Autre

Guy Fieri se lance dans le commerce du vin


Attention, Sonoma: le chef célèbre le plus aimé (et détesté) d'Amérique vient pour votre verre à vin

Recherchez un vin de la marque Guy Fieri, à venir.

Comme si Guy Fieri n'a pas fait assez cette année, maintenant, des rapports montrent que le célèbre chef espère faire une brèche dans le secteur du vin.

La presse démocrate rapporte que Fieri a acheté un vignoble de pinot noir de 5 acres à Sonoma l'année dernière, dans son appellation Russian River. De plus, Fieri's Knuckle Sandwich LLC a soumis une demande d'ouverture d'une salle de dégustation de vins sur Willowside Road à Sonoma. Fieri a déclaré à Press Deocrat que l'ouverture d'un domaine viticole a toujours été un rêve. "Depuis que j'ai déménagé dans le comté de Sonoma et que j'ai vu tout cet incroyable environnement de vin, du côté agricole au côté commercial, en passant par l'engagement communautaire... Je suis juste émerveillé... Alors, ma femme et moi en parlions et disions : 'Est-ce qu'on peut faire ça un jour ?'", a-t-il déclaré à la presse démocrate.

Fieri aurait vendu le premier millésime à deux autres établissements vinicoles, à Williams Selyem Winery et Jackson Family Wines. Fieri a de grands projets pour son entreprise secondaire Sonoma; il prévoit d'ouvrir non seulement une salle de dégustation, mais un espace pour éduquer les enfants à la cuisine (et un endroit pour se détendre avec ses amis du vin). Mais un vin de marque Fieri peut être un peu plus éloigné que ce que nous pouvons espérer (ou non). Fieri dit qu'il peut lui donner le nom de ses deux fils, Hunter et Ryder, et l'appeler Hunte et Ryde. On ne peut qu'espérer que ça se passe mieux que le sien margarita "déchets nucléaires" dans son tristement célèbre restaurant de Times Square.


Ce maillot de bain Guy Fieri est. Quelque chose

Parfait pour les dîners, les drive-in et la plongée dans la piscine.

À moins que vous ne parcouriez les magasins de rabais, la mi-juillet est généralement un peu tard pour faire du shopping pour vos maillots de bain d'été. Mais là encore, vous ne saviez probablement pas qu'un maillot de bain orné du visage de Guy Fieri existait jusqu'à ce que vous commenciez à lire ceci, donc à certains égards, votre été commence dès maintenant.

Le détaillant de vêtements en ligne Beloved est fier de ses choix de mode quelque peu bizarres. La marque se décrit comme disant “it&aposs ok pour porter de la pizza sur vos vêtements. Ou tout ce que vous voulez, vraiment. Cela comprend une gamme complète de maillots de bain une pièce pour femmes avec des gros plans extrêmes de certains des visages les plus infâmes du monde : tout le monde, de Trump et Poutine à Nicholas Cage et Steve Buscemi… et, bien sûr, le maire de Flavortown lui-même, Guy Fieri.

Oui, enfiler ce maillot de bain transformera le ventre de n'importe quelle femme en fournisseur préféré de sauce pour âne (ce que nous avons tous appris n'est que de l'aïoli). Imaginez les lunettes de soleil enveloppantes emblématiques de Fieri qui épousent la zone juste au-dessus de votre taille, sa bouche qui aime la cuisine américaine juste au niveau de votre nombril et sa barbiche toujours identifiable qui atterrit directement dans votre , euh, disons simplement qu'elle s'aligne dans un endroit intéressant anatomiquement.

Aussi terriblement rebutant que le devant du une-pièce est &# x2013 sans faute de Fieri&# x2019, vraiment personne n'aurait l'air bien comme ça &# x2013 le dos du costume est encore plus bizarre. C'est exactement la même image &# x2013 un gros plan extrême du visage de Fieri&# x2019s &# x2013 mais comme le dos a une coupe très basse, la tasse à bouche ouverte de Fieri&# x2019s atterrit sur le bas du dos et les fesses. Oui, les gens à votre pool party vont avoir un visage complet de Fieri, que vous veniez ou partiez. Et puis ils se mettront probablement immédiatement en route eux-mêmes.

Selon Beloved, ces costumes, qui se vendent actuellement à 49,95 $, sont "fabriqués à la main en 10 jours" probablement parce que ce serait un modèle commercial horrible d'avoir un stock géant de maillots de bain Guy Fieri dans votre inventaire. Cela signifie que si vous voulez obtenir votre costume d'ici la fin de l'été, vous devez agir vite. Ou vous pouvez simplement déménager dans un endroit tropical et faire de votre maillot de bain Guy Fieri votre tenue de prédilection 365 jours par an.


Le célèbre chef Guy Fieri : sa nouvelle ligne de tequila avec le rockeur Sammy Hagar et comment il essaie de sauver l'industrie de la restauration

Guy Fieri est une boule d'énergie qui marche. Vous pouvez le voir venir à un kilomètre de distance, ses cheveux à pointes de platine, ses tatouages ​​​​et son bling brillent de mille feux. C'était comme si nous étions amis de longue date lorsqu'il m'a accueilli dans la cuisine du célèbre restaurant Horn and Cantle du Montana.

Il y a un enthousiasme confiant dans la façon dont il aborde son entreprise, semblable à sa passion pour la cuisine. Le chef superstar de 52 ans est incroyablement enthousiasmé par la nouvelle aventure dans l'industrie des spiritueux avec le lancement de Santo Tequila, avec son partenaire, la légende du rock Sammy Hagar. Hagar a été l'une des premières célébrités à investir dans une marque d'alcool, et Santo Spirits a été lancée avec Juan Eduardo Nuñez, le maître distillateur de troisième génération de la célèbre distillerie El Viejito, fondée en 1937, dans les hautes terres de Jalisco, au Mexique. Ensemble, ils ont créé un portefeuille de spiritueux Santo, une délicieuse tequila blanco à l'ancienne et la première mezquila au monde.

Guy Fieri avec Santo Tequila

Selon Sammy Hagar, " Guy a toujours été un amoureux de la tequila et quand il m'a approché pour créer une tequila ensemble, c'était le moment parfait ", expliquant qu'il travaillait déjà sur une nouvelle tequila blanco. « Guy et moi nous sommes serré la main et quelques mois plus tard, nous sirotions la tequila blanco la plus incroyable que nous ayons jamais goûtée. Santo Blanco est une gracieuseté du même maître distillateur de troisième génération qui a conçu ma première incursion dans la tequila, Cabo Wabo, ainsi que ma deuxième tentative Santo Mezquila. Maintenant, nous fabriquons une tequila de style « ancien monde » à base d'agave 100 % Blue Weber. »

"J'étais un grand fan de Sammy et j'ai même gagné une guitare dédicacée de lui quand j'ai fini par verser plus de sa tequila Cabo Wabo dans mes restaurants que n'importe qui d'autre", explique Fieri. « Sammy m'a appelé et m'a dit que j'avais une bonne et une mauvaise nouvelle que j'avais vendu Cabo Wabo (à Grupo Campari pour 80 millions de dollars). Je lui ai dit que s'il reprenait de la tequila, je le voulais. Avance rapide trois ans plus tard, Sammy m'appelle et me dit que nous sommes dans le commerce de la tequila bébé !

