 g carbohydrate, 0 g sugar, 40 mg caffeine
  • Crystal Light Energy
  • (1 serving all flavors): 5 calories, 0 g carbohydrate, 0 g sugar, 60 mg caffeine
  • 5-Hour Energy (1.93 oz.): 4 calories, 0 carbohydrate, 0 g sugar, 215 mg caffeine

Worst: Rip It Power
(16 oz.): 260 calories, 66 g carbohydrate, 66 g sugar, 200 mg caffeine
Of the energy drinks we looked at, Rip It Power delivered the most calories and sugar-though its caffeine content is spot on, based on the recommendation to limit it to 200 milligrams at a time.


Even just one energy drink can harm your blood vessels, study suggests

Years of research have identified a variety of serious health risks associated with downing a couple of energy drinks, such as liver damage, increased blood pressure, tooth erosion and more.

Despite the warnings, energy drinks are still among the most commonly used dietary supplements in the United States. In fact, according to the National Center for Complementary and Integrative Health, “almost one-third of teens between 12 and 17 years drink them regularly.”

Now, new research to be presented at the American Heart Association's summit in Chicago next week suggests consuming just one drink can lead to negative effects on blood vessel function.

For the study, scientists at the McGovern Medical School in Houston examined 44 nonsmoking young and healthy medical students in their 20s. They tested baseline endothelial function (or blood vessel function) and then tested it again 90 minutes after the participants consumed one 24-ounce energy drink. Endothelial function is a powerful indicator of cardiovascular risk.

The researchers also recorded artery flow-mediated dilation using an ultrasound that reveals overall blood vessel health before and after the 90-minute mark.

What they found was an acute impairment in vascular function after just one drink. At baseline, vessel dilation was, on average, 5.1 percent in diameter. After 90 minutes and one drink later, vessel dilation fell to 2.8 percent in diameter.

According to lead researcher John Higgins, that reduction can restrict blood flow and oxygen delivery.

"It's more work for the heart and less oxygen supply for the heart. This could explain why there have been cases where kids have had a cardiac arrest after an energy drink," he told HealthDay.

The reduction’s effects can ultimately lead to an increased risk of high blood pressure, coronary heart disease, stroke or rheumatic heart disease, in addition to other vascular diseases.

While the study is small and only examines the acute effects of energy drinks, Higgins and his colleagues believe the combination of caffeine, taurine, sugar and other ingredients are responsible for any negative effects.

As the American Heart Association has previously noted, "added sugars contribute zero nutrients but many added calories that can lead to extra pounds or even obesity, thereby reducing heart health."

And while caffeine has also been linked to health benefits, the recommended daily limit is 400 milligrams for adults. But some energy drinks contain more than 200 milligrams per ounce, including the concentrated so-called "energy shots."

Still, industry groups argue their drinks are safe.

"Mainstream energy drinks contain about half the caffeine of a similarly sized cup of coffeehouse coffee, and have been extensively studied and confirmed safe for consumption by government safety authorities worldwide," William Dermody, spokesman for the American Beverage Association, said in response to the study. "Nothing in this preliminary research counters this well-established fact."

The researchers are scheduled to present their findings, considered preliminary until published in a peer-reviewed journal, on Monday, Nov. 12.


Sécurité

  • Large amounts of caffeine may cause serious heart and blood vessel problems such as heart rhythm disturbances and increases in heart rate and blood pressure. Caffeine also may harm children’s still-developing cardiovascular and nervous systems.
  • Caffeine use may also be associated with anxiety, sleep problems, digestive problems, and dehydration.
  • Guarana, commonly included in energy drinks, contains caffeine. Therefore, the addition of guarana increases the drink’s total caffeine content.
  • People who combine caffeinated drinks with alcohol may not be able to tell how intoxicated they are they may feel less intoxicated than they would if they had not consumed caffeine, but their motor coordination and reaction time may be just as impaired.
  • Excessive energy drink consumption may disrupt teens’ sleep patterns and may be associated with increased risk-taking behavior.
  • A single 16-oz. container of an energy drink may contain 54 to 62 grams of added sugar this exceeds the maximum amount of added sugars recommended for an entire day.

This publication is not copyrighted and is in the public domain. Duplication is encouraged.

NCCIH has provided this material for your information. It is not intended to substitute for the medical expertise and advice of your health care provider(s). We encourage you to discuss any decisions about treatment or care with your health care provider. The mention of any product, service, or therapy is not an endorsement by NCCIH.


Voir la vidéo: Boissons énergisantes: à consommer avec modération! - Le Magazine de la santé (Décembre 2021).