Restrictions à la frontière canado-américaines prolongées au moins jusqu'au 21 juin

Interdiction de voyager dans l'UE : les États-Unis et le Royaume-Uni s'attendent à une inclusion imminente sur la liste de sécurité non-UE

Plus de 75 % des Canadiens pourraient avoir besoin d'être vaccinés avant la réouverture de la frontière canado-américaine

Fieri ne sera jamais l'une de ces célébrités qui ajoutent simplement son nom à une ligne d'alcool : « Je veux descendre au ranch de Jalisco et planter, récolter, je veux y aller pendant deux semaines et tout faire. Quand j'ai commencé ma cave, j'ai tout fait. Parce que je m'en soucie, je dois être dedans pour de vrai. Sammy et moi récoltons des plantes matures et découpons la piña (protégée par de hautes feuilles épineuses, la piña est le cœur de l'agave bleu). Nous le torréfions deux fois et le cuisons jusqu'à ce que nous en tirions tout. Et la belle chose à ce sujet, c'est que puisque je suis très biologique et que je suis soucieux de la durabilité, nous prenons l'eau et les morceaux restants et les utilisons comme engrais pour les cultures.

Guy Fieri et Hunter Fieri prêts à reprendre la route pour la deuxième saison de leur série de voyages

Getty Images pour le groupe TAO

Nous préparions un festin mexicain avec son chef associé de longue date Cesar Orozco. C'était comme s'il avait goûté à la nourriture pour la toute première fois alors qu'il aimait partager son inspiration pour chaque saveur, du ceviche de fruits de mer au poulet Chili Verdes Sopes. Sa connaissance approfondie de la nourriture du monde entier l'inspire également à mettre une valeur particulière dans tout ce qu'il prépare, notant à quel point les ingrédients les plus simples comme les haricots Borracho et le riz frit mexicain sont les principaux aliments de base sur la plupart des tables au Mexique.

Fieri est le plus heureux lorsqu'il éduque un public, que ce soit à l'écran pour sa série Food Network "Diners, Drive-In's et Dives", qui, avant la pandémie, l'avait fait voyager à travers le pays pour rendre visite aux dîners classiques à la cuillère grasse. Maintenant, il travaille à temps plein dans sa cuisine à domicile à Sonoma, en Californie, pour filmer "Guy's Grocery Games" et "Triple D", avec son fils Hunter.

Guy Fieri, l'auteur, et le chef Cesar Orozco

Fieri est incroyablement occupé et c'est comme ça qu'il l'aime. Il prévoit de ressusciter son émission de voyage préférée avec son fils, la saison prévue ayant lieu une fois que le voyage sera sûr. Ce sera l'aventure ultime remplie de nourriture avec un voyage d'un mois à travers l'Asie, similaire à son aventure européenne qu'ils ont tous deux fait il y a plusieurs années. Fieri possède également un vignoble et vend son vin sous le label Hunt & Ryde, du nom de ses fils Hunter et Ryder. Il collectionne des voitures américaines classiques et des souvenirs sportifs, y compris son équipe locale préférée, les Raiders.

En plus du lancement de la nouvelle marque Tequila, Fieri travaille activement à sauver l'industrie de la restauration de ses pertes dévastatrices et a collecté plus de 21,5 $ pour les employés de la restauration en difficulté pendant la pandémie. Il a également produit un nouveau documentaire sur Food Network, "Restaurant Hustle 2020", mettant en lumière les défis auxquels l'industrie continue de faire face.

Je suis un explorateur du monde depuis plus de 35 ans, ayant visité plus de 90 pays. Je suis très expérimenté dans les voyages exotiques et les aventures de luxe extrême et j'ai

Je suis un explorateur du monde depuis plus de 35 ans, ayant visité plus de 90 pays. Je suis très expérimenté dans les voyages exotiques et les aventures de luxe extrême et j'ai eu la chance de voyager aux côtés de certaines des plus grandes célébrités et milliardaires. J'aime explorer des lieux cachés et inédits, révéler des destinations exclusives et extravagantes et rapporter des histoires de célébrités uniques.


Guy Fieri, Fired Up: Le roi du réseau alimentaire, avec une nouvelle offre massive, fait pression pour plus de soulagement dans les restaurants

La Camaro 1968 de Guy Fieri est manifestement absente de la gamme de roues vintage attenante à son ranch de Windsor, en Californie, dans la région viticole de Sonoma Valley.

Le cabriolet rouge cerise vu dans plus de 400 épisodes du récit de voyage culinaire du chef étoilé et collectionneur de voitures Diners, drive-in et plongées est en route depuis des points à l'est, où la production a repris l'hiver dernier, mais le blond platine passe quelques jours à la maison entre les tournages. Comme la plupart des gens, Fieri fait de petits pas dans le retour à la normale, bien que son statu quo pré-pandémique signifiait fournir à Food Network 80 heures annuelles vertigineuses de programmation originale. Fieri a été parmi les premiers à filmer à distance en 2020, apparaissant à l'antenne dans la semaine suivant les ordres de verrouillage à l'échelle nationale, il était donc naturellement de retour sur la route dès qu'il y a été autorisé.

"Voici ma recherche pour Hawaï, nous nous préparons à y tourner la prochaine fois", dit Fieri, faisant glisser un programme de restaurants en spirale sur la table qui nous sépare. Certaines entreprises ointes de sa touche Midas ont vu leurs ventes quintupler après que Fieri ait écharpé leurs créations à la télévision, une statistique qui revêt une nouvelle importance pour l'hôte compte tenu de l'effet calamiteux du ralentissement de la restauration. "Ensuite, j'essaie de rassembler enfin Porto Rico", ajoute-t-il en attrapant un autre classeur. “Ils ont besoin d'amour.”

Cet après-midi de mars chez Fieri n'est pas différent de rattraper un ami occupé qui a juste une statuette Emmy et quelques bouteilles de la marque de tequila qu'il possède avec Sammy Hagar sur l'îlot de la cuisine. L'une des trois propriétés viticoles que Fieri conserve dans sa Californie du Nord natale, c'est là que lui, Lori, sa femme depuis 26 ans et leurs fils Hunter et Ryder ont passé la majeure partie de l'année dernière avec leurs trois chiens. Le plus petit, un chihuahua nommé Smokey, est le favori de Fieri, comme le suggère le panneau fait à la main « Entrez lentement s'il vous plaît petit chien » au bout de sa longue allée.

Là où Fieri, un volcan d'enthousiasme à la caméra, subvertit les attentes, c'est dans son hospitalité presque modérée. Pas un nacho, une cuisse de poulet panée ou un popper aux jalapenos en vue, l'homme synonyme d'apport calorique à la caméra me tire à la place une double dose d'espresso. « Je suis devenu vraiment bon dans ce domaine au cours de la dernière année », dit-il en hochant la tête vers la machine à café.

Fieri a affiné cette compétence tout en collectant au cours de la dernière année plus de 25 millions de dollars pour les travailleurs de l'alimentation laissés au chômage par les fermetures de COVID-19. Il consacre maintenant la majeure partie de son énergie et, dans le cadre d'un nouvel accord télévisé historique, sa production créative à la reconstruction de l'industrie qui se moquait autrefois de son esthétique non raffinée et de ses menus éblouissants de bacon. De nos jours, il est difficile de ne pas prendre Fieri au sérieux. Alors qu'il prévoit de battre le tambour pour le soulagement du restaurant encore plus fort & mdash et que ceux les plus durement touchés par la récession sélective américaine commencent à sortir du cycle de l'actualité & mdash le sens du but du gastronome barbiche peut être la chose pour finalement éclipser son impétueux personnage.

"Rien ne peut remplacer ce que ce genre de reconnaissance, apparaissant à la télévision, peut faire pour ces personnes et leurs entreprises et sauver leur vie", dit-il en prenant une gorgée de café. “Je dois continuer à le faire parce que cela doit juste être fait.”

Il y a treize mois, alors que la pandémie commençait et que l'anxiété collective du pays montait en flèche, Fieri n'était ni effrayé ni nerveux. Il était trop en colère. "Je ne m'énerve pas et ne perds pas ma merde", explique-t-il. “Mais j'étais énervé.”

Les restaurants étaient fermés d'un océan à l'autre et, selon l'estimation de Fieri, la plupart des types d'endroits pour maman et pop présentés sur Diners, drive-in et plongées &mdash a peut-être eu une piste de 10 jours avant que l'argent ne se tarisse. C'était à la mi-mars 2020, et il était sur sa machine elliptique & mdash Fieri a proposé beaucoup de ses idées pendant cardio & mdash lorsqu'il a décidé de demander à son directeur commercial les coordonnées des PDG de grandes entreprises. Il a rédigé des e-mails personnels à des courtiers en énergie comme le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, sollicitant des dons pour un fonds de secours d'urgence qui attribuerait finalement plus de 43 000 subventions et 500 $ chacune à des cuisiniers, serveurs et autres professionnels de la restauration sans emploi.

Aujourd'hui, dans une chemise noire impeccable, Fieri se penche sur la crise avec une passion sans faille. "Je ne veux pas faire honte aux gens et dire qui n'a pas fait de don, ce n'est pas mon style", dit Fieri, car il attribue avoir reçu d'énormes sommes d'argent de PepsiCo, Uber Eats et Procter & Gamble avant de prendre un pause. "Au fait, Jeff ne nous a pas aidés", partage-t-il.

« Il n'y a pas de meilleur vendeur que Guy », déclare la présidente de Food Network, Courtney White, dont le talent le plus bancable a dirigé 14 séries sur son réseau. « Il y a un pouvoir dans son enthousiasme. Cela amène les gens à se rallier à sa vision, qu'il s'agisse d'un argumentaire pour un spectacle ou pour collecter tout cet argent.

Alors qu'il demandait des dons aux entreprises du Fortune 500, Fieri a vendu White pour avoir réalisé le premier long métrage documentaire du réseau Discovery, Restaurant Hustle 2020 : tous sur la ligne. Co-dirigé par Fieri, le documentaire suit quatre chefs qui tentent de rester en activité au plus fort de la pandémie. Il a été créé en décembre et un suivi est en préparation pour cet été. Fieri a également fait pivoter la dernière saison de l'émission de concours de chefs Food Network Tournoi des champions &mdash son premier projet en studio après avoir tourné des versions à domicile de Diners, drive-in et plongées et Jeux d'épicerie pour gars &mdash pour rediriger tous ses gains (plus de 210 000 $) vers des restaurateurs en difficulté.

Sa philanthropie est connue depuis longtemps dans le comté de Sonoma, où il a nourri les travailleurs de première ligne et les voisins déplacés touchés par les incendies de forêt de la région. Mais cette dernière crise se déroule sur une scène beaucoup plus grande et trouve Fieri, qui a eu 53 ans en janvier, en train de devenir le type de rôle d'homme d'État âgé auparavant réservé aux ambassadeurs de la nappe blanche comme José Andréacutes et Tom Colicchio.

Comptez la longue lignée de crédits d'émission et les millions de contributions, et il devient difficile de réconcilier le Fieri de 2021 & mdash héros folklorique émergent & mdash avec le Fieri qui s'est matérialisé pour la première fois à la télévision américaine en avril 2006, nouvellement couronné vainqueur d'un concours de réalité naissant (La prochaine star du réseau alimentaire). Au cours de cette première année, il est passé de restaurateur anonyme à moins de 1 000 $ par épisode dans sa première émission de cuisine (Guy’s Big Bite) au lancement du programme de définition de carrière Diners, drive-in et plongées.

« Nous avons élaboré un plan sur cinq ans pour lui, et il l'a réalisé en trois ans environ », explique l'agent de longue date Jason Hodes, partenaire chez WME, dont les collègues lui disaient de « étreindre la fusée » au fur et à mesure que Fieri accumulait des séries et des accords de licence. C'est un vrai nom familier, juste un nom que les gens ne semblent pas pouvoir prononcer correctement.

Bien qu'il ait ouvert presque tous les spectacles avec un « Salut » familier, je suis Guy Fieri, en échangeant le « 8220r » dans son nom de famille pour un épanouissement italien qui ressemble plus à « Fiedi , « son préféré. la prononciation échappe à la plupart de son immense public. En moyenne, 73 millions de téléspectateurs, par Food Network, regardent au moins un morceau de la programmation de Fieri chaque trimestre. Et bien qu'il n'ait pas travaillé à temps plein dans une cuisine depuis deux décennies, il est impliqué dans plus de 85 restaurants dans le monde et s'est récemment associé au PDG de Planet Hollywood, Robert Earl, sur un concept ambitieux de livraison uniquement, Flavortown Kitchen. Si vous habitez dans une grande ville des États-Unis, il y a de fortes chances que vous puissiez vous faire livrer un burger au bacon Mac N Cheese sanctionné par Fieri en même temps qu'il faut pour regarder un épisode de Guy & #8217s Ranch Cuisine.

Fieri travaille à proximité de la nourriture depuis l'âge de 10 ans, d'abord comme plongeur dans le hameau de Ferndale sur la côte nord de la Californie. Après avoir obtenu un diplôme en gestion hôtelière à l'Université du Nevada à Las Vegas, il a déménagé dans le sud de la Californie, devenant à un moment donné directeur de district de la Trattoria de Louise. En 1996, Fieri était un jeune marié et une greffe récente à Santa Rosa, où il a ouvert le premier endroit à lui, Johnny Garlic’s. Deux autres ont suivi, tout comme le temple de la fusion barbecue-sushi Tex Wasabi’s. C'est là que le profil de saveur communément associé à Fieri &mdash wild et indulgent &mdash a commencé à émerger.

Le chef Alex Guarnaschelli, le restaurateur derrière le pilier de Manhattan Butter, s'est lié d'amitié avec Fieri sur le tournage de l'émission du concours Food Network Rachel contre Guy. Comme beaucoup dans son orbite, elle a du mal à définir l'ineffable Fieri-ness qui fait que les gens regardent et mangent. Elle essaie de le comparer à un altruiste Jay Gatsby et à une licorne avant de changer de cap. "Beaucoup de gens aspirent l'air de la pièce", explique Guarnaschelli. “Guy est le contraire. Guy est un climatiseur humain pour les bons sentiments. Être près de lui vous rend plus confiant en vous-même.”

Hunter, le fils de 24 ans de Fieri, a une explication plus simple de son succès. "Ce mec a juste plus d'énergie que quiconque que j'ai jamais rencontré", dit Hunter, la co-star de facto de son père depuis le début de la pandémie. “C'est incroyable et effrayant à la fois.”

Grâce à ce mélange de sympathie et d'agitation, Fieri a atteint un sommet rare. Ignorant Oprah Winfrey, il est la chose la plus proche d'un humain phare actuellement à la télévision. Il présentera au moins quatre émissions aux heures de grande écoute sur Food Network cette année, avec au moins trois autres et certains véhicules mettant en vedette, d'autres juste des productions de son bardeau Knuckle Sandwich et mdash en développement. En janvier, il est devenu le visage de la plateforme numérique Discovery+, abritant l'ensemble de sa bibliothèque. Et malgré les ouvertures d'un réseau de diffusion et de plusieurs streamers agressifs, Fieri a récemment signé un nouvel accord pour rester sur Food Network jusqu'en 2024 au moins.

"Nous avons été proposés et séduits, et, oui, il y a probablement un moyen de le faire à différents niveaux, mais je suis plutôt bien traité", note Fieri, qui dit que ses allégeances reposent sur une poignée. des cadres de programmation, pas n'importe quelle société mère. “J'ai eu la chance de ma vie, et je pense que je l'ai bien jouée.”

Un jeu de Fieri particulièrement avisé implique son trajet domicile-travail. Il y a huit ans, à l'époque où il était courtisé pour un potentiel Balayage de supermarché redémarrer hors réseau, Knuckle Sandwich développait ce qui allait devenir Jeux d'épicerie pour gars &mdash une préparation de cuisine frénétique sur une scène sonore de supermarché appelée Flavortown Market. Allison Page, dirigeante de l'alors Food Network, était intéressée, mais elle voulait que Fieri soit l'hôte. À contrecœur, Fieri a concédé ne tourner que 12 épisodes à Los Angeles. Lorsque cette première saison a été un succès, Fieri n'a accepté d'aller de l'avant qu'à la condition que la production se rapproche de chez elle. Ainsi, Food Network a financé un marché d'épicerie entièrement fonctionnel construit dans un entrepôt de 15 500 pieds carrés à Santa Rosa. De par la conception de Fieri, chaque article du marché de Flavortown est réel et comestible, ce qui lui permet de faire don de 350 000 $ de nourriture inutilisée à la Redwood Gospel Mission à proximité chaque année. Une grande partie de l'équipe de 150 personnes est revenue après une absence d'un an en avril, et l'émission &mdash maintenant la plus populaire de Fieri&mdash atteindra bientôt 275 épisodes.

Quant à son contrat de trois ans, que les sources décrivent dans les huit chiffres les plus élevés, il s'agirait du plus gros contrat de talent du genre pour Discovery Inc. (La société a refusé de commenter les points de l'accord.) Pourtant, il 8217s difficile de placer une étiquette de prix quand le sort d'une marque comme Food Network semble si inexorablement lié à l'homme qu'elle a mis devant la caméra, sans aucune attente, il y a 15 ans. "Je ne peux tout simplement pas imaginer Food Network sans Guy", déclare White. “Je ne peux même pas me résoudre à essayer l'imaginer.”

Tous ceux avec qui je parle de Fieri ont une histoire d'être témoin de l'étendue de sa popularité en public. Les gens ne sont apparemment pas timides avec quelqu'un dont la tasse bien visible est disponible à la télévision presque tous les jours. Et comme l'homme lui-même se prépare pour une série de semaines sur la route avec Diners, drive-in et plongées, dans un monde qui s'ouvre à nouveau, Fieri se fera un plaisir d'attirer à nouveau leur attention. Il a cependant une demande.

« Ne m'appelez pas ce critique gastronomique », dit Fieri, hérissé. “Je souligne. Je reconnais. Je ne critique pas. Si je n'aime pas la nourriture, vous ne la verrez pas dans mes émissions. Qui veut regarder quelque chose qui s'appelle Ça craint : ne venez pas dans ce putain d'endroit?”

La critique est naturellement un sujet délicat pour Fieri. Les objections à son fanfaronnade et à sa philosophie culinaire flamboyante sont peut-être mieux distillées dans le tristement célèbre 2012 New York Times ravageant son bistrot de Times Square, fermé depuis, Guy’s American Kitchen & Bar. La casserole, qui est devenue virale coup bas après coup bas, ne serait probablement pas écrite aujourd'hui et pas seulement parce que le journal a reconsidéré son approche des critiques une fois que les restaurants ont commencé à fermer en masse. La perception de Fieri a changé et la schadenfreude n'est plus à la mode.

"Avis zéro étoile ou non, Guy apporte une contribution indéniable à l'industrie de la restauration d'une manière qui est si désespérément nécessaire", déclare Guarnaschelli. « Je pense que les gens le considèrent maintenant comme un restaurateur et pas seulement comme un gars qui passe toujours à la télévision et qui a des restaurants. »

La preuve de ce changement peut être vue dans la liste des visiteurs récents du portefeuille Fieri. Des élites culinaires telles que Marcus Samuelsson, Nancy Silverton et Michael Voltaggio sont prêtes à discuter avec le «maire de Flavortown» oint sur ses multiples séries alors qu'il continue de rappeler au public et à tous ceux qui l'écouteront et mdash qu'il y a 8217s toujours pas de chemin clair vers la normale pour la communauté des restaurateurs entravés. C'est un message qu'il espère plus fort que ses pointes givrées.

« Vous pouvez facilement être mal interprété lorsque vous avez des cheveux blonds platine et des tatouages », dit Fieri, faisant les yeux rivés sur Smokey le Chihuahua. « Mais je ne suis pas pour tout le monde. Je ne sais pas si quelqu'un l'est.

Ce que Fieri ne semble pas réaliser, c'est qu'il s'en rapproche plus que la plupart.

Une version de cette histoire est apparue pour la première fois dans le numéro du 28 avril du magazine The Hollywood Reporter. Cliquez ici pour vous abonner.


Guy Fieri sur son entreprise viticole à Sonoma

Guy Fieri, chef, restaurateur, star de la télévision et originaire du nord de la Californie, a élu domicile dans le comté de Sonoma depuis plus de 20 ans. C'est aussi là qu'il a trouvé un vignoble dans la Russian River Valley et un chemin vers le vin. Sa sortie de vins Hunt & Ryde l'année dernière, élaborés avec Davis Family Vineyards, représente une petite exploitation agricole biologique.

Vous vivez à Sonoma depuis un certain temps. Pourquoi avoir choisi ici ?

C'est un énorme melting-pot avec tant d'influences, tant de cultures alimentaires différentes, de la fabrication du fromage et de l'agriculture biologique à l'influence italienne à Bodega Bay à sa connexion à San Francisco à la Gravenstein Apple Fair. Il a tout.

"Je suis juste heureux d'être l'un des soldats de la révolution alimentaire dont nous sommes au milieu."

Essayiez-vous d'éviter la route des vins des célébrités en nommant le vin de vos fils ?

Je voulais que le vin reste tout seul sans mon nom. Je voulais de la qualité, du bio et un prix abordable. Si vous pouvez donner quelque chose comme ça à vos enfants - Dieu ne fait plus de terres dans la rivière Russian - c'est un héritage qu'ils peuvent avoir.

Vous avez fait une année de lycée à l'étranger en France. À quel point cela a-t-il été crucial pour votre cheminement de carrière?

Mes parents m'ont exposé à tellement de culture, mais [quand] je suis allé en France, j'ai vu la nourriture d'un état d'esprit différent à 180 degrés – le goût du fromage, le goût du pain. C'était comme passer d'un film en noir et blanc à IMAX. Cela m'a appris qu'il n'y a pas de frontières.

Vous considérez-vous comme un populiste en matière de gastronomie et de vin ?

Je ne suis pas toujours un gars du triple hamburger. J'apprends petit à petit aux gens à se rendre dans des endroits familiaux, à essayer de nouvelles choses, à commander quelque chose qu'ils n'ont jamais eu auparavant, à avoir une perspective. Je suis juste heureux d'être l'un des soldats de la révolution alimentaire dont nous sommes au milieu.

Pensez-vous que le vin reste hors de portée pour beaucoup de vos fans et clients ?

La disponibilité a plus à voir avec la compréhension des gens que tout ce qui est socio-économique. Au fur et à mesure que les gens s'en approchent, plus ils le comprennent, plus ils le considèrent. J'ai beaucoup de gens de tous les jours, cols bleus, entièrement américains qui sont mes fans, ouvrant leur esprit au vin.

Pensez-vous que nous, en tant qu'Américains obsédés par l'alimentation et la nutrition, avons tendance à nous refuser les plaisirs de la table et du verre ? Que nous avons peur de simplement profiter?

J'entends des gens dire "Je ne mange plus de glucides", et je me demande, s'ils se font renverser par un camion demain, cela en valait-il la peine ? N'abandonnez rien, faites-le avec modération. Ce n'est pas forcément tout ou rien. Savourer davantage l'instant, cuisiner en famille et s'engager en famille, ne pas toujours manger sur le pouce, c'est de cela dont il s'agit.


La grosse gorgée de Guy Fieri

• Lorsque Non filtré s'est enregistré pour la dernière fois sur le célèbre chef Guy Fieri, il préparait des steaks au Rock'n'Roll Fantasy Camp à Hollywood. Près de quatre ans plus tard et à quelques centaines de kilomètres au nord, Fieri s'est tranquillement installé pour son nouvel emploi : vigneron du comté de Sonoma et vigneron potentiel. Comme indiqué pour la première fois dans le Démocrate de presse de Santa Rosa la semaine dernière, Fieri, mieux connu pour ses émissions Food Network Diners, drive-in et plongées et La grosse bouchée de mec, a acheté un vignoble de pinot noir Russian River Valley de 5 acres l'année dernière et a demandé des permis pour ouvrir une salle de dégustation de vins et une cuisine commerciale sur la propriété. Fieri a vendu les raisins 2012 de son vignoble à La Crema, qui fait partie de l'empire Jackson Family Wine, et à Williams Selyem, dont le directeur de la vinification, Bob Cabral, a déclaré à Unfiltered : « J'avais acheté les raisins du propriétaire précédent, Jan Goodrich. C'est un clone de Martini plus ancien, quelque chose que j'utilise pour fondre dans mes vins d'appellation. À la fin de l'année dernière, Fieri a notoirement été battu par le New York Times sur son nouveau restaurant de Times Square, Guy's American Kitchen & Bar, mais ses voisins du comté de Sonoma le soutiennent et saluent sa présence sur la scène viticole. "C'est un grand partisan du comté de Sonoma, et tout ce qu'il fait pour promouvoir nos vins locaux n'est bon que pour nous, car il a une si large audience nationale", a déclaré Cabral. Michael Browne de Kosta Browne est d'accord, en disant : « Il apporte une énergie à la nourriture et au vin du comté de Sonoma, et pour lui, s'enraciner dans le sol avec l'agriculture est cool. Je suis ravi qu'il se lance ici dans le domaine de la vigne et du vin. Les responsables du comté de Sonoma ont demandé qu'une étude du bruit soit menée avant d'approuver les plans de Fieri en raison des préoccupations de certains voisins concernant la taille et le nombre d'événements que Fieri pourrait y organiser.

• Comment vous préparez-vous pour le plus grand concours de vins au monde ? Unfiltered a rencontré l'équipe de la Booth School of Business de l'Université de Chicago avant les préliminaires américains de la Left Bank Bordeaux Cup des clubs universitaires du vin - ils ont remporté l'argent lors de la finale internationale à Lafite en juin dernier - avant l'événement principal. "J'ai dit à ma mère pas d'épices", a déclaré Pooneet Kant, un joueur de retour séjournant avec ses parents dans le New Jersey la veille de la compétition. Soupe, café, tout ce qui pouvait brûler le précieux palais était absolument hors de question dans les jours qui ont précédé les événements. Les vaccins contre la grippe étaient obligatoires Allison Fortune, un autre champion de retour, a eu peur la semaine avant le grand match, mais s'est rétabli. Cela faisait suite à des mois d'étude et de pratique de la dégustation pendant deux ou trois heures par semaine.

L'équipe de Booth connaissait l'enjeu car elle avait remporté le fabuleux prix l'année dernière. Aucune année d'approvisionnement en Rice-a-Roni à ce salon : les deux meilleures équipes remportent une escapade de trois jours à travers Bordeaux, qui comprenait l'année dernière de somptueux déjeuners, dîners et dégustations dans 10 châteaux différents, dont Suduiraut, La Mission Haut-Brion, Margaux et Lafite, où se tient la confrontation finale. Le concours est organisé par la Commanderie du Bontemps Médoc, Graves, Barsac et Sauternes, un regroupement de propriétaires de châteaux, de négociants et d'autres intérêts viticoles, et en tant que président Emmanuel Cruse, de Château d'Issan, a déclaré à Unfiltered : "Chaque année, [les équipes] s'améliorent."

Les juges de la Commanderie posent la première question du jour : « Pourquoi tous nos verres à vin sont-ils vides ?

Il y a deux ans, lors de l'ouverture du concours aux universités américaines, cinq écoles se sont présentées au Consulat de France à New Yoek cette année ils étaient neuf. Non filtré et un autre journaliste constituaient la section presse cette année, des chaises bordaient la salle avec toutes sortes de blogueurs en direct - tweetant les débats. "Au début, c'était un pari", a déclaré Cruse à Unfiltered. Certains de ses collègues étaient sceptiques à l'idée de prendre le tiff annuel des vins France-Angleterre dans le monde entier. "Nous ne savions même pas combien d'écoles se présenteraient." Pour 2013, 40 équipes sont programmées pour s'affronter dans les préliminaires au total, avec l'Asie et l'Europe encore à venir.

Les juges de la Commanderie sont entrés dans un salon juste à la sortie de Versailles, rempli de miroirs encadrés d'or, de rideaux de voile de navire et d'une tapisserie de la taille de l'appartement de Unfiltered, les concurrents attendant à leurs tables. Le jury portait leurs robes bordeaux ondulées traditionnelles, leurs écharpes et leurs médailles décernées pour un service exceptionnel dans la ligne de la consommation d'alcool. Certains avaient des chapeaux assortis. Après quelques brèves remarques, le concours a débuté avec un quiz à choix multiples de 10 questions. This was the question a panel member described as the easy one: Which Médoc château has a boat as an emblem? Oh, you know that one? How about which artist will adorn the 2010 Mouton label? Who's the patron saint of winemaking? How many Grand Cru Classé estates are in St.-Estèphe? Which is a classified-growth—La Mission Haut-Brion white, Laville Haut-Brion white or Haut-Brion white? (Answers: Beychevelle Jeff Koons St. Vincent five Laville Haut-Brion, the discontinued label now known as … La Mission white, which, well, hmm with that one.)

Then it was on to the blind tasting. Two flights, three glasses each, of red, plus one of stickies. Flight one: Rank in vintage order, pick the Pauillac. Flight two: Name the appellations blind. Flight three: Which is the odd vintage—and what vintage are the other two? "In Sauternes [vintage] always makes a difference," intoned one panel member. Apparently not: Virtually every team had a different answer. The consensus among returning teams was that this year's questions were much better than 2012's, but the tastings much more difficult. To Unfiltered, that part looked like essentially a matter of luck, but all the teams Unfiltered spoke with were mainly just happy for "the opportunity to drink wine and learn about Bordeaux" throughout their training and on the big day, as John Fossum of Harvard Business put it. Over a dinner of Lynch-Bages, Lagrange, Doisy-Daëne and Bouscaut, the winners were announced, and in an impressive three-year streak, Wharton will again wear the red, white and blue at Lafite in June, joined by Yale Law.


Guy Fieri on Helping the Restaurant Industry Get Through COVID — and the Future of Dining Out

The "Diners, Drive-Ins and Dives" star raised $25 Million in aid for restaurants across the U.S. in the most Guy Fieri way possible.

It&aposs difficult to imagine anyone having more fun with their job than Guy Fieri. The chef, restaurateur, and Emmy Award-winning television host doesn&apost simply go through the motions. Whether describing the origins of molcajete, or just giving you directions down the street, he does so enlisting every ounce of exuberance you&aposd expect out of a 52-year-old man with frosted tips.

So when his beloved industry was faced with unprecedented crisis, Fieri could hardly abide being on the sidelines. At the onset of COVID-19 lockdowns in March 2020, he sprung to action launching the Restaurant Employee Relief Fund. Within weeks he had raised nearly $25 million dollars for colleagues from coast to coast 60,000 grants were awarded in total. 

Fieri spent the summer recalibrating his notoriously nomadic show on The Food Network to reflect the times. Rather than wandering the country to capture some of the best diners, drive-ins, and dives, he re-created their most acclaimed recipes in his home kitchen while sheltering in place.

With winter approaching, Fieri fixed his focus on Santo — the nascent Mexican spirit brand that he co-owns with longtime friend and former Van Halen frontman Sammy Hagar. In December they unveiled their latest offering: a gentle reposado tequila aged for six months in French white oak casks. 

Voyage + Loisirs was there for the launch at Lone Mountain Ranch: a trove of luxe, snow-capped cabins at the foot of Montana&aposs Big Sky Resort. Not exactly the setting you&aposd associate with margarita mixing. But as soon as Fieri stepped behind the bar, the scene somehow made perfect sense. While uncorking a shiny new turquoise-tinged bottle, he also poured out some backstory and offered insight into the future of food and travel. 

Travel + Leisure: What brought you into the tequila world?

Guy Fieri: "I thought I was allergic to tequila in college. Every time I drank it, I broke out in handcuffs [laughs]. No, I was always a tequila fan. But unfortunately back then there wasn&apost good tequila — or I couldn&apost afford it. When I finally started to see good tequila come in, it was right around the time that I met Sammy [Hagar] and I had my own restaurants going —ਊround the late &apos90s."

You were one of the first big accounts for his original brand, Cabo Wabo?

"One of [their salespeople] comes in to sell it to me and the first thing I say is: &aposWell, does Sammy own it or is it a brand marketing deal?&apos And she said it was really his. And he lived just a half an hour from where I lived in Northern California — he still does. So I started selling it and she eventually comes back and said, &aposYou&aposre doing a really good job. You know, whoever sells the most Cabo Wabo in Northern California is going to win a signed electric guitar from Sammy?&apos And I said, well you might as well just bring me that guitar now. Because I&aposm going to win this."

And that was an entry point for you into the higher-end of the category? 

"What it was, at that time, it was a great way to educate people about great tequila and how it&aposs made. And they were fortunately giving good info about tequila. I started branching out and started to really appreciate [sipping] silver tequila — blanco tequila."

So your relationship with Sammy developed from there?

"Well, fast forward 6,7, 8 years. I got on The Food Network. I didn&apost know what to do with this situation media, all this kind of celebrity stuff I had to deal with. So I&aposd call Sammy and he&aposd give me advice. He knew what a big fan I was and I&aposd go down to the [Cabo Wabo] warehouse, and he&aposd give me all kinds of special bottles. 

Then one day he calls me. I know exactly where I was, I was shooting this diner joint on Bainbridge Island off of Seattle. He says, &aposGuy-bones!&apos That&aposs what he calls me. &aposI got good news and bad news. Good news: I got $80 million dollars!&apos

I said — Sammy, that&aposs fucking GREAT news. What&aposs the bad news? And he had sold Cabo Wabo. 

All I can say is, congratulations. I mean, how do you tell your buddy, &aposSorry that you got $80 million dollars,&apos right? But I said to him if you EVER get into tequila again, I want in."

He never forgot that conversation? 

"Ten years go by — the length of his covenant not to compete — and he calls me and asks if I have a minute to talk. Of course…I always got a minute for the Red Rocker. 

And he just says, "Are you in…Yes or no?

&aposWe&aposre in the tequila business, baby!&apos And that started the whole thing."

Talk about how you&aposve been finding ways to stay busy during the challenges of 2020.

"Right when COVID hit we went to our ranch. We have a big, 520-acre ranch outside of Napa [Valley, California]. We have an organic farm and we raise about 500 goats — kiko goats from New Zealand. So we got in the goat business and we&aposre in the black angus beef business. We dabble in a lot of stuff.

But the point is, we went up there and my show Tournoi des champions was just getting ready to air. [The producers] wanted me to tape some commentary so that we could play it along with the show. So we ordered some GoPros. Hunter&aposs pretty smart — my oldest [son] —ਊnd he sets them up on tripods and we sit on the couch and we just talk about each competition like sportscasters watching a live game. And it worked great.  

So I called the president [of The Food Network] and said I got an idea. What would happen if I had the Diners, drive-in et plongées places that we know really well — people we have footage with — and we have them send us a dish and then we would prepare the dish at home, because all of these people have this to-go thing going on right now. Then I taught my youngest son, Ryder, how to be the live camera guy. And it became Diners, Drive-Ins and Dives Takeout. It BLEW up. We shot 20 of them in the course of the lockdown. We were productive."

You were also incredibly productive on the charitable front during the unprecedented challenges of COVID. How did that come together? 

"Unprecedented is the key term of 2020 — in every facet. 

A good buddy of mine is really close to the California legislature. So I called him in mid-March and was just like, &aposThis is looking like it&aposs going to meltdown any minute.&apos 

He told me it was going to meltdown that night: restaurants were going to have 48 hours. 48 hours! You know how much inventory? How many people have car payments? You understand the magnitude of what&aposs going to happen when you shut the restaurant industry down overnight? This isn&apost just about people not having the convenience to eat food — this is the lifeline to single parents, to students, to dual-family incomes. Many people who work in the restaurant industry have two jobs. 

So, the next morning I called my manager and my executive chef and I gave them $50,000 to buy gift certificates at all of the restaurants around [my hometown of] Santa Rosa. But I quickly realized I couldn&apost just do my neighborhood. We had to do California. So I call my buddy who is the president of the California Restaurant Association — I used to be on the board — and I said hey, I want to raise a bunch of money and give it to restaurants. Do you have the infrastructure to give it to restaurants that need help? 

They said sure but asked me how I was going to raise it. I hadn&apost gotten that far yet. I was designing the bomb backwards. I wanted something that goes boom — but how you gonna make that? There must have been 30 phone calls throughout the course of this day. Finally I get this epiphany: I&aposm going to go to all of the people who make the money off of the industry — the suppliers — and tell them that now&aposs the time to stand up and give back."

Then you decided to go even bigger?

"I&aposm thinking…Wait a second, I can&apost just do this for California. I go all over the country doing Triple D. I gotta save my brothers and sisters everywhere. So we get the National Restaurant Association on the phone and I tell them I have an idea. A lot of times celebrities get these visions of grandeur — that they can move mountains, but I tell them to just hear me out. Get me the names and cell phone numbers of the top 50 presidents of the top companies that directly contact and do business with the restaurant industry. That&aposs what I need — by this afternoon. 

I get the names of everyone: UberEats, Cargill, Pepsi, blah blah blah. I take my phone, I set it up in my kitchen and I make individual videos about their respective companies and their interactions with the industry and give them the details and magnitude of the implosion. 

&aposJeff Bezos of Amazon, how you doing, my name&aposs Guy Fieri…&apos

My wife looks at me and says, &aposYou&aposre losing your mind. This is how you&aposre going to be through this? Cabin fever is going to drive you insane.&apos

But I knew I could make it work because I was going after them on so many different levels: heartstrings, responsibility, the industry won&apost forget. I&aposm punching from every angle I can. 

Next morning, I&aposm driving and my manager calls me and tells me I need to pull over, &aposPepsi gave you a million dollars and I have them on the other line right now — they want to talk to you.&apos It still gives me goosebumps."

That was just the beginning.

"An hour later, UberEats was on the phone. They gave us $2 million. By the end of that day we had $8 million and I was losing my mind. And you know what, you gotta shoot big if you&aposre going to go big. We start getting $250,000 here, $500,000 here. Then at the end of it all, it was just under $25 million. And what we got from the National Restaurant Association was the infrastructure. They were used to taking money from corporations, dicing it up and giving it out as scholarships to students. That&aposs what I needed. I couldn&apost take the money myself and just put stamps on envelopes."

What will food and travel look like in the year ahead? 

"If we take any blessings out of this, first, it&aposs that people have learned to do delivery. No matter what level of restaurant you are, you&aposve learned to do delivery. Two, the laws have lightened up on the alcohol service and alcohol delivery. And people are learning to survive at home better. 

We&aposve got this next round of COVID to get through. It&aposs kind of like, we&aposre in the 4th quarter, we&aposre almost there. Once we get through this, customers are going to be much more appreciative of the opportunity to go out. And the restaurants have refined and improved, they&aposre like Rocky in &aposRocky IV,&apos working out in the snow in Russia. I think people have learned to unify and come together and help one another. The tough side of course, is that we&aposre not over it."

Did you get an opportunity to see or hear from some of the people personally affected by these contributions?

"When we had a little opening with COVID, I went to South Dakota and North Dakota to shoot and I ran into people. They came up to me and said it was unbelievable. &aposIt wasn&apost just about the money, it was that people we didn&apost even know cared about us.&apos The restaurant business is there for everybody: it&aposs a place to eat, to feel good, to hang out, to interact. And they&aposve never asked anybody else for anything. Sorry, I&aposve been so longwinded — it gets me all worked up talking about this stuff."

Where&aposs the first place you&aposre going to as soon as you&aposre able to travel freely again? 

"Hawaii! Probably Maui. I love to dive. Although I love going up on the volcano of the Big Island. But I&aposm a water junky."


Guy Fieri restaurant employees allege racial discrimination, harassment

Former employees at a Guy Fieri restaurant in Pennsylvania are alleging pay discrimination and harassment.

Employees at Guy Fieri&rsquos American Kitchen + Bar, at Live! Casino in Greensburg, Pennsylvania, are protesting alleged "harassment, discrimination and retaliation in the workplace," the Pittsburgh Post-Gazette reported.

In a petition sent to management with more than 3,000 signatures, former employees alleged that Black workers were being paid lower wages than their white counterparts, despite having more professional experience, and that a restaurant manager had used a racial slur in front of Black employees while telling a worker to turn off music.

Line cook Nathaniel Ridley told CBS affiliate KDKA he contacted HR after the incident with the racial slur, but nothing happened. He and Kendra Gillcrese, another line cook who witnessed the incident, both ended up quitting their jobs. On Monday, a small group rallied outside of the casino to demand change from the restaurant.

In their petition, former employees are asking for Guy Fieri&rsquos American Kitchen + Bar management to address the situation immediately by raising Black workers' wages (along with 5 months of back pay), implementing mandatory racial sensitivity and equity training for all staff and issuing a "public acknowledgement and review of the atmosphere of ALL Guy&rsquos American Kitchen & Bar locations, not just Pittsburgh, to ensure fair practices are being upheld."

On Sunday, Live! Casino told the Post-Gazette that the manager who used the racial slur no longer works for the restaurant or the casino. However, the casino denied the allegations of pay discrimination:


Recipes: These snacks will make you feel like you’re nibbling in a Parisian bistro

Pandemic Dreams. For months, my nightly slumbers have been filled with visions of Paris, the city that has brought me decades of joy. Some dreams place me, pad and pencil in hand, in the kitchens of beloved French relatives. The space is tight, we are elbow-to-elbow I take notes as they cook everything from artichokes to zucchini. Repeatedly the lead breaks on my pencil. Write, snap. Write, bust. Write, curse.

More frequently my pillow reveries picture me pulled up to a table at a Parisian bistro, struggling to decide which dishes to order off the large chalkboard menu.

I strain to decide. I love every offering. Maybe some warm, bite-sized gougeres, cheese puffs served with a glass of slightly chilled Beaujolais, or ice-cold Champagne? Or, cheese straws made with puff pastry coated with fresh thyme and cheese, washed down with a chilly raspberry-red kir, a refreshing aperitif.

I cannot make a decision. It’s troubling — so much so, I awaken.

I’m not sure what an analysis of my dreams would reveal, but consistently I wake up longing for Paris and of course, I’m hungry. The cure, at least for now, is to whip up some easy French bistro-style nibbles. They are traditional bistro hors d’oeuvres and palate teasers, comfort concoctions that are satisfying and straightforward.

If Paris has popped into your dreams and onto your wish list, here are some recipes that might sooth your cravings. Serve them if you wish with Kir, the best-known aperitif in France. The drink is named for a World War II hero, Canon Felix Kir. Served in Champagne flutes or white wine glasses, it is generally made in a ratio of one part crème de cassis (black current liqueur) and four to five parts chilled white wine (I prefer Sauvignon Blanc). Substitute Champagne for the white wine and you have a Kir Royale use red wine and the drink is dubbed Kir Cardinale.

Cheese Straws

Cheese Straws are shown in a pan right from the oven. (Photo by Cathy Thomas)

I’m not sure that the origin of these cheesy puff pastry delights can be credited to the French, but I can verify that they are frequently served in French homes. One French cousin told me that they are a delicious and foolproof way to use up puff pastry leftovers from the preparation of another dish.

Using defrosted store-bought puff pastry, they are quite easy to prepare. Here they are brushed with egg wash and topped with grated cheese, salt and pepper. Home cooking guru Ina Garten notes in her cookbook “Barefoot in Paris” (Clarkson Potter, $35) that instead of cheese, they can be brushed with pesto or sun-dried tomato paste.

Rendement: 22 to 24 straws

INGRÉDIENTS

2 sheets (1 box) frozen puff pastry (such as Pepperidge Farm), defrosted overnight in refrigerator

1/2 cup freshly grated Parmesan cheese

1 cup finely grated Gruyere cheese

1 teaspoon minced fresh thyme leaves

Poivre noir fraichement moulu

Cook’s notes: For variety, instead of adding cheese to the puff pastry, brush it with pesto or sun-dried tomato paste.

PROCEDURE

1. Preheat oven to 375 degrees. Tapisser 2 plaques à pâtisserie de papier parchemin.

2. Roll out each sheet of puff pastry on lightly floured board until it’s 10 by 12 inches. Beat egg with 1 tablespoon water and brush surface of pastry. Sprinkle each sheet evenly with 1/4 cup Parmesan, 1/2 cup Gruyere, 1/2 teaspoon thyme, 1/2 teaspoon salt and some pepper. With rolling pin, lightly press flavorings into puff pastry. Cut each sheet crosswise with a floured knife or pizza wheel into 11 or 12 strips. Twist each strip and place on prepared baking sheets.

3. Bake 10-15 minutes, or until lightly browned and puffed. Turn each straw and bake 2 minutes more. Don’t overbake or cheese will burn. Cool and serve at room temperature.

Source: “Barefoot in Paris” by Ina Garten (Clarkson Potter, $35)

Radishes with Butter and Salt

Radishes with Butter and Salt are delicious, especially on top of a toasted baguette. (Photo by Nick Koon)

If you’ve never tried a petite open-faced “sandwich” of buttered sliced baguette topped with salted radish, you are in for a delicious surprise. A quick-to-make herb butter adds a welcome twist to this traditional French snack. Warm weather generally brings a colorful array of radish varieties to supermarkets. Use a couple of varieties in the presentation for added eye appeal. Before serving, wash the radishes in cold water and plop them into a bowl of ice water to make them crisp.

Rendement: 8 servings

INGRÉDIENTS

2 bunches radishes with tops intact

Optionnel: 1 thinly sliced watermelon radish

Sea salt or flaked salt such as Maldon Sea Salt Flakes or Maldon Smoked Sea Salt Flakes

Good salted butter or Herbed Butter see cook’s notes

1 French baguette, sliced diagonally, lightly toasted

Cook’s notes: To prepare herbed butter, in electric mixer fitted with paddle attachment, place 1/2 cup (1 stick) room temperature unsalted butter, 1 1/2 teaspoons minced green onions, 1 1/2 teaspoons minced fresh dill, 1 1/2 teaspoons minced fresh parsley, 1/2 teaspoon freshly squeezed lemon juice, 1/2 teaspoon kosher salt and pinch of freshly ground black pepper. Mix on low speed until combined. Do not whip.

PROCEDURE

1. Arrange radishes on bed of sea salt. Spread butter on slices of toasted bread and arrange artfully on platter. Serve at room temperature.

Source: Adapted from “Barefoot in Paris” by Ina Garten (Clarkson Potter, $35)

Gougeres (Cheese Puffs)

Gougeres, or cheese puffs, are shown served with a glass of red wine. (Photo by Nick Koon)

A small plate with two or three gougeres are frequently served as an amuse bouche in French bistros, a small but very delicious gift from the chef. I like to serve them with Champagne. Currently, gatherings are small and the recipe produces more than needed. Freeze leftovers, cooled and airtight. I like to freeze them on a baking sheet and once frozen, transfer to a zipper-style plastic bag. Reheat them in a single layer on a baking sheet in a 425-degree oven for about 5 minutes.

Rendement: About 35 to 40 puffs

INGRÉDIENTS

1 stick (1/4 pound) unsalted butter

1/8 teaspoon freshly ground black pepper

1/2 cup grated Gruyere cheese, plus extra for sprinkling

1/4 cup freshly grated Parmesan

Egg wash: 1 egg beaten with 1 teaspoon water

PROCEDURE

1. Preheat the oven to 425 degrees. Tapisser 2 plaques à pâtisserie de papier parchemin.

2. In a saucepan, heat the milk, butter, salt, pepper, and nutmeg over medium heat, until scalded. Add the flour all at once and beat it vigorously with a wooden spoon until the mixture comes together. Cook, stirring constantly, over low heat for 2 minutes. The flour will begin to coat the bottom of the pan. Dump the hot mixture into the bowl of a food processor fitted with the steel blade. Immediately add the eggs, Gruyere, and Parmesan and pulse until the eggs are incorporated and the dough is smooth and thick.

3. Spoon the mixture into a pastry bag fitted with a large plain round tip. Pipe in mounds 1 1/4 inches wide and 3/4-inch high onto the baking sheets. With a wet finger, lightly press down the swirl at the top of each puff. (You can also use 2 spoons to scoop out the mixture and shape the puffs with damp fingers.) Brush the top of each puff lightly with egg wash and sprinkle with a pinch of Gruyere. Bake for 15 minutes, or until golden brown outside but still soft inside.

Source: “Barefoot in Paris” by Ina Garten (Clarkson Potter, $35)


Although he never attended a culinary academy, celebrity chef Guy Fieri landed his own shows on the Food Network and is looking to expand his empire by getting into the wine business. If the plans come to fruition, Fieri announced that he plans to call his label “Hunt and Ryde” after his sons Hunter and Ryder.

“Ever since I moved to Sonoma County and saw all this incredible environment of wine, from the agricultural side of it to the business side of it, to the community side of it… I’ve just been in awe,” Fieri told the Press Democrat. “I think it will be pretty small at the current stage that it’s in. But if we’re making wine and someone’s drinking it and enjoying it, then it’s a success.”

Fieri has already purchased a vineyard, and in 2012, sold his first crop of grapes to Jackson Family Wines and the Williams Selyem winery. There is a three-bedroom home on the property, which Fieri hopes to renovate into a tasting room. The chef is working with a vineyard management company to keep everything under code and has also initiated organic farming methods on his land.


Voir la vidéo: Guy Eats 2 Frankenstein Dishes: Pizza-Spaghetti And Doughnut-Croissant. Diners, Drive-Ins u0026 Dives (Décembre 2021).